Prospectives sonores. Restitution des travaux des participants à l’Ecole d’Hiver 2017

L’Ecole d’Hiver 2017, organisée par le Cresson du 30 janvier au 3 février et inscrite dans le cadre de la Semaine du Son, proposait aux participants un travail sur l’esquisse sonore urbaine. Si l’esquisse est souvent considérée comme une approche très visuelle, l’idée est ici d’y associer une autre modalité sensorielle de la ville : le sonore. Pour travailler la question de la densité urbaine et des « espaces sonores » associés, cette semaine proposait de travailler sur deux morphologies architecturales : les tours et les cours.

Les terrains étudiés

Les quartiers Village Olympique et Vigny Musset à Grenoble ont été arpentés afin de poser un diagnostic sonore. Ces deux quartiers sont composés par des espaces piétonniers, parfois étanches avec des portes sonores donnant sur l’extérieur, et parfois ouverts, plus exposés à la circulation urbaine.
Leurs oppositions morphologiques (architecturales et urbaines) ainsi que leur proximité géographique, ont permis aux participants de les comparer, mais aussi de les articuler par le moyen d’écoutes transversales d’un quartier à l’autre. Deux balades sonores, l’une libre et silencieuse en journée et l’autre, nocturne guidée par Pascal Amphoux, ont permis de distinguer certains dispositifs architecturaux et sonores et de mettre en avant les marqueurs et les singularités des espaces.

Projeter avec l’outil Esquis’sons

Le cadre de l’exercice proposé aux participants était d’utiliser l’outil Esquis’sons pour projeter un nouvel environnement sonore au sein de ces quartiers. Plusieurs échelles pouvaient être retenues : le quartier, l’ilot, la cour, ou même le dispositif.
L’objectif, au-delà d’un simple diagnostic était de faire émerger des intentions sur des caractéristiques précises. Ainsi l’intervention était focalisée sur les notions de hauteur, de porosité et de temporalité comme les éléments essentiels d’une configuration sonore dense.

On distingue plusieurs catégories pour les scénarios d’intervention sonore. Certains proposent de véritables modifications de l’espace de manière à en changer la perception (« Variations en suspension » ) ; d’autres par l’implantation ou le déplacement de nouvelles sources provoquent des modifications du son lui-même et des écoutes nouvelles (« Amers Sonores » ou « De la fontaine au marché » ) ; enfin des scénarios proposent de changer la qualité des espaces sonores en modifiant leurs usages (« Degrés de publicité »)

L’exercice des scénarios sonores a permis aux participants de coupler l’utilisation des outils numériques de conception (Rhinoceros / Grasshopper / esquis’Sons!) au travail de terrain par le moyen de prises de son in situ et de petits entretiens avec les habitants. Ces ateliers qui visaient à hybrider les méthodes de travail sur trois demi-journées ont permis de mettre à l’épreuve les présentations théoriques dispensées pendant la semaine sur les méthodes et les fondamentaux de l’approche cressonienne du son.

La nouveauté de cette semaine intensive est notamment l’implication des habitants et l’ouverture vers une approche participative du son. L’implication des habitants s’est construite autour de trois événements : l’accueil des participants logés chez l’habitant qui a permis d’augmenter le temps d’immersion ; l’organisation de la soirée d’écoute réactivée sur le projet de recherche Esquis’sons! et co-animée avec Henri Torgue (Paysages->Paysages) qui a mené à un échange entre un vécu quotidien et un vécu singulier ; la journée de restitution des projets réalisés, à laquelle ils étaient invités, a laissé la place à un retour habitant sur les prospectives sonores.

Les projets

Degrés de publicité
Echelle de travail : la cour comme dispositif

Monique Bolli / Elsa Lebrun / Perrine Poupin / Xiyuan Zhang
L’équipe nous fait entendre l’effet de la suppression des grilles permettant l’accès aux cours de Vigny-Musset. Elle ajoute ainsi des lieux publics ouverts qui métamorphosent l’environnement sonore des îlots. L’esquisse sonore tente de faire entendre une diminution du degré d’étanchéité entre l’intérieur des cours et la rue.

Le banc volant
Echelle de travail : la tour comme édifice

Marie-Caroline Conin / Laëtitia Chamekh / Sami Ramzi Chibane / Mylène Le Lamer
Travail sur la hauteur et la modification d’une source sonore (un jeu de ballon) avec l’outil Esquis’sons dans une tour du quartier Village Olympique. La hauteur configure l’écoute en jouant des proximités et des étendues.

in TERRE action
Echelle de travail : la rue et la cour comme morphologie urbaine

Abdelaziz Barkani / Sebastien De Pertat / Bastien Lambert / Ummuhan Ozturk
Quelle prospective sonore pour le groupe scolaire Marie Reynoard situé « allée des Romantiques » à Vigny-Musset. Face à un linéaire existant qui sépare les espaces clos (cour, école), l’esquisse sonore cherche à rendre la configuration plus poreuse, offrir des espaces de sociabilité, la rendre plus sécure et piétonne. Esquisse sonore de changements bucoliques qui amène à Vigny-Musset terre, gravier et jardins partagés. L’intention est ici de travailler sur les seuils sensibles entre espace public et privé.

Amers Sonores
Echelle de travail : le quartier à travers ses marqueurs

Sara Ben Romdhane / Leonard Contramestre / Bertillia de Baudinière
Le travail cherche à caractériser les lieux d’un point de vue sonore pour pouvoir s’orienter comme avec des repères visuels. Esquis’sons! permet de faire varier la taille de la source et ainsi donner des effets de repères sonores plus ou moins lointains au quartier. Face à un espace sonore lisse, l’esquisse permet d’intégrer des marqueurs et de donner des repères à entendre.

Variations en suspension
Echelle de travail : le dispositif urbain à l’échelle du quartier

Sammy Benhis  / Zoé Chalaux / Jérémy Di Stefano / Fanny Kubenka
La déambulation dans les deux quartiers Vigny Musset et Village Olympique a amené le groupe à comparer les environnements sonores. L’objectif est d’importer les nombreuses variations présentent à Village Olympique (vallonements, hauteurs des tours, porte sonores) dans le quartier de Vingy-Musset. L’équipe propose une nouvelle passerelle traversante et sonnante. La traversée proposée transperce les îlots et donne à entendre un nouveau quartier. L’esquisse amène de nouvelles porosités entre les espaces du quartier (rue, cour de l’école, bâtiments, cours intérieures, jardin et avenue) et permet une prise de distance sonore par les variations de hauteur.

De la fontaine au marché (joué en direct)
Echelle de travail : Parcours de marqueurs sonores dans le quartier

Sylvain Biquand / Julie Debarbieux / Simon Thibert
Conception d’une ballade sonore disponible sur smart phone à partir de l’esquisse sonore. Après l’écoute des captations effectuées dans le quartier, l’équipe présente un nouveau Vingy-Musset sonore beaucoup plus exotique ! Dans la maille orthogonale, le groupe veut créer des pôles sonores fort. Il propose d’implanter des sources charismatiques et de polariser la vie publique pour rendre aux cours leurs rôles d’espaces d’intimité. ( Esquisse d’un marché, insertion d’une fontaine, marqueur sonore fort dans une place incertaine, création d’une serre tropicale ou encore d’un zoo). Le mot d’ordre ici : Connectez-vous pour entendre le son de demain !

Conclusion

Cette semaine du son cressonienne a permis aux participants de proposer de véritables projets sonores comme des matériaux à écouter et à débattre. L’utilisation d’esquissons! à ainsi ajouter à l’étude des morphologies architecturales une prise sur la fabrication ou la modification des espaces. On a ainsi pu assister à de vraies propositions prospectives et sonores. Les échanges avec les personnes connaissant l’histoire et les pratiques habitantes des lieux ont également été extrêmement riches pour éclairer les enjeux des projections sonores. De véritables scénarios prospectifs sonores ont été proposés en conclusion d’une semaine riche et intense, à la fois en contenu et en travail mené. Un bel échange !

Retouver l’intégralité des interventions et des débats sur la page dédiée à l’école d’hiver 2017 sur le site de l’équipe.
http://aau.archi.fr/cresson/ecole-dhiver-winterschool/ecole-dhiver-winterschool-2017/

 

Pour citer ce billet : Théo Marchal, Noha Saïd, « Prospectives sonores. Restitution des travaux des participants à l’Ecole d’Hiver 2017», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), 14 avril 2017. [En ligne] http://ehas.hypotheses.org/849

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *