Une première approche de l’effet sonore

L’environnement sonore urbain peut être l’objet de deux opérations : soit la description, soit l’intervention. Pour ce faire, les outils quantitatifs analogiques ou numériques ne manquent pas. Pourtant, la métrologie n’est pas toujours efficace in situ; ainsi, les espaces ouverts et les petits espaces clos ne sont aujourd’hui mesurables ni dans l’ensemble de leurs composantes, ni avec toute la finesse souhaitable. Par ailleurs, in situ la dimension humaine des phénomènes acoustiques échappe en partie à l’évaluation quantitative.

Deux questions sont donc à poser.

1- Existe-t-il des outils qualitatifs spécifiquement adaptés à l’analyse de l’environnement sonore et quelle est leur valeur opérationnelle?

2- Peut-on définir des outils qualitatifs qui soient utilisables de manières complémentaires avec les outils quantitatifs?

Deux notions fondamentales ont été inventées au cours du siècle dernier : l’objet sonore (Pierre Schaeffer) et le paysage sonore (R.Murray Schafer). Précieux en pédagogie ou pour l’analyse analyse très fine d’un phénomène sonore précis, le premier reste d’un usage trop lourd à l’échelle d’un ensemble architectural ou urbain. Le deuxième, également fondamental pour révéler les dimensions compositionnelles et paysagères du son, s’appuie sur une esthétique séduisante mais trop discriminatoire pour une approche triviale des situations quotidiennes.

Entre ces deux approches, il fallait un outil permettant de travailler au niveau intermédiaire, au niveau des configurations concrètes entre les trois composantes de toute situation sonore : les sources acoustiques, l’espace construit, la perception sonore.

C’est l’effet sonore dont les propriétés interdisciplinaires, la perfectibilité, et la capacité à passer de l’analyse à l’action sur l’environnement ont été largement éprouvées et confirmées dans notre laboratoire (le Cresson) depuis les années 80.

L’intervention s’appuiera sur des séquences d’écoute et de recueil de réactions.

diaporama : JF_Augoyard_effet_Sonore_CRESSON_2018

  • Jean-François Augoyard, est philosophe, urbaniste et musicologue. Directeur de recherche CNRS honoraire. Fondateur du Centre de Recherche sur l’Espace sonore (Cresson, CNRS) en 1980, il a été co-fondateur, en 1992, du laboratoire Ambiances architecturales et urbaines (CNRS-MCC) et d’une formation doctorale sur le même thème. Ses premiers travaux ont porté sur les façons de marcher, les manières d’habiter, et les conduites sociales en ville. Il a ensuite développé des notions interdisciplinaires et des méthodes d’analyse in situ de l’environnement sensible, en particulier sonore. Enfin, il a mené plusieurs recherches sur la perception esthétique ordinaire et sur les actions artistiques urbaines (commandes du Ministère de la Culture). Il travaille actuellement sur une théorie des ambiances architecturales et urbaines.

– Référence principale sur le sonore :

A l’écoute de l’environnement, répertoire des effets sonores, Marseille : Éd. Parenthèses, 1998. Trad. : Sonic Experience. A guide to Everyday Sounds. Transl.Andra Mc Cartney & David Paquette. Montreal : Mcgill –Queen’s University.Press, 2005.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.