La canette

Dans l’article que vous commencez à lire, nous allons mettre en lumière une expérience que nous avons vécue. L’exercice proposé était de “ Se laisser surprendre en expérimentant un terrain ”. L’objectif est de vivre l’expérimentation afin de saisir les divers seuils d’ambiance dans le quartier. Pour réaliser cette expérience il faut être trois personnes qui vont tour à tour échanger les rôles.

  • Le parcourant “en aveugle” AA : le participant met un bandeau sur les yeux et chemine avec l’appui du guide.
  • Le guide HSD : il décide des trajectoires et des divers obstacles sur le parcours et veille sur le parcourant.
  • Le témoin LC : il prend des notes et des photos du parcours.

Nous avons choisi un des trois parcours proposés qui est “de l’ensag au groupe scolaire La Fontaine.”

 

­­

AA_ J’étais la première à commencer l’exercice en tant qu’aveugle. J’avais peur car c’était la première fois que je faisais cette expérience à l’extérieur mais j’avais confiance en celle qui me tenait, qui était Houda alors que pendant tout le trajet j’ai cru que c’était Léa.

J’ai découvert à ce moment-là que le deuxième sens auquel je donne confiance après la vision est l’ouïe car je ressentais tout très fort, même s’il s’agissait de bruits très lointains. Mais est-ce que les sons étaient vraiment très loin ? Ou est-ce moi qui les entendais plus fort car les filles ne percevaient pas les sons?

Au milieu du parcours, j’entends brusquement des personnes qui crient. Je ne comprenais pas ce qu’ils disaient, mais j’avais l’impression qu’ils nous insultaient.

LC_J’étais témoin dans cette expérience, au côté gauche de Achwak quand l’événement s’est produit. J’entends des garçons crier. Je relève la tête, ils sont au quatrième ou cinquième étage du bâtiment dans lequel on va passer.

AA_Les cris ne m’ont pas fait peur, mais j’ai paniqué quand j’ai entendu Houda dire « il faut changer de direction ».

HSD_J’ai proposé aux filles de changer de direction et d’aller plus vite quand j’ai entendu les insultes car je les avais vu de loin. « Mettez-lui les menottes espèce de biiiiiip !! » « Qu’est-ce que vous faites bande de biiiiip ». J’avais peur et j’ai senti un danger arriver. Je me suis demandée à ce moment-là, comment il faut réagir dans ces situations ? Est-ce qu’il faut continuer ? Est-ce que ça vaut le coup de « se mettre en danger » ?

AA_ J’ai ressenti la peur de Houda parce que j’ai senti sa main se serrer sur mon bras et son souffle s’accélérer et soudain j’ai entendu quelque chose de métallique tomber devant moi, ça m’a fait sursauter. Je ne savais pas ce que c’était donc j’ai demandé aux filles ce qu’il se passait.

LC_Quand j’ai vu la canette tomber devant nous, j’ai vu les filles paniquer, surtout Achwak qui ne voyait rien. Alors j’ai essayé de la rassurer en disant « c’est rien c’est une canette ». J’étais d’accord avec Houda, qu’il fallait qu’on aille plus vite pour s’abriter sous le porche de l’immeuble.

HSD_En tant que guide, j’ai serré avec mes deux mains le bras de Achwak et je l’ai poussée à avancer plus vite. A ce moment-là, je me suis sentie responsable de sa sécurité; il fallait que je réagisse rapidement. Quel est la réelle fonction d’un guide ce genre de cas ?

AA_Dans l’incompréhension, j’ai suivi les mouvements de Houda, en avançant j’ai tapé dans la canette. Je demande de nouveau aux filles des explications. Léa m’a dit « t’inquiéte pas, c’est la canette qui a été lancée. » C’est comme ça que j’ai compris l’action qui venait de se passer. Comment un aveugle peut ressentir le danger sans le voir ?

On s’est arrêté sous le porche de l’immeuble. On a rassuré Achwak sur ce qu’il s’était passé. On s’est posé la question de comment continuer le parcours qui était défini. Fallait-il qu’on reste sur le chemin ou que l’on change de direction ?

Après avoir enchainé chacune les différents rôles, nous avons constaté que chacune de nous interagit différemment avec l’espace et le voit de façon différente. Par exemple, instinctivement l’ouïe prend le dessus sur les autres sens lorsque l’on se place en position de “non-voyant”; alors lorsqu’on doit faire attention à une autre personne la sensation de l’espace diminue pour se focaliser essentiellement sur cette personne. Alors qu’encadrer la démarche et être spectateur de l’expérience permet de récolter et d’analyser les différentes réactions par rapport à l’environnement.

On a remarqué que chacune des trois personnes entame une connexion différente avec l’espace et à la fois complémentaire pour réaliser cette expérience.

 

 

 

 

Pour citer ce billet : Léa CAPEZZA, Houda SAAD, Achwak AGUERBAOUI, «La canette», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/1167

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *