Une diversité d’usages structurée par des seuils « passeurs d’ambiances » : le cas du bassin de la Caserne de Bonne

Inauguré en 2008, la caserne de Bonne est un « éco-quartier » cherchant à promouvoir une nouvelle manière de faire la ville, entre bâtiments à haute performance énergétique, espaces publics de qualité, mixité sociale et cumul des fonctions. Après 10 ans d’existence, certains aspects ne sont pas aussi réussis que prévu. Rares sont les petits commerces indépendants capable de payer le loyer du centre commercial sans péricliter, et certains bâtiments n’atteignent pas la qualité environnementale espérée. Néanmoins, les espaces verts de la caserne sont une véritable réussite. Fréquentée et appréciée par tous,  quelles sont les raisons de cette réussite ? Car comme le rappelle Jane Jacobs dans son livre « Déclin et survie des grandes villes américaines  « il faut bien comprendre que les gens ne fréquentent pas les espaces verts simplement parce que ceux-ci existent et parce que les urbanistes et les architectes ont souhaité qu’ils les fréquentent. »

Schéma repris du mémoire de Marine Jeannin, le seuil passeur d’ambiances, 2012

A la lumière de cette définition, on se rend compte que la Caserne de Bonne possède une infinité de seuils diffus tout comme certains très explicites. Le passage d’un parc à l’autre sous l’ancienne caserne en est un. Le changement de lumière, de la vue, de la sonorité distingue les deux parcs (basculement) tout en étant lui-même à part (l’épaisseur). C’est le cas du bassin qui distingue la rue piétonne et commerciale de l’espace vert et de jeux d’enfants. Cette fois ci, la rupture n’est pas visuelle mais sonore, physique et matérielle. Les seuils, en délimitant les espaces, créent des usages différents. Comment s’articule ces usages dans la Caserne de Bonne ? Comment la multiplicité des publics pratiquant ce parc s’organisent autour de ces seuils ? Permet-elle une certaine « coveillance » selon les mots de Jane Jacobs ?

Afin de répondre à cette question nous avons porté une attention particulière aux seuils d’ambiances rythmant et organisant la caserne de Bonne.

« Le seuil se caractérise par un espace restreint qui établit un lien entre deux espaces topographiquement attenants mais typologiquement différents.  Le seuil est le connecteur entre deux espaces contigus mais de nature distincte. On n’observe pas nécessairement une continuité dans le fait de passer d’un lieu à un autre. Le seuil peut être qualifié comme une rupture dans la continuité d’un processus, il marque un changement qualitatif dans la perceptions des ambiances, passer d’une ambiance à l’autre. » Selon Marine Jeannin, dans son ouvrage publié en 2012  « Le seuil passeur d’ambiances ».

Néanmoins, nous pensons que le seuil n’est pas que topologique et peut être dicté par des usages. Une famille avec enfants en bas âge, un groupe d’adolescents, une personne âgée sur un banc : chacun de manière imperceptible fait évoluer ces seuils en les atténuant, les renforçant ou en créant de nouveaux.

Nous tenterons de répondre à ces questions en nous attardant sur la place qu’occupe les familles dans ce parc et ce qui en découle. Par deux ballades personnelles, nous avons cherché à être réceptifs à l’ambiance du parc du bassin : le matin et l’après-midi du jeudi 20 avril. Ces réflexions ont été épaulées par un apport théorique afin de comprendre comment des usagers différents s’approprient le parc et interagissent entre eux. C’est la relecture de l’ouvrage de Jane Jacobs déclin et survie des grandes villes américaines (1961) qui a nourri en grande partie notre réflexion et nous a poussés à aborder le sujet de ces interactions sociales conditionnées par les seuils.

Parcours et impressions de Rafi le vendredi 20 avril vers 17h au parc du Bassin

Parcours observatoires de Rafi

Nous avons pensé à faire une ballade au sein du parc de manière individuelle, à différentes heures de la journée et en prenant des points d’observations différents. Nous concentrons notre étude sur le dernier parc, celui du bassin triangulaire. L’objectif est ainsi d’offrir une lecture différenciée du même espace. Je débute ma ballade en m’installant au coin nord de l’îlot, à côté du décathlon (point d’observation 1). L’intersection de deux rues, et les restaurants accentuent la sensation d’agitation. Le bruit des convives, l’odeur des plats, le flux de passants me procurent la sensation désagréable de ne pas être au bon endroit, de gêner. Je m’installe sur les parterres en bois le long du bassin. Les passants traversant la rue piétonne déambulent à proximité de l’eau. Je ne sais pas si c’est parce que cette étendue les attire ou par respect pour les personnes installées sur les terrasses (subway), sûrement un peu des deux. Rare sont ceux qui traversent le petit pont par hasard.  Une femme dit à son mari, “ c’est le poisson dont je t’ai parlé, quand tu touches l’eau, il fait les bisous”, son enfant s’approche de l’eau pour toucher le poisson, elle dit encore « ah mais c’est sale, ne touche pas l’eau». La petite étendue d’eau a un aspect pédagogique fort. En effet, en ville, il est difficile de pouvoir observer des poissons dans leur environnement “naturel”. Ce grand aquarium public remplit cette fonction.

En arrivant à mon deuxième point d’observation, le son de l’eau attire mon attention. En dessous du pont, son ruissellement donne une ambiance sensorielle formidable, le seuil symbolisé par le pont est renforcé par l’aspect sonore. J’ai conscience de changer d’ambiance. Les bruits des enfants et la rumeur des restaurants s’atténuent doucement. Cet entre-deux est très agréable, le temps ralentit. Au troisième check point, je me trouve au milieu des parents et de leurs enfants s’agitant sur le terrain de jeux. L’ombrage des arbres abritent les familles. Je n’ai pas envie d’y rester, je me sens comme mal à l’aise de prendre des notes en observant les familles et leurs enfants. Mon quatrième point d’observation est un lieu bien plus arboré, calme. Ici, je me sens comme protégé, au sein d’un cocon. Je m’installe dans l’herbe pour me reposer. Des jeunes étudient et discutent, en profitant de la pelouse et de l’ombre.

Mon cinquième point d’observation est en haut d’une petite colline. L’effort pour y monter, bien que minime, limite le nombre d’usagers s’y déplaçant. De plus les courbures du chemin ne sont pas propices à des déplacements efficients. A l’ombre, en hauteur, je me sens un peu plus seul, bien que faisant encore partie intégrante du parc. Pour synthétiser, trois ambiances différentes me sont apparues assez clairement. Il y a celle du bassin et du pont dont l’aspect sonore dégage une vraie personnalité. Puis l’espace de jeux et ses alentours, pratiqués par les familles. Enfin, il y a une troisième ambiance, plus pour les jeunes souhaitant être au calme, un espace frais et ombragé.

Un peu plus au calme, les jeunes apprécient ces pelouses ombragées

Parcours observatoire de Romaïssa

Parcours et impressions de Romaissa le samedi 21 avril à 17h au parc du bassin

Parcours observatoire de Romaïssa

Le 21/04/2018 à 17h, j’ai commencé ma ballade du côté du bassin d’eau triangulaire. Contrairement à Rafi, j’ai décidé de me promener librement sans m’attarder sur des points d’observation particuliers. Ce que j’ai remarqué en premier, ce sont les gens qui se déchaussent et se mettent à l’aise avec leurs pieds nus. Les activités diffèrent : des gens qui lisent des livres, d’autres profitent du beau soleil. Un homme écoute de la musique et des jeunes sont branchés à leurs téléphones portables. Une dame parle à sa petite fille et dit ‘’regarde les poissons rouges’’. Les chiens profitent aussi de l‘eau, certains veulent pécher les petits poissons et d’autres veulent juste boire un peu d’eau froide après une longue promenade. Le comportement des petits enfants est toujours innocent, ils regardent les oiseaux, les poissons et répètent parfois le son des canards « kwak kwak kwak », mais ce qui est très remarquable c’est le comportement protecteur des parents, qui est parfois assez exagéré. Le plus étonnant a été une petite fille qui voulait sauter sur les pierres mais elle est tombée et elle a mouillé ses vêtements, elle a commencé à pleurer et dire « je suis tombée dans l’eau ».

L’espace autour du bassin d’eau reste calme par rapport aux autres espaces de la caserne de Bonne. C’est un lieu agréable pour la lecture et surtout pour la relaxation. La terrasse du Subway est un espace familial par excellence, les gens prennent leur repas en regardant les enfants jouer. Concernant les espaces de jeux pour enfants, c’est un endroit assez bruyant, assez vif et assez dynamique. Ce ne sont pas seulement les enfants qui jouent, les parents aussi en profitent pour faire du sport en courant derrière le petit ballon. Les mamans discutent mais tout en gardant un œil sur leurs enfants. L’espace de jeux réunit toutes les classes sociales et origines. Les espaces végétalisés sont moins fréquentés et des jeunes filles s’assoient sur le gazon pour faire leurs exercices au calme. D’autres forment un cercle pour discuter.

La fin du bassin : lieu de la chute de la petite fille

Analyse : comprendre les interactions sociales régies par les seuils avec Jane Jacobs

Par notre ballade, nous nous sommes rendu compte que ce parc touchait un public très diversifié. On peut y voir des familles, des étudiants, des passants, des gens y faisant leur shopping. C’est d’ailleurs cette pluralité qui fait la force de ce parc. Celle-ci est d’ailleurs voulu dés le début du projet, avec prés de 40% de logements sociaux, une résidence étudiante, des entreprises et un centre commercial, le tout à proximité directe du centre donc traversé par des piétons. La diversité des usagers et des pratiques fait-il un bon parc ? Selon Jane Jacobs, effectivement :

« Et si nous cherchons où se trouvent les endroits d’une ville qui sont les plus recherchés par ses habitants, nous découvrirons que ces lieux enchanteurs sont rarement situés à proximité immédiate d’une fonction unique occupant beaucoup de place. » Chapitre 14 la malédiction des frontières désertes. C’est aussi l’avis d’une mère de famille, Nathalie Makéna via l’application google avis. « Galerie commerciale accueillante et joliment décorée. Parc à proximité pour les enfants idéal. Grand choix de boutiques pour achats et se restaurer »

De manière générale, c’est bien le cumul des avantages qui est mis en avant dans les bonnes notes attribuées à la caserne de Bonne.

On remarque que certains usagers se retrouvent plus dans certaines parties du parc. Les seuils peuvent-ils l’expliquer ? Concernant les familles, on les retrouve particulièrement autour du terrain de jeux pour enfants qui est très populaire. Celui-ci, en dehors de ces qualités ludiques et végétales, est relativement enclavé ce qui facilite la surveillance des enfants par les parents. Premièrement, le seuil sonore est très différent de l’ambiance routière. Les bâtiments écartent la rumeur de la ville et créent ce sentiment d’être dans un patio. Instinctivement, les usagers sont apaisés. Au sud, le terrain de jeux est délimité par un bloc d’immeubles. Au nord, le bassin doublé d’un chemin large et d’une étendue de plantes aquatiques est une frontière plus que symbolique. On remarque que les terrasses en bois, au bord du bassin, se situent sur l’autre rive afin d’éviter d’attiser la curiosité des enfants à se pencher au dessus de l’eau. Des bancs sont situés tout autour des jeux afin que les parents puissent s’y installer. Situés sur une butte, les enfants sont visibles. Cette mise en scène des plus jeunes donne une identité à la place et diffuse une atmosphère sympathique. Ainsi, il permet aux passants situés sur l’autre rive de profiter de ce joyeux spectacle sans être mal-vu par les parents. La distance et le bruit de l’eau permet par ailleurs d’atténuer les cris des enfants qui peuvent être perçus comme désagréables. Ce spectacle attire d’autres passants s’installant ainsi avec plaisir sur les pontons en bois. Cette imbrication d’intérêts fait d’ailleurs écho à certains propos de Jane Jacobs

« Cette dernière constatation, à savoir que la vue d’une foule attire une foule encore plus grande, est une donnée à laquelle les urbanistes et les architectes semblent être hermétiques. Ils fonctionnent sur le présupposé suivant: les gens des villes recherchent avant tout la vue du vide, de la paix bien ordonnée et de la tranquillité. Rien n’est moins vrai car on constate partout, dans toutes les grandes villes, qu’à l’évidence les gens aiment observer l’activité de leurs semblables  »p. 48 chapitre 2  la rue et la sécurité.

De plus, ces nouveaux usagers sont tout autant des gardiens des enfants qui jouent dans le parc. C’est dans cette relation gagnant-gagnant que l’on peut utiliser le principe de co-veillance, c’est-à-dire d’une sécurité assurée par chacun

«la co-veillance et l’auto-discipline pour assurer la sécurité de la rue peut sembler très contraignant, mais il n’en est rien en réalité. La sécurité est en effet garantis au mieux, sans effort visible et avec le minimum d’hostilité ou de suspicion, là où, précisément, les gens circulent avec plaisir et sont très peu conscients du fait qu’ils assurent eux-mêmes la police. » Jane Jacobs p47 chapitre 2 la rue et la sécurité.

C’est le seuil, symbolisé par le bassin qui permet d’ailleurs d’optimiser au maximum cette relation gagnant-gagnant entre les familles et les autres usagers. D’un côté ces « spectateurs » sont une sécurité de plus pour les familles, sans qu’ils ne soient perçus comme menaçant car situés à une distance symbolique importante : de l’autre côté du bassin. En triant les flux avec délicatesse, il augmente le sentiment de sécurité des familles. De l’autre côté, le bassin permet d’atténuer la nuisance sonore des plus jeunes, voire même de la rendre unique et agréable en étant mélangée au son de l’eau. Le seuil permet d’optimiser les avantages qu’ont ces deux groupes sociaux : spectateurs et familles à se côtoyer et atténue les nuisances.

Au bout, le triangle du bassin se referme progressivement et fait place à un autre type de seuils : des pierres comme des plots permettant aux enfants de s’amuser à sauter dessus. Cet espace n’est pas défini comme un espace de jeux, mais les enfants l’utilisent tel quel. Il fait écho à un article du New York times “In Britain’s Playgrounds, ‘Bringing in Risk’ to Build Resilience” de Barry Ellen. Ces espaces sont relativement dangereux mais l’enfant en s’y confrontant découvre les limites de son corps, apprend à évaluer les conséquences de ses actes. Cet espace autorise par ailleurs l’enfant à aller dans « le bassin » bien que celui-ci ne soit plein d’eau. Cette permissivité peut éviter de nombreuses catastrophes, les enfants assouvissant leur soif d’aller dans le bassin en sautant de pierres en pierres. Ici, le seuil est un espace d’apprentissage et effectue la couture entre les deux rives avec malice.

A une autre échelle, c’est la multiplication des publics, permise par la diversité des choses à faire, organisés par les seuils qui rend l’espace populaire et attractif.

« Lorsqu’une rue possède ce qu’il faut pour s’ouvrir sur l’extérieur, lorsque, dans cette rue, le domaine public se trouve clairement démarqué du domaine privé et que les activités, comme les yeux, y sont suffisamment nombreux, les étrangers y sont bienvenus en grand nombre.» Jane Jacobs p51 Chapitre 2 la rue et la sécurité

En s’attardant sur ce seuil qu’est le bassin et sur sa fonction structurante d’usages, nous avons pu voir qu’il distribue finement les rôles que chacun occupe dans ce grand théâtre qu’est l’espace public.

Effets de seuils et occupations du parc, un après-midi ensoleillé, au printemps 2018

Bibliographie

Battude laurine Jannin Marine 2012 Le seuil urbain passeur d’ambiances

Barry Ellen 10-03-2018 In Britain’s Playgrounds, ‘Bringing in Risk’ to Build Resilience New York Times

Carrel François, 2012 A Grenoble, la caserne de Bonnes n’a pas que du bon Article Libération

Jacobs Jane 1967 déclins et survie des grandes villes américaines

Long Nathalie et Brice Tonini 2012 Les espaces verts urbains : étude exploratoire des pratiques et du ressenti des usagers revue vertigo

Cite this article as: akbari, "Une diversité d’usages structurée par des seuils « passeurs d’ambiances » : le cas du bassin de la Caserne de Bonne," in Le Cresson enseigne, 22/11/2018, https://ehas.hypotheses.org/1967.






Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.