Regard sur la ville : faire un pas de côté

Cet article retrace mon intérêt pour le regard décalé que l’on m’a invité à porter sur la ville durant ce module de cours. Il essaye d’en comprendre les mécanismes et cherche d’autres modèles.

Je ne vis que depuis peu à Grenoble, pourtant, j’ai le sentiment d’avoir fait mien l’espace public de cette ville. Je ne dis pas que je maîtrise l’espace dans son intégralité, mais j’en ai une pratique quotidienne, dans mes trajets, pauses, détours et ballades.

Il y a encore quelques mois, je regardais cet espace comme nouveau, intriguant, digne d’un regard.

Aujourd’hui, je file, flotte dans cet espace sans le regarder. Je le vis sans forcément le voir. Pas forcément disponible à tous les signes qu’il me donne à sentir.

Flotter

Passer sans regarder

 

Pourtant, au cours des observations menés durant ce module, j’ai eu l’agréable impression de retrouver cette fraîcheur du regard. Cet étonnement perpétuel qui me ramène à l’âge où tout est prétexte à ouvrir grand yeux, oreilles, peau et nez.

 

Redécouvrir son espace quotidien

Redécouvrir l’espace quotidien

Je me suis alors demandé qu’est-ce qui faisait ce regard. Qu’est-ce qui d’un coup, me transporte d’une posture d’usagère immergée dans son espace ordinaire à celle d’une regardeuse étonnée de ces petits riens de la banalité ?

« Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. »1

Alors qu’est-ce qui nous pousse à voir autrement ? A considérer cet espace banal et quotidien comme un terrain d’observation digne d’attention, potentiel à explorer ?

La perception est un processus cognitif très important car il est mobilisé à tout instant. On est continuellement en train de percevoir car on ne peut pas s’en empêcher. La perception est irrépressible. La maison est rouge, je ne peux pas la voir autrement que rouge.

La première chose que j’ai identifiée est que dans un lieu défini, nous évoluons tous dans le même espace construit. Pourtant, chacun a une représentation propre de l’espace dans lequel il évolue. Les cartes mentales, par lesquelles les personnes sont invitées à représenter l’espace selon leur vision de celui-ci, leur espace perçu, montre bien la pluralité des impressions par rapport à un même espace.

Si l’espace construit est identique pour tous, alors les variables doivent se trouver au niveau du sujet regardant. Comme le montre ce schéma de  Antoine Bailly2 , ces représentations sont construites à partir de différents filtres : culturels, sociaux, économiques et psychologiques. Tous ces facteurs conditionnent les réalités perçues pour fonder une représentation spatiale simplifiée.

 

Schéma de A Bailly, Perception de l'espaceSchéma de la perception de l’espace

 

 

A mesure du temps et du quotidien répété, on flotte. Notre cerveau systématise l’espace traversé, comme pour libérer des neurones pour d’autres tâches. On passe.

 

Trajectoire quotidienne

Trajectoire quotidienne

 

Je pense donc qu’il faut un événement perturbateur pour que l’on regarde autrement l’espace qui nous entoure au quotidien.

 

Evènement perturbateur du quotidien

Événement perturbateur

 

Pour ce module, cet événement perturbateur a été « l’exercice donné ». La mise en place de règles du jeu, du regard. Une suite de consignes, un temps donné, un espace donné.

Georges Perec, dans Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, se donne les règles suivantes :

« Il y a beaucoup de choses place Saint-Sulpice, par exemple : une mairie, un hôtel des finances, un commissariat de police, trois cafés dont un fait tabac, un cinéma, […], un éditeur, une entreprise de pompes funèbres, […] un kiosque à journaux, un marchand d’objets de piété, un parking, un institut de beauté, et bien d’autres choses encore.

Un grand nombre, sinon la plupart, de ces choses ont été décrites, inventoriées, photographiées, racontées ou recensées. Mon propos dans les pages qui suivent a plutôt été de décrire le reste : ce que l’on ne note généralement pas, ce qui ne se remarque pas, ce qui n’a pas d’importance: ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages . » 3

Chaque jour, il va se placer à un endroit donné, note la date, l’heure et le lieu et dresse un inventaire descriptif de ce qu’il voit. Il qualifie d’abord la météo, les choses visibles, les trajectoires, couleurs… s’égare au fil des mots, suit ce qui vient.

« 5.

La date 19 octobre 1974 (samedi)

L’heure 10 h. 45

Le lieu : Tabac Saint-Sulpice

Le temps : Pluie fine, genre bruine

Passage d’un balayeur de caniveaux. Par rapport à la veille, qu’y a-t-il de changé ? Au premier abord, c’est vraiment pareil. Peut-être le ciel est-il plus nuageux ? Ce serait vraiment du parti pris de dire qu’il y a, par exemple, moins de gens ou moins de voitures. On ne voit pas d’oiseau. Il y a un chien sur le terre-plein. » ((ibid))

 

Néanmoins le cadre est là. Il se l’impose.

Par ce cadre, il s’extrait de la réalité commune, fait une pause. Regarde depuis la vitrine du tabac, la vie qui s’agite. Georges Perec fait un pas de côté.

 

Se mettre à l'écart, faire un pas de côté

Se mettre à l’écart, faire un pas de côté

 

De cette manière, il se met dans une posture comparable à celle de l’ethnologue en « terre coloniale », venu décrire les us et coutumes de tel ou tel peuple indigène. Celui-ci observe, tente de comprendre parfois, s’étonne surtout. Il décrit un quotidien extérieur à lui-même, étranger, étrange.

Perec propose ceci :

« Peut-être s’agit-il de fonder notre propre anthropologie : celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique mais l’endotique. Interroger ce qui semble tellement aller de soi que nous en avons oublié l’origine (…) Une anthropologie qui ne se fonde plus sur du lointain mais sur du proche, sur du familier, sur nous-mêmes. » 4

Après la lecture des textes de cet auteur, beaucoup lèveront la tête, s’amuseront à observer de loin cette réalité si proche. S’essaieront au « pas de côté » proposé par Perec.

La littérature est un facteur culturel, l’art en général. Ce n’est pas la première fois que j’ai cette impression de regard décalé. L’art de rue, mural ou vivant, se présente comme un des plus jolis perturbateurs des train-trains quotidiens. Un jour, on s’étonne que telle fresque aux milles couleurs soit apparue, et l’on regarde alentour. Une autre fois, quelqu’un chante dans les transports en commun, on s’échange des sourires, on sort la tête de nos écrans. Pour regarder l’ordinaire avec intérêt et envie. On s’enchante d’être ici, maintenant. Il faut donc parfois, un événement extraordinaire.

Les méthodes d’enquêtes tels que les parcours commentés ou encore les balluchons sensoriels au-delà de produire des données pour le sociologue, propose aux habitants, usagers quotidiens de l’espace observé, ce pas de côté. Il est ici outillé. On met en place un protocole ponctué de production de contenu par les personnes. Du texte, de la photo, des dessins. Autant d’outils d’exploration de son propre lieu de vie qui sont alors mis à portée de chacun. En reporter de son espace, les personnes le découvrent d’avantage. Y posent un regard neuf.

D’autres actions comme « Walk-Man 1 », un parcours sonore d’Hervé Lelardoux (Théâtre de l’Arpenteur)  ou les Promenades blanches d’Alain Michard et Mathias Poisson accompagnent des habitants dans l’exploration de l’ordinaire.

Le premier est un parcours urbain dans lequel un spectateur:

« se retrouve seul (au jour et à l’heure de son choix), invité à effectuer un parcours dans la ville, au centre d’une expérience unique, singulière, à vivre au présent. Le théâtre s’immisce dans la réalité de la ville et de la déambulation par le biais d’un récit chuchoté à l’oreille.
Un personnage s’adresse au spectateur, lui indique le chemin à suivre, lui parle de la ville : une présence invisible. »

La seconde propose un parcours où chacun est muni de lunettes floues. C’est une promenade sensible, qui donne de la ville le spectacle de son quotidien.

Il est intéressant de voir que ce regard n’est pas réservé aux sociologues et autres enquêteurs de terrain. Qu’il peut être accessible par d’autres biais, d’autres voies. C’est un champ d’actions à explorer, pour donner aux gens la possibilité de voir autrement leur environnement quotidien, de favoriser le sentiment d’appartenance et donc d’appropriation de l’espace public par ceux qui le font vivre.

Bibliographie

La perception de l’espace urbain : principes et fonctionnements. Cours L’analyse de l’espace public. Les places. MODULE 5 : L’analyse de la perception de la place. Université de Nice. [en ligne] http://unt.unice.fr/uoh/espaces-publics-places/la-perception-de-lespace-urbain-principes-et-fonctionnements/

Pour citer ce billet : Louna GARCIA, «Regard sur la ville : faire un pas de côté», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), Le 22 mai 2017. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/887
  1. Perec Georges, Approche de quoi ? in : Infra-ordinaire, Paris : Le Seuil. p.8-10 []
  2. Bailly, A., 1977, La perception de l’espace urbain : les concepts, les méthodes d’étude, leur utilisation dans la recherche géographique, Thèse de Doctorat d’État, université de Paris IV,  Lille, 2 volumes 710 p. +90 p. []
  3. Perec Georges, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Paris : Cause commune « Pourrissement des sociétés », p.59-108 []
  4. Perec Georges, Approche de quoi ? in : Infra-ordinaire, Paris : Le Seuil. p.8-10 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *