ARTIFI-CIEL

Figure 1: Ensemble des artifi-ciels de la Caserne de Bonne, photo personnelle, 5 Mars 2018

Un cours : «  Ambiances urbaines ». Un lieu: la caserne de Bonne. Deux notions : les ambiances et les seuils. Au cours de ce semestre, ce travail nous amène à expérimenter et  regarder cet espace d’une autre manière : Lever la tête !

Le seuil “constitue la condition spatiale de la rencontre et du dialogue entre des espaces d’ordre différent ”. Herman Hertzberger, lessons for students in architecture.

Lorsque nous nous déplaçons ou que nous changeons d’espace, la notion de seuil prend son sens. Dans le cas de la Caserne de Bonne, les déplacements des usagers s’effectuent essentiellement de manière horizontale et leur regard est focalisé entre le sol et leur horizon. Il est rare que leur regard se concentre sur la partie supérieure de la Caserne. Nous nous sommes alors posés la question de savoir si le “haut”, tels que les plafonds et la partie supérieure des bâtiments participaient à leur expérience des lieux.

Notre objectif est donc d’apporter un regard nouveau et une expérience nouvelle à ce lieu.

Notre hypothèse était que le “haut” participait à la délimitation mentale des espaces. La question que nous nous sommes alors posés est : Comment le haut peut-il définir des espaces et créer des seuils ?

Dans un premier temps, il s’agissait de comprendre par nous-mêmes, selon quelles modalités la notion de seuil pouvait être ressentie : le rapport au ciel, les hauteurs de plafond, la lumière naturelle ou artificielle, la protection physique aux intempéries, les proportions, la dilatation,  le rapport aux vues et au grand paysage.

A travers une pratique des lieux nous souhaitions rencontrer des usagers afin de récolter des informations et leurs ressentis sur la Caserne. Suite à cette collecte d’informations, l’objectif était de réaliser une “carte mentale inversée” des “hauts”, des ciels et des “artifi-ciels”.

ARPENTER LES LIEUX DE LA CASERNE DE BONNE SUR LA BASE D’UN PROTOCOLE

Avant de nous rendre pour la première fois sur le site, notre protocole se basait sur un parcours commenté et une réactivation sensorielle avec certains usagers de la Caserne.

Dans un premier temps, le parcours : Il possédait un point de départ précis, défini par l’endroit où nous abordions la personne. Le point d’arrivée était préalablement imposé et pouvait varier selon les informations que nous voulions recueillir. Un parcours à la fois libre et contraint. Tout au long du parcours, l’usager pouvait s’exprimer oralement, dessiner, écrire un mot, une phrase…

Après avoir effectué ce parcours, le deuxième temps serait consacré à “la réactivation sensorielle” invitant la personne interrogée à nous livrer ses ressentis, les ambiances du lieu sur la base de photographies montrant des détails tels que des “plafonds” et des dispositifs de couverture ou toiture. Voici quelques exemples de photos prises sur le site:

Figure 3 et 4 : Dispositifs de couvertures de la Caserne de Bonne Photographies personnelles, 5 Mars 2018.

Nous avions en tête que ce protocole initial pouvait évoluer et s’adapter à la réalité et aux différentes expériences de terrain.

PREMIER PARCOURS COMMENTÉ : UNE CHANCE IMMENSE

Le premier parcours commenté a été réalisé le vendredi 09 Mars 2018, aux alentours de 15 heures 30, par beau temps : Rencontre avec Yumei Chi, une personne d’origine asiatique, s’apprêtant à remettre son manteau au niveau du banc situé devant le magasin H&M.

Dans un premier temps, et afin d’établir une relation de confiance avec la personne que nous avons interrogé, nous nous sommes présentés. Nous lui avons expliqué que nous étions des étudiants en architecture et que nous réalisions une enquête auprès des usagers de la caserne de Bonne, pour qu’ils expriment leurs ressentis, et les différentes ambiances qu’ils pouvaient percevoir dans la Caserne. Nous lui avons également expliqué que ce travail se faisait en suivant un parcours, en lui précisant qu’elle pouvait prendre le chemin qu’elle désirait mais que le point d’arrivée se trouvait vers le Monoprix (à l’opposé). L’idée était de l’accompagner jusqu’à ce point en la suivant sur le parcours qu’elle aurait choisi. Durant ce parcours, elle devait nous dire tout ce qu’elle ressentait en fonction des espaces, de la lumière, des ambiances de chaque lieu qu’elle trouvait intéressant. Nous avons donc commencé le parcours depuis l’entrée de la caserne, devant le magasin H&M (point D).

Figure 5 : Représentation du parcours réalisé avec Yumei Chi à la Caserne de Bonne, photos et commentaires personnels intégrées, le 5 Mars 2018.

Nous avons commencé à marcher un peu puis elle s’est arrêtée devant une boutique (correspondant au point 2). Ici elle nous a dit que ce n’était pas son endroit préféré et qu’elle traversait cet espace quand elle faisait son shopping ou lorsqu’elle se rendait à la boulangerie. Elle trouve l’endroit trop commercial et banal, avec une standardisation des façades des magasins, toutes identiques et qui rendent l’espace monotone. A cet endroit, elle nous a également évoqué son intérêt de passer à cet endroit lorsqu’il pleuvait. Cette galerie à ciel ouvert propose des dispositifs de couverture qui permettent de s’abriter. Cette information est clairement visible au sol et nous renseigne sur ce “haut” qui nous protège.

Figure 6 : Photographie prise un jour de pluie: sol témoignant de la présence ou l’absence de couvertures, photographie personnelle, 5 mars 2018

Pour elle, l’unique période où elle trouve un intérêt à traverser l’espace de la galerie commerciale, c’est pendant la période de Noël car la rue est animée et dynamique d’une part grâce aux illuminations et guirlandes, et d’autre part, par l’affluence des usagers.

Sinon, par beau temps ou lorsqu’elle souhaite flâner, elle préfère passer dans les jardins pour la vue, la grandeur des espaces mais aussi pour le patrimoine  de la Caserne.

Ensuite, nous nous sommes dirigés vers l’Esplanade Alain le Ray. Nous nous sommes arrêtés une nouvelle fois (point 3) : Pour appuyer son propos, elle nous a montré quelques unes de ses photos, très intéressantes. Elles exprimaient à la fois des qualités de luminosité, mais aussi une importance portée vers le “haut”, par le cadrage choisi. Yumei Chi, accorde une importance particulière au ciel qui prend les deux-tiers de la plupart de ces photographies.

Nous avons eu beaucoup de chance de rencontrer Yumei pour notre premier parcours commenté. Yumei est une personne très sensible et c’est régulièrement qu’elle se rend à la Caserne de Bonne pour prendre des photos. Elle aime garder en souvenir le patrimoine de la Caserne avec ses lumières et ses ambiances. Le côté historique, les qualités architecturales des bâtiments et les ambiances de la Caserne sont pour elle tout ce qui fait le charme de ce quartier, et c’est ce pourquoi elle l’apprécie tant. Lors de notre rencontre avec elle, elle nous a fait part des photographies pour illustrer, voici quelques exemples :

Figure 7 : Photographie de l’Esplanade Alain Le Ray, Yumei Chi, Mars 2018

Certaines des photographies qu’elle a accepté de nous envoyer sont très intéressantes pour parler des rapports de proportion notamment entre le bâti et le ciel. Dans plusieurs de ces photos, elle a choisi de cadrer le ciel et les hauts des bâtiments, car elle trouve cela “magnifique”. Elle trouve que le ciel fait ressortir le côté patrimonial et historique des bâtiments de la Caserne.

La photographie de l’enseigne du cinéma “Le Méliès” est en lien avec ce qu’elle nous a racontés, et nous a particulièrement intéressés. En effet, la luminosité du coucher de soleil étant trop forte, elle a fait le choix de mettre la photo en noir et blanc afin de faire ressortir l’enseigne lumineuse.

Pour Yumei, la Caserne est un écrin de verdure, un jardin à l’intérieur de la ville, entouré de montagnes, où elle oublie les nuisances que peut produire la ville, tels que les bruits des voitures ou du tram.

En poursuivant la balade, Yumei s’est arrêtée à un endroit stratégique devant le bâtiment qui fait seuil entre l’Esplanade Alain Le Ray, et le jardin de la Caserne de Bonne. Elle s’est exactement placée à la limite créée par l’ombre du bâtiment, projetée au sol. Elle nous a alors demandés de regarder vers le haut. Le soleil venait juste de passer derrière ce dernier, et par un jeu de contrastes, faisait ressortir sa skyline.

Figure 10 : Soleil passant derrière l’édifice, qui fait ressortir le clocher, Photographie personnelle, 5 Mars 2018

Pour finir le parcours, Yumei nous a amené de l’autre côté de ce bâtiment seuil, dans la partie  jardin de la Caserne. Nous avons avancé petit à petit, en nous retournant jusqu’à ce que les montagnes apparaissent derrière le bâtiment.

L’ADAPTATION DU PROTOCOLE

Suite à cette première rencontre, le protocole a été adapté. Nous nous sommes aperçu que nous pouvions nous passer de la réactivation sensorielle et qu’elle était constituée d’une méthode en soi, indépendante. Nous avons plutôt opté pour la méthode du parcours commenté, susceptible de nous apporter le plus d’informations, et de mettre en confiance les personnes interrogées.

Nous nous sommes rendus sur le site une nouvelle fois, avec l’intime conviction de retrouver des personnes comme Yumei. Cependant, ça n’a pas été le cas, nous avons rencontré beaucoup de difficultés, d’une part, pour intercepter les usagers sur leur parcours et, d’autre part,  pour orienter les personnes interrogées sur notre sujet d’études.

De ce fait, afin d’éviter que les interlocuteurs divaguent sur des sujets qui n’étaient pas le nôtre, nous avons préparé des “relances” afin de recentrer leurs discours et pour, de manière contrôlée, les faire parler de ces seuils verticaux. Par exemple : Que pensez-vous de la lumière? Dans cet espace vous sentez-vous oppressé ? Est-ce qu’il y a une entrée principale ou plusieurs entrées ? Ressentez-vous la notion de seuils ? Avez-vous l’impression de changer d’espace ? et à quels endroits ?

Par ailleurs, nous avons eu des difficultés à imposer aux usagers d’effectuer un parcours avec un point de départ et un point d’arrivée. Alors, nous nous sommes adaptés à eux. C’est-à-dire, que plutôt que de leur imposer un parcours et un point d’arrivée, nous leur proposions seulement de les accompagner sur leur trajet tout en discutant.

LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES

La première fois que nous nous sommes rendus sur le terrain, nous avons voulu prendre quelques photos de plafonds, toitures pour réaliser la partie réactivation sensorielle. Seulement, avec le plan vigipirate et le caractère privé de la Caserne (appartenance de certains bâtiments à un bailleur privé) nous avons dû arrêter de prendre des photographies car le vigile nous l’interdisait. C’est en partie pour cela que nous avons décidé de nous concentrer essentiellement sur la partie parcours commenté et non sur la partie réactiviation sensorielle.

Un autre obstacle que nous avons rencontré, et dont on ne se doutait absolument pas après la réalisation du parcours commenté avec Yumei, c’était la difficulté d’établir un rapport de confiance avec la personne interrogée, qui souvent reste sur ses gardes ou qui pense ne pas disposer des connaissances nécessaires pour répondre. A certains moments de la journée (à partir de 5h30-16h, sortie des écoles) et suivant les jours de la semaine (lundi, mardi et jeudi) nous avons également pu remarquer qu’il était difficile de retenir les personnes, souvent pressées. Cependant, le vendredi en fin d’après-midi, nous nous sommes aperçus que les usagers étaient plus aptes à répondre à notre étude.

Enfin, lorsque nous arrivions à retenir leur attention, il nous était très difficile de les maintenir dans un discours allant dans le sens de notre recherche, et à les faire se déplacer. Beaucoup d’usagers nous parlaient de la Caserne de manière statique mais n’arrivaient pas à faire un parcours.

Malgré l’utilisation de nombreuses relances de notre part, les personnes avaient du mal à exprimer les ambiances ressenties, leurs sentiments par rapport au lieu. Pour de nombreuses personnes, la caserne est seulement un lieu pour faire ses courses, un lieu de passage pour rejoindre un autre endroit et ils ne font pas plus attention que ça aux émotions que le lieu leur procure.

NOTICE DE REPRÉSENTATION SENSIBLE

Représentation de la carte de manière anamorphique : Suite aux différentes expériences de terrain nous avons récolté les avis et les ressentis des différents usagers interrogés. Afin de les retranscrire avec le plus de sensibilité et d’exactitude possible, nous avons fait le choix de transformer la réalité du plan au travers de notre carte sensible. En effet, plutôt que de représenter les bâtiments de façon réelle, nous avons choisi de les déformer, de les orienter différemment pour donner plus d’ampleur à certains espaces, et au contraire resserrer davantage d’autres. Par exemple, l’entrée du côté d’H&M est perçue comme majestueuse, ce qui est dû à l’ampleur et la position des édifices. Nous avons donc exagéré le plan de base de ces bâtiments en les agrandissant et en les étirant. Un effet “entonnoir” marque la sensation d’appel et de resserrement que produit cette “entrée de la caserne.

Ou bien, lorsque l’usager de la Caserne rentre sur le site, il perçoit l’Esplanade Alain le Ray plus grande que ce qu’elle est en réalité. Nous avons donc exagéré sa superficie sur la carte sensible.

Effacement du tissu de la ville entre la caserne de Bonne et les montagnes : Cette manière de représenter permet d’exprimer l’impression d’être dans un espace isolé hors de la ville et en lien très étroit avec le grand paysage et les vues que l’on peut avoir sur les différents massifs montagneux.

Représentation des bâtiments par leurs façades : Plutôt que d’exprimer les bâtiments en plan, et étant donné que l’on traite les “hauts”, nous avons choisi d’insérer les façades des bâtiments qui constituaient des seuils visuels, physiques et qui permettaient de délimiter des espaces pour les usagers. Nous avons également hiérarchisé le bâti.

La galerie marchande est représentée sous forme de plan de plafond car cet espace est utilisé essentiellement pour traverser lorsqu’il y a des intempéries.

Les casquettes des bâtiments sont représentées car elles nous informent sur la hauteur.

Représentation sensible du ciel :  Le ciel est représenté sur la carte dès que nous nous trouvons dans un espace extérieur. Sa couleur et son état correspond au temps et à l’utilisation des espaces suivant le climat. Par exemple, le ciel est clair quand les usagers utilisent ces espaces lorsque le temps s’y prête, le ciel est sombre au moment où les personnes utilisent les espaces pour se protéger des intempéries.

Les anecdotes annotées sur la carte sont des extraits de discours énoncés par les usagers lors de nos rencontres.

Les arbres sont représentés vue de dessous puisque la carte sensible est orientée vers le haut.

Figure 11: Carte sensible

Auteurs : Diliana GAULT – Vincianne ROUX – Joffrey VOLPI – Tama ZBAÏR

Cite this article as: vincianne, "ARTIFI-CIEL," in Le Cresson enseigne, 22/11/2018, https://ehas.hypotheses.org/1708.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.