La perception de l’espace public par les personnes aveugles

Généralement, la conception de l’espace public est plutôt destinée et pensée pour les personnes ordinaires qui possèdent tous les sens. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de traiter ce sujet.

L’expérience de l’espace sans les yeux, dans la mesure où elle exclue la lecture directe des formes, est d’une nature particulière. En effet, le handicap qui prive de la modalité visuelle permet-il le déchiffrement de notre espace ?

La mémoire visuelle de l’espace aide dans la reconnaissance de l’espace, mais ce fait est possible seulement pour les personnes qui ne sont pas nées aveugles. Pour l’aveugle de naissance la perception de l’espace est réalisée par la reconnaissance de la gamme audible qui informerait sur son environnement lointain et sur les obstacles qui le jonchent. Cette capacité de reconnaissance de l’environnement est définie par Supa, Cotzin et Dallenbach en 1944 comme « capacité auditive d’écholocalisation ».

À la différence de la vue, l’audition s’exerce en tous lieux et en toutes circonstances, là où la vision est parfois masquée. Elle permet alors au promeneur de dépasser les limites visuelles du construit, de le comprendre pleinement ses qualités d’ambiance et de saisir les rythmes de l’activité humaine qui se jouent en son sein.

L’environnement proche est perçu par les données tactilo-kinesthésiques. Selon Martinez et Vurpillot, l’aveugle développerait également une sensibilité accrue aux mouvements de l’air et de la chaleur réfléchis lors de ses déplacements. Cette sensibilité est dénommée « perception faciale ».

Les personnes ordinaires perçoivent avec tous leurs sens les défauts d’aménagement urbain, donc pour elles, il est plus facile d’éviter ces problèmes d’aménagement que dans le cas des personnes aveugles ou malvoyantes. On peut traduire ces défauts d’aménagement urbain comme : trottoirs trop hauts et/ou sans bateaux, revêtements de sol accidentés, pentes trop importantes, disparition des repères au sol, confusion et profusion du mobilier urbain, etc.

On trouve beaucoup des éléments pour faciliter le déplacement dans l’environnement urbain comme des bandes d’éveil de vigilance, les bandes de guidage au sol ou marquage sonore standardisé des espaces, mais ils sont souvent placés de manière inadéquate par rapport aux spécificités des personnes handicapés.

Du point de vue de l’accessibilité de l’espace urbain on trouve plusieurs éléments représentatifs de la conception architecturale qui définit l’espace urbain : l’aménagement et la signalisation.

Dans cette perspective, la connaissance des modes de cheminement particuliers d’une population spécifique ne constitue plus une fin en soi ; elle est un moyen heuristique d’approcher la complexité de l’espace et des conduites d’accès à la ville.

Étude de cas Villeneuve

Pour être mis dans le position d’une personne aveugle, on a fait une expérimentation au cours de laquelle on a exploré un cheminement dans un espace urbain étant privé du sens de la vue.

ENSAG à Groupe scolaire La Fontaine

Parcours 1 dans la Villeneuve de Grenoble 2017 Anita Deac et Adriana Ticala

Parcours 1 dans la Villeneuve de Grenoble, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

Zone de référence
Avenue de Constantine, Grenoble, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Avenue de Constantine, Grenoble, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

Lors de la démarche, grâce aux bruits des voitures, on a observé la proximité avec la rue et la présence du passage piéton a été perçu avec l’aide des données tactilo-kinesthésiques : le changement de la température, la présence de l’ombre et l’intensité du vent. La présence de l’élément de blocage des voitures sur le trottoir : des barres métalliques, représentent des points de repère et signalisation du passage d’une zone piétonnière à une zone avec accès auto.

Allée des Frênes, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Allée des Frênes, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

On considère que ces barrières métalliques « brouillent l’espace » et créent des obstacles pour les personnes handicapées. Bien qu’elles aient un rôle de sécurité, elles sont placées de manière inappropriée.

Parc Jean Verlhac, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Parc Jean Verlhac, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

La transition entre d’une part, un environnement qui est limité par les bâtiments de logements et d’autre part, une zone ouverte du parc, a comme résultat le changement d’intensité du son et l’exposition aux facteurs de température, au vent, aux animaux ; tel en raison du vent est là pour la présence des arbres grands et grâce à l’odeur et aux bruits sont senties les activités adjacentes à un parc : la tonte de la pelouse, le mobilier pour s’assoir et le terrain de jeux.

 

Groupe scolaire La Fontaine à l’IUG

Parcours 2 dans Villeneuve, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Parcours 2 dans Villeneuve, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

Zone de référence
Rue de l'Arlequin, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Rue de l’Arlequin, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

 Le passage d’une zone calme et tranquille du parc à une zone de logements est perçu grâce à l’intensification du son produit par le trafic et la délimitation de la zone piétonnière par rapport à la zone automobile devient presque inexistante. Cela produit une sensation d’insécurité.

Avenue Marie Reynoard, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Avenue Marie Reynoard, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

La présence des éléments de signalisation des passages piétons : bandes d’éveil de vigilance et les potelets métalliques sont bien placés mais insuffisants donc le sentiment de la proximité de la rue produit de l’insécurité.

Chemin du College, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Chemin du College, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

Le changement du pavement est bénéfique pour l’ambiance de l’espace, et aussi pour la signalisation d’un changement de zone ; mais l’emplacement pour la manière de disposition des éléments peut leur transformer en obstacles.

De l’IUG à l’ENSAG

Parcours 3 dans Villeneuve, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Parcours 3 dans Villeneuve, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

Zone de référence
Avenue Marie Reynoard, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Avenue Marie Reynoard, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

Grâce à la disposition des arbres et aussi grâce au vent, on peut sentir la disposition des bâtiments : le passage des éléments ouverts comme grillage aux éléments fermes comme la façade du bâtiment. Dans le même temps, grâce au niveau de bruit on peut observer le parking à proximité.

Avenue Marie Reynoard, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Avenue Marie Reynoard, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

On considère que ces passages piétons sont bénéfiques pour les piétons grâce à la séparation complète entre trafic automobile et piétonnier mais, en même temps, l’accessibilité est plus difficile pour les personnes handicapées à cause des nombreuses marches d’escalier et des barrières métalliques. Ce passage est plus exposé au vent, donc on peut identifier plus clairement la position des grillages de protection. Bien que l’on considère ces passages bénéfiques pour traverser la rue, ici se produit une sensation d’insécurité à cause de la proximité du bruit des voitures.

Avenue de Constantin, 2017, Anita Deac& Adriana Ticala

Avenue de Constantine, 2017, Anita Deac & Adriana Ticala

 La disposition des poteaux d’éclairage peut créer des obstacles physiques et produire un effet d’ombre, la sensation d’un danger imminent, en conséquence, ils peuvent produire un état d’anxiété.

Conclusion

Après notre expérience on peut dire que l’espace public de Villeneuve suit plus ou moins les règlementations pour les personnes handicapées, mais dans le même temps il y a plusieurs éléments indicateurs qui peuvent devenir des obstacles.

Dans ce sens on peut proposer quelques méthodes pour améliorer le flux de l’espace public : modifier la disposition mobilière urbaine et ajouter des dispositifs sonores dans les arrêts de tram ou bus, aux carrefours de rues et des éléments de repère pour la reconnaissance de chaque zone.

NB: Le mode de représentation des photos a été choisi pour suggérer la façon dont les personnes mal-voyantes perçoivent l’espace public.

Pour citer ce billet : Anita Deac & Adriana Ticala, «La perception de l’espace public par les personnes aveugles», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/875

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Je trouve qu’il est vraiment indispensable que la ville fasse le nécessaire pour faciliter le déplacement des personnes aveugles et malvoyantes. Tous les dispositifs disposés à les aider doivent être mis en place. C’est primordial !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *