Jour de nuit à la Caserne de Bonne

L’espace public offre une perception différente selon la temporalité. De la saison à l’échelle de la journée, les ambiances peuvent différer en fonction des usages de lespace. La temporalité d’un lieu est un pilier de compréhension et d’appréhension du lieu et peut modifier profondément la perception de ce dernier au profit d’ambiance diamétralement différente. Une étude de l’APUR aborde cette notion :

« Les espaces publics ne vivent pas de la même façon selon leurs caractéristiques spatiales, leur dimension symbolique, leur contexte social et urbain et selon les temporalités urbaines. Ils voient leur fréquentation varier considérablement et alternent entre plage de sur et sous-utilisation selon les horaires »1

En partant de ce postulat, nous avons abordé la question de la représentation sensible du quartier de la caserne de Bonne dans sa dualité entre le jour et la nuit. Nous avons appuyé nos recherches sur les géographes suédois de l’École de Lund. « Dès les années 1960, ces pionniers de la Time Geography ont constitué la vie quotidienne en enjeu des politiques sociales à partir dune démarche articulant de façon étroite le temps et lespace. »2

Nous avons donc fait de nombreuses sorties de terrains afin de mieux comprendre le site et d’en saisir tous les enjeux. Cependant, après plusieurs passage de nuit à la Caserne de Bonne, nous avons vite perçu la différence d’ambiance entre ces deux temporalités.

En effet, le contraste jour/nuit est d’autant plus frappant du fait de la mobilisation de plusieurs aspects sensoriels. Le son notamment est un des sens les plus stimulé. La journée, la Caserne de Bonne se caractérise par l’action et l’agitation du fait de sa fonction de quartier de vie et de transition, alors que la nuit, elle se caractérise par sa fonction de lieu de résidence avec une absence totale d’activités et de sons. Tout n’est que calme et obscurité.

Nous avons choisi le film comme méthode de représentation. Ce média nous permet en effet de solliciter la vision et l’ouïe. Plusieurs rush vidéo de nuit ont été réalisé à différents endroits qui nous semblaient important dans la pratique de la Caserne de Bonne. Notre caméra s’est ainsi posée aux alentours des aires de jeux, la grande galerie marchande, les ponts sur l’eau et la grande place. Parallèlement, nous avons réalisé des captures sonores de jour, aux alentours de 16h le vendredi, moment où l’activité est à son paroxysme. Ces prises de sons ont été faite aux mêmes endroits que les les vidéos. Nous avons enfin apposé au montage le son sur la vidéo afin de mettre en évidence les contrastes d’ambiances.

A travers cette méthodologie, nous avons souhaité opposer les ambiances sonores et les ambiances visuelles de mêmes lieux. Nous souhaitons montrer la différence de perception de l’espace urbain et la perte des bases de compréhension de ce dernier car « cest sans doute dans le rapport entre le temps et lespace, supports inséparables de notre vie sociale, que nous pouvons trouver des clés de lecture et de compréhension du monde. »3

L’opposition d’ambiance à la caserne de Bonne est démonstratrice de la dualité de fonctions de ce quartier. La nuit s’oppose au jour en terme d’ambiance générale. L’imaginaire lié à la nuit s’oppose en plusieurs points au jour. « Comme il a été vu, de par ses relations dopposition avec le jour, la nuit est un entre-deux ; lexpérience sensible de la ville nocturne prend place entre lumière et obscurité, entre criminalité et festivité, entre monstruosité et féerie. L’éclairage est un pont entre deux mondes, dun geste mécanique on passe successivement dun univers de ténèbres à un univers de lumière (Bachelard, 1962). ».4

Caserne de Bonne la nuit, photo personnelle

La question de l’éclairage est aussi déterminante dans l’ambiance présupposée d’un espace public notamment dans son appropriation dans le temps. La temporalité d’usage d’un espace public est très largement influencée par ce phénomène.

Nous en avons donc conclu que les fonctions attribués à un lieu et ses aménagements (bancs, luminaires, restaurants, cafés, bars, parcs etc…) définissent et influencent son activité nocturne. Ainsi, un lieu vivant le jour peux se retrouver inerte la nuit. Cependant, avec la prolongation des activités de jour en soirée et les activités qui commencent de plus en plus tôt le matin, les espaces de calme et d’inactivité nocturne se feront de plus en plus rare et seront au coeur des futurs projets urbains. La nuit comme espace-temps autrefois méconnu et craint devra s’affirmer de plus en plus comme un espace dusage avec ses normes et règles propres.

AIT SLIMANI Paco / FRANCKE Léo / IVOL Nicolas

Promotion IUGA 2017/2018, Master 1 Design Urbain

  1. APUR, Les rythmes de l’espaces public. 2017. {en ligne} https://www.apur.org/fr/nos-travaux/rythmes-espace-public, consulté le 15 avril 2018 []
  2. Luc Gwiazdzinski, Temps et territoires : les pistes de lhyperchronie, Territoires 2040 : revue d’études et de prospective, Documentation française ; DATAR, 2012, pp.75-97 []
  3. Ibid []
  4. Sylvain Bertin et Sylvain Paquette, « Apprendre à regarder la ville dans lobscurité : les « entre-deux » du paysage urbain nocturne », Environnement Urbain / Urban Environment [En ligne], Volume 9 | 2015, mis en ligne le 19 octobre 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/eue/603 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *