Les seuils comme points d’arrêts

La question des seuils est une réflexion essentielle dans le quartier de la Caserne de Bonne sur Grenoble. De fait, ce travail s’est interrogé sur la manière dont sont traitées les limites. Nous avons constaté que régulièrement, les seuils de la Caserne servent de point d’arrêt.
Comment les usagers s’approprient-ils ces zones de frottement ?
Dans un premier temps, nous avons nous-mêmes découvert le lieu en nous attardant sur trois places : une place commerçante, une place avec des zones de passage, de bassins et de jeux pour enfants, et une grande place plus calme à cette saison, avec des jets d’eau en été. Sous forme de travail photographique, nous avons mis en place une première analyse. Dans un second temps, nous avons interrogé les usagers pour comprendre ces lieux. Suite à ces différentes analyses, nous avons mis en place un travail de synthèse qui nous a permis de comprendre les seuils comme zones de frottement dans la Caserne de Bonne.

Problématique

Analyser les liens entre les différents seuils dans la Caserne de Bonne nous a amené à travailler sur les limites du quartier, en lien avec les usages. Comprendre les sous-espaces nous a permis par la suite de voir les zones de frottement, de confort et d’inconfort qui se trouvent dans ce quartier. L’appropriation de l’espace par les usagers nous permet de comprendre les différentes caractéristiques de ces seuils.

Méthodologie

Notre méthodologie s’est mise en place en trois points. En commençant par une observation récurrente, nous avons pu nous approprier les lieux en ayant un premier regard sur le site. Dans un second temps, ce travail s’est complété par des entretiens semi-dirigés avec les usagers. Comprendre le lien entre notre analyse et la rencontre avec les usagers a permis de mettre en place une synthèse.

Protocole de l’observation récurrente

L’observation récurrente est une approche qualitative et interprétative d’un lieu. Elle permet de révéler et comprendre des comportements ordinaires. La recomposition des faits et gestes des usagers est traitée sur le sujet des seuils. Ici, elle nous permet de comprendre les temps d’arrêt des usagers selon leurs activités sur un lieu. Cette approche cumulative vient nous donner un premier aperçu de la Caserne de Bonne que nous connaissons nous trois assez peu. Par le biais de photographies sur trois lieux distincts, nous comprenons les arrêts des usagers. Le protocole est de venir prendre des photos qui se resserrent sur des lieux, de trois points de vue différents par espace.

Nous avons décidé de faire de l’observation récurrente lors des week-end, pour avoir une idée précise de la Caserne de Bonne lors des moments de détente des usagers. Suite à chacune des photographies, nous souhaitons noter une phrase, un mot, qui décrit les temps de ralentissement des personnes. Une carte sera mise en place pour montrer les trois lieux que nous questionnons. Il s’agit d’une place assez commerçante, du parc avec les bassins et de la place où se trouve les jets d’eau en été. Une fois ce travail réalisé, nous pourrons interroger les usagers, pour voir le lien qui existe entre cette observation et leurs interprétations de l’espace. Cela nous permettra de créer une carte traitant des arrêts à l’intérieur des flux de la Caserne de Bonne.

Nous avons décidé de prendre trois photos de chaque lieu, de penser à ce qu’elles veulent dire pour nous, et d’interroger les gens pour voir s’il y a une corrélation entre les images et les récits. Le relevé photographique nous permet de mettre en place un travail sensible. Par le biais de coupes sensibles, support graphique cohérent pour le travail des seuils, nous mettons en place une déformation de la réalité selon l’usage propre au lieu. Elles représentent un objet de synthèse entre l’entretien et les trois photographies du lieu.

Protocole des entretiens semi-dirigés

Les entretiens semi-dirigés nous permettent une mise en relation entre l’observation personnelle et l’interprétation propre aux usagers. Les usagers mettront des mots sur ces sous-espaces, sur ces zones de frottement. Les questions posées aux usagers nous permettront de mieux comprendre les lieux d’arrêt de la Caserne de Bonne.

Présentation des étudiants et de l’exercice aux usagers

Bonjour, nous sommes des étudiants en Master de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. Le cours auquel nous participons « urbanité et ambiance dans l’espace public » nous a amené à travailler sur la Caserne de Bonne. Nous nous demandons pourquoi les usagers, tels que vous, s’installent à tel ou tel endroit sur le site. Nous souhaitons vous poser quelques questions qui nous permettraient de répondre à la problématique qu’on se pose. Cela ne devrait durer qu’une dizaine de minutes. Est-il possible de vous enregistrer ? Cela nous permettra de retranscrire au mieux les informations collectées. Les entrevues restent anonymes. Si vous le souhaiter, nous pouvons prendre votre contact pour vous envoyer le travail finalisé dans quelques mois.

Questionnaire de l’entretien semi-dirigé

-Habitez-vous près de la Caserne de Bonne ?
-Pourquoi êtes-vous à la Caserne de Bonne aujourd’hui ?
-Venez-vous souvent ici ?
-Pourquoi avez-vous choisi cet endroit pour vous installer ?
-Depuis combien de temps êtes-vous installé ici ?
-Vous installez-vous toujours ici ?
-Est-ce qu’il y a d’autres lieux que vous aimez ici ?
-Est-ce que, selon la saison, vous privilégiez d’autres lieux ?
-Pouvez-vous me décrire ce qui se passe autour de vous ?
-Est-ce pour ces raisons que vous avez choisi cet endroit ?

Pour préciser notre travail, nous notons sur une carte l’emplacement de chaque usager interrogé. Ces cartes sont cohérentes pour comprendre le travail de synthèse.

Pour conclure le travail de l’observation récurrente et les entretiens semi-dirigés, nous avons mis en place des coupes sensibles. Elles permettent d’analyser les notes personnelles et les paroles des usagers. Elles sont réalisées avec un collage photo et illustrent le mode d’appropriation de l’espace. Elles permettent une compréhension du site précise entre la topographie spécifique qui crée des sous-espaces et le cadre bâti. Ces coupes permettent d’identifier le lien entre ces deux éléments et les points d’arrêt des usagers.

Protocole de la synthèse des éléments recueillis

Suite à ces synthèses réalisées sous forme de coupes pour chacun des lieux analysés, nous avons mis en place une cartographie sensible qui rassemble les trois lieux. Cela permet de comprendre les différences entre chacun de ces lieux.

Lieu 1 : Parc avec bassin

Le premier espace que nous avons analysé est un parc composé d’un bassin.

Nous avons constaté que plusieurs espaces de frottement co-existent. Ceux-ci dépendent des usages qui leur sont propres. Nous nous sommes rendus compte que les activités des usagers jouaient beaucoup sur ces lieux, mais c’est aussi les saisons et le climat qui les déterminent.

Le sous-espace le plus représentatif de cette zone est celui qui se trouve face aux bassins. Au niveau de l’eau, une légère avancée en bois s’aligne avec le bassin. Nous nous rendons compte que les usagers s’y sentent à la fois loin du passage, mais aussi proche du mouvement de la ville. Différents usages s’y confrontent, telle que l’heure du repas, la lecture ou simplement un moment de détente avec des amis ou bien seul. Souvent par petit groupe (de deux ou trois personnes) adéquat à la dimension de l’espace, les usagers se sentent dans un espace privilégié, face au soleil.

Avec des enfants, en haut de la colline, nous voyons aussi des parents s’installer pour pouvoir voir au mieux leurs enfants jouer proche de l’eau.

Les groupes plus nombreux se situent souvent là où se trouve les gradins ou dans l’herbe. Cela permet d’être plus nombreux et plus excentré du passage. La présence de végétation permet à ces derniers d’être d’avantage coupé du reste du parc, amplifiant encore le sentiment d’intimité.

Indéniablement, à cette saison, cette zone est celle qui regroupe le plus de disparité d’usages et de différence de générations.

Coupe sensible

Lieu 2 : Place des jets d’eau

Le second lieu analysé est celui qui se trouve de l’autre côté. Cette grande place change de visage selon les saisons. Au mois de mars/avril, les usages sont très différents de ceux de l’été en rapport avec les jets d’eau. De ce fait, la population qui s’y arrête n’est pas la même.

On y trouve quelques personnes, mais ce sont surtout des usagers seuls. Ils aiment ce lieu pour le calme, on y vient surtout pour s’éloigner du chaos de la ville.
D’un côté, le seuil d’entrée se marque par le passage couvert sous les bâtiment de la Caserne ce qui crée une division nette avec le parc où se trouve le bassin. À l’autre extrémité, deux tours encadrent l’entrée arborée, coupant ainsi le parc de la rue. Les bâtiments entourant la place amènent un sentiment d’intimité et coupent les usagers de l’activité urbaine.

Des sous-espaces se mettent en place, souvent proches des pierres, les usagers y trouvent des assises. C’est aussi un espace favorable pour y promener son chien puisqu’il s’agit d’une grande étendue. Également, il est facile d’y aller avec les enfants car on peut garder un œil sur eux en raison de la grande ouverture visuelle. C’est l’espace analysé le plus calme, celui où la question sonore est celle qui détonne le plus avec la ville.

Coupe sensible

Lieu 3 : Place commerçante

Le dernier lieu analysé est très différent des deux premiers car il ne fait pas partie du parc. Son rapport à la rue est plus fort car le nombre de filtres la coupant de l’extérieur est moins important. Nous avons eu de grandes difficultés à interroger des personnes à l’arrêt. C’est une zone qui est plus propice aux passages et aux commerces. Il s’agit d’un point central dans la Caserne où on s’arrête quelques secondes pour discuter, pour fumer. Les personnes s’y arrêtant ne viennent pas exprès pour ce lieu. C’est une étape vers leur destination finale qui est ici marquée par l’activité commerciale de la Caserne. Il est difficile de voir réellement des zones d’arrêt précises car les seuils sont plus frontaux que dans les deux espaces précédents.  

Synthèse

Cartographie sensible, les seuils comme points d’arrêt

Notre travail s’est focalisé sur l’usage des seuils de la Caserne de Bonne. En s’intéressant à l’arrêt, nous avons analysé trois lieux. Cela nous a permis de comparer les lieux en fonction des points d’arrêt. Ces points d’arrêt correspondent à des sous-espaces, ces frottements dans la ville sont distincts et spécifiques. Ils nous ont permis de comprendre la pluralité de l’arrêt.

Pour conclure ce travail, nous voyons que l’arrêt est multiple. Il est lié à l’usage et au lieu. Les seuils sont souvent des lieux d’arrêt, ils permettent aux usagers de s’approprier l’espace selon leurs activités. Finalement, on trouve de nombreuses zones de frottement dans la Caserne de Bonne. Les interviews nous ont permis de comprendre le rôle de ces seuils.

Le travail nous a permis de comprendre les méthodes d’entretien. Aller à la rencontre des gens permet de comprendre les habitudes et la manière de s’approprier un lieu. L’avis des usagers aide à la compréhension et à l’analyse sociale de l’espace. La mise en confrontation de trois espaces distincts par leur morphologie et leur utilisation donne au travail un apport plus complet.

Par ailleurs, nous avons trouvé certaines limites au travail mis en place. En effet, le travail a été réalisé sur une période de temps de deux mois. La Caserne de Bonne change de visage selon les saisons et le climat. Les espaces de frottement s’adaptent à ces changements. De fait, la diversité de notre travail s’est retrouvée limitée. L’hétérogénéité des activités dépend de ces transformations et le travail serait plus complet s’il avait été traité sur une période plus longue.

Par exemple, le deuxième lieu, celui où se trouve la grande place avec les jets d’eau, nous laisse imaginer que la population et les arrêts sont différents en été par rapport à la période sur laquelle nous avons enquêté.

De plus, la pluralité des entretiens est un paramètre important pour notre travail. Nous avons eu une grande difficulté à interroger des usagers sur la place commerçante. Plus le nombre d’entretiens est grand et plus l’analyse est pertinente.  

Raphaëlle Ruiz, Martin Ferrini, Gabrielle Scrive-Lefebvre

Cite this article as: ferrini, "Les seuils comme points d’arrêts," in Le Cresson enseigne, 22/11/2018, https://ehas.hypotheses.org/1716.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.