A l’écoute de l’espace public | Rendre visible l’invisible

Figure 12 - Tableau final

AVANT PROPOS :

Présentation des enjeux de l’enseignement/ Qui sommes-nous?

Etudiant(e)s en architecture à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, nous avons eu l’occasion de suivre, le temps d’un semestre, l’enseignement théorique ‘’ URBANITÉS ET AMBIANCES DE L’ESPACE PUBLIC ’’ (coordonné en 2017-2018 par Théa Manola et Ryma Hadbi). Ce cours offre aux étudiants la possibilité de fabriquer une réflexion et une expérimentation sous forme d’un petit atelier de recherche architecturale et urbaine sur l’ambiance, combinant séminaire et enquête. Une multitude de thématiques nous ont été présentées ainsi que la question de l’ambiance sous toutes ses formes.

Afin de comprendre toute la complexité de la perception de l’«ambiance», notre travail s’est construit autour d’une enquête de terrain, d’une phase d’analyse puis enfin grâce à un travail de restitution graphique, sensible et critique, aboutir à la réalisation de cartes sensibles de la caserne de Bonne.

INTRODUCTION : L’ambiance, combinaison/ méli-mélo/ croisement/ hybridation de tous nos sens

“ L’architecture a toujours été et restera à l’échelle de nos sens. C’est par eux que se vit notre expérience de l’architecture, c’est bien une rencontre physique avec un milieu qui se définit et s’appréhende autant visuellement que sur les modes tactiles, Kinesthésiques, olfactifs, thermiques, sonores, etc… L’architecture n’a existence que lorsque quelqu’un la regarde, la pénètre, s’y arrête, touche, écoute.  »1

Les sens sont nos connecteurs au monde. Ils nous permettent d’appréhender l’espace qui nous entoure en traduisant des phénomènes physiques, abstraits, en données perceptibles et sensibles. Ce qui veut dire que la perception sensorielle est ‘‘une sensation organisée en connaissances’’2

En théorie, nos cinq sens, si différents les uns des autres, se complètent afin d’englober notre environnement de la manière la plus fine possible. Mais dans la réalité, il s’avère que certains sens dominent les autres. Le goût, le toucher et l’odorat sont par exemple qualifiés de non-nobles par Platon.

La définition de la notion de seuil par Grosjean et Thibaud suit cette même logique :

‘’ On ne définit pas uniquement la notion de seuil sous l’angle matériel et architectural comme le fait l’approche spatiale, sous l’angle des rituels de passage ou sous l’angle psychophysique de la perception, mais à partir des flux sensibles (lumière, chaleur, son) par lesquels elle est vécue et esquissée.’’, où finalement seuls quelques sens perceptifs sont cités et associés aux flux sensibles. et donc par extension aux seuils.

‘’ Peut-on imaginer, ressentir ou créer une ambiance sans convoquer tous nos sens à la fois ?  » ((CHELKOFF Grégoire, L’ambiance de tous les sens dans Faire une ambiance, 2011))

D’après Grégoire Chelkoff, l’architecture est l’un des seuls domaines artistiques dont la perception éveille tous les sens de l’individu. La lecture de l’architecture est multi sensorielle, ‘’ on parcourt l’architecture, elle fait voire, entendre, et sentir en même temps ‘’.3

Seulement nous avons pris l’habitude de lire l’espace en découpant, en séparant ces sens. Ne peut-on pas jouer avec ces différentes perceptions. Comment pourrions-nous découvrir ou observer l’espace en cachant l’un d’entre eux ? L’espace architectural serait-il perçu différemment ? Certains sens seront-ils mis en valeur ?

Face à ce constat de « discrimination sensorielle », nous avons décidé de travailler à l’aveugle, c’est-à-dire en étant dépourvus du sens que l’on sollicite le plus dans notre quotidien, dans notre perception de l’architecture et de manière plus générale de l’espace.

Existe-il réellement des seuils olfactifs et sonores dans l’espace public urbain caractéristique d’ambiances? De quelles manières l’olfaction, l’audition et le toucher génèrent les ambiances de l’espace à la Caserne de Bonne ?

Dans un premier temps, cet article tentera d’interroger notre rapport à l’espace lorsque le sens de la vue est occulté. Dans un second temps, nous identifierons les différents seuils olfactifs, sonores et podotactiles présents à la Caserne de Bonne, puis nous confronterons ces quelques données récoltées les unes avec les autres pour réaliser un travail de déduction. C’est enfin dans un troisième et dernier temps que nous aborderons la question de la restitution sensible de cette brève analyse. L’objectif de cet exercice étant d’extraire de la matière qui puisse nourrir la pensée et l’élaboration de projets futurs.

PROTOCOLE :

La méthode la mieux adaptée à notre étude de cas a semblé être le parcours commenté. Cela nous a aidés à récolter des informations au fur et à mesure de l’expérimentation du site, les odeurs et certains sons étant par nature volatiles et éphémères. Notre enquête se déroulera in situ et en deux parties : tout d’abord nous expérimenterons sur nous-mêmes différents parcours prédéfinis afin de nous confronter à cet exercice et avoir une connaissance en amont du site. Cela nous permettra également d’affiner notre protocole. Puis nous confronterons ces résultats à ceux collectés lors du même exercice réalisé avec des usagers. Nous sommes conscients que ces résultats ne seront valables qu’à un instant T et sur un individu donné du fait de la subjectivité de la perception en général mais aussi à cause des spécificités des sens sollicités.

Les objectifs de notre analyse se porteront sur plusieurs principes :

+ Identifier différents seuils olfactifs et sonores,

+ Confronter ces relevés entre eux et en tirer des conclusions,

+ Ressentir les ambiances en occultant la vue.

Pré-requis au parcours commenté avec les yeux bandés :

1 appareil avec enregistrement audio

1 personne accompagnatrice

1 preneur de note

1 photographe

Figure 1 – Parcours initiaux

Avant toute chose, nous avons testé les premières ébauches de parcours, chronomètre à la main, et nous avons constaté qu’ils étaient beaucoup trop longs. Nous les avons raccourcis afin d’obtenir des trajets de maximum 8 minutes. Il sera plus facile de convaincre les passants avec des parcours plus courts.

Figure 2 – Parcours finaux

Parcours Bleu clair :         Promenade – 9’’37

Parcours Bleu foncé :       Minéral – 11’’08

Parcours  Jaune :             Jardin d’enfants – 7’’41

Parcours Rose :               Commercial – 10’’30

Parcours Rouge :             Détente – Déjeuner – 6’’46

A LA MANIÈRE DE… :

Tout d’abord imaginé comme une sorte de «brancard» à trimballer de part et d’autres de la Caserne de Bonne, à la recherche de seuils, d’odeurs et de sons, c’est ainsi que nous avions pour objectif de réaliser une carte d’annotations à remplir par les «odorwalkers», autrement dit, par les habitants, baladeurs et promeneurs de ce quartier. Cette méthode assez ludique, facilement transportable et permettant le pointage d’informations notamment par l’intermédiaire de gommettes, ou de stylos de couleurs, s’est avérée quelque peu complexe à mettre en place. Ce n’est donc qu’après la remise en question de cette première hypothèse, que l’idée de créer une expérience sensorielle nouvelle grâce à la création de parcours commentés, nous a semblés être la bonne méthode à adopter pour aborder les promeneurs. Cette seconde méthode consiste en un arpentage du site où l’on guiderait un odorwalker aux yeux bandés.

Y-a-t’il beaucoup d’odeurs ? Pouvons-nous les identifier ? Les décrire ? Sommes-nous capables de ressentir des seuils ?

Une fois le protocole d’intervention défini, nous avons, dans un second temps, réfléchi à la façon de retranscrire ces différentes informations que nous avions l’intention de récolter sur site, auprès des différents odorwalkers. Mais comment cartographier cet espace urbain sensoriellement riche en odeurs et en sons ? Nous avons donc catalogué chaque odeur ressentie en indiquant un éventuel degré d’intensité, en annotant quelques qualificatifs identifiant ces odeurs et ces sons, puis enfin en les désignant comme familiers (évoquant un souvenir personnel, une anecdote) ou à l’inverse comme étrangers. C’est à la manière des cartes sensorielles de l’artiste anglaise Kate McLean qui tente de préserver notre mémoire olfactive que nous avons pensé retranscrire ces notes en cartes sensibles. Appelées «Sensory Maps» ou «Smell Maps», ces cartes abstraites traduisent, grâce à des tâches et traits colorés, l’origine et le rayon de diffusion des odeurs. Ainsi, le parfum de la nourriture, le bruit des enfants qui jouent, et le ruissellement de l’eau du bassin, se mêlent et génèrent des zones de mélanges, de conflits représentant des seuils olfactifs et sonores.

Figure 3 – Exemple de Smellmap4

EXPÉRIMENTATION ENTRE ÉTUDIANTS :

Lundi 05/03/2018 à 10h :

Pour ce premier contact avec le terrain, nous avons choisi d’expérimenter l’espace et l’exploration à l’aveugle sur nous-même (étudiants en architecture), afin de procéder à des ajustements avant de pouvoir le suggérer à des passants. Nous nous sommes répartis par groupes de deux, composé d’un « guide » et d’un « aveugle ». Nous avons mis en place 5 parcours, représentant 5 thématiques (le minéral, le végétal, ou encore, le commercial).

Nous avons constaté plusieurs choses : d’abord, il est plus confortable pour ‘l’aveugle’ de tenir le bras du ‘guide’ plutôt que la main car il s’en dégage une sensation de sûreté et un meilleur appui en cas de déséquilibre. Il était aussi à proscrire d’effleurer des obstacles ou des personnes car très dérangeant pour celui qui ne voit pas. En occultant un sens perceptif, nous avons pu récolter une grande quantité d’informations: auditives, olfactives mais surtout podotactiles. Le contact avec le sol devient alors un élément de repère essentiel. La moindre variation de texture ou de hauteur est décuplée et se fait directement ressentir. Nous avons pu observer grâce à cette expérience que les sens influent les uns sur les autres. Par exemple dans le cas de ‘l’aveugle no2’, il était très difficile, à défaut de voir, de sentir les odeurs. L’odorat doit être dans ce cas présent très fortement conditionné par la vue. Il arrive aussi parfois que les sens se mélangent. À un endroit, ‘l’aveugle’ «sent (odeur)les enfants qui jouent.». Nous nous reposons certainement trop sur la vue car lorsqu’on en est dépourvus, il est beaucoup plus facile d’être désorienté.

EXPÉRIMENTATION AVEC DES ODORWALKERS :

Lundi 26/03/2018 à 15h :

Pour réaliser cette expérimentation avec des personnes extérieures à l’école, nous avons dû trouver des volontaires et prendre rendez-vous préalablement avec elles. Autrement dit, trouver aléatoirement des personnes à la caserne de Bonne aptes à nous laisser les guider à l’aveugle relevait du miracle. Nous avons procédé de la même façon que nous l’avons fait pour nous lors de notre première confrontation au terrain mais en corrigeant nos erreurs. Nous avons cependant pris tout le temps nécessaire afin d’expliquer aux volontaires le but et le déroulement général de l’exercice. Si, au départ, les volontaires semblaient peu enthousiastes face à l’idée de se passer de la vue et de se servir exclusivement des autres sens ( ‘‘ça sert à rien’’, ‘‘c’est un peu idiot mais pourquoi pas’’). A la fin des parcours, les concernés avaient complètement changé de discours. Elles étaient ravies d’avoir participé à cette expérience. Elles ont aussi à plusieurs reprises avoué qu’elles n’auraient jamais imaginé que la vue prenait autant le pas sur les autres sens (‘‘c’est vrai qu’on compte beaucoup sur les yeux’’) et de la puissance de ces derniers (‘‘ il y a des détails que je n’aurais jamais imaginé possibles de ressentir’’).

Concernant les parcours en eux-mêmes, nous avons remarqué de nombreuses similarités. Tout d’abord, le toucher, à travers les pieds ou la sensation de chaud/froid, s’est révélé très présent. L’ouïe également a été fortement sollicitée et les sons définis avec précision notamment concernant les distances par rapport à la source. Pour l’odorat en revanche, le constat est plus contrasté. Les odeurs ponctuelles et d’origine humaine (cigarette, parfum…) étaient facilement reconnues par rapport aux odeurs d’origine naturelle (eau, végétal….). Mais les odeurs qui sont décrites avec le plus de finesse sont unanimement celles relatives à la nourriture.

Avant parcours :

Voici quelques extraits d’une série de questions, ou phrases d’approche, qu’il nous a fallu mettre en place pour aborder le promeneur.

  « Et dans le cadre d’un de nos cours, on travaille sur la perception des ambiances dans les espaces publics, nous aimerions vous proposer une petite expérience, si ça vous intéresse. L’objectif est de découvrir ou plutôt visiter la Caserne de Bonne en fermant les yeux, ou en ayant les yeux bandés. On va essayer de vous faire découvrir la Caserne de Bonne d’une manière inédite et surprenante. On a réalisé plusieurs parcours de 5 min chacun, ils sont plutôt courts. Est-ce que vous seriez partant pour me suivre? »

          « Alors c’est très simple, vous allez devoir fermer les yeux et nous allons vous guider par le bras. Bien sûr, il vous est possible d’ouvrir vos yeux à n’importe quel instant et d’arrêter le parcours quand vous le souhaitez. Une fois vos yeux fermés, on va vous guider à travers la Caserne de Bonne. Il vous suffira de nous raconter ce que vous sentez aux niveau des odeurs, ce que vous entendez au niveau des sons. »

          « Voilà, le parcours se termine ici. Alors avant d’ouvrir les yeux, auriez-vous une idée de l’endroit où l’on se trouve ? Très bien, vous pouvez ouvrir les yeux ! Comment vous sentez-vous ? Qu’avez-vous pensez de ce moment ? »

LA RETRANSCRIPTION :

Suite aux arpentages de la Caserne de Bonne et à la réalisation à l’aveugle des différents parcours, nous avons tenté de produire des cartes sensibles. Ces dernières devront retranscrire les expériences sensibles qu’ont ressenti les volontaires. La difficulté était de représenter l’impalpable, tel que l’odeur ou l’ouïe, mais aussi en occultant notre connaissance du site qui pourrait biaiser notre analyse.

RECHERCHES FIGURATIVES :

Nous avons fait de nombreuses recherches pour trouver un mode de représentation qui correspondrait aux éléments impalpables de notre analyse.

D’un point de vue graphique, c’est à Vassily Kandinsky, que nous avons décidé d’emprunter la composition et l’abstraction de ses tableaux. Qui dit les yeux bandés dit distractivité de la carte sensible. C’est le choix que nous avons fait. Une succession de ronds vides ou pleins correspondant aux sons distincts et/ ou aux sons inconnus, un mélange de traits et de courbes représentant les seuils et leurs intensités composent notre carte sensible.

Figure 4 – Composition VIII de V.Kandinsky5

Les œuvres de Derek LERNER sont aussi très intéressantes. Elles peuvent faire apparaître un lieu précis tout en illustrant de manière plastique la sensibilité présente.

Cependant, les deux modes de représentation sont assez distincts et ne peuvent fonctionner ensemble. C’est pourquoi les œuvres abstraites de KANDINSKY serviront à retranscrire les enregistrements audio sous forme de quatre tableaux. L’inspiration des œuvres de LERNER, permettra de réaliser un tableau final qui regroupera les conclusions des précédents tableaux.

RETRANSCRIPTION AUDIO :

Pour commencer, nous avons dû retranscrire de manière précise les enregistrements audio récoltés suite à nos expérimentations sur site. Les mots utilisés, les sensations précisées ainsi que les interrogations ont été très utiles pour comprendre ce que les volontaires ont ressenti. De nombreux seuils aveugles en sont ressortis. Certains sont dus à un changement d’odeur ou à une nature de sol brusquement transformée.

Figure 5 – Première retranscription

Chacun des volontaires a accepté de réaliser les cinq parcours. On peut, grâce à cela remarquer une constance selon les parcours visible sur les analyses. Cela simplifie grandement la réalisation de cartes sensibles, les personnes portant leur attention sur des éléments similaires à chaque fois.

Nous avons donc réalisé un visuel pour chaque parcours (cinq tableaux) et un dernier représentant la globalité.

Au final, on obtient donc quatre tableaux représentant cinq parcours selon quatre points de vue. On peut remarquer que les ressentis des volontaires sont assez distincts mais que les seuils représentés sont similaires. Pour comprendre, les seuils aveugles de la caserne de Bonne suite à nos expérimentations, un autre tableau devra être réalisé avec la même représentation graphique.

Figure 10 – Synthèse

Figure 11 – Légende

 Mais dans un souci de précision et d’apport d’un constat plus nuancé, nous avons jugé indispensable d’ajouter des mots sur le tableau final inspiré de LERNER. Les mots ayant la particularité d’évoquer plus directement les choses et étant plus compréhensibles par le plus grand nombre. Ils rajoutent une part d’intelligible dans une représentation presque entièrement abstraite. De plus, il était tout aussi nécessaire cette fois-ci de situer le contexte. En fond de plan, nous avons une représentation assez simpliste de la Caserne de Bonne. Et par dessus, les différentes couches représentant les différents seuils perçus.

Figure 12 – Tableau final

De cette dernière carte ressortent plusieurs constatations. Tout d’abord, en périphérie de la Caserne de Bonne, la voiture et ses sons associés sont fortement présents contrairement au centre où les bruits de foule dominent. De manière générale, les sonorités jouent un rôle capital et servent facilement de repères.

Les disparités au niveau du sol sont également des marqueurs forts. Les sensations podotactiles, alors que parfois insignifiantes aux yeux de celui qui voit, deviennent des indicateurs intuitifs et précis. Concernant les odeurs, on constate que de nombreuses zones sont classées comme aseptisées. On a également remarqué que l’odorat a un fort pouvoir focalisateur : seules les odeurs les plus fortes (voire agressives) et liées à l’activité humaine sont facilement perceptibles (pollution, cigarette, nourriture…). Au final, bien que l’on se trouve dans un parc avec de nombreux espaces verts, d’un point de vue purement olfactif, rien ne le distingue d’une place minéralisée.

Au final, notre expérience a permis de nous faire prendre conscience d’un nouveau mode d’observation de l’environnement urbain. En étant à l’aveugle, on se rend compte que certains éléments de l’environnement sont occultés par la vue au profit d’autres parfois plus futiles. Peut-être percevons-nous leur existence, mais de manière infinitésimale et quasi-inconsciente. En résumé, cette expérience a donc été très utile pour nos futurs travaux en architecture. Cette nouvelle lecture nous a ouvert les yeux sur l’importance de l’impact de l’environnement bâti sur la perception de l’usager. L’infime partie d’un projet architectural peut avoir des conséquences beaucoup plus grandes. Par exemple, la texture d’un sol qui paraît anodine de prime abord a au final une importance non négligeable. Pour prolonger l’expérience, il serait intéressant de le faire sur un plus grand nombre d’individus d’âges et d’horizons variés et en tenant compte de la saisonnalité.

Par Dorian BONNET, Sofia HAMMADI, Cindy LAVERRIERE, Ekaterina MOSHKOVA

Cite this article as: hammadi, "A l’écoute de l’espace public | Rendre visible l’invisible," in Le Cresson enseigne, 22/11/2018, https://ehas.hypotheses.org/1704.
  1. CRUNELLE Marc, ‘’ L’architecture et nos sens ’’, PUB, Bruxelles, 1996-1997 []
  2. CRUNELLE Marc, ‘’ L’architecture et nos sens ‘’, P.1, PUB, Bruxelles, 1996-1997 []
  3. GROSJEAN Michèle & THIBAUD Jean-Paul, L’espace urbain en méthodes, collection Eupalinos, édition Parenthèses, Marseille, 2008 []
  4. Une visualisation des odeurs captées par «reniflements humains crowdsourcing» au cours de l’été 2017 à Astor Place, New York City. KATE MCLEAN. URL : https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.atlasobscura.com/articles/art-mapping-smell-smellscapes-kate-mclean&prev=search []
  5. «Composition VIII» de Vassily Kandinsky. Impressionnisme, peinture, 140×201 cm (huile sur toile) de 1923. URL: https://www.repro-tableaux.com/a/vassily-kandinsky.html []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.