Un paysage synesthésique

Suite au travail sur les ambiances de l’espace public, nous avons choisi de nous intéresser aux différents modes de représentation du sensible, à travers l’analyse d’une place entre rue et parc. Nous avons arpenté Grenoble pour finalement nous installer à une des entrées du Jardin de Ville de Grenoble, à l’angle des rues de Belgrade et Montorge, sous les arbres.

Ville: Grenoble Lieu: entrée du Jardin de ville, au coin des rues de Belgrade et Montorge Date : samedi 20 mai 2017 Heure : 10h00 à 11h00

Vue du parc

 

Vue d’ensemble du lieu, selon notre point de vue

Processus

Nous avons tenté de représenter nos ressentis face à cet espace vert par différentes techniques de dessins. Nous nous sommes assises toutes les deux sur un banc, en gardant le même point de vue. Sur un médium de format A4, nous avons déterminé à chaque fois quel type de représentation nous servait pour quel type de ressentis. En choisissant exactement la même méthode et le même point de vue, nous voulions ainsi comparer par la suite nos ressentis. La colonne de gauche contient les dessins d’Amélie, et la colonne de droite ceux de Mathilde.

Pour commencer, nous avons représenté nos ressentis kinesthésiques en peignant à l’encre de chine les yeux fermés. Nous voulions représenter la présence et l’absence des autres objets nous entourant. Cette technique de représentation nous a permis de calibrer la composition (avec de l’encre plus ou moins diluée) selon notre ressenti. Le résultat exprime l’espace plutôt en coupe puisque notre point de vue nous permettait de voir l’ensemble de la scène, ainsi que le sol et le ciel, sur 180°.

Impressions kinesthésiques traduites à l’encre de chine

Ensuite, pour représenter nos ressentis auditifs nous avons choisi l’aquarelle. Nous avons traduit les sons et les bruits qui nous entouraient en couleur. Par exemple, les chants des oiseaux dans les arbres évoquaient pour toutes les deux des taches chaudes, dans les tons de rouge, orange et jaune. En contraste, les sons plus doux et effacés se traduisaient par des taches froides. Et nous avons toutes exprimé le bruit de la rue par une traînée grisâtre, superposée sur les autres bruits.

Sons transcrits à l’aquarelle

Pour représenter nos sensations par rapport à cet environnement, nous avons aussi choisi l’aquarelle. Par le contraste de tons chauds ou froids, nous avons transposé nos ressentis par rapport à la température et à l’humidité ou sécheresse de l’environnement nous entourant. Nos deux ressentis traduisent la chaleur du sol de bitume sous nos pieds, contrastant avec l’humidité et le froid du vent venant du parc (à droite de la composition).

Sensations tactiles traduites à l’aquarelle

Finalement, nous avons observé et dessiné la scène devant nos yeux, simplement en représentant la configuration du lieu selon notre point de vue sur le banc. Pour compléter, nous avons pris des photos (voir ci-haut).

Croquis

Conclusion

En comparant à travers un même médium des sensations non-visuelles, cette expérience nous a permis de révéler de façon plus sensible les perceptions que nous ressentons sans être capables de les coucher sur papier. Avec la déconstruction de l’environnement en différentes couches de sensations pour une reconstruction postérieure calque par calque, nous révélons à la manière d’un géographe la complexité de l’ambiance urbaine. De ce travail naît un nouveau type de représentation en coupe de l’espace sensible, dans une logique synesthésique.

Impressions auditives et sensations tactiles superposées

Impressions auditives, sensorielles et kinesthésiques superposées

Croquis et impressions kinesthésiques superposés

Impressions auditives, sensorielles, et croquis superposés

Superposition de l’ensemble des ressentis et croquis

L’emplacement choisi, lieu de passage entre les rues du centre-ville et le Jardin de ville permet de mettre en valeur les différences de perception entre espace végétal et urbanisé.

La principale différence entre les représentations est l’orientation du regard et la technique graphique. Tous deux peuvent être compris comme le résultat de notre passivité et de notre subjectivité. En outre, nos transcriptions sont très proches. Pour toutes les deux, les sons de la ville sont gris (voiture, discussions, moteurs) et forment un amas opaque en arrière-plan, alors que l’espace végétal coloré, vibrant et protecteur vient nous entourer. Le vélo qui a traversé devant nous a lui aussi été représenté de façon similaire, par un trait en pointillé dans les tons bleus. En comparant nos deux transcriptions à l’encre de chine de nos ressentis kinesthésiques, nous pouvons remarquer qu’ils sont très proches, bien que ce soit la première fois que nous essayons de ressentir uniquement la présence ou l’absence de corps autour de nous. Le feuillage des arbres est ressenti comme une masse entourante, protectrice. Si l’on s’intéresse aux ressentis à l’aquarelle, le contraste en végétal et bâti est là aussi marquant: sec, chaud, dans les tonalités de jaune et rouge; alors que le végétal est composé d’une multitude de taches humides dans les tons de bleu-vert. Il est important de noter la dissociation entre couleurs perçues et couleurs transcrites d’un point de vue sensitif.

Par certains aspects, ce travail peut être rapproché de celui effectué par Chloé Gérard, «La ville sonore» (le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), mis en ligne le 17 septembre 2015).

Il pourrait être intéressant de réitérer l’expérience en focalisant notre attention sur d’autres sensations en dissociant par exemple le chaud et le froid, le sec et l’humide, l’ombre et la lumière, etc. ou de l’inscrire dans le temps en faisant les mêmes représentations à différents moments de la journée ou de l’année. Il serait intéressant de réitérer l’expérience avec des personnes de différents âges, différentes cultures pour pouvoir observer l’influence du sujet percevant sur les ressentis de l’environnement et pouvoir confirmer l’hypothèse de similitude dans les modes de retranscription des sensations non-visuelles.

Billet produit par Mathilde Chauvin-Amyot et Amélie Garreau, le 22 mai 2017.

Pour citer ce billet : Mathilde Chauvin-Amyot et Amélie Garreau, «Un paysage synesthésique», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] https://ehas.hypotheses.org/1129

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *