Regards de designers sur la relation entre sociologie et architecture

Analogie entre la pensée design et le processus de création architecturale

I – Constat : Retour sur l’enseignement “Urbanités et Ambiances de l’espace public”

Durant ces derniers mois, nous avons suivi un enseignement se nommant “Urbanités et Ambiances de l’Espace Public”. Nous sommes étudiantes en design à l’ENSAG et nous avons suivi ce cours avec des étudiants en architecture.

Cet enseignement vise un croisement entre plusieurs disciplines. Les objectifs étant de connaître, définir et mobiliser des termes fondamentaux de la recherche architecturale et urbaine sur l’ambiance : urbanité, ambiance, espace public, sensible, esthétique, signification, éthique… Développer une posture critique sur la base de connaissances théoriques et empiriques.

1.1 – Expérience durant l’enseignement

Cet enseignement a été envisagé sous la forme de 3 séquences thématiques successives ; avec à chaque fois l’approche de l’in situ avec une enquête de terrain qui a pris des formes multiples.

1ère approche : REGARDER

Nous avons pu aborder la technique de l’observation neutre, afin de comprendre des situations de l’ordinaire, d’en comprendre le fonctionnement et les ‘règles’.

OUTILS : observation en lieu réel ; regard neuf ; prendre du recul ; observer ; regarder avec recul des situations de l’ordre de l’ordinaire pour comprendre ce qui en fait l’essence.

2ème approche : ÉCOUTER

Nous avons pu aborder la technique de l’entretien non-directif ou semi-directif.

Le but étant durant l’entretien de faire ressortir des moments d’attention esthétique durant des expériences de l’ordre de l’ordinaire.

OUTILS : entretien ; faire ressortir quelque chose d’inconscient chez la personne interviewée ; insister sur des détails insoupçonnés ; provoquer un certain recul.

3ème approche : CHEMINER

Nous avons pu aborder la technique des parcours commentés, et comprendre la différence entre l’espace vécu et l’espace conçu.

En général on se pose la question « quelles sont les personnes qui pratiquent ce lieu? »; ici on s’est posé la question « comment on pratique ce lieu? »

OUTILS : marcher dans la ville ; explorer le terrain ; éprouver : perceptions sensorielles ; comprendre quels sont nos repères ; comprendre et ressentir les seuils d’ambiance éprouvés au regard de nos différents sens.

Dans ces 3 différentes approches, la similarité a été l’attention au détail dans le quotidien. Prendre du recul pour comprendre comment on bascule d’un environnement à l’autre ; comment des moments se séparent d’autres moments dans une expérience ordinaire.

Si on voulait résumer on pourrait dire que nous avons cherché à révéler des choses “naturelles” qui en fait ne le sont pas tant que ça.

1.2 – Questionnement

Nous, étudiantes en Design, avons été confrontées au regard des architectes vis-à-vis de cette approche. Nous sommes déjà familières de ce type d’approche, il fait complètement partie du processus de projet en design, mais ce qui nous a justement perturbé est qu’en architecture, ou du moins dans le programme pédagogique, ce n’est qu’une option d’approche, tous les étudiants ne passent pas par ce type d’approche qui nous, nous paraît essentielle.

Le cliché étant de dire qu’il y a une prédominance du visuel dans la conception architecturale alors qu’en design cette approche sociologique et anthropologique est complètement intégrée au processus.

Les questions qui nous sont donc directement venues à l’esprit étant si ce « cliché » est réel ou si c’est seulement une image perçue. Nous nous sommes donc intéressées au processus de création en architecture face à nos connaissances en pensée design.

 

II – Architecture et Design : Processus


L’architecture et le design agissent en tant qu’ils déterminent et qu’ils laissent faire. Ils déterminent une forme à la fois physique et symbolique et un type d’action qui prend forme au fil du temps. Comment l’architecte et le designer se mettent-ils à devoir des choses à l’usager à partir des formes qu’ils édifient ? L’architecte doit partager avec l’usager des axes de valeurs capables de fonder un terrain d’entente sur la qualité d’un bon bâtiment et de l’usage juste qui en est fait. Car c’est bien à la lumière de l’usage que s’éprouve et s’atteste la qualité d’un bon bâtiment. L’architecte romain Vitruve (Ier siècle avant JC) avance dans un traité l’idée que:

“ l’utilité veut que l’on dispose l’édifice si à propos que rien n’empêche son usage; en sorte que chaque chose soit mise à sa place, et qu’elle ait tout ce qui lui est propre et nécessaire”

Parallèlement, le design n’est pas qu’esthétique. Aucun des designers questionnés n’évoque la dimension esthétique comme objectif premier de sa démarche. L’esthétique n’est que la conséquence visible d’un long processus. Le design est d’abord l’étude des usages et la satisfaction de l’utilisateur.

« Un objet n’est pertinent, pas seulement pour son usage, mais aussi par sa composition, son lieu de fabrication. Et finalement par qui en dispose et comment » Konstantin Grcic, designer industriel.

Alors pourquoi avons-nous cette image que l’architecture n’est là que pour créer de l’esthétique contrairement au design?

2.1 – Processus de design

Les phases d’un projet design et les livrables qui leur sont associés suivent un temps qui va de la phase d’analyse durant laquelle il n’y aura pas à proprement parler de réponse graphique, à la phase de création jusqu’aux phases de mise au point et de développement industriel du projet. La Pensée Design s’appuie sur une véritable méthode, précise et rigoureuse. C’est ce qui lui permet d’être adaptable à toute problématique et exploitable par tout le monde.

La méthode Pensée Design retient une approche chronologique de succession de postures d’ouverture et de fermeture, c’est-à-dire de convergences et de divergences :

 

 

« Etape 1 – Empathie : se mettre à la place du consommateur et comprendre ses besoins.

Pour créer des innovations porteuses de sens, vous devez connaître les utilisateurs, vous mettre à leur place, savoir comment ils vivent. C’est le travail par lequel on comprend les humains dans le contexte du défi posé par le design. Il s’agit d’un effort pour comprendre comment et pourquoi les individus font ce qu’ils font, quels sont leurs besoins physiques et émotionnels, comment ils voient le monde et ce qui est significatif pour eux.

Etape 2 – Définition : définir le problème à la source.

Définir le bon problème est le seul moyen de créer la meilleure solution. Définir vise à amener de la clarté et de la focalisation dans l’espace du design. C’est votre responsabilité de définir le défi sur la base de ce que vous avez appris des attentes définies à l’étape précédente. En considérant la dimension empathique envers votre cible, cette étape vise à insuffler un sens à l’information collectée. Elle permet ainsi d’articuler un point de vue sous la forme d’une intention de projet.

Etape 3 – Idéation : générer plusieurs idées pour solutionner le problème.

Ce n’est pas trouver une bonne idée. C’est générer la plus large gamme de possibilités. C’est la phase du processus de design où vous vous concentrez sur la génération d’idées. Mentalement, cela représente un processus de divergence pure en termes de concepts et d’outputs. L’idéation doit nourrir (en termes d’énergie et de matériel) la conception de prototypes destinés à vos utilisateurs. C’est un « brainstorming »: l’activité quintessentielle de la pensée design.

Cette étape doit se nourrir d’aller-retour vers des paroles d’experts. Nous ne pouvons pas connaître et être expert dans toutes les disciplines ; nous devons donc à chaque étape, chaque idée générée se nourrir de l’avis d’experts. Ce que nous appelons experts ici, ça peut être tout type de personnes ou structure, par exemple on pourra se nourrir des idées et avis d’un menuisier lorsque nous projetons un projet artisanal ; ou nous nourrir de la parole d’une mère lorsque nous projetons un projet destiné aux enfants ; etc.

Etape 4 – Prototype : choisir un (business) model

Construire pour prendre du recul et tester pour apprendre. C’est la phase qui consiste à générer de manière itérative des artefacts visant à répondre aux questions qui vous amèneront plus près d’une solution définitive. L’idée ici est de générer des prototypes rapides et « faciles »: leur objectif principal est de générer du feedback des utilisateurs.

Ici encore, dans la phase de prototypage il faut de même continuer à consulter la parole d’experts pour éprouver notre projet / produit.

Etape 5 – Test : lancer le projet

Tester est une opportunité d’apprendre de votre solution et de votre utilisateur. A ce stade-ci, tester permet de solliciter du feedback sur la base de vos campagnes « prototypiques » afin de réaliser une autre itération empathique avec vos usagers potentiels. »

(http://blog.educpros.fr/fabrice-mauleon/2014/02/03/les-5-etapes-de-la-pensee-design/)

2.2 – Processus de création architecturale

L’architecture quant à elle, est une vieille discipline, il y a eu diverses approches et les processus de création sont multiples. Il n’y a pas de processus défini comme en design. Au tout début la dimension était esthétique mais aujourd’hui on se rend compte que l’approche n’est pas du tout unique.

« Concevoir l’architecture est un processus complexe qui implique, au-delà de sa mise en forme, la prise en compte de multiples facteurs d’ordres physiques, psychologiques, sociologiques, historiques, culturels, économiques, écologiques. Face à cette réalité, la question qui se pose aux enseignants est de savoir comment permettre aux étudiants d’aborder cette complexité et de la rendre accessible graduellement ou par aller-retour, sans risquer de la faire disparaître par excès de simplification. »

(http://books.openedition.org/cdf/3379)

 

 

Dans l’enseignement liant sociologie, usages et architecture, l’objectif est de faire percevoir, analyser, comprendre et ressentir l’espace, en d’autres termes le faire vivre pleinement, et pouvoir représenter ces processus pour amener les étudiants à donner du sens à ce qu’ils apprennent, et défier cette dimension fausse qui ressort souvent de l’architecture en tant que discipline qui crée seulement de l’esthétique.

2.2.a – À quel moment particulier et dans quelles conditions la sociologie et les sociologues sont-ils « entrés » dans le champ de l’architecture?

La naissance de la relation entre  la sociologie et l’architecture est facilité par le fait qu’en 1968, sur fond de contestation de l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts (ENSBA), les architectes sont en quête des ingrédients d’une critique des projets architecturaux et d’un renouvellement de l’architecture par la fréquentation des travaux issus des sciences sociales et de la philosophie, tandis que de son côté la sociologie cherche des terrains et des lieux d’investissement propre à son développement comme discipline en tant que telle. Le champ de l’architecture cherche à substituer à l’ancienne École Nationale des Beaux-Arts une autre vision, notamment appuyé sur la référence à « l’architecte intellectuel » contre « l’architecte artiste ». Le travail de Daniel Pinson (1993), architecte sociologue, montre comment des notions comme celles « d’usage » et « d’appropriation », issues des sciences sociales, ont pu, à un moment donné, permettre un renouvellement des positions dans le champ de l’architecture et plus généralement aménager les conditions de construction de véritables pensées dites parfois « socio-architecturales ».

2.2.b – Dans cette démarche, comment s’organise aujourd’hui cette relation socio-archi?

La relation socio-archi, fondée sur la volonté des architectes en recherche d’appuis critiques et théoriques grâce à la sociologie capable de faciliter des collaborations dites “transdisciplinaires” en entreprenant avec les architectes de faire entrer la question des « usages » et des « usagers » dans la production architecturale et urbaine. On a vu ainsi, avec l’apport des sciences sociales, apparaître la volonté de faire une architecture « parlante » : une architecture dans laquelle la fonction ne l’emporte pas sur le sens. On peut citer deux exemples de méthodes sociologiques entrant dans le processus de création architecturale permettant à l’architecte d’étendre son regard et sa réflexion en parallèle à la méthode de design où le concepteur, durant la phase de création, questionne d’autres acteurs pour un retour sur son projet.

L’architecte questionné : Le but étant d’imaginer un dispositif pour révéler les questions pratiques du processus du projet architectural. D’où l’idée de demander aux architectes de se choisir un partenaire en qui ils auraient confiance, qui serait attentif, patient, qui poserait les bonnes questions. Un partenaire qui suivrait l’architecte durant le processus créatif et qui l’aiderait à expliciter ce qu’il a fait au cours de cette élaboration du projet. Celui-ci ne sera pas un enregistreur passif, un observateur respectueux, mais un véritable acteur qui saura poser les bonnes questions, faire dire des choses, provoquer du recul et induire l’approfondissement, insister sur des détails sous-estimés, évaluer des intentions spatiales contenues dans un plan. Cette démarche permettrait de valoriser le sens du projet.

L’architecte et l’usager : Pour une bonne appropriation de l’espace, il faut qu’il y ait un dialogue entre maître d’œuvre et usager, non pour parler de forme architecturale, mais de fonctionnalités, d’envies d’usage, de manières dont chacun souhaite vivre le bâtiment au quotidien. Un plan d’équité s’établit là entre l’architecte et l’usager. L’usager parle d’usage, l’architecte de la projection de l’usage, de sa traduction dans le projet à venir. La spatialisation et la formalisation du projet sont mieux comprises ; ce sont celles de l’usage convenu. Et la confiance s’établit. Cette condition est non seulement utile pour lancer et penser un projet, mais surtout pour sa bonne fin, sa bonne suite. Au mieux cette étape est conduite, au mieux le projet sera approprié, car partagé, compris, porté dans le temps.

(https://iaps.architexturez.net/system/files/pdf/iaps_10_1990_1_173.content.pdf)

III – Réflexion. Vision du métier d’architecte

De la simple habitation aux grands projets de prestige, l’architecture est présente au quotidien dans la vie de tous. Elle reste cependant encore peu prise en considération à sa juste valeur tant par le grand public que par les décideurs, et cela malgré la loi sur l’architecture du 3 janvier 1977, qui faisait de l’architecture une « expression de la culture » et la déclarait « d’utilité publique ».

Le grand public trouve parfois la profession d’architecte inutile et trop chère. On se rend vite compte que cet a priori est faux, un travail d’architecte est mieux conçu et pas forcément plus cher. Pourtant, il est vrai qu’aujourd’hui on peut faire sa propre maison sans architecte. En France, 2 constructions sur 3 ne font pas appel à un architecte, contrairement à la Belgique par exemple. Bien des personnes ont un désir d’architecture mais cela n’est pas assimilé à un désir d’architecte. L’Architecture (avec un grand A) est souvent perçue comme de la haute-couture, du luxe, et non comme du “prêt à porter” alors que c’est le cas. L’architecture doit être là pour nous permettre de vivre bien, de vivre mieux. On s’est habitué à la commande publique plutôt qu’au particulier. Alors que c’est là où l’architecte est le plus présent.

Dans le processus de design, les croquis et la recherche, tant que les mises en situation viennent appuyer le propos dans chaque présentation de nouveau produit. On va toujours présenter le produit face à l’usager. En architecture, les paramètres de conceptions sont là, l’argumentaire est là mais la communication sur un projet se fera par de belles images et non l’explication de la forme, du « comment ». La vision du métier peut donc être une partie du problème, car beaucoup d’architectes font des projets avec des démarches proches de l’usager mais l’image qui est communiquée n’est pas démonstrative.

Le problème n’est-ce pas finalement de mieux faire comprendre ces démarches à l’usager plutôt que seulement son résultat final et sa qualité esthétique?

Il faut permettre aux gens de comprendre l’architecture. Aujourd’hui on a un enseignement à l’école sur l’art mais pas sur l’architecture. On pense bien souvent que l’architecte est là pour faire des jolis plans alors qu’il est là pour construire et changer le quotidien des habitants. Il faut renouer avec l’architecte et sa pensée. On parle toujours des gros projets, mais pas assez des petits projets et des rénovations.

L’architecture doit se réapproprier l’ordinaire. 

(Odile Decq : Libérez l’architecture : https://www.franceinter.fr/emissions/le-5-7/le-5-7-08-juillet-2014)

 

Mariem AOUNI & Emilie BELGRADO.

Pour citer ce billet : Mariem AOUNI & Emilie BELGRADO, «Regards de designers sur la relation entre sociologie et architecture», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/1019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *