Les ambiances dans le cinéma

Photo: “Cinema” by Karmraj Chudasama is licensed under CC BY 2.0. https://www.flickr.com/photos/40845878@N00/5927198147/

Photo: “Cinema” by Karmraj Chudasama is licensed under CC BY 2.0. https://www.flickr.com/photos/40845878@N00/5927198147/

Si le cinéma arrive à saisir le spectateur, il le fait par ses ambiances visuelles et sonores qui expriment une esthétique s’installant chez le spectateur.

Les ambiances existent car elles sont « perçues par les sens [et] parce qu’on leur attribue un sens » (Amphoux, 2003). Comment sont alors transmises les ambiances à travers un écran lorsque seuls deux de nos sens, la vue et l’ouïe, sont mobilisés, et cependant limités par la barrière de l’écran ? Si les ambiances sont perçues par le spectateur visuellement et auditivement, soit par l’image et le son, elles sont aussi exprimées par les personnages et la narration.

Cet article veut tenter d’interroger et d’explorer la notion d’ambiance dans le cinéma à travers deux approches complémentaires. L’une d’elle se focalise sur les procédés cinématographiques permettant de transmettre et de retranscrire les ambiances dans le cinéma ; puis l’autre, s’intéresse à la façon dont les personnages eux-même perçoivent et s’approprient les ambiances tout en les transmettant au spectateur que nous sommes.

Pour ce faire, nous observerons dans un premier temps différentes scènes de films (127 heures, Children of men, Room) et de séries (The OA, The Leftovers) qui réussissent, à nos yeux, particulièrement bien à retranscrire les ambiances d’un lieu, qu’elles soient urbaines ou non. Puis dans un second temps, nous traiterons plus spécifiquement du rapport sensible à la ville – approche d’esthétique ordinaire – que peuvent entretenir les personnages de film. Nous explorerons ce sujet dans le contexte urbain de Buenos Aires (Argentine), qui lie Mariana et Martín, les deux personnages centraux du film Medianeras (2011) de Gustavo Taretto.

Ressentir les ambiances

Une ambiance de station de métro new-yorkais dans la série The OA

Dans la série The OA, une scène se déroule dans le métro new-yorkais. Tout au long de la scène, la caméra le suit de dos en travelling, au même rythme qu’il avance. Cette technique permet de se mettre à la place du personnage tout en découvrant l’espace dans lequel il évolue. Le personnage Hap sort du métro. Il y a beaucoup de monde autour de lui, des conversations indistinctes. Les couleurs sont plutôt sombres, elles donnent une impression de réalisme. Lorsqu’il entend du violon au loin, il marche à contre-courant des personnes qu’il croise, les frôlant au passage. Le brouhaha de fond des personnes qui discutent continue, on entend leurs pas et tous les bruits d’une station de métro sont présents (métro qui entre en station, annonces sonores…). Hap cherche la source de la musique qu’il entend. On le suit dans la station tout au long de sa quête. Finalement, le violon devient plus fort, le plan change, on voit cette fois le visage ébahi du personnage. La caméra prend ensuite le point de vue du personnage, on a l’impression d’avancer vers cette violoniste, attirés par sa musique de la même sorte que Hap.

Chaleur, canyons et liberté dans 127 heures

Dans 127 heures, le personnage principal, Aron, part faire du vélo dans les canyons de l’Utah. Les plans larges sur lui faisant du vélo et sur les vastes étendues désertiques derrière rendent compte du sentiment de liberté que ressent le personnage à ce moment-là. Les images sont jaunes, aux couleurs chaudes, ce qui donne la sensation de chaleur et de soleil omniprésent. Lorsqu’il s’arrête, les procédés cinématographiques font qu’il est aisé de se mettre à la place du personnage. Il se filme lui-même dans un plan très serré. Lorsqu’il boit, un gros plan est effectué sur l’eau qui remonte de sa poche avec le bruit qui va avec. Il y a ensuite un autre gros plan sur le guidon de son vélo et ses mains posées dessus.

Plus tard, lorsqu’il est au sommet d’une colline, la caméra fait un 360° sur le paysage et sur lui. Cela donne de nouveau l’impression d’être à sa place ou à côté de lui. On est totalement immergé par le paysage, de la même façon que l’est Aron.

Lorsqu’il entre dans un canyon, la caméra le suit de dos et bouge en même temps que lui, ce qui donne l’impression de mouvement et de marcher vite comme lui. On entend également le bruit de ses pas au sol. Un plan suit sa main glisser le long de l’escarpement avec le son que cela produit, on peut imaginer le ressenti d’Aron.

Être en zone de guerre dans Children of men

Dans le film dystopique Children of men, une des scènes a une ambiance particulièrement angoissante et post-apocalyptique. La musique est stridente, les couleurs très sombres, on entend des bruits d’armes à feu au loin. Il s’en dégage l’impression d’être dans une zone de guerre. La caméra se déplace comme si on était un des personnages. Le plan séquence de de 6 minutes renforce d’autant plus le réalisme et l’immersion dans la scène et dans son ambiance.

Du banal au chaos dans la série The Leftovers

Dans cette scène du début de la série The leftovers, on passe d’une ambiance tout à fait habituelle, de la vie de tous les jours dans la vie d’un personnage lambda, à une ambiance chaotique. Le personnage est une mère de famille très occupée. Elle est d’abord dans une laverie où elle fait sa lessive, tout en étant au téléphone et avec son bébé qui pleure à côté. On entend en arrière fond la musique qui passe dans la laverie et on voit d’autres personnes faire leur lessive, ce qui rend la scène très réaliste. Le personnage va ensuite dans sa voiture où elle met son bébé à l’arrière, qui continue de pleurer. Toujours au téléphone, elle essaye de le calmer. Il arrête finalement de pleurer mais, quand elle regarde à l’arrière de la voiture, il a disparu. Elle sort en panique et se rend compte que d’autres personnes semblent avoir disparu au même moment. Un enfant pleure sa mère qui n’est plus là et un accident de voiture se produit. Tout semble avoir changé en quelques secondes sans impact ou choc particulier.

La découverte du monde extérieur dans Room

Dans Room, Jack, 5 ans, vit séquestré depuis qu’il est né et ne connaît rien d’autre du monde que la pièce dans laquelle il est né. Il découvre alors le monde extérieur dont il ne soupçonnait pas l’existence lorsqu’il réussit à s’échapper de son ravisseur. La scène dans laquelle il découvre l’extérieur se passe à l’arrière d’un pick-up. Jack est d’abord enroulé dans un tapis, faisant le mort, puis il réussit à en sortir. Le premier plan le montre, allongé à l’arrière d’un pick-up, les yeux vers le ciel, ébloui par la lumière naturelle dont il n’a pas l’habitude. La caméra se met alors à la place de son regard et l’on voit défiler les arbres et les lignes électriques qui découpent le ciel. Quand la caméra revient sur lui, le plan est très rapproché de son visage et de ses yeux écarquillés. Elle effectue un zoom sur ses yeux. La musique est intense. On ressent la vague de sensations qui le submerge. Quand la caméra est sur lui, on voit le vent agiter ses cheveux. Puis la caméra bouge plus vite, elle montre la quantité d’éléments nouveaux que découvre le personnage et le mouvement du véhicule qui le bouscule.

Plus tard, Jack est dans la voiture de police, un environnement très anxiogène pour lui. Les voix extérieures au personnage ont un écho, si bien qu’elles paraissent lointaines et envahissantes à la fois. Tous les bruits extérieurs sont amplifiés et résonnent. Le personnage est recroquevillé sur lui-même, les plans sont centrés sur son visage. Lorsque les policiers lui parle, la caméra prend son point de vue. Ils paraissent grands et envahissants.

Au travers de ces différents exemples nous comprenons que les ambiances nous permettent de situer et de ressentir les contextes dans lesquels évoluent les personnages en nous transmettant des émotions afin de nous aider à nous immerger dans le film et dans la narration.

A présent, nous allons voir que les personnages peuvent aussi être les premiers à percevoir les ambiances, et ici les ambiances urbaines, avant même le spectateur. Nous allons comprendre comment la ville et ses ambiances, ici personnages à part entière, peuvent se traduirent en expériences pour les individus. Le cinéma nous permet donc ici d’illustrer les ambiances urbaines en faisant un parallèle avec la notion d’esthétique ordinaire notamment.

La ville comme personnage

Nous nous appuierons ici sur l’étude du film Medianeras, film argentin de 90 minutes écrit et réalisé par Gustavo Taretto, sorti en 2011.

Mariana et Martín, deux jeunes citadins de Buenos Aires (Argentine), vivent dans le même quartier, dans des immeubles qui se font face, sans pour autant se connaître. L’angoisse, la phobie, la solitude sont entre autres choses ce qui lie les deux protagonistes entre eux, et ce qui les lie à la ville. Bien plus qu’un décor, la ville s’impose comme le troisième personnage du film, faisant de ses ambiances le reflet ou l’origine des problèmes rencontrés par Mariana et Martín. A travers les images de Buenos Aires, le cinéaste fait apparaître l’esthétique ordinaire de la ville; une esthétique ordinaire principalement synonyme d’expérience négative pour les individus, mettant en exergue la souffrance de la vie quotidienne et notamment de “l’habiter” dans une grande ville. Le cinéaste traite à la fois de l’espace public et de de l’espace intime, du chez soi. Nous comprenons que le film établit un rapport à la ville et à ses ambiances, notamment à travers une approche visuelles. Les personnages et la ville évoluent ensemble et se mêlent les uns aux autres, voir se reflètent et dialoguent entre eux.

Le film débute par la succession d’images de l’architecture et de l’urbanisme de la ville, [0:00 à 4:07 minutes] s’accompagnant d’une voix off précisant l’aspect “anarchique” du développement urbain et architectural de Buenos Aires, aux immeubles irréguliers et imparfaits.

Extrait de la voix off introductive du film

Buenos Aires s’accroît incontrôlée et imparfaite. Une ville surpeuplée dans un pays désert. Une ville où se dressent des édifices par milliers, sans aucun critère. Un très haut à côté d’un très bas, un rationaliste à côté d’un irrationnel, un de style français à côté d’un dépourvu de style. Ces irrégularités nous reflètent bien. Des irrégularités esthétiques et éthiques. Ces édifices, qui se succèdent sans logique, révèlent une absence totale de planification. Exactement comme notre vie. On la vit sans avoir idée du résultat qu’on attend. On vit comme si on était de passage à Buenos Aires. On a inventé la culture du locataire. Les édifices rapetissent, pour en faire d’encore plus petits. Les appartements se mesurent en chambres, du super 5 chambres avec terrasse (…) au studio ou cage à poules. Les édifices, comme tout ce que fait l’Homme, servent à nous différencier les uns des autres. Il y a un devant et un derrière, les étages inférieurs et supérieurs. (…). Qu’espérer d’une ville qui tourne le dos au fleuve ? Je suis convaincu que les séparations, les divorces, la violence, l’excès de chaînes de télévision, le manque de communication, la manque de désir, l’aboulie, la dépression, les suicides, la névrose, les crises de panique, l’obésité, les contractures, l’insécurité, l’hypocondrie, le stress et le sédentarisme, sont la responsabilité des architectes et des entrepreneurs de la construction. A part le suicide je souffre de tous ces maux. “

La voix off décrit une ambiance urbaine par une approche architecturale. Elle présente notamment la ville comme lieu de séparation et utilise des métaphores entre la forme physique de la ville et la santé de ses habitants. Les maux de la ville se ressentiraient alors physiquement et moralement auprès de ses habitants. On y voit de fait s’établir un lien émotif entre l’individu et son environnement urbain, ce qui est une caractéristique propre des ambiances urbaines.  Ainsi, le début du film décrit non seulement la ville, mais aussi la façon de la pratiquer – ici, de la subir ? – et de l’habiter. La vue et le regard sont des éléments centraux du film. L’urbanisation est d’ailleurs perçue comme une barrière visuelle. Nous pouvons d’ailleurs citer Mariana qui souligne ce ressenti par cette phrase: “Al cielo lo tapamos con alambres y al río con edificios” (“on couvre le ciel de câbles et le fleuve d’immeubles”), ce qui introduit aussi une réflexion sur le paysage urbain et son rapport aux individus.  Gustavo Taretto porte une attention particulière aux murs d’immeubles, les murs mitoyens, los medianeras, qui participent de cette barrière visuelle, et que le personnage de Mariana décrit comme des murs inutiles et sales, parfois aussi supports de publicités nous indiquant combien de minutes nous séparent du prochain supermarché [1:06:34 à 1:08:15 minutes]. Ces paroles sont accompagnées de différents plans su succédant les uns après les autres, illustrant ce constat.  Mais ces murs, d’abord perçus négativement vont être, dans un second temps, perçu positivement.  Nous voyons comment les habitants s’accaparent des murs en les perçant [1:03:30 à 1:09:28 minutes] afin de faire entrer un peu de lumière dans leur “boîte à chaussure”, tel que sont décrit les appartements auparavant. La lumière s’ajoute ainsi aux différents éléments qui participent de l’ambiance dans le film. Ces fenêtres créées dans les murs autrefois vides et tristes viennent égayer la vie des habitants. Le cinéaste joue également avec les immenses publicités installées sur ces façades en venant placer les fenêtre dans les écritures ou images de publicités: les personnages (re)découvrent leur ville et leurs appartements par un nouveau rapport visuel. C’est ainsi que Mariana et Martín échangent un premier regard, par fenêtres interposées [1:11:18 à 1:11:55 minutes].

Le film met donc en scène un quotidien urbain et ses expériences, depuis l’espace privé de l’appartement jusqu’à l’espace public. D’ailleurs, Mariana, à travers son activité de décoratrice de vitrine vient illustrer cet entre-deux. La vitrine est en effet un élément qui participe des ambiances urbaines, se situant entre l’extérieur et l’intérieur, entre l’espace privé et l’espace public. Nous retrouvons plusieurs fois des plans sur les vitrines au cours du film.

Nous comprenons que les références à la notion d’ambiance urbaine sont nombreuses et visibles à travers le regard du cinéaste porté sur des détails urbains, mais aussi à travers d’autres clins d’oeil, tel que celui de la référence au célèbre livre-jeux Où est Charlie ? à différents moment du film,à travers le personnage de Mariana et de Martín, ce dernier étant assimilé à Charlie dans les derniers plans du film.

Parmi les regards portés sur des détails urbains participants de la construction de l’ambiance, nous retenons le passage du film durant lequel, pendant près d’une minute, le cinéaste fait se succéder des plans de la végétation sauvage en milieu urbain [46:45 à 47:16 minutes]. On y voit  des images de plantes ayant poussées librement sur des édifices, des murs, etc. Ces images sont accompagnées des paroles de Martín, qui une nouvelle fois met en parallèle sa propre situation avec le contexte urbain qu’il décrit, ici illustré par ces plantes sauvages qui arrivent à vivre avec dignité dans un environnement hostile, confrontant ainsi le personnage à sa faiblesse.

La ville, comme élément central du film, fait donc des expériences sensorielles un sujet majeur dans l’évolution des personnages. A travers la question abordée de la peur des espaces clos, tel que le personnage de Mariana l’expose par sa phobie des ascenseurs [à la minute 30:10], ou encore par la méthode de travail proposée par le psychiatre de Martín afin de guérir sa phobie, sa peur de la ville et des autres [à la minute 5:57]. En effet, la méthode proposée par le psychiatre n’est autre que marcher la ville et faire des photos, soit porter son regard sur les ambiances. Le personnage part ainsi à la rencontre de la ville, avec comme seul moyen de déplacement ses pieds, et accompagné d’un sac à dos rempli d’outils afin de rendre compte de ses expériences (appareil photo, carnet, etc).

Une manière [prendre des photos] de redécouvrir la ville et les personnes.

Chercher la beauté là où elle n’existe pas. Observer, c’est être et ne pas être.

Ou être, mais d’une manière différente.”

Paroles du personnage Martín

Par cet extrait, nous montrons un rapport plus direct entre les ambiances urbaines et les personnages que dans les extraits précédents. Le personnage explore la ville en utilisant un outil, la photographie, qui lui permet de matérialiser son rapport à la ville. L’expérience esthétique vécue par le personnage renvoie alors à une signification émotionnelle. Toute approches plus directe sont établies à travers des méthodes méthodes de représentations de ville, et notamment le dessin qui est employé à deux reprises [37:33 à 37:42 minutes et 1:11:54 à 1:12:14 minutes], dont l’une d’entre elle afin de porter attention à l’architecture de l’édifice Kavanagh (1065 Calle Florida, Buenos Aires) décrite par les paroles de Mariana, mais aussi par des plans montrant Mariana dessiner l’édifice [37:56 à 37:58 minutes], soit porter une attention particulière aux ambiances du lieu.

Conclusion

La première série d’analyse de cette article s’évertue de comprendre les procédés par lesquels le cinéma peut faire ressentir au spectateur les ambiances d’un lieu. Le travelling de dos, le plan séquence ou encore les filtres et les bruits participent à cette transcription. Ressentir les ambiances dans une processus narratif veut également souvent dire ressentir les ambiances que vit le personnage que l’on suit à travers l’écran. Notre sensibilité personnelle qui les ressent vient s’y ajouter ensuite. Ces deux analyses partent donc de l’individu et de son ressenti, même si les personnages de la première analyse subissent davantage les ambiances qu’ils ont un contrôle sur celles-ci. Le spectateur est aussi le premier à percevoir les ambiances dans la première analyse, alors que l’analyse du film Medianeras révèle quant à elle la volonté des personnages d’interagir avec les ambiances, les situant comme personnage central du film. Nous voyons à la fois comment les personnages tentent d’influencer et de modifier les ambiances, et inversement, comment les ambiances affectent les personnages, au travers d’expériences  négatives ou positives.

Filmographie:

  • Medianeras, Dir. Gustavo Taretto. Perf. Javier Drolas, Pilar López de Ayala. Eddie Saeta S.A., Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales (INCAA), Pandora Filmproduktion, 2011
  • 127 heures, Dir. Danny Boyle, Perf. James Franco, Clémence Poésy, Kate Mara. Cloud Eight Films, Everest Entertainment, Darlow Smithson Productions,Pathé, 2010
  • Children of men, Dir. Alfonso Cuarón. Perf. Clive Owen, Julianne Moore, Michael Caine, Claire-Hope Ashitey, Chiwetel Ejiofor. Strike Entertainment,Relativity Media, Hit & Run Productions, 2006
  • Room, Dir. Lenny Abrahamson. Perf. Brie Larson, Jacob Tremblay, Joan Allen, Sean Bridgers,
    William H. Macy. Element Pictures, Film4, No Trace Camping, 2015
  • The OA, Dir. Brit Marling, Zal Batmanglij. Netflix, 2016
  • The Leftovers, Dir. Damon Lindelof, Tom Perrotta. Warner Bros. Television,  2014

 

Pour citer ce billet : Steven Juhel et Céline Saniez, Master 1 Urbanisme et Aménagement – design urbain (IUG), S8 – Urbanités et ambiances de l’espace public (recherche), écrit le 21 mai 2017. «Le transect ou comment comprendre l’espace public à travers les ambiances», Le Cresson enseigne (Hypothèses.org), le 23 janvier 2018. [En ligne] http://ehas.hypotheses.org/1647

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *