Séquences d’ambiance

Il vous arrive d’emprunter un certain mode de transport, un parcours particulier ou de vous installer à un certain endroit même si ce n’est pas forcément le plus pratique? Un tel choix est justifié par des observations captées par nos sens qui nous guident dans des espaces ayant des ambiances qui nous semblent préférables. Quels sens alimentent notre perception de l’espace? Quels sont les ambiances recherchées dans les espaces publics? Comment est-ce que la séquence des espaces, lors de notre trajet, influence notre perception des ambiances vécues?

Ce texte porte justement sur l’observation et l’analyse des divers ambiances vécues durant le trajet des réseaux de transport et des espaces publics. Il s’agit de porter une attention particulière aux sens afin de mener une observation complète et approfondie des ambiances dans les espaces publics de la ville. Ayant déjà complété des observations dans le tram A de Grenoble à quelques reprises, nous nous intéressons à la séquence d’expériences dans différentes ambiances et donc dans différents espaces. Une telle séquence nous permet de comparer l’engagement de nos sens selon divers espaces et d’évaluer comment ceux-ci influencent nos perceptions. D’abord, plongeons dans l’univers du passager à travers deux récits d’expériences lors de trajets comportant divers séquences d’espaces.

RÉCIT 1 – Expérience d’un trajet ayant eu lieu le 16.05.2017

10h35 À l’arrêt de bus

Je suis bien étant à l’ombre sous l’abri-bus. C’est une belle journée ensoleillée. J’entends les oiseaux chanter et le doux roulement des voitures qui roulent à une vitesse plutôt ralentie. Je sens une petite odeur de vieux monsieur provenant de celui assis sur le banc de l’abri-bus. C’est plutôt calme, je suis bien.

10h40 Dans le bus

Tout un contraste. Il y a plusieurs personnes et on ressent une chaleur intense dans cette masse de gens. Je me retrouve debout avec ma valise. Il y a beaucoup de bruit aussi, des gens qui discutent entre eux ou au téléphone. Ils sont proches; je peux écouter leurs discussions. L’annonce du prochain arrêt m’alerte, je me prépare à descendre. J’ai le temps de me rafraîchir un peu dehors.

10h53 Dans le tram

J’arrive juste à temps pour prendre le tram. C’est beaucoup plus calme que le bus puisqu’il n’y a pas trop de gens. Le vieux monsieur de l’arrêt de bus s’y trouve aussi. Un enfant pleure dans un wagon plus lointain; le son traverse. Les portes ouvrent en faisant un bruit reconnaissable. Il y a plus de gens dans le tram maintenant; je me sens un peu plus enfermée, plus au chaud mais c’est toujours assez calme et plus spacieux que le bus. Je regarde dehors, c’est beau. Ding, on peut reconnaître le son que fait le tram. À la place où je suis assise je ressens la chaleur du soleil à travers la fenêtre. Enfin, j’arrive à la gare. J’ai hâte de sortir pour retrouver du vent!

11h00 À la gare

La gare est plutôt calme en ce moment. J’entends l’annonce de mon train; je n’ai donc pas besoin de regarder le panneau d’affichage. Il y a encore une annonce; ça résonne.

11h06 Sur le quai

Quelques personnes discutent. Le train arrive, on l’entend venir et enfin s’arrêter, ensuite les portes s’ouvrir. Je suis à l’ombre mais il n’y a pas de vent, j’ai chaud. Je sens l’odeur d’un fumeur près de moi. C’est calme, les gens prennent leur temps. J’entends un bruit, les portes se ferment. J’avance pour ouvrir les portes et entrer.

11h10 Dans le train

Il n’y a pas trop de gens, je trouve une place aisément. Je m’assois, je ressens l’air climatisé, c’est le bonheur! Je suis bien. J’entends le bruit d’une personne qui mange adjacente à moi et aussi les annonces à l’extérieur du train. Je suis assise confortablement, seule. Je me permets d’être dans ma bulle, seule avec mes pensées. Je reçois un appel, on peut m’entendre, je sens qu’on m’écoute… L’appel terminé, retour au calme.

11h20 Départ du train

Une annonce s’entend et hop je sens qu’on bouge, le train vient de partir. Il me berce et fait un bruit doux. Il prend plus de vitesse peu à peu. J’entends la musique qu’écoute la fille adjacente à moi, malgré ses oreillettes, le bruit du grincement du papier de journal du lecteur tout proche et les murmures plus loin. Une autre musique s’entend de quelqu’un derrière moi. Peut-être est-ce aussi la faute du calme général du train que j’aperçois et que j’entends tous ces sons? Un bruit fort me surprend; un train passe en sens inverse et aussitôt, il est déjà parti. Je regarde par la fenêtre, il y a un magnifique paysage. Tout à coup c’est noir, mes oreilles se bouchent, on est dans un tunnel. Cela ne dure pas longtemps. En regardant par la fenêtre, il y a un déroulement du paysage; différent si je regarde directement dehors par la fenêtre, ce déroulement est lent et lointain, agréable. Lorsque je regarde droit devant, je vois dans mes périphéries le déroulement très rapide du paysage proche.

Le bercement est moindre à cette nouvelle vitesse avec seulement parfois un petit tremblement qu’ignorent les autres passagers. Je remarque le mouvement surtout à force d’écrire. Le bruit du train m’indique qu’on ralentit, le déroulement du paysage plus lent me le confirme. On s’arrête. Longtemps. La fille adjacente est au téléphone. Sa voix s’entend facilement dans ce calme. Le train repart. La voix de la fille se remplace par sa musique. Le calme, le léger bercement du train et le paysage m’envoient dans mes pensées. On roule lentement depuis un bon moment. On reprend la “grande” vitesse. Encore au téléphone la fille. Je change de siège pour me rapprocher de la fenêtre. L’air climatisé me semble à la limite froid plutôt que rafraîchissant. Le contrôleur passe. J’entends murmurer.

Encore un autre arrêt. J’entends un sifflement. Fermeture des portes. Départ. Je ressens un petit coup et on avance doucement. On s’approche de moi pour faire un appel avec mon téléphone. J’accepte. Je reconnais que c’est une fille qui était assise plus loin face à moi. Elle s’assoit devant moi pour faire son appel et retrouve sa place par la suite. J’imagine qu’elle m’a approché puisque je suis la première personne en face d’elle, et vu le peu de gens dans le train, c’est peut-être moins gênant. Il y a une nouvelle odeur, un fumeur, dans mes alentours qui a dû monter au dernier arrêt. Je ne vois pas qui c’est; il ou elle est peut-être derrière moi. C’est bientôt mon arrêt. En sortant je souhaite une bonne journée à la fille qui a emprunté mon téléphone, elle me le souhaite aussi avec un sourire.

RÉCIT 2 – Expérience d’un trajet ayant eu lieu le 21.05.2017

17h20 Dans le bus

Je marche d’un pas pressé vers mon arrêt de bus que je dois prendre. Je le vois au bout de la rue qui est à l’arrêt et attend. J’accélère donc pour ne pas qu’il parte sans moi et je me rends compte qu’il y a aussi quelqu’un derrière moi qui court, j’entends ses pas.

Je monte dans le bus, il y a des personnes qui attendent, le départ est dans deux minutes je m’assois sur un des sièges latéraux il y a environ une vingtaine de personnes. Tout le monde est assis, il y a des personnes sur les sièges à quatre, une famille. Je pense que ce sont les petits enfants avec leurs grands parents. J’entends qu’ils parlent mais je ne comprends pas vraiment ce qu’ils disent, je crois que le sujet de conversation est un chargeur de téléphone.

17h33 Dans le bus, encore !

Toujours dans le bus, le trafic est au ralenti le bus n’avance pas. Je regarde par la fenêtre il fait très beau, il y a des gens aux terrasses des bars, d’autres qui se baladent.

Il y a plus de gens qui regardent par la fenêtre que leur téléphone. Il n’y a pas de bruit, le bus se remplit un peu plus les gens arrivent avec une vague de chaleur, personne ne parle!

Les nouveaux arrivants sont debout, le bus roule mieux. Je suis en face des portes pour sortir plus facilement avec ma valise.

17h40 Dans le métro

J’arrive au métro avec ma valise il n’y a pas d’escalator ou d’ascenseur, je porte donc ma valise pour descendre les marches ! Je passe les portiques avec mon ticket. J’entends un métro qui arrive et une personne court pour ne pas le louper! Ce n’était pas mon métro mais celui qui va dans l’autre sens! Je descends sur le quai, je regarde le panneau d’affichage, il arrive dans une minute, il y a quelques personnes qui attendent déjà et je traverse le quai pour me situer à l’avant du métro! Il arrive, une personne descend à la porte qui s’arrête devant moi, il n’y a pas beaucoup de monde environ cinq personnes et je m’assois sur un banc latéral !

Au fur et à mesure que le métro se rapproche du centre de Lyon, les gens montent; certains avec des valises d’autres avec des sacs de courses. Les gens regardent leur téléphone, la fille à côté de moi écoute de la musique et l’homme d’en face lit un livre qu’il vient juste de commencer.

Il n’y a plus de place assise et quelques personnes sont debout. Personne ne parle sauf deux personnes, un homme et une femme qui discutent mais je ne comprends pas ce qu’ils disent! Le métro commence de plus en plus à se remplir, ma valise gêne un peu le passage mais je ne suis pas la seule. Plus de personnes discutent maintenant mais la plupart des gens restent les yeux rivés sur leur téléphone. C’est mon arrêt je descends.

C’est un croisement de ligne il y a beaucoup de monde qui descend. Je fais attention de ne pas rouler sur les pieds des gens, je marche pour changer de métro. Il y a un grand flux de personnes dans un sens comme dans l’autre, je marche, je monte les escaliers avec ma valise, je marche encore, je prends les escalators, je marche encore pour enfin arriver sur le quai de mon prochain métro.

Il y a du monde sur le quai; des gens assis qui attendent. Prochain train dans une minute

Je monte après tout le monde mais je trouve une place assise ! La personne à côté de moi écrit des messages sur son téléphone, celle d’en face mange un tacos en écoutant de la musique, quelques personnes parlent. Un homme est debout devant moi, le métro redémarre, il est déséquilibré et il a heurté ma valise ça l’a fait rire!

Je descends deux stations plus tard avec encore un grand nombre de personnes; je marche jusqu’au portique de sortie du métro. Des jeunes garçons cherchent leur chemin et ne savent pas où aller. Je marche dans de longs couloirs et je monte les marches en portant ma valise en laissant passer les personnes pressées!

18h03 Dans le train

Une fois à la gare je me dirige pour prendre mon billet à la billetterie automatique, mon train est déjà annoncé voie I. Je vais alors vers la voie. Il n’y a pas beaucoup de monde; je composte mon billet et prends les escalators. J’arrive sur le quai où un train vient d’arriver. J’essaye de me faufiler à travers la foule pour monter dans le dernier wagon du train. À l’intérieur, je cherche une place dans le sens de la marche; j’ai l’embarras du choix, il n’y a personne dans mon wagon. Je m’installe, je m’assois près de la fenêtre, je sors mon ordinateur pour commencer à travailler et je mets mes écouteurs avec de la musique !

Cinq minutes que je suis assise et un militaire me tape sur l’épaule pour me dire d’évacuer le wagon pour cause d’un colis suspect ! Je range mes affaires en quatrième vitesse, je croise les regards des autres voyageurs. Personne ne parle, on sort rapidement du train, les militaires nous font signe d’aller plus loin sur le quai. Le dernier wagon est complètement évacué. Des personnes commencent à s’affoler, le contrôleur court de tous les côtés, les gens s’interrogent, on ne nous dit rien de plus, on ne sait pas où on doit aller ni si on va quand même partir avec ce train…

Je marche donc avec une trentaine de voyageurs vers l’avant du train. Les minutes passent, tout le monde se regarde comme pour se dire « qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » Puis une voix nous informe que le train va exécuter une manœuvre pour détacher le dernier wagon du train afin de partir. Nous sommes tous invités à rejoindre les premiers wagons et à nous installer dans le train. Je rentre rapidement avec de nombreuses personnes, il n’y a plus de place nulle part. Je m’assois dans l’entrée du wagon dans les escaliers avec d’autres personnes et certaines sont obligées de rester debout ! Je suis avec une femme et ses trois enfants dont un bébé de moins d’un an. Le train est bondé, il y a des valises de partout et je gêne clairement tout le monde assis dans les escaliers.

Le train est parti avec 15 min de retard; finalement on s’en est bien sorti. La jeune fille à côté de moi révise ses cours, ce sont des fiches de révision d’histoire; je pense qu’elle va passer le bac au mois de juin. Le jeune garçon à ma gauche écoute de la musique; je pense qu’il est assez stressé parce qu’il prend le train tout seul, il n’arrête pas d’appeler ses parents. Un homme en face de moi est au téléphone, il rentre à son régiment à Grenoble. Une fille est aussi assise dans les escaliers avec moi et est sur son téléphone.

Nouvel incident, nous sommes arrêtés sur les voies, le contrôleur nous informe que le train devant nous est en panne et que nous devons attendre que la SNCF viennent le réparer pour pouvoir avancer. Les voyageurs autour de moi commencent à montrer leur mécontentement (et moi aussi), on se regarde tous d’un air exaspéré mais bon on ne peut pas faire grand chose, nous sommes piégés dans ce train de malheur…

Dix minutes plus tard, plus de peur que de mal, nous redémarrons, le train file vers Grenoble. Le bébé devant moi commence à perdre patience, sa maman le sort de sa poussette et joue avec lui. Personne ne parle comme si on attendait la prochaine mauvaise nouvelle…

Premier arrêt depuis notre départ. J’ai espoir que des gens descendent pour avoir une place assise mais c’est un échec, personne ne sort mais de nombreuses personnes montent et ne trouvent pas de place non plus. Il est très difficile de circuler dans les couloirs qui sont encombrés de valises ou de personnes assises sur leur valise. Le temps est long, on s’ennuie fortement, on est mal et on ne sait pas comment se mettre.

Deuxième gare d’arrêt et toujours cet espoir d’une place assise qui s’envole. J’entends trois femmes qui rigolent de la situation alors que d’autres sont vraiment exaspérées. Quelques personnes, descendant à l’arrêt prochain se sont levées pour laisser leurs places et attendent devant la porte du wagon. Une des femmes a un parfum qui sent assez fort et c’est un peu dérangeant!

Arrêt suivant, enfin!! Je suis enfin assise sur un fauteuil. Il était temps. Je commençais vraiment à avoir mal au dos! Une heure que nous sommes partis! Je suis donc installée dans un espace avec quatre sièges. La fille en face de moi écoute de la musique, celle à côté de moi dort. Dans l’autre espace à quatre sièges en face se trouvent trois femmes, l’une d’entre elles lit un livre et les deux autres discutent. Elles parlent de la nouvelle voiture que l’une d’elles vient d’acheter,  » j’ai eu bien raison d’acheter une sept places. Elle est grande, confortable, on est vraiment bien assis. Bon elle est grise métallisée comme celle de ma sœur, j’espère qu’elle va pas croire que je l’ai copiée ». Je pense que tout le monde les écoute, elles ne parlent pas très fort mais elles sont rigolotes.

Nouvel arrêt, le train se vide un peu plus, presque tout le monde a trouvé une place assise. On respire un peu mieux et les gens se détendent à l’approche de l’arrivée de ce trajet tumultueux. La maman et ses trois enfants dont le bébé sont toujours là; elle prépare ses affaires avant d’arriver à la gare. Les gens commencent à s’activer, plusieurs sont déjà devant la porte de sortie.

20h Dans le tram

Je sors du train ainsi que tous les autres voyageurs, ça prend un peu de temps puisque nous sommes très nombreux. Je sors de la gare et me dirige vers le tram. Je l’aperçois à l’arrêt, je me mets à courir ainsi que d’autres personnes avec leurs valises pour ne pas le louper. J’arrive au niveau de la première porte mais c’est plein, je ne peux pas rentrer, je vais donc en courant jusqu’à la troisième porte et je me fraye un chemin ! Le tram est bondé. Je suis debout au milieu, à côté de deux hommes qui discutent. Je pense qu’ils sont indiens je ne comprends rien à ce qu’il se disent. Je descends du tram après deux arrêts pour rentrer chez moi.

LIENS ENTRE CES RÉCITS

Les deux récits démontrent une attention particulière aux sens et aux émotions vécus dans les divers espaces publics. L’un des scénarios fait preuve de plusieurs événements qui apportent une attention aux réactions des autres passagers alors que l’autre scénario reste plutôt intime. Ces récits se veulent donc complémentaires et dévoilent des ambiances d’espaces perçus différemment.

Nos sens nous permettent de capter et d’évaluer la nature de l’espace qu’on occupe. On se voit définir les espaces par nos observations, que ce soit un endroit bruyant, calme, frais, chaud, spacieux, enfermé, agréable, désagréable, confortable, etc. En faisant le parcours de différents espaces, on se voit faire la lecture d’un espace en faisant une comparaison avec les autres espaces vécus lors du parcours. Par exemple, dans le récit 1, la contrainte d’espace et le bruit dans le tram se qualifient grâce à une comparaison avec les conditions dans le bus. Certains endroits réveillent un sens plus que l’autre en fonction de l’aménagement, des personnes ou des activités ayant lieu sur place. Par exemple, lors du récit 2 on constate que le métro est un lieu où les gens sont plus pressés. Enfin, alors qu’un sens peut être plus actif, la lecture de l’espace est alimentée par la combinaison d’observations que nous avons captés, ainsi notre perception de l’espace survient d’un équilibre entre divers expériences sensorielles.

LIENS AUX OBSERVATIONS PRÉCÉDENTES

Nos analyses précédentes dans le tram A nous ont permis de prendre conscience des perceptions ou des remarques que nous inspirent les espaces publics mais que souvent nous ignorons en temps normal. En portant une attention particulière à ce que captent nos sens lors d’un trajet de tram, nous avons analysé la manière dont interagissent les gens entre eux et avec leur environnement. Comme dans le cas des deux récits du présent texte, on s’aperçoit que nous arrivons à révéler des réalités dans les espaces publics qui sont prises pour acquises mais qui nous informent sur ce qui influence l’expérience du passager.

En contraste avec les analyses réalisées uniquement dans le tram A, l’analyse de séquences d’espaces révèle des couches supplémentaires sur la manière dont on perçoit les ambiances de divers espaces. D’abord, en faisant des observations au cours d’un trajet, on est confronté à la notion de temps; c’est-à-dire que comme les autres passagers, on a un impératif, soit d’être contraint par un horaire. Nous avons vu que la comparaison entre les multiples espaces que comporte un trajet permet d’évaluer l’expérience présente en conséquence des instants précédents. Nous pouvons également constater une suite d’observations concernant un critère mais qui évoluent et se perçoivent différemment selon l’espace vécu. Par exemple dans le récit 1, la chaleur est un facteur de l’ambiance continue mais qui est perçue différemment selon les espaces du trajet. Enfin, l’exercice d’observation limité à un espace nous renseigne sur les perceptions vécues selon ce que l’on perçoit à un moment précis, alors que l’exercice séquentiel nous renseigne sur l’influence et l’impact de l’accumulation des perceptions vécues. Ceux deux exercices sont donc complémentaires en dévoilant le quotidien des passagers de transports en commun.

L’ÉVEIL DES SENS

Nos sens nous permettent de percevoir notre environnement d’une manière informative et qualitative. Il est intéressant donc de prendre conscience des qualités d’espace qui sont captées par divers sens. Nous évaluerons ce que dévoile chaque sens concernant notre environnement en faisant référence à nos deux récits.

1. Vue

Le sens visuel nous semble essentiel à la compréhension d’un espace. Celui-ci nous permet de prendre conscience des éléments physiques qui composent notre environnement ainsi que le rapport entre son corps et l’environnement. Notamment, l’observateur est engagé par sa vue qui lui permet de constater sa proximité ou sa distance avec des personnes, des édifices, des objets, etc. Par exemple dans le train, la vue permet de reconnaître ce qui est directement dans nos alentours au sein du wagon en contraste avec le paysage lointain à l’extérieur du train. Ce sens permet également à l’observateur de reconnaître son environnement selon les composants qui captent son attention et qui lui demeurent en souvenir. D’autre part, la vue permet d’apercevoir des indications ou de nous alerter d’un événement. En apercevant le tram depuis la rue, il est survenu dans les deux récits comme indicateur de la nécessité de se dépêcher. Le sens visuel permet aussi à l’observateur d’évaluer l’esthétique de son environnement ce qui influence son bien-être au sein de l’espace. Les paysages observés depuis le train sont un exemple d’expérience visuelle agréable. Enfin, le sens visuel permet à l’observateur de se situer dans son environnement et grâce à ces constats, de percevoir l’ambiance vécue.

2. Odorat

L’odorat semble apporter une valeur ajoutée à l’ambiance d’un espace. Celui-ci révèle la perception des autres personnes dans l’espace et des activités qui ont lieu. Ce sens peut réveiller un souvenir chez l’observateur qui reconnaît une odeur ou sa source. Dans les deux récits, nous avons constaté des odeurs particulières comme celui de tabac ou de parfum. Celles-ci peuvent être ressenties de manière agréable ou désagréable selon sa source et selon l’observateur. Dans les scénarios observés, les odeurs qui sont survenues étaient reconnaissables à l’observateur mais n’étaient pas appréciées par ceux-ci. En contraste avec la vue, il est plus difficile d’atténuer ou d’anéantir une odeur dans son environnement.

3. Ouïe

L’ouïe a été très active lors de cet exercice. Les bruits et les sons perçus alertent ou informent l’observateur des activités dans son environnement ou d’un événement. Par exemple, les bruits tels que l’ouverture des portes de tram, le sifflet du contrôleur et les annonces transmettent des informations précises à l’observateur alors que le bruit de voitures et de discussions de passagers participent à la caractérisation de l’espace. L’intonation et la clarté des bruits informent l’observateur de sa proximité ou sa distance avec la source. Le bien-être de l’observateur est également influencé par ce qu’il entend puisque les bruits peuvent être perçus comme étant agréables ou non. Par exemple le chant d’oiseaux enrichit l’ambiance alors que le sifflement pour le départ du train peut se lire comme une perturbation. L’ambiance est donc réglée par ces sources de bruits; ainsi un bruit désagréable à distance peut être plus tolérable que si celui-ci est rapproché. Plusieurs bruits composent l’ambiance d’un espace et il faut donc un certain équilibre afin d’en prendre conscience ou de l’ignorer.

4. Corps et kinesthésie

Le corps permet de ressentir divers aspects de l’espace. D’une part, il prend conscience du mouvement et de la vitesse que prend son environnement, que ce soit par le bercement du ou le bousculent causé par le mouvement du train par exemple. Même avec les yeux fermés, on s’aperçoit de la luminosité et l’ombrage des espaces ce qui peut entraîner un confort ou un inconfort. Par exemple, le passage dans un tunnel génère un changement d’ambiance plutôt brusque. La température et le micro-climat sont d’autant plus ressentis par le corps. La chaleur des rayons de soleil ou provenant des nombreuses personnes occupant l’espace et la fraîcheur du vent en sont des exemples. Le ressenti du corps semble avoir un impact important sur la perception d’une ambiance, une influence directe sur le confort chez l’observateur. Par exemple lorsque le train est rempli, il y a beaucoup de monde et les passagers ont la sensation de manquer d’air ce qui crée une ambiance pesante qui n’est pas agréable. On remarque que le corps fait la lecture de son environnement par plusieurs manières différentes.

QUESTION DE PERCEPTIONS

On s’aperçoit qu’un seul sens ne réussit pas à décrire l’ambiance d’un espace mais plutôt des qualités individuelles. C’est donc la combinaison des observations sensorielles qui permet la lecture de l’ambiance de l’espace. Grâce à cette expérience et notre analyse, nous avons pu prendre conscience des gestes et des situations du quotidien que nous avons tendance à mépriser. Nous avons appris à porter une plus grande attention à nos alentours et à la manière dont on perçoit les éléments qui composent l’espace. Nous voyons donc une valeur à l’observation de ces éléments du quotidien qui dans l’ensemble, ont un impact important sur l’ambiance et l’expérience vécue.

Effectivement, les parcours qui ont été entrepris pour cet exercice ne reflètent qu’un échantillon des perceptions d’ambiances dans les espaces publics. Il serait intéressant de compléter un exercice semblable dans des espaces publics extérieurs. On pourrait s’attendre à des perceptions qui engagent les sens de manière différente. Nous continuerons de faire la lecture de l’espace par l’ambiance captée par nos sens.

À vous maintenant, de prendre conscience et d’éveiller vos sens.

Pour citer ce billet : Kayla MAURICE et Jeanne THOVISTE , «Séquences d’ambiances», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] https://ehas.hypotheses.org/1006

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *