L’eau, le temps d’un reflet…

Dans le cadre du cours « Urbanités et ambiances de l’espace public » (Manola et Hadby (coord.) – année universitaire 2017-2018) que nous avons suivi à l’École d’Architecture de Grenoble et suite à nos nombreux passages sur le site de la caserne de Bonne, puisque nous habitons tous les trois dans ce secteur, nous avons décidé de nous intéresser à un élément que nous côtoyons forcément lorsque l’on se rend dans cet espace, à savoir, l’eau. L’eau est, en effet, un élément présent de manière récurrente dans cet espace, que ce soit au sein du bassin d’ornementation du jardin des vallons, que ce soit sur l’esplanade Alain le Ray ou encore lors d’une journée pluvieuse.

Seulement, pourquoi s’intéresser à l’eau et pas un autre élément nous direz-vous ?

L’élément aquatique, nous a immédiatement interpellé lors de notre phase d’observation. En plus d’être, d’après nous, un élément de seuils, de limites franchissables ou infranchissables lorsqu’il est présent en surface, c’est un miroir de la ville qui permet de rendre visible l’invisible. Une fois installés au bord de l’eau, nous avons effectivement, été marqués par les reflets que l’eau pouvait donner à voir et nous avons eu le sentiment qu’elle permettait de modifier notre vision et de porter notre attention sur des éléments non perceptibles aux premiers regards (ambiances, usages, espaces…).

En plus de cette dimension, nous avons eu le sentiment que malgré sa fonction de seuil, l’eau était appropriée par des usagers. Nous avons en effet eu le sentiment que l’eau pouvait être un élément fédérateur et générateur de lien social. En observant le comportement des individus aux bords des espaces aquatiques à la caserne de Bonne, nous avons remarqué que l’Homme est très souvent attiré par l’eau, surtout lorsqu’il est question de se détendre ou de se récréer et qu’il s’approprie l’élément aquatique à travers divers usages. Nous avons eu, au final, l’impression que ce seuil était un seuil singulier, unique en son genre et qu’il se distinguait des autres types de seuils.

L’enjeu pour nous, à travers l’étude que nous avons menée par la suite, était d’essayer de donner à voir nos ressentis mais également de les confirmer, en essayant de voir si l’eau de surface présente à la caserne de Bonne était bel et bien un élément de seuil possédant des particularités lui étant propres.

L’eau : un élément de seuil…

A la suite de notre première impression, nous avons commencé à recenser les eaux de surfaces à la caserne de Bonne.

A la suite de cette phase, nous avons identifié deux types de seuils aquatiques dans cet espace, les seuils aquatiques franchissables et les seuils aquatiques infranchissables.

Production personnelle

Comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessus, les seuils franchissables renvoient aux bassins et miroirs d’eau présents essentiellement en été sur l’esplanade Alain Le ray. Nous avons qualifié ces espaces aquatiques de surfaces franchissables car l’eau de ces espaces n’entrave pas le cheminement piéton puisque cette dernière est peu profonde, ce qui rend possible les déplacements. Cette eau possède également une certaine propreté et a été conçue pour accueillir des fonctions récréatives et rafraichissantes. Ici, l’eau n’a donc pas seulement une fonction esthétique.

Les seuils infranchissables quant à eux, renvoient au bassin d’ornementation du jardin des vallons et à la « cascade » de l’esplanade Alain Le Ray. Nous avons qualifié ces espaces aquatiques de surfaces infranchissables car ces espaces entravent le cheminement piéton, en effet sans la présence de passerelles, il serait impossible de franchir ces espaces puisque l’eau y est relativement profonde, sale et qu’elle n’a pas été conçue pour être franchie, d’où la présence d’animaux.

Qu’ils soient franchissables ou infranchissables, ces espaces aquatiques sont donc pour nous des seuils puisqu’ils constituent la plupart du temps, des barrières physiques entre des espaces, ils obligent souvent les individus à changer leurs trajectoires, ces espaces peuvent donc avoir un caractère contraignant. L’exemple le plus parlant à la Caserne de Bonne est sans nul doute le bassin d’ornementation qui constitue une véritable barrière physique transitoire, entre l’espace commercial très minéral et le jardin des vallons marqué par la végétalisation des espaces. Seulement, pour réduire le caractère contraignant de cet équipement et ainsi ne pas contraindre les cheminements piétons, deux passerelles ont été aménagées en continuité des chemins, ce qui atténue l’effet barrière.

.  .  .  Qui donne à voir différemment la caserne de Bonne ?

Après avoir identifié les eaux de surfaces et les types de seuils aquatiques à la caserne, nous avons par la suite réalisé une mosaïque de montages photos ne présentant quasi exclusivement que des reflets. Cette dernière a pour but premier d’essayer de vous donner à voir les éléments qui ont façonné notre ressenti. Mais a également pour but de tenter de confirmer nos premières impressions et interrogations concernant ce lieu, à savoir, est-ce que l’eau à la caserne de Bonne donne bien à voir les espaces, les ambiances et les usages de manière différente ?

Pour réaliser cette mosaïque, nous nous sommes rendus à diverses temporalités sur le site de la Caserne de Bonne. Notre méthodologie a consisté à prendre en photo cinq points de vue différents (entre le bassin d’ornementation du jardin des vallons et l’esplanade Alain Le Ray) à trois temporalités différentes.

Une matinée orageuse

Une fin d’après midi couverte

Un midi très chaud

A travers cette mosaïque, nous pouvons dire qu’à n’importe quel moment de la journée, l’eau donne toujours à voir le visible d’une manière détournée. En effet, bien que certains éléments soient présents de façon permanente (arbres, bâtiments, mobiliers urbains…), nous n’y prêtons parfois pas attention, trop occupés à regarder nos pieds ou notre smartphone. Une fois installés au bord de l’eau ou juste de passage au bord de cet élément, notre attention peut être captée, même brièvement, par un reflet, plus ou moins net, qui donne à voir un élément que nous n’avions jamais vu auparavant (un bout de façade colorée, un arbre en fleurs…). Notre attention ayant été attirée par cet élément, nous allons par la suite avoir tendance à rechercher cet élément dans le « vrai » paysage. L’eau contribuerait donc d’après nous à rendre visible l’invisible et à changer la perception que l’on peut avoir de notre environnement.

En observant et en analysant cet espace, nous nous sommes également rendus compte que l’eau, en plus de donner à voir certains éléments, donne à voir certains usages que nous n’aurions pas forcément vu au premier regard, comme une personne qui lit au bord de l’eau ou deux personnes qui discutent. L’eau joue donc ici parfaitement son rôle de miroir mais nous pouvons cependant noter que ce miroir est plus ou moins efficace en fonctions des temporalités. L’eau donne donc à voir avec plus ou moins de précision une réalité qui peut parfois nous échapper.

Si l’on prête encore un peu plus attention à cet espace, aux usages et aux éléments qu’ils reflètent, nous pouvons arriver à capter des ambiances1, lumineuses, sonores ou encore architecturales et urbaines. En effet, en vous concentrant sur cette mosaïque, vous devriez arriver à imaginer les ambiances présentes aux moments où nous avons pris ces photos. Pour vous aider, si l’on analyse les reflets du midi très chaud nous pouvons imaginer que les ambiances étaient des ambiances de rencontres, de détente et de repos.

L’eau à la Caserne de bonne : un seuil appropriable et approprié ? 

Comme nous l’avons dit précédemment, lors de notre phase d’observations, observations non-participantes et participantes, un élément a attiré notre attention. L’eau de surface à la Caserne de Bonne nous a, en effet, semblé être fortement appropriée par les usagers, notamment lors de belles journées ensoleillées.

La carte suivante issue de nos observations et de notre ressenti montre à quel point l’eau de surface et notamment le bassin d’ornementation du jardin des vallons est un lieu de concentration des individus, cela suppose donc une possible appropriation de cet espace par ces derniers. Nous avons bien conscience du fait qu’usage n’est pas forcément synonyme d’appropriation, seulement, d’après certaines études universitaires2, il y a souvent appropriation lorsque des individus utilisent de manière volontaire et non de manière contrainte un espace pour par exemple se détendre ou pratiquer des activités de bien-être (lecture…).

Fréquentation des espaces aquatiques à la Caserne de Bonne, production personnelle

En vue des pratiques observées (lectures, siestes, discussions…) aux bords des espaces aquatiques à la caserne, nous pouvons supposer que les individus utilisent ces espaces pour se détendre de manière volontaire. Par ce fait, nous pouvons confirmer notre premier ressenti et ainsi dire que ces espaces semblent être des espaces appropriés par les usagers.

Seulement pour qu’un lieu soit approprié, il faut qu’il soit appropriable. Cela suppose donc que les espaces aquatiques à la Caserne de Bonne sont appropriables. Pour nous, ils le sont pour plusieurs raisons :

  • Premièrement, si l’on reprend le travail de Marc Augé sur les non-lieux3, nous pouvons considérer les espaces aquatiques à la Caserne de Bonne comme des lieux, puisqu’ils possèdent au moins une des caractéristiques d’un lieu, c’est-à-dire qu’ils possèdent une dimension identitaire, une dimension relationnelle ou une dimension historique. Ces espaces étant des lieux, ils sont donc potentiellement appropriables.
  • Deuxièmement, ces espaces sont des espaces ouverts et neutres, ils n’ont en effet pas été pensés pour un seul type d’activités ou pour un seul type de population, ces espaces sont donc accessibles à tous, donc potentiellement appropriables par tous.
  • Troisièmement, ces espaces possèdent une certaine qualité esthétique, un travail sur les ambiances et les matériaux a été mené, ce qui rend ces lieux agréables à fréquenter et donc potentiellement appropriables.

Même si d’autres espaces semblent être appropriés à la Caserne de Bonne, comme les zones herbeuses etc., les espaces aquatiques se distinguent et sont pour nous les espaces les plus appropriables et les plus appropriés de la caserne pour les raisons exposées précédemment.

Conclusion: 

A travers l’exposition de nos ressentis sur cet espace et à travers l’étude qui a suivie, nous avons pu découvrir, qu’en plus d’avoir des fonctions classiques de rafraichissement, des fonctions esthétiques et ludiques, des fonctions de seuil…, l’eau à la Caserne de Bonne possède également des caractéristiques moins conventionnelles. Ce seuil est en effet pour nous, un seuil appropriable et approprié, qui donne à voir différemment l’environnement de la Caserne de Bonne. Tous les seuils n’ayant pas ces caractéristiques, l’eau à la Caserne de Bonne se distingue donc pour nous des autres seuils pouvant être présents dans cet espace.

Bruand Agathe, Ginet Coraline, Loudenot Alexandre, M1 Design-Urbain 2017-2018, IUGA.

Cite this article as: Bruand Agathe, Ginet Coraline, Loudenot Alexandre, "L’eau, le temps d’un reflet…," in Le Cresson enseigne, 22/11/2018, https://ehas.hypotheses.org/1930.

Bibliographie :

  1. Thibaud Jean-Paul, Variations d’ambiances : Processus et modalités d’émergence des ambiances urbaines, Grenoble, CRESSON (Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain), 0ctobre 2007 []
  2. Boyer Jillian, Sur l’appropriation de l’espace : Études et réflexions spécifiques sur le quartier Sainte-Blandine / Confluence, Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération Lyonnaise, 2011. []
  3. Augé Marc, Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du xxe siècle», 1992. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.