La Caserne de Bonne autrement

L’ambiance est définie comme une qualité sensible à trois composantes : physique, culturelle et sociale.

L’intérêt de ce travail porte sur ces composantes sociale et culturelle. En fait, nous cherchons à découvrir et à déceler les perceptions des usagers de l’espace suivant leurs identités culturelles et leurs vécus. Etant trois étudiantes étrangères, d’origine maghrébine, nous avons démarré notre étude par l’hypothèse suivante : notre culture commune influence notre perception de l’espace et l’usage que l’on fait de ce dernier. Pour vérifier notre hypothèse, nous avons choisi de mener une étude qui interroge la perception spatiale des femmes maghrébines d’un site spécifique, nous nous pencherons (sur la thématique?) plus sur le sujet des seuils, comme élément de perception spatiale.

Le site choisi pour notre étude est la CASERNE DE BONNE. Un espace qui a une histoire mouvementée. Une ancienne caserne militaire qui fut réaménagée en espace publique, où se regroupent plusieurs activités et loisirs. Nous tenterons alors de redécouvrir La Caserne de Bonne du point de vue de la femme maghrébine.

La technique d’enquête choisie est celle des itinéraires, technique où la personne interviewée devient guide. Elle institue un parcours sur le site et sa parole jalonne sa mémoire au présent. La personne nous livre à partir de son récit des faits et ses pensées (Rachel Thomas, 2010, p.48)

Notre protocole est organisé sous la forme de plusieurs visites sur site pour découvrir l’espace, comprendre son fonctionnement et détecter la répartition des flux de fréquentation selon les différentes périodes de la journée pour en faire, après, des itinéraires selon la catégorie ciblée dans notre étude. Ce travail comprend les témoignages de onze femmes, (qui nous ont permis?) d’où nous avons pu conclure cinq seuils. Les résultats de cette étude ne sont donc pas généralisables et ne résument en aucun cas le point de vue de «  la femme maghrébine ». Le but de ce travail est surtout de montrer de quelle manière et combien la culture et l’identité orientent la manière dont l’individu habite un espace, dans ce cas, la caserne de Bonne.

Thomas ( Rachel), 2010, Marcher en ville , éd 2010


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.