Perception des seuils mentaux et kinesthésiques de la Caserne de Bonne

La perception de l’espace et des ambiances du  quartier de Bonne est-elle en concordance avec la représentation que ses utilisateurs en font ?  Comment les usagers d’un espace public le décrivent-ils ? Comment le représentent-il ? Comment l’utilisent-ils ? Est-ce qu’il y a une régularité entre ces différentes façons d’analyser leur environnement ?

« Ensemble de concepts permettant de se faire une image de la réalité en résumant les éléments disparates de cette réalité à l’aide d’instruments fournis par la raison. » Voici la définition issue du Larousse du mot «schème». Ce sont sur ces perceptions qui permettent de définir un espace que repose la présente recherche. Dans le cas ou l’on parle d’un espace public qui nous est connu, cette série de concepts qui forment l’image que l’utilisateur se fait de l’endroit varient d’une personne à l’autre. Dans le cadre de l’analyse de la Caserne de Bonne, il sera question de déterminer si ces concepts sont présents dans tous les modes de description d’une même personne. Ce billet vise à présenter le protocole d’analyse, puis, chacune des ses étapes seront revues en profondeur.

Le protocole et la méthode

Le développement du protocole découle de la méthode dite «combinée» qui « insiste sur la relation entre le processus perceptuel de l’individu et les attributs physiques » (Vouligny et Domon. 2006, p. 3) d’un espace dans le cas présent. En effet, l’approche choisie requiert l’activité des participants par des méthode différées (entretiens courts et cartes mentales) ainsi que par des méthodes immédiates (parcours commentés).

Le type d’entretien utilisé lors de l’enquête était non-directif dans la mesure du possible, mais au final, il s’est plutôt approché du semi-directif. C’est-à-dire que le thème de l’enquête était énoncé à chaque individu, puis il lui était demandé (question ouverte) de décrire sommairement, comme à quelqu’un qui ne connaît pas l’endroit, la Caserne de Bonne.

Ensuite, il est demandé aux sujets de l’enquête de représenter sur une feuille de papier vierge, à l’aide du dessin, la Caserne selon eux. Une fois le dessin achevé, il est alors proposé au sujet de faire une visite commentée en conduisant l’enquêteur qui a les yeux bandés à travers ce qu’est cet espace public à ses yeux, ce qui le force à être plus descriptif. On utilise alors un mode d’observation participante qui combine l’utilisation d’un enregistreur qui n’est pas caché aux yeux de l’individu interviewé. Le sujet a totalement le choix du parcours, du temps alloué pour faire son trajet ainsi que les points/endroits importants qu’il/elle tient à soulever dans l’espace public.

En tout et pour tout, 40 personnes ont fait une description sommaire, 37 ont fait une carte mentale et 7 ont fait un parcours commenté.

Les entretiens en étapes

– Le contexte du travail est énoncé aux participants.

– On leur demande de décrire en quelques mots-clés ce qui défini la Caserne de Bonne pour eux.

– Il leur est proposé de représenter la Caserne de Bonne sur papier à la manière d’une carte mentale. Certains refusent.

– On leur suggère de nous faire une visite commentée à travers le quartier comme ils la présenteraient à une personne non-voyante. Certains refusent.

Analyse des résultats d’entretiens

Cette analyse vise à voir si les sujets de l’expérimentation identifient les mêmes seuils et s’il y a une continuité dans leurs schèmes selon le mode de communication qui leur est demandé. Dans cette idée, les personnes ayant complété toutes les étapes de l’entretien seront ici mis en évidence. Les cartes mentales de chacun sont comparées à leur carte de parcours commenté respectives. Au delà de ces sept comparaisons, une synthèse des 37 cartes mentales représente, avec une épaisseur de traits différentes selon la récurrence des éléments signalé sur les carte mentale. Une carte de synthèse regroupant tous les parcours commentés sur un même plan permettra par la suite de comparer les trajets et les seuils relevés par les participants.

Recueil de l’ensemble des cartes mentales :

 

Parcours commenté 1:

Véronique 54 ans,

Isèroise, travaillant à Grenoble,

Usager fréquent du site depuis 40 ans,

Connaissance de l’histoire originel de la caserne, apprécie la réhabilitation faite sur ce site.

Carte mentale

Carte intéractive

Pdf avec animation et son à télécharger et à lire avec Adobe Acrobat

 

Parcours commenté  2 :

Sam 17 ans,

Lycéen à Grenoble,

Usagers fréquent du site

Carte mentale

Carte intéractive

Pdf avec animation et son à télécharger et à lire avec Adobe Acrobat

 

Parcours 3 :

Camille 21 ans

Québécoise, etudiante en Architecture,

Usager occasionnel du site

 

 

Pdf avec animation et son à télécharger et à lire avec Adobe Acrobat

 

Parcours 4 :

Géraldine, 25 ans

Chargée de billetterie,

Usager occasionnel du site

Carte mentale

Carte intéractive

Pdf avec animation et son à télécharger et à lire avec Adobe Acrobat

 

Parcours 5 :

Justine, 27 ans

Salariée,

Habitant Grenoble,

Usager occasionnel du site

Carte mentale

Carte intéractive

Pdf avec animation et son à télécharger et à lire avec Adobe Acrobat

 

Parcours 6 :

Antoine, 20 ans

Etudiant, en internat,

Usager peu fréquent du site.

Carte mentale

Carte intéractive

Pdf avec animation et son à télécharger et à lire avec Adobe Acrobat

 

Parcours 7 :

Agathe, 26 ans

Infographiste,

Habitante du site depuis quelques années.

Carte mentale

Carte intéractive

Pdf avec animation et son à télécharger et à lire avec Adobe Acrobat

 

L’analyse  des cartes mentales, des entretiens et des parcours commentés révèlent différents types de seuils semblables : physiques, historiques, de transition entre les fonctions, de limites ainsi qu’intérieur/extérieur.

  • Les seuils physiques : H&M est souvent cité lors des interview. Il est un repère important car il représente l’entrée principale de la galerie commerçante extérieure ainsi que l’accès principal en arrivant du centre ville. Son importance découle de sa grande hauteur et son orientation au croisement de deux axes routiers importants. D’ailleurs, les architectes ont traités différemment les sols à partir de ce point et ce jusqu’à l’entrée de la galerie couverte pour donner une continuité visuelle et matérielle sur l’axe directeur traversant les deux zones commerciales. Le Bassin qui se situe en bordure nord-est du parc est perçu comme un seuil pour deux raisons. La première, car il faut passer sur l’un des deux ponts pour accéder au parc depuis les zones commerçantes. La seconde car l’eau est un élément qui symbolise le calme et la sérénité dans l’imaginaire des usagers qui aiment s’asseoir tranquillement pour profiter de la vue et de la fraîcheur de l’eau l’été notamment.
  • L’espace de transition entre les fonctions : La zone qui se trouve à la croisée des espaces commerciaux couverts et à l’air libre où se trouvent des terrasses est un point stratégique qui sert d’échangeur pour accéder au divers espaces de la Caserne de Bonne. Le parc, l’esplanade, les aires de restauration et la galerie commerçante sont desservis par ce noeud qui est, de ce fait, un lieux de passage très fréquenté. En conséquence, plusieurs participants ont représenté cette zone dans leurs dessins. De plus, plusieurs ont choisi cet endroit pour faire une pause de durant leur parcours commenté pour profiter du fait qu’il y a plusieurs fonctions et ambiances qui entrent en contact.
  • Le seuil de la limite du complex commercial : Monoprix est à l’entrée de la galerie commerçante couverte. Cet espace semi-couvert est un seuil important puisqu’il relie les commerces aux logements situés à l’ouest du site. Par sa matérialité et ses bancs placés au centre, il est un espace tampon entre la ville et la caserne. Il permet d’offrir à l’utilisateur le sentiment d’entrer dans une zone plus calme, plus paisible souvent recherché en centre-ville. De plus, il donne directement sur le parc verdoyant de la caserne avec le bassin, ce qui accroît ce sentiment de bien être souvent cité par les usagers que nous avons interrogés.
  • Le seuil historique : La percée sur le bâtiment séparant l’esplanade et le parc vient relier ces deux espaces par sa nature architecturale particulière. En effet, pour un site ouvert sur le ciel et sur les montagnes environnantes, ce passage entre extérieur et intérieur, donne à l’usager la sensation de changer radicalement d’espace et de contexte par la simple traversée. En même temps, les deux parcs offrent des ambiances différentes de par leur prestance. En effet, la partie avec les bâtiments d’origine ayant été conservés est plus austère puisque sont réaménagement a été traité de manière plutôt classique avec une symétrie. En opposition, le parc voisin est accidenté, a des sentiers sinueux et donne sur des commerces. Il est plus dynamique et moins «coincé» avec ses complexes de logements neufs et éclectiques autour.
  • Le seuil de transition intérieur/extérieur : L’espace qui se trouve à l’intérieur de la galerie commerçante couverte, où se trouve l’atrium, est un point de convergence important des flux humains. Il connecte directement le parc avec les commerces. Sa hauteur sous plafond et son aménagement : bancs, plantes et mobilier sportif pour les plus jeunes, génère un espace dynamique et avec des ambiances multiples.

 

Synthèse des parcours commentés

Retour sur l’expérience

Pour réaliser ces entrevues in-situ, il a fallu premièrement penser à l’image que l’on dégage face aux usagers. Bien sûr, le sourir doit être le premier contact avec la personne, suivi par une formule de politesse adéquate. De plus nous avons compris que les 30 premières secondes sont les plus importantes, d’une part pour déceler les caractéristiques principales de la personne et son envie de jouer le jeu. De plus, pour savoir comment aborder la question du dessin de la carte mentale. Très souvent c’est l’auto dérision qui nous a permis de les convaincre à réaliser cette carte mentale. Tenir une discussion enjouée permet de mettre la personne à l’aise pour que, par la suite, quand arrive le moment du parcours commenté, elle se sente assez à l’aise pour accepter de se promener comme à son habitude dans la caserne avec l’un de nous ayant les yeux bandés. De manière générale, une fille rassure et donne davantage confiance aux gens.

Durant ce parcours, il est crucial que la personne aux yeux bandés pose bon nombre de questions : où, quand, comment, pourquoi, le but étant de faire parler le participant. L’expérience de devoir se mettre en situation de vulnérabilité avec un inconnu dans le cadre du parcours commenté était assez déstabilisante.

Cet échange est enregistré et le cheminement est aussi relevé par un autre membre de l’équipe. Des repères sont placés aux endroits stratégiques, les moments d’arrêt et ceux qui paraissent importants dans la déambulation sont représentés sur un plan du site. Ceci nous permet plus tard de réaliser une carte de parcours commentés détaillée et interactive ainsi qu’un document graphique synthétisant les cartes mentales. Celui-ci nous permet de définir les éléments principaux qui composent le quartier de Bonne dans l’imaginaire collectif en les confrontant au plan originel de l’architecte.

Conclusion

Bref, si nous utilisons l’échantillon de participants que nous avons interrogé, nous pouvons faire une généralisation de la perception des usagers par rapport aux seuils et aux limites de la Caserne de Bonne. De cette manière, nous voyons que la représentation des gens s’arrête aux limites des espaces qui ont été réaménagés dans le cadre du projet et n’inclut pas le parc Hoche voisin par exemple. Leur perception de la limite ne s’étend pas au delà des bâtiments qui bordent le nouveau parc et son développement. Ensuite, au sein même de la caserne, les seuils les plus récurrents sont les bâtiments commerciaux, les espaces de détente végétalisés et les aires de jeux pour enfants. Ce type de seuil est celui de la fonction des espaces. D’autres seuils tels que les espaces couverts/ouvert et intérieurs/extérieurs sont également mentionnés à répétition dans les parcours commentés des participants. Donc ce que  nous retenons de cette expérience que ce sont parfois les plus petits détails qui marquent le plus l’imaginaire des gens dans leur quotidien.

 

 

Othmane ALEM ; Hugo BOULANGER ; Amélie TREMBLAY ; Andrew VERNUCCI


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *