L’appropriation de l’espace public : transgression et participation habitantes

Dans le contexte politique qui a été celui de la France ces six derniers mois, nous avons pu voir fleurir à Grenoble des inscriptions diverses sur les murs de la ville. Incisives, cyniques et souvent accompagnées d’une mise en forme esthétique (typographie stylisée, représentation figurée), elles ont une signification éminemment politique. Situées à hauteur du regard du passant, elles sont relativement petites pour certaines et nécessitent parfois qu’on s’en approche pour mieux les lire. Le marcheur semble donc le premier destinataire de ces inscriptions disséminées ça et là dans la ville1 (que nous souhaitons distinguer du tag traditionnel en ce qu’il est généralement situé plus en hauteur, à la vue de tous et dont la signification première nous échappe souvent). Mais de quoi est-il dépositaire ? Il ne s’agira pas ici de s’interroger sur l’identité et l’intention de l’émetteur bien que cela puisse être édifiant à plusieurs points de vue. Nous tenterons, à la lumière des apports théoriques du module Urbanités et ambiances de l’espace public (Ensag – Laboratoire Cresson), de questionner leur portée, de comprendre non pas ce qui est dit mais ce que « ça dit » de l’espace public, et ce à travers la notion d’ambiance. Est-ce que cela modifie notre perception, notre rapport à l’espace public ? Qu’est-ce qui se joue entre cette forme d’expression individuelle et le passant qui la perçoit ?

La notion d’ambiance renferme quant à elle une multitude de significations et les travaux du Laboratoire Cresson ont permis d’éclairer un certains nombre d’enjeux urbains à travers elle. Elle déconstruit la conception cartésienne qui sépare le corps et l’esprit au profit d’une conception de notre rapport au monde qui intègre le corps (Thibaud, 2002)2. C’est dans cette perspective qu’on s’intéresse ici à comprendre la façon dont l’espace public, dans sa dimension physique, est le support d’expressions diverses qui forgent des ambiances particulières, que l’on appréhende in situ, et par le corps.

 L’espace public : entre forme de contrôle et lieu de transgression

Les différentes inscriptions que nous avons relevées ça et là dans les rues de Grenoble sont pour beaucoup assez proches dans leur forme esthétique : assez petites, avec une typologie souvent identiques, elles se composent généralement de quelques mots, et parfois de représentations figuratives. Certaines sont explicites et renvoient clairement aux actualités, évoquant les élections présidentielles américaines et françaises, désignant les représentants d’extrême droite, (ex : Le Pen / Trump), les politiques migratoires entretenues par les pays européens ou encore le contexte économique. Les autres sont plus tacites ou moins actuelles, sous forme d’injonctions ou de détournements de sens. Leur contenu est toujours plus ou moins clair mais le ton incisif et cynique, voire insolent, de ces inscriptions est quasiment constant. Logo détourné (cf. « Délivrenoo »), concises et efficaces, on les retrouve « semées » ça et là, au détour d’une rue, sur un mur bien en vue, à hauteur du regard de celui-ci qui passe. Le lieu n’est pas anodin : les passants, le quidam en somme, sont les premiers destinataires de ces revendications dont la dimension contestataire n’est pas à démontrer. L’espace public devient alors une tribune populaire où quelque chose est dit, par et pour le passant. Il devient le lieu d’une expression individuelle qui prend place dans l’espace public, entendu comme lieu d’échange et de démocratie. Il est le support d’une revendication qui confère à celui qui la profère, une forme de pouvoir sur le lieu et dans la communauté politique (ici, la communauté formée par les citoyens, les habitants de la ville). Celui qui passe alors et lit ces inscriptions devient le récepteur d’un message : il peut s’en désintéresser, ne pas le comprendre ou au contraire entamer une réflexion personnelle alors qu’il poursuit son chemin. Quoiqu’il en soit, il est de fait le destinataire de ce qui se dit là, qu’importe l’intérêt qu’il décide d’y consacrer, comme si quelque chose se transmettait. Le rapport sensible à l’espace n’est donc pas neutre : le passant-destinataire est dans l’espace public (dimension physique) et en lien avec l’espace collectif, démocratique, bref, l’agora (dimension politique).

De là, on comprend que l’espace public dans sa dimension physique ne se résume pas à l’organisation des activités de la polis, et à la régulation des rapports entre les citoyens. Il porte aussi en lui une dimension politique et sociale, où l’individu s’exprime, que cela soit légal ou non. Les inscriptions relevées ont en effet une autre caractéristique : elles sont proprement illégales. Elles transgressent les règles auxquelles est soumis l’espace public, entrainant peut-être une modification du « jeu » de l’espace public. Ce que ça dit, c’est que la conception de l’espace public est rapport de force entre différentes actions et différents acteurs. On l’a vu, la conception de l’espace urbain peut alors devenir un outil de contrôle de la communauté d’individus qui l’habite : d’un point de vue architectural et urbanistique, elle a conduit les pouvoirs publics à recourir à une forme de pacification de l’espace urbain collectif, voire une aseptisation de ceux-ci. Cette forme de contrôle passe notamment par le gommage des « aspérités visuelles, olfactives, sonores » (Thomas et alii, 2010)3. On voit que ce qui se joue aussi à travers la notion d’ambiance, c’est une forme de contrôle de l’action des individus dans l’espace public, une contrainte tacite exercée sur leur pouvoir d’entreprendre. Ce que disent donc ces inscriptions que nous avons observées, c’est non seulement que leurs auteurs s’affranchissent de ce contrôle en agissant sur l’espace mais aussi que les passants-destinataires sont des partenaires des rapports de force qui s’y déroulent. Ils nous questionnent alors sur la façon dont les individus se saisissent de l’espace public, s’approprient physiquement les lieux.

L’appropriation de l’espace public et la participation habitante : deux processus complémentaires ?

D’un côté, nous avons ces formes d’expressions illégales que l’on a évoquées précédemment et que l’on peut retrouver sur les murs, les aménagements et les objets qui font la ville. Ce sont des moyens d’exprimer des revendications et des points de vue variés. Ces derniers sont très souvent politisés ou ont vocation à interpeller les classes politiques. Ils participent à faire l’ambiance des lieux dans lesquelles ils se situent. Cette ambiance est due au fait que, d’une part, ils interpellent par leur forme et leur message les passagers et les usagers de la ville. Leur présence marque physiquement l’espace dans lequel ils se trouvent. D’autre part, ils sont l’expression d’une individualité : ils permettent d’exprimer les sensibilités personnelles de certains individus.

De l’autre côté, nous avons au sein des villes des processus d’aménagements divers et variés. Ils sont présents à plusieurs échelles (celle du quartier, de la ville, de l’agglomération…) et impliquent de multiples acteurs (EPCI, habitants, associations, professionnels…). Comme nous l’avons vu précédemment, ces processus d’aménagement comportent, pour une grande majorité, une dimension politique plus ou moins forte. Derrière eux, se cachent des enjeux, et ils sont toujours le résultat et la conséquence de choix, de négociations.

Aujourd’hui, dans ces processus d’aménagement, on observe une démultiplication des acteurs impliqués et un changement de paradigme dans les façons de mettre en place ces processus.

Depuis une vingtaine d’années en France, les décisions se prennent de moins en moins du « haut vers le bas ». On entend par cela que la prise de décision n’est plus un acte choisi par des instances supérieures et appliquée directement. Elle est, dans beaucoup de cas, le fruit d’une participation citoyenne dans les projets, en lien étroit avec les instances. « La participation est un engagement volontaire vers une codécision et donc vers un partage du pouvoir accepté par l’autorité qui en a pris l’initiative » (Gontcharoff, 2003). Cette co-construction entre habitants et professionnels s’inscrit même juridiquement dans les processus de création d’outils d’aménagements locaux, comme les plans locaux d’urbanisme. Lors de la mise en place de ceux-ci-, la loi oblige la concertation des habitants. On observe donc une émergence de la volonté citoyenne dans les processus d’aménagement. Cynthia Nikitin, lors de la conférence sur les espaces publics organisée par la Fabrique de la Cité à Barcelone en mai 2011 disait : « Les citoyens, les usagers, sont les spécialistes. Si nous voulons une interaction entre les individus et les espaces qu’ils occupent, il faut que les citoyens soient impliqués dès le début du processus et pendant l’ensemble du processus ». En somme, nous observons donc une forme de paradoxe, d’ambiguïté dans l’appropriation de l’espace public telle que les décideurs la conçoivent. D’un côté des appropriations illégales non désirées apparaissent, et de l’autre, on retrouve une volonté toujours plus forte de vouloir faire participer de plus en plus d’acteurs dans la mise en place des projets urbains.

Cette ambiguïté nous amène à nous poser la question suivante : quels seraient les rôles des citoyens au sein de ces projets ? Pour apporter des éléments de réponse à cette dernière question, il faut se pencher sur le fonctionnement de la participation citoyenne. Comment fonctionne-t-elle et jusqu’où peut-elle aller ?

Selon G. Watel, il existe quatre degrés de participation : le premier, l’information, est la base du processus et consiste en des échanges du bas vers le haut et du haut vers le bas. Le deuxième, la consultation, intègre en plus du premier des enquêtes publiques, des réunions de quartier ainsi que d’autres façons de consulter la population. Le troisième, la concertation, consiste en plus des précédents à amener des débats ouverts sur les formes et les caractéristiques du projet. Enfin, le dernier degré et donc le plus fort est la coproduction : elle consiste en un partenariat entre les pouvoirs et les acteurs locaux. Les deux parties décident conjointement des programmes, concepts d’aménagements et design abordés pour le projet.

Laquelle de ces formes de participation serait la plus adéquate pour intégrer les revendications des tags au sein des projets urbains ? Notre objectif ici n’est pas de répondre à cette question, mais la mise en évidence de ces différents degrés de participation font émerger des risques liés à chacun d’entre eux : des formes de participation avec une trop forte présence des acteurs publics peuvent rendre « subis » le processus de participation. A l’inverse, une trop forte présence des habitants dans ces processus pourrait nuire à l’intérêt général du projet. Au final, quelle que soit la forme de participation choisie, l’un des plus grands risques reste de penser la participation uniquement comme un « gadget » et non comme un outil nécessaire à la réalisation d’un projet accepté, approuvé et décidé par une majorité. Le tout repose sur une question de dosage et d’équilibre entre les jeux d’acteurs, mais la présence d’enjeux politiques rend cela complexe.

Notre réflexion nous a aussi amenés à nous poser une autre question : serait-ce possible d’intégrer les formes d’expressions que nous avons mis en avant aux processus de conception de projets urbains ?

Pour amener des éléments de réflexion autour de cette question, nous nous sommes intéressés à une réalisation d’un collectif, celui de La Pointe Libertaire à Montréal. Il regroupe plusieurs acteurs du champ politique du quartier Pointe Saint-Charles, dont le but est d’auto-gérer leur quartier. A travers des opérations populaires d’aménagement qui consistent à observer, planifier et agir pour le quartier, ce collectif tente de répondre aux besoins des populations en intégrant les citoyens et en tentant d’auto-gérer leur vie de quartier. Ils ont décidé de faire fi des formes d’autorités qu’ils jugent illégitimes pour créer leurs propres projets. L’une des actions phares fût réalisée par le collectif « Au pied du mur » associé à celui de la Pointe Libertaire. Le quartier était coupé en deux par un mur de béton supportant des voies ferrées. Des peintures et des revendications sauvages recouvraient ce mur. Elles étaient illégales et la ville voulait s’en débarrasser. L’association des deux collectifs, après un processus de concertation avec les acteurs du quartier a réussi un compromis : obtenir l’autorisation de transformer ce mur en une fresque racontant la vie du quartier.

Cet exemple, bien que poussé très loin, au vu de la composition et des revendications « anarchiques », refusant les formes d’autorité supérieures, nous montre que des actes à l’origine, illégaux peuvent être intégrés dans des processus d’aménagements participatifs. L’idée d’intégrer cette forme d’expression aux processus de conception parait donc réalisable mais uniquement aux prix d’engagements très forts, et d’un rapport de force abouti.

Conclusion

On peut donc dire que d’une part, l’espace public est un lieu de transgression où l’individualité s’exprime dans l’espace collectif. Les inscriptions qui ont été notre point de départ, sont une intention de montrer, faire voir, interpeller, bref, susciter le débat. Elles sont une forme d’opposition à un certain contrôle et donc échappent aux règles de l’espace public. Elles traduisent la dimension politique de l’espace public, que la notion d’ambiance permet d’appréhender. D’autre part, les concepteurs et les décideurs tendent parfois à imposer, contrôler, pacifier et aseptiser l’espace public en utilisant des outils urbanistiques et architecturaux. Ils sont là aussi des « faiseurs » d’ambiance. Les processus de participation habitante se placent donc au cœur d’une réflexion plus large sur ces « faiseurs d’ambiance ». On reconnait de plus en plus l’expertise habitante. Mais on peut alors se demander, si, in fine, intégrer cette forme d’expression illégale dans la conception ne lui fait pas perdre tout son sens. L’illégalité, la transgression de cette forme d’expression dans l’espace public est sans doute ce qui la rend plus forte. Si elle nous interpelle, si on la regarde, c’est parce qu’elle détonne. Intégrer ce type de revendications dans les processus de conception urbaine peut annihiler le message qui est censé être donné, ou tout du moins, lui faire perdre sa signification. Cela nous questionne donc sur la position des concepteurs lors de la mise en place des processus de planification : jusqu’où la prise en compte de l’appropriation par les habitants peut-elle aller pour façonner les ambiances ? En voulant l’intégrer à tout prix dans le processus, ne risque-t-on pas de retomber dans une forme de contrôle des espaces publics ? Ne serait-ce pas une aseptisation des espaces publics que de vouloir formaliser des formes de revendications informelles dans des processus intégrant une participation citoyenne ? Le risque de rendre caduc la portée initiale des revendications n’est donc pas négligeable. C’est ce qui nous fait dire que la part d’incertitude dans le devenir des espaces publics est proprement une caractéristique de la notion d’ambiance.

Sources :

Dorville, Maxime. (2011) Le rôle de la concertation dans le processus de fabrication des espaces publics. Le cas de Montréal. 122p.

Hauptmann, Eléonore & Wates, Nick. (2010) Concertation citoyenne en urbanisme : la méthode du Community planning. Éditions Yves Michel, 115p. Collection Modes d’emploi.

Lolive, Jacques. (2013) « Comment restituer l’expérience sensible des habitants ? Propositions pour une esthétique participative » in Bordreuil, Samuel « Ambiances, partage d’ambiance et prisme interactionnel » dans Duarte, Cristiane Rose & Thibaud, Jean-Paul (dirs). Ambiances urbaines en partage. Genève, MétisPresses, pp. 139-154.

Thibaud, Jean-Paul. (2002) « L’horizon des ambiances urbaines ». Communications, n° 73, pp. 185-201.

Thomas, Rachel (sous la dir. de), Balez Suzel, Bérubé Gabriel, Bonnet Aurore (2010). L’aseptisation des ambiances piétonnes au XXIe siècle. Entre passivité et plasticité des corps en marche. Programme PIRVE CNRS MEEDDM ; Grenoble, Rapport de recherche Cresson n° 78.

La Pointe Libertaire. Lapointelibertaire [En ligne]. 8 janvier 2013, [consulté en mai 2017] Dipsonible sur : http://www.lapointelibertaire.org/

Pour citer ce billet : Tristan Agenet et Esther Chevalier, Master 1 Urbanisme et Aménagement – design urbain (IUG), S8 – Urbanités et ambiances de l’espace public (recherche), écrit le 22 mai 2017. «L’appropriation de l’espace public : transgression et participation habitantes», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), le 15 janvier 2018. [En ligne] http://ehas.hypotheses.org/1470
  1. En ce sens, elles se rapprocheraient plus du street art dans l’intention et la forme esthétisante mais semble encore à part ; il conviendrait alors de travailler à une définition typologique de ces représentations. []
  2. THIBAUD, Jean-Paul. (2002) « L’horizon des ambiances urbaines. » Communications, n° 73, pp. 185-201. []
  3. Thomas, Rachel (sous la dir. de), Balez Suzel, Bérubé Gabriel, Bonnet Aurore (2010). L’aseptisation des ambiances piétonnes au XXIe siècle. Entre passivité et plasticité des corps en marche. Programme PIRVE CNRS MEEDDM ; Grenoble, Rapport de recherche Cresson n° 78. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.