Limites sensibles et imaginaires de l’aire de jeux de la caserne de Bonne

Délimitation à l’échelle du site, seuils urbains

Dans le cadre de l’enseignement “URBANITÉS ET AMBIANCES DE L’ESPACE PUBLIC”, nous avons étudié les seuils de la Caserne de Bonne. Nous nous sommes plus particulièrement intéressés à l’aire de jeux, devenue emblème du quartier au fil des années. À la croisée de plusieurs programmes tels que les logements et commerces, cet espace ne suit pas les codes classiques inhérents à ce type de programme, éveillant donc notre curiosité. En effet, cet endroit semble être une dimension à part dans le quartier. Par son emplacement, son architecture, son dessin, c’est un volume atypique au sein d’un environnement complexe.

Le premier constat que nous pouvons faire quant à cet espace est qu’il est très peu délimité physiquement. Comment l’aire de jeux s’intègre dans l’environnement public sans être isolée de son contexte ? Quels dispositifs de seuil sont déployés pour donner à cet espace sont caractère “à part” et assurer la sécurité des enfants sans pour autant instaurer des barrières? 

Pour en étudier les seuils ambiantaux de cet espace , nous avons élaboré un protocole basé sur les principes énoncés dans « L’espace urbain en méthodes » de Michel Grosjean et Jean-Paul Thibaud. Nous nous sommes dans un premier temps acclimatés au lieu étudié grâce à une « période d’imprégnation ». Celle-ci consiste en un temps préalable passé sur le terrain pour « être familiarisé avec le milieu et en repérer les traits les plus pertinents qui seront à approfondir ou à expliquer, et éventuellement accoutumer le milieu à la présence du ou des chercheurs ; exactement comme en éthologie animale »1. De cette période d’acclimatation nous avons tiré des constats qui viendront amorcer notre réflexion, voire la nourrir. Cette méthode peut se rapprocher de la « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien » de Georges Pérec. Ici, « il est question de la vie ordinaire, des choses les plus anodines que nous offre le spectacle banal de la rue et de la vie. Georges Pérec met en exergue un paradoxe : la plénitude du rien, de l’insignifiant. Il ne se passe rien, mais ce rien est d’une richesse infinie »2.

Ce sont ces « riens » qui vont plus tard nous raconter le lieu et les usages de celui-ci. Sans être autant exhaustif que les résolutions énoncées plus tôt, nous avons tenté de déceler les frontières établies par l’architecture et ses usages grâce à l’observation.

Dans un deuxième temps, nous avons interviewé des parents usagers de l’espace, pour obtenir une vision plus subjective des seuils de jeux et de sa pratique. Le seul filtre, la seule contrainte pour ces entretiens étant de trouver des usagers du lieu qui pourraient nous parler de leur expérience de cet espace. Nous avons pré-établi un grille d’entretien simple, qui nous permettra de mettre en rapport l’architecture et l’usage, car « les comportements des personnages s’avèrent très conditionnés par la nature et la structure des lieux ; il existe à l’évidence une interaction étroite entre les biotopes et les biocénoses qui les fréquentent »3.

Ces informations recueillies nous permettent de nourrir une base de données, établie sur ce que nous appelons des observations actives : suivi des enfants, enregistrements audios, représentation des flux, déplacements, usages. L’ensemble du protocole concentre différents regards d’usagers, ainsi que notre interprétation du lieu pour obtenir une analyse des seuils, ce qu’ils produisent et comment ils sont pensés.

SOUS LE REGARD PARENTAL – Seuils de sécurité imposés et pratiques de l’espace

Afin de comprendre le fonctionnement de l’aire de jeux de la caserne de Bonne, nous nous sommes rendus sur le site pour observer les usages et surtout pour interroger les parents présents sur l’aire de jeux. Nous avons rencontré 4 adultes accompagnateurs d’enfants aux profils différents. Karine, en recherche d’emploi, mère de 2 enfants de 7 et 10 ans. Diane, nourrice en charge de 3 enfants de 8, 9 et 10 ans. Stéphane, technicien en informatique, père d’un garçon de 5 ans. Et Sarah, chargée de communication, mère de 3 enfants de 3, 7 et 9 ans.

L’espace analysé est propice pour l’amusement en plein air des enfants et s’avère être très attractif pour des personnes extérieures au quartier. Les parents choisissent d’y emmener leurs enfants dès que possible. L’aire de jeux est surtout plébiscitée en raison du sentiment de sécurité qu’elle induit dans la surveillance des enfants, pour son originalité topologique faisant le bonheur des plus-petits et pour le sentiment de liberté qu’elle génère : «C’est proche de l’école, c’est propre et surtout il n’y a pas de voitures. En fait on aime bien le quartier avec mon mari, et le fait que les enfants ne soient pas directement à côté des voitures c’est bien pour leur sécurité.». D’une manière générale, elle offre suffisamment de possibilités de jeux pour les enfants et de moyen de les surveiller sereinement aux parents : «Ce que je préfère c’est l’ambiance : tout le monde se connait plus ou moins, j’ai l’impression que les enfants sont en sécurité. C’est isolé mais pas trop. Il n’y a pas de grosses clôtures mais on a l’impression d’être dans un petit parc. On peut s’assoir et discuter, pour la poussette c’est pratique. Mais c’est surtout les fréquentations. Nous sommes beaucoup de familles à venir et il n’y a pas de jeunes qui viennent squatter, donc je peux surveiller les enfants un peu de loin.».  Même si la topologie du site est un frein à la surveillance elle ajoute une limite physique facilement repérable par les parents et identifiable par les enfants. Par ailleurs les différences de revêtement peuvent parfois s’avérer être des seuils psychologiques que les enfants ne dépassent pas : « (…) en général ils restent toujours sur le sol rouge. Et interdiction d’aller vers les gradins s’ils ne sont pas ensemble (…) ».

A L’USAGE DES ENFANTS –Frontières induites par l’ambiance de l’espace et incidence sur l’expérience.

La deuxième partie de cette analyse s’intéresse au regard et aux usages des enfants. En nous basant sur les premières informations apportées par les parents, nous essaierons donc de comprendre comment ces seuils de sécurité « imposés » transparaissent dans les usages des enfants. Deux types de seuils ont été analysés dans ce deuxième temps : les seuils imposés et les seuils imaginaires déployés par les enfants.

Relevé des déplacements
Séquençage de l’espace de jeux en deux parties

Les seuils imposés par les parents
Pour avoir un regard général sur ces déplacements « contraints » par les consignes données par les parents, nous avons convoqué l’outil de l’axonométrie, qui nous permet par une vue aérienne, de quantifier et de localiser la zone la plus fréquentée par les petits. Sur ce premier document, réalisé à partir de nos observations « actives », nous répertorions plusieurs déplacements « types » en s’appuyant à chaque fois sur un cas précis selon une tranche d’âge.

On voit clairement comment les déplacements des enfants ont tendance à se déployer entre ces deux zones investies par les parents. L’espace avec deux bancs en bas de la pente, initialement créé pour répondre à cet usage et un deuxième point de surveillance qui apparaît au point culminant de la pente, où les parents restent debout et prêt à bouger. Seulement la moitié du relief est utilisée par les enfants, de part les consignes des parents qui séquencent volontairement en deux l’espace trop grand pour être surveillé dans sa totalité.

Mais on voit aussi que les déplacements se concentrent le long des dispositifs et des jeux déjà présents sur un pan de l’aire de jeux, alors que la deuxième partie, composée de gradins est complètement délaissée. La modulation du relief joue donc un rôle très important car elle transforme l’aire de jeux en un tableau d’ensemble, ce qui rend la surveillance des parents plus facile. Mais paradoxalement, les enfants plus agiles, plus rapides, qui se déplacent beaucoup plus librement sur le relief, poussent leurs parents à se mettre en mouvement et à les suivre.

Localisation des dispositifs récréatifs

Les seuils imaginaires, par les enfants
Trois grandes lignes, ou installations se déploient dans la pente et séquencent l’aire de jeux.
En effet, ces 3 grandes lignes d’usages nous ont aiguillées pour la poursuite de cette analyse. Les enfants se concentrent sur cette partie de l’aire de jeux car ils déploient leur imaginaire avec plus de facilité, grâce aux installations qui les rendent acteurs de leur jeu. Chaque « ligne » d’usages, fait l’objet d’une coupe, séquencée et analysée pour en comprendre les seuils.

L’installation « parcours du combattant » : Installée au sommet du relief, c’est l’attraction principale de l’aire de jeux. C’est l’ « appel » visuel, qui indique depuis les environs, la localisation de cette aire de jeux. À l’échelle de l’aire, ce point culminant agit comme un aimant sur les enfants. C’est à la fois le défi, la récompense pour avoir surmonté la pente mais c’est aussi la promesse de voir les choses d’en haut. On voit que c’est depuis ce point culminant, que se déploie selon un rayonnement, les différents jeux qui prennent place le long de la pente.

Usages de la colline de jeux

L’installation « pirate » : Des filets, proches du sol, sont installés dans la pente. Les enfants se déploient de différentes manières sur le jeu. En effet, on peut voir qu’en bas de la pente, les filets sont utilisés de manière plus statique. Les enfants sont en contact direct avec les parents qui les surveillent : ils sont assis ou allongés dans les filets. Alors que sur la partie haute, ce sont les plus grands qui investissent activement la pente. On court, on rampe sous les filets, on escalade « sans toucher le sol ». Et les parents qui surveillent les enfants les plus actifs, se déplacent le long de cette ligne, ou restent au point culminant de la pente d’où ils peuvent avoir une vision d’ensemble sur les différents jeux.

L’installation « escalade » : Des prises d’escalade sont réparties le long de la pente. Ici, le jeu réduit déjà considérablement la vitesse de déplacement de l’enfant et le rend moins « mobile ». Une appropriation de l’espace qui permet aussi de le rendre plus sécurisant pour le parent, qui garde en vue son enfant pendant le temps de l’ascension de la pente.

Ces différentes coupes nous montrent aussi, qu’en plus des contraintes imposées par les parents, les dispositifs, mais aussi l’imaginaire des enfants ont tendance à les contraindre dans l’espace. De part leur configuration et leur emplacement, ces dispositifs agissent indirectement sur les usages de l’aire de jeux par les enfants, car ils concentrent leur dispersion dans l’espace et dans le temps. Malgré la liberté qu’offre l’aire de jeux, les enfants se déploient sur ces grandes lignes et concentrent leur attention sur ces installations, ainsi leur vitesse est réduite et cela donne évidemment aux parents, plus de tranquillité.

VÉRIFICATION SPATIALE – Traductions spatiales des limites imaginaires et physiques
Surélévation de l’aire de jeux

L’aire de jeux se mêle harmonieusement à l’aménagement public de la Caserne de Bonne qui est tenu par un cadre bâti très présent. Le dispositif est d’un coté bordé par une façade au pied de laquelle s’ étend une voie de circulation piétonne, d’un autre par une barrière marquée par un muret de pierre. le bassin vient finir d’encadrer l’aire de jeux en l’isolant de l’espace commercial.

Délimitation par la matérialité

Le dispositif s’intègre parfaitement au traitement paysager. Il contribue au paysage tout en dessinant des limites et des frontières. A la fois encadré et complètement poreux, l’espace s’articule à travers des cheminements qui le contournent et divers accès qui le rendent entièrement perméable et accessible. Les seuils qui constituent l’aire de jeux sont définis suivant un soin porté sur la matérialité du sol. La surélévation du dispositif participe également à sa mise en valeur et son autonomie par rapport au contexte.

Auteurs : Étudiants de l’ENSAG Jean-Emmanuel DIEBOLD, Chloé GUILLEMIN, Etienne REVILLOUD, Julie SAUVAGE.

Cite this article as: Jean-Emmanuel DIEBOLD, Chloé GUILLEMIN, Etienne REVILLOUD, Julie SAUVAGE, "Limites sensibles et imaginaires de l’aire de jeux de la caserne de Bonne," in Le Cresson enseigne, 22/11/2018, https://ehas.hypotheses.org/1699.
  1.  Jacques Cosnier, “L’éthologie des espaces publics“, sous la direction de Grosjean M et Thibaud J-P (2001), L ‘espace urbain en méthodes, éd. Parenthèses, Marseille []
  2. Les lieux de Georges Pérec, une oeuvre éclatée” on https://textualites.wordpress.com/2015/09/22/les-lieux-de-georges-perec-une-oeuvre-eclatee/ []
  3. Jacques Cosnier, “L’éthologie des espaces publics“, sous la direction de Grosjean M et Thibaud J-P (2001), L’espace urbain en méthodes, éd. Parenthèses, Marseille []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.