Retours sur enquête sociologique

ENQUETE SOCIOLOGIQUE SUR LA LIGNE DE TRAM « A »

Retours sur expérience

Sur un semestre, nous avons étudié la ligne de tram A dans ses aspects sensoriels et sociologiques. Dans le cadre d’un trajet, il s’agissait de découvrir des sociologues et leurs écrits ainsi que des méthodes de recueil de données: observation, différents types d’entretiens (directifs, semi et non-directifs), relevés ou représentations d’ambiances.

Nous vous livrons ici un entretien au sujet de cette expérience étudiante afin de mettre en relation deux ressentis autour des thèmes abordés. Nous avons élaboré les questions et nous nous les sommes posées mutuellement.

  • Présentations

W : Je m’appelle Willy Dutilleul et suis étudiant à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble depuis 4 ans. J’utilise le tram A de temps à autre, lorsque mon vélo est en panne ou qu’il fait mauvais temps.

E : Je suis Elizabeth Ayala, étudiante en échange, je viens du Mexique et je fais ma quatrième année dans le master « Architecture Paysage Montagne ». Je fais du vélo mais j’ai pu utiliser le tram pour cette enquête sociologique.

  • Quelle était ta première impression pour cette étude sociologique du tram A ?

W : J’avais déjà fait une enquête sociologique par le passé, axée sur le dessin à la main où on avait interrogé des professeurs et architectes. Ici cette enquête concerne un espace en particulier et c’est la première fois, la première situation où l’on étudie un espace sans avoir pour idée d’y projeter quelque-chose. C’était juste un exercice d’analyse et de constat dont on n’a pas l’habitude et c’est déconcertant. Il a fallu se concentrer sur l’observation, l’écoute, les ressentis, quelque part travailler les sens dans un espace où parfois on les met au repos.

E : Ma première impression quant à cette étude a été une comparaison entre ce système de mobilité dans la ville et la situation à Guadalajara. Il n’y a pas là-bas un système comme ici, les trains sont plus utilisés avec les bus et les taxis. J’ai remarqué que l’accessibilité du tram est ici possible pour tous. La société de Grenoble apporte des aspects culturels particuliers, comme par exemple la structure des arrêts de tram et la ponctualité des passages. Ça a été un enrichissement personnel d’observer les comportements et comprendre les interactions.

  • Quel auteur ou sociologue t’a marqué et pourquoi ?

W : Au premier abord, je suis attiré par la sociologie pour son aspect pratique avec par exemple l’observation, les entretiens, l’investigation en général. J’ai pu être intéressé par la diversité des approches sociologiques abordés par Rachel Thomas dans son essai sur la Marche en ville. Cependant, ce sont les travaux d’observation des étudiants qui m’ont le plus passionné. La pluralité des qualités d’écriture, de rédaction, de vision et de ressentis par rapport à un même lieu proposait des expériences plus concrètes que les travaux théoriques des sociologues. Le partage des expériences et les lectures faites en cours ont ensuite permis de faire des liens avec des notions avec des travaux de sociologues.

E : Parmi tous les textes que l’on a abordés j’ai retenu en particulier le sociologue Erving Goffman. Il m’a intéressé car il parle directement des interactions sociales, ainsi que des comportements humains. J’aime la comparaison qu’il fait entre les interactions de la vie quotidienne et les scènes de théâtre. On peut comprendre plus facilement la sociologie avec sa démarche qui est très proche de la réalité. Grâce à ses théories, j’ai changé et adapté mon regard lors de l’exercice d’observation.

  • Parmi les méthodes d’enquête essayées, laquelle a le plus retenu ton attention ?

W : On a eu l’occasion de tester plusieurs techniques d’enquête, celle qui m’a le plus marqué et dont je retire le plus de choses c’était l’observation qui se faisait sur des trajets quotidiens dans le tram A avec une prise de note en direct ou après. Cela permettait d’exercer un regard attentif et surtout une analyse ensuite par écrit. Quelque part cette analyse par écrit, on pourrait la comparer au croquis dans la mesure où le dessin sélectionne des choses auxquelles on porte attention. Là c’était pareil, en regardant et en écrivant c’était une sélection de tout ce qu’il pouvait se passer. Après réflexion et plusieurs opérations d’observation, j’ai vu qu’on pouvait observer à la fois des personnes et leurs interactions mais aussi les objets, le contexte extérieur ou l’expérience esthétique. Avoir ces sujets d’intérêt en amont permet d’en sélectionner ou de les prendre tous en compte pour exercer un regard orienté. Cette observation peut être utilisée brute mais elle doit surtout faire l’objet d’une analyse, voire d’une discussion comme celle qu’on a fait en cours qui était très riche en développement et où on pouvait faire des liens avec les différents sociologues ayant écrit.

E : Nous avons travaillé sur le sujet de l’observation de l’espace intérieur du tram. Grâce à cet exercice, nous avons abordé le « programme actanciel »: les différentes actions qui se produisent dans un espace. Nous avons alors pu remarquer et lister les « objets actants », constitués à la fois par les personnes mais aussi par les dispositifs permanents dans le tram. J’ai pu focaliser mon attention sur les mouvements des personnes et retranscrire cela en dessin.

  • Qu’est-ce que ça t’a apporté pour ta future pratique professionnelle ?

W : Cette étude m’a aidé à avoir une meilleure appréhension des méthodes sociologiques et des protocoles à mettre en place. Je pense que je serai plus apte à les utiliser et à y participer, à répondre à un entretien ou une enquête dans le futur. Également, il y a un aspect social. J’ai été très intéressé par l’entretien non-directif, avec un procédé d’amorce et de relances qui permet de mieux comprendre les ressentis et les aspirations d’une personne et quelque part ça peut être utilisé de manière informelle dans certaines situations. 

Comme je considère le métier d’architecte comme celui de médiateur avant d’être concepteur, avoir une expérience étudiante autour des interactions humaines comme celle-là était très enrichissant.

E : Ce travail m’amène à avoir une conception sensorielle de l’espace, comprendre davantage les interactions sociales, et en tant qu’architecte, avoir une analyse et conception spatiale plus directement liée aux usagers, plus ergonomique, ainsi que de prendre en compte les perceptions conscientes et inconscientes des usagers qui les amènent à agir et interagir entre eux.

Pour citer ce billet : Willy Dutilleul et Elizabeth Ayala, «Retours sur enquête sociologique», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/1300

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *