Traces de ville, traces de vies : Descriptions sensibles de situations urbaines

L’atelier de Projet Urbain, mené en février 2017 par Sylvie Laroche et Laure Brayer (chercheures au Cresson), au sein du Master 2 Urbanisme et Projet Urbain et Formation Continue à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble a donné lieu à un recueil de textes écrits par les étudiants.
Ce mode de production sous forme de livret de textes échappe souvent à la conservation des traces des enseignements.
Sylvie et Laure ont souhaité conserver et valoriser ce recueil de descriptions sensibles du territoire étudié dans le cadre du projet « Requalification Rue Général Mangin & Avenue Léon Blum », mandaté par la Ville de Grenoble.


Titre du livret :

Traces de ville, traces de vies : Descriptions sensibles de situations urbaines


Informations sur le contexte de production des textes :

Atelier de Projet Urbain « Requalification Rue Général Mangin & Avenue Léon Blum »

Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université Grenoble Alpes, Février 2017
Équipe enseignante : Sylvie Laroche (Responsable) & Laure Brayer
Présentation de la commande : Nicolas Quantin, Ville de Grenoble
Étudiants auteurs des textes qui vont suivre (inscrits en Master 2 Urbanisme et Projet Urbain et Formation Continue) : Aurélie Bazière, Muriel Chaffardon, Jérémy Chauvet, Camille Déal, Isabelle Duclot, Sibel Erdogdu, Camille Fouchier, Justine Gaillard, Geoffrey Galdames, Audrey Gamblin, Mélina Gaudin, Khrystyna Gorbachova, Céline Groléaz, Noémie Guillon, Sid-Ali Hamouda, Jean-Jacques Pazdzior, Karen Perocheau, Frédérique Perrin, Clara Petit, Mélanie Poupard, Céline Roland, Lucas Rouzier, Charlotte Séchaud, Emeric Simon, Elodie Turcq


Texte d’introduction :

C’est au coeur de l’hiver que nous avons arpenté un morceau de territoire situé au sud du « ventre mou » grenoblois : une portion sans nom ni identité arrêtée, délimitée d’un côté par la rue du Général Mangin, de l’autre par l’avenue Léon Blum.
 
À première vue austère, ce secteur d’activités à l’atmosphère industrielle et routière s’est révélé différemment au fil des pas et des descriptions sensibles ici rassemblées. En prenant le temps d’aller voir derrière le flot des voitures, le bal des camions, les vrombissements incessants et l’odeur d’essence qui encerclent ce périmètre urbain, les auteurs des textes qui suivent font en effet état d’un territoire de forme hétérogène. Composé de sous-entités aux morphologies variées (un petit lotissement enchâssé entre une grande halle et un quartier de barres modernes) reliées par des voies de circulation contrastées (passage pour les piétons sous la voie de chemin de fer, venelle abandonnée, autopont inhospitalier, petit sentier qui essaie tant bien que mal de se dessiner dans une zone enherbée), ponctué de landmarks imposants (le MIN et sa voûte en treillis kaléidoscopique, la halle General Electric, le totem de Caterpillar) et de constructions discrètes (quelques maisons échouées, un distributeur automatique de baguettes de pain, une modeste chapelle), le territoire exploré est aussi le lieu de rencontres singulières et de pratiques habitantes ordinaires. 
 
Traces de vies qui tracent la ville : les scénettes d’urbanité décrites témoignent d’un territoire plus aimable et inventif qu’il n’y paraît.

Lire les textes des étudiants

Vous disposez de deux modes de lecture de ces travaux, soit par feuilletage à partir du site ISSUU, soit en téléchargeant le livret au format PDF.
Feuilleter en ligne :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *