L’ambiance dans une banlieue pavillonnaire, ballade à La Tronche

Bien que les banlieues résidentielles soient aujourd’hui des espaces rencontrant un certain développement démographique, elles ne sont encore que peu abordées lors des études urbaines. Leur popularité, plus que pour des raisons économiques, semble émaner du mode de vie plus tranquille qu’elles proposent à leurs habitants. Pourtant, malgré ce succès ces territoires sont réputés pour leurs espaces publics de faible qualité et peu agréables. Mais qu’en est-il vraiment ? Quels sont les éléments qui forment l’ambiance de ces banlieues et pour quels impacts ?

Date : 6 mai 2017
Lieu : La Tronche, sa Grande Rue, ses hauts murs et ses grandes maisons.
Qui : Trois étudiants en M1 Design Urbain, Barthélémy, Jean et Thomas.
Objectif : L’ambiance de ces quartiers de hauts murs.

Itinéraire de la balade

Itinéraire de la balade

Le périurbain, un entre-deux toujours oublié ?

Habiter à la campagne, vivre à la ville, cette formule sans doute un peu creuse et définitivement floue, est pourtant couramment utilisée pour définir le périurbain. Cette imprécision est assez significative de la difficulté que l’on a à définir précisément ces espaces. Supposés être la limite entre la ville et la campagne comme l’entend explicitement le nom, le périurbain est souvent ramené dans les représentations aux banlieues résidentielles et abordé par des critères fonctionnels. A savoir, des densités d’habitat moyennes et des faibles densités d’activités ainsi qu’une typologie bâtie précise, le lotissement. Ces variables certainement un peu réductrices et souffrants d’effets de seuil difficilement confrontables à la pluralité des réalités en font des espaces aux limites encore plus floues que leur définition (Vanier Martin, 2012). Cette difficulté est compréhensible, la définition de la ville faisant elle-même encore débat. Bien que passionnantes ce ne sont pas pour ces questions que nous nous sommes penchés sur le périurbain, mais plutôt pour son statut de parent pauvre de nos études de géographie/ génie civil et urbaniste. En effet, alors que les centres urbains, les grands ensembles et mêmes les zones commerciales ont été largement abordés tant pour leurs enjeux qu’en tant qu’espace, pratiquement rien n’a été dit à propos de ces fameuses banlieues résidentielles. Seuls deux constats sur ces espaces nous ont suivi pendant nos cursus. L’étalement urbain que ces banlieues génèrent n’est pas tenable d’un point de vue écologique du fait des enjeux de mobilité et d’artificialisation du sol. De l’autre côté les développements démographiques récents montrent que ces lieux d’habitat sont très attractifs pour la population, les centres se vidant même un peu à leur profit et visiblement pas uniquement pour des questions de prix du foncier mais bien de mode de vie (Lévy Jacques, 2012). Ainsi, face à cette ambivalence, nous avons décidé de tenter de nous intéresser à l’un de ces espaces pour tenter de le comprendre via le médium de ses ambiances, pour essayer de comprendre la matérialité de ce qui attire dans ces lieux. Et quitte à aller un peu à contre-courant de nos études, nous avons sélectionné l’une des banlieues riches de Grenoble, La Tronche. En effet, pour nos métiers interventionnistes et très liés au secteur public il n’est probablement pas d’espace aussi peu souvent réaménagé.

La banlieue sous la pluie

Nous n’avions fixé qu’une date et un lieu approximatifs. La disponibilité des places de parking et la météo n’étaient dictées que par le hasard. Et le hasard a voulu que nous nous garions sur les allées de la Grande Rue, dans le petit bourg, sa mairie et son square, un jour de grosse pluie.

Ce qui aurait pu a priori nous décourager nous a motivé d’autant plus. L’ambiance si elle peut être mesurée, l’est souvent dans des conditions idéales. Ce jour-là la pluie dicte la ville et nous sommes là pour percevoir ses effets. Cependant à ce premier raisonnement, s’est rapidement imposée une nuance. Notre équipe étant composé de deux personnes ayant déjà exprimé par le passé le fait qu’elles n’aimaient guère ce genre d’espace pour leur côté ambivalent (ville sans l’être ou inversement dans leur esprit), les conditions climatiques ne vont-elles pas nous faire tomber dans nos préjugés ?

 

Notre carnet de route est très ouvert, mais nous voulons arpenter les rues adjacentes, celles à sens uniques bordées de hauts murs qui masquent tant bien que mal des maisons encore plus grandes. Pour nous y rendre nous traversons ladite Grande Rue en direction du Nord. Elle est propre, claire et rectiligne. Aucun charme ne s’en dégage, mais elle ne repousse pas non plus. Finalement c’est une sensation de neutralité qui transparait, elle est renforcée par la pluie qui pousse les rares piétons et automobilistes, étonnamment, à se dépêcher pour s’abriter. La pluie met tout le monde d’accord, tout le monde sur un pied d’égalité – Il fait froid, il pleut, il faut rentrer – Nous traversons ainsi sans nous arrêter, le lieu et le temps ne nous incitent pas à nous attarder.

Nous continuons la rue jusqu’au croisement avec la route de la Chartreuse. Nous ne la prenons pas et nous suivons notre rue. Cette dernière change d’aspect et se transforme en une route étroite à la priorité automobile où les piétons sont cantonnés sur de petits trottoirs et en file indienne. La discussion entre nous s’en trouve difficile, nous marchons vite car ce n’est ni pratique ni agréable. Pour nous, cette portion se vit comme un tunnel interminable avec de hauts murs sombres tachés de pollution automobile.

Nous poursuivons notre chemin, il nous amène plus loin dans un deuxième petit bourg avec son coiffeur, son tabac-presse, son bar et sa boulangerie. Ici aussi une neutralité de l’espace public se dégage, tout est propre, bien rangé, même si le lieu semble aménagé avec son parc pour qu’on s’y attarde pour discuter. L’ambiance est aseptisée, elle nous interdit de ressentir quoique ce soit, même pas une gêne. Comme un couloir d’hôpital.

Après quoi, notre chemin nous conduit jusqu’aux premiers numéros de la Grande Rue. Sur le trajet, la rue est de nouveau étroite mais des immeubles contigus de deux étages ont remplacés les murs sombres. L’étroitesse des trottoirs nous fait dire que leurs habitants doivent manquer de se faire renverser à chaque sortie. Nous ne sommes toujours pas à l’aise en tant que piétons, mais les fenêtres et les portes des bâtiments apportent toujours plus d’humanité que les longs murs.

Nous tournons à gauche dans l’Allée vert, un cours d’eau canalisé bat son plein. L’allée n’est pas plus large que les rues précédentes mais est beaucoup plus accueillante. Les abords sont des murets qui laissent apparaître la verdure des jardins. Les trottoirs ne sont pas grands mais la tranquillité apparente du lieu nous autorise à marcher sur la route. Le ressenti est plus apaisé, calme, l’ambiance en est impactée. Nous restons plus longtemps, nous prenons le temps de nous attarder, pour regarder, sentir, écouter [cliquetis de la pluie].

Nous marchons et les murets laissent place à des grillages et des barrières. Moins chères et plus rapides à poser, elles entourent toutes les maisons plus contemporaines. L’objectif est le même mais l’impression est différente, moins qualitative nous restons moins longtemps. Nous voyons à travers mais nous ne pouvons les traverser, cela provoque un sentiment de frustration.

Après un petit kilomètre de distance nous arrivons à ce que nous recherchions, une allée étroite longée de hauts murs mais pas repoussante comme dans les rues automobiles précédentes. Ici nous nous sentons comme dans les ruelles d’un petit bourg médiéval. Ces allées sont ombragées par les grands arbres qui dépassent et qui laissent entrevoir à de rares perspectives, les hautes maisons, tantôt bourgeoises tantôt contemporaines. Si les allées sont agréables, les portails massifs et épais, des jardins nous rappellent que nous sommes ici que de passage, et que finalement nous n’avons rien à y faire. Ces lieux pseudo-publics sont en fait totalement sous l’emprise de ces espaces privés discrets et intimidants qui débordent sur eux, nous nous sentons intrusifs, même dans les allées. L’ambiance reflète cette ambivalence, la tranquillité de l’allée, son côté apaisant, avec l’autorité repoussante des murs et des portails massifs.

Nous redescendons en direction de notre point de départ, la route de Chartreuse est semblable à ce que l’on a pu connaître. La route est surtout pour les voitures malgré la présence de maisons, les trottoirs sont petits mais les murs sont hauts et arborés. Nous ne restons pas longtemps.

Le chemin du petit violet, un espace marqué par la végétation luxuriante des jardins privés, La Tronche, Isère, 2017

Le chemin du petit violet, un espace marqué par la végétation luxuriante des jardins privés, La Tronche, Isère, 2017

 

Un espace lisse, où la voiture et le privé débordent

Nous avons essayé de réfléchir l’ambiance dans notre cas sous le prisme de ses trois dimensions (technique, sociale et sensible). La dimension sensible et donc personnelle de l’ambiance est ressortie fortement lors de notre débat sur l’espace, alors que deux d’entre nous avait apprécié la tranquillité et la végétation omniprésente dans le paysage, le dernier ne pouvait se départir de son impression de zone « morte » et donc désagréable. Cependant, nous sommes d’accord sur les quatre grands types d’ambiance de notre parcours :

  • Une ambiance aseptisée pour les lieux publics neutres (les petits bourgs).
  • Une ambiance désagréable, pour les rues sombres et routières avec une forme d’impression d’intrusion.
  • Une impression de tranquillité dans les rues adjacentes, plus « privées », arborés et à murets, le son seul de la pluie y ayant probablement contribué.
  • Une ambiance ambivalente dans les allées arborés, intimistes mais sous autorité des murs et portails massifs.

Nous sommes d’accord et pourtant nous n’avons pas exactement les mêmes avis. Quand l’un a apprécié la neutralité des petits bourgs, les autres les ont justement trouvés peu accueillant. Exemple similaire dans les allées arborées et intimistes, alors que l’un aimait cette tranquillité, les autres ressentaient aussi un sentiment d’enfermement, de frustration. C’est notre vécu, notre expérience ou simplement notre perception personnelle qui nous poussent à apprécier ou non tel lieu.

Si on peut se permettre d’enfoncer une porte ouverte, les espaces publics ne peuvent pas plaire à tout le monde. Le choix alors des aménageurs est d’aménager des espaces publics sans réel parti pris, totalement lisses et neutres, au risque de paraître insipides. C’est ce que nous avons constaté dans ces petits bourgs, on passe et on ne s’arrête pas.

Dans les rues à priorité automobile, la question de l’ambiance n’a pas vraiment l’air de se poser dans les temporalités du piéton. L’automobiliste, qui représente la très grande majorité des gens qui circule ici, n’a pas le temps d’apprécier ou non le paysage, il le traverse en seulement quelques secondes. Le piéton est donc le seul qui peut mesurer l’ambiance présente, le seul que cela impacte. L’espace public dans le cas présent n’est pas pensé pour s’occuper du piéton, il n’est pas invité à rester s’aventurer. Mais ce qui nous frappe le plus surement c’est que derrière les hauts murs sombres semble se cacher des ambiances autres. De beaux jardins avec terrasse, au pied de grandes maisons de charme. L’ambiance, si elle est bonne (en se permettant d’utiliser un terme qualitatif), se trouve derrière les frontières physiques de l’espace privée, pas dans la rue.

On a le sentiment dans notre étude de cas que l’ambiance est dictée par les espaces privés. C’est eux qui maîtrisent ce qu’ils laissent entrevoir sur la rue, ce qu’ils laissent apprécier aux gens de passage. L’espace public subit alors le bon vouloir des propriétaires des espaces privées, ce sont donc eux aussi qui maîtrisent l’ambiance.

En tant qu’étudiants et étrangers à la ville, nous avons toujours eu le sentiment pendant notre parcours de ne pas être à notre place, de ne pas être invités ici, on nous autorise seulement à traverser les lieux. On pense alors que les gens viennent vivre ici pour la tranquillité et être entre eux, conserver leur jardin privé agréable et ne pas le partager.

La pluie a accompagné tout notre trajet, on l’a pensé très impactante sur le ressenti que l’on aurait mais finalement, elle ne l’a pas été tant que ça. Les réflexions que l’on se faisait sur l’ambiance relevaient surtout de la matérialité de notre environnement et non de la météo. On reconnaît toutefois que la pluie a bridé les éventuelles poches de vie que l’on aurait pu traverser. Peut-être qu’un autre jour, plus ensoleillé nous aurait permis de constater que les lieux sont dynamiques et très fréquentés. Mais toujours est-il que l’ambiance générale que nous avons trouvée est teintée d’intimisme et d’entre soi. Libre à chacun d’apprécier cela ou non.

Conclusion

Pour s’écarter légèrement de notre étude de cas et tenter de monter en généralité, les points communs qui ont émergé sur notre ressenti semblent aller assez bien dans le sens du mode de vie tel qu’il est décrit dans les espaces périurbains. Une certaine tranquillité et de l’espace à proximité de la ville. Finalement, notre sentiment d’être des intrus dès que nous nous sommes écartés de l’allée centrale et la certaine intimité des lieux, n’est pas sans rappeler une certaine analogie avec la hiérarchie des espaces urbains. En effet, en ville la majorité des espaces publics sont pensés comme de potentiels lieux de sociabilité et donc conçu pour être, en théorie, agréables à traverser et régulièrement propices à un arrêt (places publics). De l’autre côté les espaces privés gérés par les particuliers remplissent les mêmes ambitions mais à une autre échelle, la sphère privée. Cependant les espaces qui séparent ces deux sphères, à savoir les espaces semi-privés, eux semblent répondre à une logique complétement différente. Cours intérieures modernes, halls d’immeuble et couloirs, même si ils semblent pour certains être le résultat d’un souci esthétique, renvoient tous à une légère impression d’intrusion avec une envie de se contenter d’y passer tout en évitant d’y faire du bruit. Cette ambiance semble tout à fait rationnelle puisque ces espaces ne servent qu’à desservir les logements dans nos sociétés modernes, et que donc toute activité y constituerait une gêne pour les habitants. Ainsi dans le périurbain si l’on regarde les ambiances, le cœur de bourg correspondrait aux espaces publics des villes, les maisons évidemment aux logements, mais les rues permettant d’y accéder, bien que publiques, renverraient à ces espaces semi-privés caractéristiques du logement collectif. Finalement, l’intimité un peu gênante de ces lieux, dont la matérialité est plus marquée par les espaces privés que l’on entraperçoit que par la rue elle-même, serait le début du mode de vie recherché. Elle permet dès les abords de son logement un début de chez soi, garantissant une certaine tranquillité et une impression d’isolement malgré la présence de voisins tous les 20 mètres et l’absence de nature sauvage. Selon la grille de lecture des ambiances, il semble qu’au bout du compte la formule « habiter à la campagne et vivre à la ville » ne soit pas si creuse que ça.

Chemin du petit violet, La Tronche, Isère, 2017

Chemin du petit violet, La Tronche, Isère, 2017

Bibliographie

Vanier Martin, « Dans l’épaisseur du périurbain », Espaces et sociétés, 2012/1 (n° 148-149), p. 211-218. DOI : 10.3917/esp.148.0211. URL : http://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2012-1-page-211.htm

Lévy Jacques, « Choix de société », Espaces et sociétés, 2012/1 (n° 148-149), p. 201-209. DOI : 10.3917/esp.148.0201. URL : http://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2012-1-page-201.htm

 

Pour citer ce billet : Barthélémy Célérier, Jean Rebillard et Thomas Rolland, Master 1 Urbanisme et Aménagement – design urbain (IUG), S8 – Urbanités et ambiances de l’espace public (recherche), écrit le 22 mai 2017. «L’ambiance dans une banlieue pavillonnaire, ballade à La Tronche», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), le 13 février 2018. [En ligne] http://ehas.hypotheses.org/1612

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.