Le sol comme fond de l’ambiance de la Caserne de Bonne

Afin d’illustrer nos propos nous avons créé une carte interactive : http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/urbanite-et-ambiances-dans-lespace-public_214720#17/45.18462/5.72491

Elle situe et identifie les différents revêtements de sol de la Caserne de Bonne.

En nous promenant dans le quartier de la Caserne de Bonne, la première chose que nous avons ressentie est l’aspect hétérogène et hétéroclite du lieu qui est notamment généré par la multitude d’espaces se succédant sans se limiter physiquement. La seule barrière permettant de bien délimiter ces différents espaces et leurs fonctions est une barrière mentale voire psychologique causée notamment par les différents types de traitement utilisés au niveau du sol ainsi qu’aux différentes hauteurs utilisées afin de casser le rythme monotone d’un espace aussi vaste que celui de la Caserne de Bonne.

« Le sol est une donnée première de l’environnement et joue un rôle dans la formation de l’équilibre, du sens de la proprioception. Il participe ainsi à l’arrière-plan corporel de l’expérience, en même temps qu’il est une surface d’échanges. »1

Les différents revêtements utilisés permettent de rendre le cadre plus dynamique et agréable pour l’usager qui a l’impression de passer d’un espace à un autre. La qualité du paysage urbain repose sur la lisibilité des espaces. Le traitement des sols contribue à mettre en place des ambiances et à définir les usages pédestres. Cela permet de structurer l’espace public en favorisant la création de séquences d’espaces. (cf : Coupe ci-dessous)

Coupe des différents revêtements de sol

Les revêtements définissent l’usage

D’une part, il y a les espaces qui incitent l’usager à s’y aventurer afin d’exercer une activité (s’assoir, marcher, s’allonger, discuter, consommer). Ces espaces sont le plus souvent caractérisés par l’utilisation matériaux naturels tels que le bois, la pelouse et la pierre. Ils attirent les promeneurs à s’arrêter grâce à leur aspect  et leur mise en forme.

D’autre part, les autres espaces ont pour fonction de « repousser » le piéton et permettent donc de créer une ligne directrice dans les déplacements et les parcours empruntés par les usagers. Ceci influe directement sur la marchabilité du site. Dans ce cas, la mise en place de barrières ou de revêtements spécifiques agit instantanément sur la carte mentale de l’usager en lui indiquant que ces espaces ne lui sont pas destinés (terre, piquets placés dans le sol ou copeaux de bois par exemple). Ces espaces dits interdits sont donc perçus comme des espaces exclusivement dédiés à l’esthétisme du lieu ainsi qu’à son bon fonctionnement de par les limites qu’ils imposent.

Ces deux catégories d’espaces permettent d’organiser et d’aménager tout le périmètre de la Caserne de Bonne et  imposent des règles d’utilisation du lieu. Ceci permet en effet de mieux cadrer l’espace et de créer une cohésion d’ensemble.

Les usagers sont guidés par des cheminements tout au long de (leurs parcours dans) la Caserne de Bonne. Ces derniers ont des revêtements adaptés au type de circulation qui leur sera attribué. Par exemple, si la voie est destinée exclusivement aux piétons, le revêtement de sol en sable sera privilégié (comme dans la partie du parc, avec des allées piétonnes en sable stabilisé). En revanche, pour favoriser les modes de circulation doux, nous avons remarqué que près du centre commercial, un revêtement plus « noble » a été mis en place (béton désactivé). Ce dernier est adapté pour tous les modes de circulation doux, en effet, les vélos roulent plus facilement sur des voies lisses. Le choix du revêtement de sol doit tenir compte de chaque espace et de son usage.

Image 1                                                                                          Image 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                

Le revêtement de sol permet de gérer les accès en fonction du type de déplacement de l’usager. Par exemple, un skateur pourra difficilement emprunter les allées du parc en sable stabilisé ou sur un revêtement pavés. Avec l’image 2, nous avons mis en évidence l’impact d’un revêtement non approprié pour un usage de moyen de locomotion roulant (vélos, skate).

Outre la différence d’espaces au sein d’un seul et même grand espace, il est intéressant de s’intéresser à la corrélation entre textures utilisées au sol et la fonction de l’espace concernée. En effet, nous avons remarqué que suivant la fonction et l’usage d’un espace, le revêtement du sol diffère et s’adapte en quelque sorte avec cette fonction ou cet usage. Ainsi, les terrasses de cafés ou de restaurants sont en bois afin d’apporter une ambiance plus cossue et plus conviviale à l’espace. Nous avons observé l’utilisation plus fréquente du béton  pour des espaces de transitions comme les grands axes de circulation qui permettent de fluidifier les flux humains lors des périodes de grandes fréquentations. En outre, de nombreux espaces de pelouse sont aménagés afin que les usagers se reposent ou se divertissent par différents moyens (jouer, lire, discuter, dormir…).  Concernant ces espaces de pelouse, certains sont présents dans le but d’apporter un peu d’espaces verts et apparaissent comme essentiel à la structure générale du quartier.

Il est également important de mettre en avant le travail réalisé au niveau de l’alliance entre espace minéral et espace végétal . L’utilisation coordonnée de ces deux types d’espaces soulignent le côté dynamique et non monotone de la Caserne de Bonne. De plus, elle permet de donner au lieu une vraie signature urbaine. En effet, au vu de l’implantation du site dans le quartier (qui a une forte prédominance minérale), il paraît judicieux d’équilibrer la balance et de faire sortir la continuité urbaine de la Caserne de Bonne en termes d’ambiance et d’urbanité grâce aux espaces verts.

Carte identification des zones tampons de la Caserne de Bonne

Nous trouvons que ces espaces verts sont primordiaux pour l’aspect esthétique et environnemental du lieu. Il permet d’emmener un paysage rural en plein cœur d’un quartier urbain.

Finalement, nous avons pu réaliser que les revêtements de sol ont un rôle majeur dans la conception de la Caserne de Bonne. Ils permettent de guider les usagers et de réguler les flux.

D’un point de vue critique de cette diversité des traitements du sol, nous avons constaté une certaine oblitération et débordement de certains revêtements. Cela est dû à l’usure ou le débordement du gravier sur la pelouse. De plus, la stagnation de l’eau sur des surfaces minérales réduit la pérennité du sol. Cette dégradation affecte directement la durabilité du quartier.

« En matière d’architecture et d’urbanisme, nous faisons l’hypothèse que le sol fait partie du  « fond de l’ambiance », il participe à l’arrière-plan ambiantal de l’expérience sensorielle des espaces notamment publics et à la structuration plus ou moins consciente de l’image des villes. » 2

 

 HAMDI PACHA Amir / POUTOIRE Victor/ GROS Clément

Promotion IUGA 2017/2018, Master 1 Design Urbain

1: Olivia Germon, thèse : le sol urbain : un arrière-plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

2: Olivia Germon, thèse : le sol urbain : un arrière-plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines p31

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.