L’usager, au cœur du projet architectural ?

Dans le cadre du cours “ Urbanités et Ambiances de l’espace public” dispensé par Théa Manola, Anthony Pecqueux et des intervenants du laboratoire CRESSON nous avons pendant un semestre exploré de nouvelles méthodes issues des sciences humaines et sociales afin d’aborder les ambiances de la ville. Cet article portera sur comment les méthodes de compréhension des usagers peuvent améliorer le processus de projet architectural ? Notre terrain d’étude pour expérimenter ces différentes méthodes d’observation a été la ligne de tramway A à Grenoble.

Dans un premier temps, Thi-Thuy-Ngan Dinh explorera dans son texte la méthode d’observation mise au point par Erving Goffman puis Alaa Sassi développera la notion d’observation actancielle. Enfin Chloé Monchalin racontera comment les entretiens semi-directif peuvent devenir bénéfiques dans le projet architectural. Nous conclurons sur comment ces méthodes peuvent être intégrées au processus de projet et comment elles pourront influencer notre pratique architecturale.  

Partie 1 : Les observations in situ, la méthode de E.Goffman

Partie 2 : Analyse de la spatialité, entre conception et appropriation

Partie 3 : Les entretiens semi-directifs

Conclusion

Bibliographie 

Partie 1: Les observations in situ, la méthode de E.Goffman

Dans cette première partie nous allons introduire la méthode d’observation in situ développée par Erving Goffman (1922-1982), qui:

« est un sociologue et linguiste américain d’origine canadienne, il est classé comme l’un des principaux acteurs de la théorie de l’interaction symbolique qui apprécient l’innovation et le rôle de l’individu dans la société »1 .

E.Goffman est reconnu pour ses enquêtes sur l’ordre de l’interaction, il soulève l’idée que l’homme est en perpétuelle représentation pour impressionner les autres, pour éviter d’être négligé, oublié. Il considère la société comme une scène, où les individus jouent leur rôle tel des acteurs. Pour lui, les comportements humains dépendent également de l’environnement, du contexte, de la culture, de l’espace et de la temporalité. Ainsi, pour nous, jeunes architectes ou designers, dans notre processus de conception du projet architectural, je pense que nous devons prendre pour habitude d’observer le comportement ainsi que l’interaction des gens pour mieux comprendre les usagers.

Pour mieux comprendre la méthode d’E.Goffman, nous avons expérimenté l’observation des comportements des usagers du tramway A entre Grand’place et Chavant. Dans notre groupe, nous nous sommes réparties selon les heures de la journée ainsi que les jours de la semaine  afin d’observer le tramway dans différentes situations. Dans le tramway, nous avons choisi de nous placer au fond du wagon afin d’avoir une vue globale des interactions dans le tram.

Dans un premier temps nous devons justifier notre présence sur le terrain d’étude, autrement dit, comment entrer dans le tramway et être en position d’observation sans déranger l’ordre social ? Selon Goffman, pour une observation réussie il faut être  « en position de nous dépouiller à l’extrême »2, c’est-à-dire de rentrer dans la peau d’un enquêteur et non plus être simplement un étudiant. Pour approcher plus simplement les autres usagers du tramway, nous ne nous montrons pas trop amicaux mais nous devons tout de même nous ouvrir aux rapports sociaux. Notre principal moyen de comprendre les usagers du tramway est de mettre en récit ce que nous observons.  Nous devons donc imaginer les histoires des usagers mais il faut que ces histoires ne soient pas un mensonge, ainsi nous extrapolons les signes que nous observons pour deviner si deux personnes se connaissent, s’ils sont collègues ou bien amis… En tant qu’ architectes ou designers, nous pouvons utiliser cette méthode d’observation in situ afin de comprendre le client, le propriétaire et les usagers du projet. Après, il faudrait observer et écouter bien leurs besoins et leurs désirs dans leur projet. L’architecte aura ainsi une vue globale pour concevoir des projets qui conviennent à l’identité et la personnalité de l’usager.

Dans un second temps, selon Goffman,  il faudrait rester au moins un an sur le terrain pour avoir une chance d’obtenir des observations vraies et représentatives. Pouvoir « disposer d’un éventail d’événements inattendus et d’être arrivé à instaurer un degré de familiarité et de confiance étroite avec les gens »3. C’est grâce aux événements quotidiens que nous pouvons comprendre mieux les us et coutumes des usagers observés. Par exemple dans la pratique du projet architectural, et si le terrain étudié était situé dans un quartier où les habitants sont pour la plupart des actifs, nous devrions effectuer l’observation de ce quartier dans des temps déterminés : le matin et le soir pendant les trajets pendulaires, le midi en sortie d’école… Nous observerons par exemple, après une journée de travail, que ces habitants ont besoin d’un quartier à l’ambiance dite tranquille, calme pour se reposer. L’architecte n’aurait pas idée de construire un bar bruyant dans ce quartier. Au contraire, la réflexion du concepteur serait d’apporter de nombreux avantages publics pour servir au mieux  la vie des habitants.

Je crois que la méthode d’observation de Goffman m’aidera à avoir une nouvelle manière de comprendre les usagers. Je crois également que grâce à cette méthode, la rencontre avec des personnes de différentes catégories sociales sera plus sereine de par l’intégration nécessaire lors d’une telle observation. Aussi cette méthode pourra être utile lors des premières rencontres pour laisser une bonne impression aux clients. Grâce à nos observations nous saurons adapter notre comportement afin de gagner la confiance du client. Nous devons faire attention:

« aux petits gestes ou attitudes pour ne pas perdre toute crédibilité du client. Les gestes ont donc une grande importance dans l’interprétation de notre rôle »4,

comme l’écrit Gérard Rimbert dans son texte sur “La mise en scène de la vie quotidienne”.

Partie 2: Analyse de la spatialité, entre conception et appropriation

Vue perspective schéma de l'arrêt de Tram Chavant

Vue perspective schéma de l’arrêt de Tram Chavant

Tout espace qui nous entoure peut être perçu à travers deux dimensions : la dimension matérielle/géométrique  qui est conçue par l’architecte ou le designer et qu’on peut qualifier comme la « configuration physique» ; et la dimension actantielle qui désigne l’espace vécu lié aux pratiques de l’homme dans l’espace et qui constituent la « configuration spatio-temporelle ».

Avec  Mr.Bensaci, nous avons expérimenté une observation qui nous permet d’analyser et traiter la masse d’informations que la réalité nous offre en fragments, afin de saisir le rapport entre les intentions du concepteur et la deuxième architecture qui relève de l’appropriation de l’espace qui porte la signature de la société. La méthode consiste à observer l’espace à travers une grille d’analyse qui permet d’ordonner les données qu’on perçoit visuellement : Que se passe-t-il ? Où cela se passe-t-il? Comment cela se passe-t-il ? Quelle est la configuration spatiale ?

Pour cette observation, on commence par définir les  programmes actanciels, c’est à dire les actions et des temporalités où les personnes et les objets entrent en jeu. On parle alors de sujet actant et d’objet actant. Dans un second temps on procède à l’actorialisation qui est la description des comportements et des interactions entre sujet et objet actant. Ces terminologies sont empruntées  au modèle actanciel du  sémioticien Algirdas Julien Greimas, qui est:

« un dispositif permettant, en principe, d’analyser toute action réelle ou thématisée (en particulier, celles dépeintes dans les textes littéraires ou les images) […] en six composantes, nommées actants »5.

Il est aussi fait référence à ces termes dans la Théorie de l’acteur-réseau6, inspirée de Greimas, dont:

« l’approche se distingue des théories sociologiques classiques parce qu’elle prend en compte dans son analyse, au-delà des humains, les objets (« non-humains ») et les discours »7.

Nous avons choisi comme terrain d’expérimentation pour cette méthode le Tram (espace mobile) et les stations d’arrêt (espace fixe). Au préalable nous avons défini un nombre de programmes actanciels qui se déroulent lors de l’usage du tram suivant des temporalités dans un ordre chronologique : de l’attente sur les quais jusqu’à la descente dans la station d’arrivée en passant par toutes les actions effectuées durant le trajet. L’idée est de décrire minutieusement les actions qui s’y déroulent, en précisant comment les usagers occupent l’espace et quels sont les objets convoqués dans cette pratique de l’espace. Nous l’avons ensuite retranscrits à travers le récit et la représentation graphique.

Je pense que ces deux outils donnent de la force à la démarche grâce à  leur complémentarité car ils permettent de mettre en regard tous les éléments relevés afin de les analyser et de les comparer. La représentation graphique (schéma, plan, coupe, croquis…), est un outil que nous, architectes, convoquons principalement dans la phase de conception. Alors que dans le cas de l’observation elle donne la possibilité de superposer la configuration physique et la configuration spatio-temporelle et qui nous permet une plus grande clarté quant à l’appropriation de l’espace. Ceci permet à l’architecte de comprendre, à travers un langage qu’il maîtrise, quels sont les espaces signifiants et les endroits les plus sollicités ainsi que les détournements d’usages. La mise en récit vient décrire de façon plus narrative le déroulement des faits et les formes d’interactions en ramenant le tout à l’espace. Il faut porter un regard objectif sur chaque situation se basant cependant sur un nombre de paramètres liés au contexte (culture, tradition, société…) pour une lecture claire de la situation. Et pour généraliser, il faut assurer une forme de représentativité dans l’analyse en effectuant l’observation à plusieurs reprises à différents moments pour définir une fréquence des usages et des formes d’appropriation de l’espace.

En tant qu’architecte cette méthode dans sa globalité me permet de développer un regard critique sur la production architecturale et urbanistique dans nos villes. Lorsque l’on confronte la dimension spatiale à la dimension sociotemporelle, on observe alors l’espace physique comme actant qui a un impact dans la vie et les comportements des gens, on découvre une lecture qui parfois remet en question la conception. Cette méthode d’observation peut aussi amener à percevoir comment les intentions de l’architecte sont reçues et utilisées par les usagers. L’observation met en lumière les dysfonctionnements ou les conflits d’usages mais aussi comment les concepteurs ont parfois pu anticiper les usages. Grâce à cette observation, cela nous incite à créer des espaces en adéquation avec les attentes et les besoins de l’homme dans son milieu socioculturel afin d’améliorer le vécu, et c’est en cela que cette méthode d’observation peut être bénéfique dans la pratique de la conception architecturale.

Schéma plan de l'arrêt de Tram Chavant

Schéma plan de l’arrêt de Tram Chavant

Partie 3 : Les entretiens semi directifs

Lors des cours de Rainer Kazig nous avons abordé la notion d’entretien semi-directif. Pour mieux saisir le but et la mise en œuvre de cette forme d’entretien nous nous sommes basés sur la définition de Sophie Duchesne dans son texte « Pratique de l’entretien dit ‘non-directif’ », définissant l’entretien non-directif comme suit:

« L’entretien dit « non-directif » a ceci de caractéristique que l’enquêteur ne pose à la personne qu’il interroge qu’une seule question directe, « la consigne » ; le reste de ses interventions a seulement pour but d’encourager la personne interviewée à enrichir et approfondir sa réponse »8.

Dans ce texte il est aussi développé, en note de bas de page, que:

« l’expression « non-directif » qualifie un idéal de la pratique de l’interviewer, et non une réalité : on considère comme acquis, puisque cela a déjà été largement démontré et commenté, que la non-directivité est un mythe »9

C’est pour cela que dans ce cours nous parlons d’entretien semi-directif, où nous avons eu pour but de tester cette méthode en se rapprochant au maximum de la définition de Sophie Duchesne.

Notre terrain d’étude pour expérimenter cette méthode a été la ligne du tram A et son esthétique ordinaire. Ligne familière car c’est celle qui rejoint l’école d’Architecture et l’institut d’Urbanisme, et nous l’empruntons quotidiennement. Nous avons élaboré un protocole en binôme afin d’interviewer quelqu’un que nous connaissions peu, dans notre cas une élève de l’institut d’urbanisme. Nous avions choisi comme protocole la consigne suivante: « Est-ce que tu voudrais bien nous parler de ton trajet quotidien dans le tram A, de ce qui retient ton attention ? ». Dans le binôme ma partenaire prenait des notes et j’étais celle qui énonçait la question ainsi que les relances.

Cette expérience d’entretien semi-directif m’a amené à réfléchir sur comment cette méthode d’approche des usagers, empruntée aux sciences sociales, pourrait être bénéfique dans le processus de projet de l’architecte ? Aujourd’hui de plus en plus de projets urbains et architecturaux intègrent un volet de participation au cahier des charges, plus ou moins important et mis en œuvre via différents dispositifs tel que des médiations, des permanences architecturales, des concertations habitantes, etc.10. Ici le sujet n’est pas la critique de ces dispositifs mais ce que la pratique d’entretiens semi-directifs par l’architecte pourrait apporter à cette phase de projet.

Nous avons pu observer que lors d’un entretien semi-directif une phase de mise en confiance s’effectue naturellement par les deux parties avant le début de l’entretien. En effet quelques phrases de courtoisie sont échangées avant de débuter l’entretien de manière plus formelle en énonçant la question. Une fois cette phase d’adaptation de l’interviewé et de l’interviewer réalisée, la personne interrogée va alors être plus libre dans sa parole et fera plus confiance à sa réflexion et donc l’énoncera plus facilement. Dans le cas du tram A, on remarque que la jeune femme interrogée semblait au fur et à mesure de la discussion prendre conscience de ce qu’elle vivait chaque matin dans le tram. De cette manière on explore alors ensemble la pensée de l’usager et on ne se focalise pas sur un point précis.

C’est en ce sens que l’entretien semi-directif pourrait apporter quelque chose de nouveau dans la manière qu’a l’architecte de rencontrer et connaître les usagers du projet. En effet l’architecte ayant lui aussi mené son enquête et analysé le territoire il peut avoir des idées prédéfinies sur ce qu’il veut entendre et comprendre. Dans un entretien « directif », un atelier ou une discussion de groupe, il pourrait alors orienter les réflexions dans le sens de celles qu’il aurait déjà eues auparavant. Il aura parfois l’impression d’avoir tout cerné des usagers du projet alors que les usagers eux ont été là avant, et seront là après le passage de l’architecte, c’est à eux qu’appartient la connaissance la plus précise de leur quartier.

Pour ma part ce cours m’a permis de découvrir une nouvelle manière d’approche humaine et sociale des usagers. C’est une méthode qui me paraît moins analytique et plus sensible car l’intégration in situ de « l’analyste » est pour moi plus forte lorsque l’on est réellement au contact des habitants. Seulement je pense aussi que cette méthode, de par son avantage d’être au plus proche des usagers, demande un investissement du concepteur d’espace très important. Tant sur le point moral par l’investissement dans une relation sociale demandant écoute et compréhension, que par le temps que cela pourrait prendre d’écouter un panel représentatif des usagers du projet.

Cependant je pense que lors d’un processus de concertation à l’échelle d’un quartier, recueillir les témoignages des usagers via cette méthode peut s’avérer être une aide précieuse dans la compréhension de ce quartier. Combinés à une analyse urbaine et architecturale, les entretiens semi-directifs – permettant une quasi-libre expression des interviewés – donneraient aux concepteurs du projet le maximum de clés pour comprendre le territoire et s’y intégrer au mieux.

Conclusion

Suite à l’étude de ces trois méthodes nous comprenons qu’elles peuvent être convoquées à différentes phases de projet tout en étant utile à l’analyse, à la réflexion ainsi qu’à la conception.

Ces différentes méthodes peuvent être appliquées à différentes échelles, par exemple dans la troisième partie sur la méthode des entretiens semi-directifs la conclusion soulève que cela pourrait être utilisé afin de décrypter comment les usagers vivent un quartier et donc comprendre le fonctionnement du territoire. Cependant les méthodes d’observations in situ développées par Goffman et expliquées en première partie sont bénéfiques à la compréhension plus proche des usagers, pour mieux les comprendre en en devenant soi même un. Selon Goffman, il faut devenir un usager, se dépouiller de sa “vraie” vie pour être au coeur de la vie quotidienne des usagers. Pour la méthode des objets actants on se rend compte que c’est un moyen de feedback pour revenir sur l’usage et le fonctionnement d’un projet et comprendre plus tard comment un projet fonctionne, et donc améliorer son processus de conception au fur et à mesure de sa pratique architecturale.

A la lumière de cet article et du semestre passé, nous sommes aujourd’hui enrichies par ces méthodes et pouvons comprendre en quoi les observations et la compréhension des usagers doivent devenir indissociables du processus de projet.

Bibliographie

Gérard Rimbert, “La mise en scène de la vie quotidienne – Tome 1. La présentation de soi par Erving Goffman”, http://capesdocte.wdfiles.com/local–files/fiches/Goffman_E_presentation_de_soi.pdf, consulté le 20 Mai 2017

Daniel CEFAÏ et Laurent PERREAU (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris,  CURAPP-ESS/CEMS-IMM, 466 p.

Page wikipédia du symbolic interactionism, https://en.wikipedia.org/wiki/Symbolic_interactionism, consulté le 20 Mai 2017

Page wikipédia de The Presentation of self in everyday life, https://en.wikipedia.org/wiki/The_Presentation_of_Self_in_Everyday_Life, consulté le 20 Mai 2017

Page wikipédia de la théorie de l’acteur-réseau https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27acteur-r%C3%A9seau

Louis Hébert. (2006) “Le modèle actantiel” On Ligne http://www.signosemio.com/greimas/modele-actantiel.asp, consulté le 20 Mai 2017

Sophie Duchesne. Pratique de l’entretien dit ‘non-directif’. Bachir, Myriam. Les méthodes au concret. Démarches, formes de l’expérience et terrains d’investigation en science politique, Presses Universitaires de France, pp.9-30, 2000.

Joris Danthon. (Décembre 2013). « La participation citoyenne dans les projets urbains, enjeux et débats » On Ligne https://regardssurlaville.wordpress.com/2013/12/28/la-participation-citoyenne-dans-les-projets-urbains-enjeux-et-debats/, consulté le 20 Mai 2017

Claire Legros. (Mars 2017). « Démocratie participative : « Les villes sont devenues les lieux de l’innovation politique » On Ligne http://mobile.lemonde.fr/smart-cities/article/2017/03/30/democratie-participative-les-villes-sont-devenues-les-lieux-de-l-innovation-politique_5103329_4811534.html?xtref=https://t.co/cJzO7qBETW, consulté le 20 Mai 2017

 

 

Pour citer ce billet : Chloé Monchalin, Alaa Sassi, Thi Thuy Ngan Dinh, «L’usager, au coeur du projet architectural», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/874
  1. Page Wikipédia Erving Goffman, https://fr.wikipedia.org/wiki/Erving_Goffman, consulté le 20 Mai 2017 []
  2. Daniel CEFAÏ et Laurent PERREAU (dir.), 2012, Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris,  CURAPP-ESS/CEMS-IMM, 466 p. []
  3. ibid. []
  4. Gérard Rimbert, “La mise en scène de la vie quotidienne – Tome 1. La présentation de soi par Erving Goffman”,  http://capesdocte.wdfiles.com/local–files/fiches/Goffman_E_presentation_de_soi.pdf, consulté le 20 Mai 2017 []
  5. Louis Hébert. (2006) “Le modèle actantiel” On Ligne http://www.signosemio.com/greimas/modele-actantiel.asp, consulté le 20 Mai 2017 []
  6. Page Wikipédia de la théorie de l’acteur-réseau, http://bit.ly/2hNLDNa, consulté le 20 Mai 2017 []
  7. ibid. []
  8. Sophie Duchesne. Pratique de l’entretien dit ‘non-directif’. Bachir, Myriam. Les méthodes au concret. Démarches, formes de l’expérience et terrains d’investigation en science politique, Presses Universitaires de France, pp.9-30, 2000. []
  9. ibid. []
  10. « La loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) du 13 décembre 2000 rend obligatoire la participation citoyenne au moyen de la concertation des habitants dans la rédaction des outils d’urbanisme tels le Plan local d’urbanisme (PLU), le Schéma de cohérence territoriale (SCOT) et la carte communale. » via Joris Danthon. (Décembre 2013). « La participation citoyenne dans les projets urbains, enjeux et débats » On Ligne https://regardssurlaville.wordpress.com/2013/12/28/la-participation-citoyenne-dans-les-projets-urbains-enjeux-et-debats/, consulté le 20 Mai 2017 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *