Questionnements sur la perception des ambiances au sein d’un espace public : le jardin de ville

Durant ce semestre, le cours « ambiance et espace public » nous a donné plusieurs définitions de la notion d’ambiance. Il a par exemple été mentionné qu’il ne pouvait y avoir d’ambiances sans lieu physique ou sans individu pour la percevoir. Cette idée de perception nous a beaucoup intéressé et questionné. Nous avons beaucoup été influencés par le cours « Enjeux politiques de l’espace public », de C. Bonicco-Donato. Ce cours traitait dans un premier temps sur ce qu’était une ambiance et de la manière dont on était saisi par ce que l’on percevait, ce qui est l’un des thèmes principal de ce billet de blog. Ensuite, ce cours a abordé le fait qu’un aménagement particulier pouvait avoir des effets sur les individus (et donc sur leur manière de se comporter, de pratiquer l’espace) de par les ambiances et perceptions qu’il suscitait. Puis il a abordé le fait que nous ne sommes pas affectés par tous les éléments qui nous entourent, mais seulement par ceux auxquels nous sommes sensibles.  

Nous étions alors curieux de comprendre à notre niveau comment peut-on réellement étudier la perception des ambiances d’un lieu, si celle-ci est propre à chaque individu. En effet, nous percevons tous les ambiances de manière différente en fonction de notre sensibilité, notre aptitude à interagir avec le monde qui nous entoure ou notre expérience de vie. Comment serait-il possible d’étudier et de tirer des conclusions de quelque chose d’aussi subjectif. Nous nous sommes donc posés plusieurs questions. Par exemple, nous nous sommes demandés s’il existait des ambiances « communes », que nous partagions pour la plupart, et des ambiances « personnelles » uniquement liées à notre sensibilité et à notre vécu ? Quels éléments jouent un rôle primordial dans notre perception des ambiances ? Et à partir de cela, peut-on établir une corrélation entre la perception des ambiances et un type d’aménagement dans un lieu particulier (ce qui sera au cœur de notre expérimentation dans ce billet) ?

Et au-delà, cela amène de nombreuses autres questions que nous n’avons pu traiter mais qui découlent de notre question de base : qu’est-ce qui fait que dans un lieu on peut se sentir à l’aise tandis que ce n’est pas le cas pour une autre personne ? Une telle démarche d’étude impliquerait de pouvoir classer les ambiances, or comment peut-on le faire si on ne sait pas exactement comment les individus perçoivent les ambiances différemment les uns des autres. Par exemple, deux personnes peuvent mettre un même mot sur une ambiance qu’elles perçoivent, sans pour autant que leur perception soit réellement la même. A partir de cela leur rapport aux ambiances n’est pas le même, et leur comportement vis-à-vis d’elles risque de ne pas l’être non plus.

Expérimentation de la perception des ambiances dans un espace public grenoblois

Pour tenter d’aborder ces questions, nous avons décidé de nous intéresser à une méthode pour déceler une éventuelle corrélation entre la perception des ambiances, et un type d’aménagement dans un lieu particulier. Nous avons donc questionné ce thème à notre niveau, en étudiant un espace public grenoblois : le jardin de ville. L’objectif n’était ici bien évidement pas de donner une réponse précise à ces questions, mais d’essayer de les approcher en parcourant un lieu et en confrontant les récits de nos expériences de perception.

Le choix de ce lieu n’était pas anodin. En effet, nous voulions réaliser cette expérience dans un espace public. Tout d’abord, car c’est un lieu très fréquenté (ce qui implique un grand nombre de perceptions différentes). Et ensuite, parce qu’il fallait un lieu emblématique, connu par un grand nombre de personnes, afin qu’elles puissent confronter nos récits à la perception qu’elles ont elles-mêmes de ce lieu.

Pour réaliser cette expérimentation, nous avons utilisés une méthode qui consistait à décrire chacun notre tour par le récit (sans établir une liste), notre perception des ambiances. Le fait de ne pas ranger les ambiances en catégories et de tenter de les retranscrire directement permettait de mettre en avant celles que nous percevions le plus. C’était pour nous un indicateur fort de notre perception et des ambiances principales qui se dégageaient du lieu. En effet, s’il on demande à quelqu’un de dire ce qu’il ressent, l’ambiance qu’il décrira en premier aura le plus de chance d’être celle qu’il perçoit le plus. Nous nous sommes mis d’accord pour séparer l’analyse du parc en deux zones, qui pour nous étaient les plus marquantes, et nous inspiraient le plus dans notre perception des ambiances. Nous avons aussi réalisés une carte de notre état de bien-être au sein de cet espace, pour mieux visualiser nos différences de perception. Pour finir, nous avons choisi de représenter l’espace par le dessin. De la même manière que lorsque l’on fait le récit d’une expérience, dessiner permet de mettre inconsciemment en avant notre sensibilité vis à vis du lieu.

Au terme de ce parcours, le but était de noter les différences de perception, et d’essayer d’expliquer à quoi elles étaient dues. Cette partie sera brève et non exhaustive, l’objectif principal de notre démarche étant surtout de s’intéresser à la méthode pour prélever et décrire la perception des ambiances. Nous aurions effectivement pu trouver des éléments de réponse sur la question des perceptions dans des livres, cours ou expériences déjà réalisées, mais nous avons préféré expérimenter ces questions par nous-même. Car pour nous, la portée de ce cours, au-delà de l’apport de connaissance, était de nous sensibiliser à la question des ambiances et d’éveiller nos propres réflexions sur le sujet.

Un lieu aux multiples ambiances

Plan de Situation, Jardin de Ville

Plan de Situation, Jardin de Ville

 

Ouvert au public depuis 1712 c’est un lieu situé à l’arrière du centre-ville historique, aux abords des quais de l’Isère. Il est accessible par quatre portes d’accès réparties à chaque angle du parc. De taille modeste, il est pourtant très apprécié des habitants et visiteurs de la ville. La présence de nombreux autres éléments urbains importants à ses abords en font un lieu de passage très fréquenté (la collégiale Saint-André, la bibliothèque ancienne, départ du téléphérique vers la Bastille, etc…). On peut noter la présence de plusieurs équipements au sein de ce parc, comme une aire de jeu pour enfants, ou encore un kiosque. Ainsi les gens pratiquent cet espace de différentes manières selon ce qu’ils recherchent : le repos, le jeu, le besoin de nature ou simplement le traverser.

 

Zone 1 : « Sous les platanes »

Kiosque jardin de ville V.Lathuile

Kiosque jardin de ville V.Lathuile

Approche sensible personnelle n°1

Approche sensible personnelle n°1 Vincent Lathuile, 2017

Approche sensible personnelle n°1 Vincent Lathuile, 2017

« Si l’on entre par l’entrée Sud Est du parc, on arrive sous une épaisse couverture végétale créée par la densité importante des platanes qui s’y trouvent. La lumière tamisée par le feuillage assombrie l’atmosphère et l’on n’arrive pas à distinguer le relief de la Bastille. L’espace parait à la fois vaste et vide, (car l’on perçoit seulement les troncs des platanes au centre du parc) mais l’on a aussi un sentiment d’enfermement du fait de la toiture végétale. L’endroit est plutôt calme et l’on est comme coupé des bruits habituels de la ville par la barrière d’ilot qui cloisonne le parc des voies circulables. Seul un espace de jeux pour enfants sur la droite et les restaurants créent un peu de bruit dans cet endroit. Le revêtement au sol est uniforme comme le niveau du terrain. Cela crée un espace homogène peu propice à autre chose que le traverser. Plus au fond on distingue un kiosque en plein milieu du parc. Cela semble pour moi être un objet presque insolite sans usage précis. Dans ce lieu règne une ambiance que je décrirai comme pesante en certains aspects. Ce sentiment s’accentue en soirée lorsque la nuit se rapproche avec comme un sentiment d’insécurité.»

 

 

Approche sensible personnelle n°2

Approche sensible n°2 Antoine Chabert

Approche sensible n°2 Antoine Chabert

« Pour moi, cette zone dénote complétement de l’image que j’ai de Grenoble. Ce lieu, de par ses barrières physiques, semble être isolé du reste de la ville. Dans le même esprit, l’épais feuillage des platanes et la fraicheur qu’ils procurent me fait oublier l’espace d’un instant la chaleur et la pollution de Grenoble. Le fait de ne pouvoir discerner que difficilement les reliefs environnants ne me dérangent pas, bien au contraire, dans la mesure où cela aide à s’échapper du quotidien Grenoblois. Bien que cet espace soit vaste, ce lieu me semble intime, et invite à s’y arrêter pour faire une pause. Les aménagements que ce site propose (kiosque, aire de jeu pour enfant) me rappellent certains espaces publics d’une ville du centre dont je suis originaire. »

 

 

 


Zone 2 : « Un petit jardin à la français sous la Bastille »

Approche sensible personnelle n°1

« En traversant le parc, celui-ci change d’aspect et au milieu, la forêt de platane s’ouvre sur un jardin fleuri à la française. Il est au-devant d’une immense bâtisse ancienne aujourd’hui bibliothèque du jardin de ville. Je vois alors s’ouvrir la vue au-dessus et autour de moi. Je peux alors apercevoir sur ma droite le jardin légèrement encaissé et derrière la bibliothèque la pointe de la Collégiale Saint-André qui apparaît. Les couleurs des fleurs du jardin égayent vivement l’atmosphère et je remarque d’avantage de monde profitant de l’espace pour se reposer dans l’herbe. On distingue à nouveau de plus en plus le bruit des voitures et un changement de niveau au sol très net marque une rupture entre « la zone de passage » en stabilisé et l’espace de jardin, que je conçois comme « espace de détente ». Je me sens alors plus relâché, décontracté et je prends plaisir à contempler ce qui m’entoure. La proximité de la route et un passage plus fréquent permet aussi de se sentir plus en sécurité la nuit. L’ambiance est alors plus relaxante et apaisante. »

Approche sensible personnelle n°2

« Dans ce lieu, le calme perçu sous les platane s’estompe. Le bruit des voitures et des gens présent autour de moi reprend le dessus sur le calme ressenti juste avant. Je m’y sens alors à découvert, sous le soleil ou la pluie avec peu d’endroits pour m’arrêter ou m’abriter. Ceci dit, de par ses couleurs (bâtiments, plantations) et la vue qu’il propose, c’est un lieu qui pour moi (d’un point de vue esthétique) met le plus en valeur Grenoble. C’est donc pour moi un lieu agréable à visiter, mais pas pour s’y arrêter ou s’y reposer. »

Synthèse

Le but de cette partie ne sera pas de donner des conclusions générales sur la manière dont on perçoit les ambiances. Mais l’objectif sera d’effectuer une synthèse des différences de perception que nous avons notés et de tenter d’expliquer à quoi elles sont dues. Certes, nous n’avons que deux témoignages, ce qui n’est évidemment pas suffisant pour tirer des conclusions solides. Mais comme dit précédemment, ce qui comptait pour nous, au delà des conclusions, était la démarche en elle-même de travailler sur nos perceptions.

Dans un premier temps, nous avons remarqué qu’il y avait de nombreuses ambiances que nous percevions tous les deux, mais qui ne provoquaient pas chez nous le même ressenti ou qui n’avaient pas la même signification. À partir de cela, on peut dire que même si à la base notre perception est identique, notre « perception finale » (la manière dont on traite cette perception) ne l’est pas. Par exemple, nous avons perçu tous les deux un sentiment d’enfermement (dans la zone 1), mais cela était positif pour un, tandis que c’était négatif pour l’autre.

Ensuite, nous avons pu expérimenter le fait que les perceptions influençaient notre vision, et donc nos pratiques de l’espace. Pour reprendre l’exemple de la zone 1, l’un d’entre nous avait une image négative du lieu, et avait tendance à le considérer comme un lieu de passage. Tandis que l’autre, qui s’y sentait bien, voyait cette zone comme un lieu de repos, ou il est plaisant de s’arrêter.

Enfin, nous avons remarqué que dans certains cas, l’un percevait une ambiance que l’autre ne percevait tout simplement pas. Il s’agissait surtout d’ambiances liées à notre sensibilité ou à nos centres d’intérêts propres. Par exemple, l’un percevait une ambiance issue de l’architecture particulière des bâtiments entourant le site (sans pour autant pouvoir mettre des mots dessus), tandis que l’autre n’y avait pas prêté attention.

Il est difficile de déterminer les éléments qui sont à l’origine de telles différences de perception. Mais on peut tout de même affirmer que l’expérience de vie de chacun joue un grand rôle sur la perception des ambiances. En effet, un élément d’un lieu peut renvoyer à des souvenirs bons ou mauvais, qui influencent la perception. Il en est de même pour les centres d’intérêts. Après, la sensibilité ou la capacité à percevoir est importante et joue un grand rôle pour expliquer les différences de perception des ambiances. Par exemple une personne possédant un handicap rendant un de ses sens moins efficace, peut ne pas percevoir des ambiances perçues par beaucoup. Et au contraire, à partir de ce handicap elle peut développer d’autres sens, et ainsi percevoir des ambiances imperceptibles par la plupart des gens.

Application professionnelle de l’étude des perceptions des ambiances

Nous avons essayé de trouver comment on pouvait réutiliser ces questionnements sur la perception des ambiances au sein de pratiques professionnelles, en particulier autour de la thématique du projet urbain.

Comprendre les bases de la perception des ambiances a de nombreux enjeux pour la pratique professionnelle. En effet, savoir de quelle manière une ambiance est perçue et quels effets elle a sur nos pratiques et usages d’un espace pourrait ouvrir à d’autres questions. Ainsi, on peut se demander s’il serait possible de contrôler ou de créer artificiellement les ambiances d’un lieu afin d’influencer un ressenti, ou un comportement particulier dans celui-ci. Les applications seraient nombreuses, en particulier par le biais du projet urbain.

Ceci dit, cela pose encore d’autres questions, d’ordre éthique cette fois. Contrôler la dimension sensible pour influencer une perception particulière des ambiances et donc potentiellement des comportements, serait asservissant pour les populations. Dans ce cas, les individus ne seraient pas réellement libres dans un espace public. Or un espace public est, tel que le définit J.Habermas, un lieu d’opinion, de dialogue et de démocratie. Avec des mesures de contrôle des ambiances, et donc des pratiques et usages, l’essence même de ce lieu risquerait de disparaitre.

Certes, il a toujours existé des formes de contrôle des populations dans les espaces publics, avec des aménagements, des normes ou des règlements. Et certains aménagements étaient ou sont déjà destinés à inspirer une certaine émotion ou ambiance (et donc à influencer certaines pratiques). Mais il ne s’agissait pas d’un contrôle total et ciblé des ambiances. Dans ce dernier cas, cela pourrait être utilisé à des fins de contrôle des foules (notamment dans des régimes totalitaires). Cela serait privatif de liberté dans le sens où (en plus des règles visibles), les individus seraient « contrôlés » sans réellement s’en rendre compte.

Cependant, comme nous l’avons abordé précédemment, la perception des ambiances est complexe, change selon les individus, et soulève de très nombreuses questions. Et chaque nouvelle avancée soulève d’autres questions plus complexes encore. Par exemple, étudier la perception des ambiances impliquerait de pouvoir « capturer une ambiance ». Au-delà de la limite imposée par nos mots, comment savoir comment chacun perçoit réellement une ambiance ? Ou encore, comment créer une ambiance ayant un effet ciblé ?

Pour citer ce billet : Vincent Lathuile et Antoine Chabert, Master 1 Urbanisme et Aménagement – design urbain (IUG), S8 – Urbanités et ambiances de l’espace public (recherche), écrit le 22 mai 2017. «L’ambiance dans une banlieue pavillonnaire, ballade à La Tronche», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), le 13 février 2018. [En ligne] http://ehas.hypotheses.org/1627

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.