Expériences sensibles de l’espace

Notre corps est en mouvement constant. En effet, le mouvement n’est pas forcément le déplacement d’un corps ou le changement de position d’un membre dans l’espace, il peut également s’agir du mouvement de l’œil ou de notre simple respiration. Peu importe ce que nous y faisons, à partir du moment où nous sommes physiquement présents dans un lieu nous en faisons l’expérience. En 1925, le terme de «sixième sens» a été introduit par l’anatomiste Charles Bell pour désigner le sens de la position et du mouvement des membres. Cette théorie nous explique que les nerfs sont responsables des commandes motrices du cerveau vers les muscles et tandis que nos sens donnent au cerveau des informations sur les conditions des lesquelles se trouvent nos muscles. En 1980, le terme «kinesthésie» a été inventé par le physiologiste Henry Charlton Bastian pour désigner les sensations qui proviennent de la peau et des muscles. La kinesthésie est définie comme une sensation qui résulte du mouvement du corps, c’est donc le lien et l’interaction entre le corps et l’espace. Le terme kinesthésique regroupe donc toutes les sensations en rapport avec le mouvement du corps. C’est un phénomène qui nous permet de ressentir l’espace d’une façon particulière, de manière subjective. En fait, il serait plus juste de considérer la kinesthésie comme la synthèse de toutes les perceptions. Nous pouvons la considérer comme une intelligence qui interprète les sens, rendant ainsi la présence au corps indispensable dans l’espace. Pour André Leroi-Gourhan, la perception du monde se fait grâce à deux voies :

– la voie dynamique qui correspond à la kinesthésie (liant l’espace au corps, synthèse des données sensorielles)

– la voie statique qui correspond à la vue qui appréhende et anticipe l’espace permettant à la kinesthésie d’exercer son rôle perceptif.

Nous avons besoin de la vue pour mémoriser et anticiper nos mouvements. De plus, nous lisons notre environnement en fonction de ce que nous avons envie d’y faire.

Problématique: Comment une forme spatiale est d’abord perçue par la vue mais est, par la suite, surtout perçue et vécue à travers d’autres sens?

L’odorat :

Comme vu ci-dessus, la vue va être le sens qui va principalement diriger le parcours dans l’espace public. Cependant, d’autre sens peuvent intervenir et bouleverser le parcours.

Schéma descriptif : intervention de l'odorat

Schéma descriptif : intervention de l’odorat (dessiné par Valentin Thoniel)

 

          Expérience : Déplacement dans l’espace urbain.

          Parcours :

          Départ :Boulevard Agutte Sembat, Grenoble

          Arrivée : Arrêt de tram Gustave Rivet.

 

 

L’individu part de son domicile au boulevard Agutte Sembat pour se rendre à l’arrêt de tram Gustave Rivet. Son parcours sera guidé par sa connaissance de l’espace urbain ainsi que sa vue. La vue et la mémoire vont être les sensorialités les plus sollicitées. L’individu connait le chemin le plus rapide pour se rendre à son point d’arrivée, il va donc se diriger vers le parking Hoche. C’est à ce moment-là que son parcours va être perturbé par son odorat. En effet, une boulangerie se trouve quelques mètres plus loin. L’individu ne peut pas la voir car elle se trouve sous une arcade. L’odeur qui émane de l’établissement va alors interpeller l’individu. La bonne odeur du pain ainsi que des viennoiseries va alors devenir la priorité de l’individu. Il sait que la boulangerie se trouve sur son parcours, mais il ne peut toujours pas la voir. Il va alors être guidé par son odorat, sensorialité qui va prendre le dessus sur la vue, ainsi que sa perception de l’espace public. La vue redeviendra le sens prioritaire lors du parcours lorsque l’individu aura finalement aperçu la boulangerie.

L’ouïe :

Expérience : Par expérience, nos habitudes assimilent certains phénomènes visuels à un son. Que se passe-t-il lorsque ce bruit ne se produit pas ?

Exemples : Une bouteille d’eau qui tombe, une voiture électrique.

Au cours de nos déplacement nous avons besoin d’un certain nombre de messages pour assurer la stabilité du monde visuel. Par exemple, lorsque nous faisons tomber un bouteille d’eau qui était sur une table, nous nous attendons à ce qu’elle tombe par terre et à entendre un bruit car notre cerveau est conditionné et procède par habitude assimilant, par expérience, certains phénomènes à un son. Dans certains cas, lorsque nous nous attendons à ce qu’un phénomène produise un son mais que ce dernier ne se produit pas, nous sommes déstabilisés. Prenons l’exemple de la voiture électrique. Nous associons automatiquement à la voiture le bruit d’un son grave, celui d’un moteur. Lorsqu’un individu se balade dans la rue et qu’il n’entend pas le bruit de la voiture qui se trouve derrière lui alors qu’elle est bel et bien en train de rouler, la personne se sent désorientée, voire frustrée. Nous pouvons donc affirmer par le biais de ces observations que notre cerveau peut prévoir le déroulement d’une action bien avant que cette dernière ne se produise. C’est donc le phénomène visuel qui nous permet de prévenir et d’anticiper ce qui va se dérouler par expériences. La vue nous permet d’activer certains sens ou parfois dans le cas inverse permet d’affirmer certaines perceptions.

Le phénomène tactile :

Expérience: Il fait froid, un individu a la possibilité de marcher dans une rue ombragée par les arbres ou à l’inverse de traverser et de marcher au soleil.

Le déplacement de notre corps, nos mouvements, sont conditionnés par ce que l’on a envie de faire dans cet espace. En effet, il fait froid, nous avons détecté un espace ensoleillé qui pourrait rendre plus agréable notre parcours. Automatiquement notre cerveau nous commande d’y aller afin de pouvoir être réchauffé par les rayons du soleil.

Par conséquent, nous avons vu qu’il y avait un espace ensoleillé mais cette observation avait pour finalité de réchauffer l’individu et non de marcher dans une belle rue ensoleillée.

Rue ombragée (Photographiée par Jordan Vernizeau)

Rue ensoleillée (Photographiée par Jordan Vernizeau)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le phénomène d’affordance:
Expérience : Un individu désire s’asseoir pour se reposer. Il a la possibilité de se poser sur une chaise haute de type bar ou un canapé.
Nous percevons les choses en fonction de ce qu’elles nous permettent de faire. Les objets consistent à nous faire des affordances, c’est-à-dire qu’ils nous invitent à faire quelque chose. Par exemple, une chaise nous invite à nous asseoir. En ce qui concerne l’individu, si la chaise où il veut se poser est trop haute alors il n’aura pas envie de s’asseoir et se dirigera plutôt vers le canapé. Nous pouvons donc dire que le phénomène visuel nous oriente vers la réponse à nos besoins.
Conclusion:
Nous constatons donc que la vue serait le sens le plus sollicité dans un premier temps. En effet, nous avons besoin de la vue pour nous orienter et mémoriser nos actions, les phénomènes qui se déroulent dans notre quotidien; c’est un sens qui nous permet également d’anticiper les actions qui vont se dérouler et donc de prévenir ce qui va se passer. Notre quotidien commence souvent par l’expérience visuelle cependant la vue peut ne pas être, et c’est souvent le cas, l’objectif final. En effet, nous avons vu que la dimension visuelle nous permettait d’accéder à d’autres sensorialités bien qu’au départ nous ne souhaitions pas solliciter la vue. La vue serait alors un moyen d’accès à une condition du corps.

 

Pour citer ce billet : Robert Sandrine – Thoniel Valentin – Vernizeau Jordan, «Expériences sensibles de l’espace», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] https://ehas.hypotheses.org/876

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *