Voir le monde qui défile

La galerie marchande, avril 2018.

Tous les jours nous traversons différents espaces. Chacun à son allure, par des modes de transports divers et variés. Nous l’occupons et l’animons. Nos déplacements rythment notre vie. L’appréhension et la compréhension d’un lieu se fait principalement par la vue. Le regard est si familier pour celui dont la vue est normale que nul ne le questionne1. A chaque instant, de manière active ou induite, nous regardons le monde qui nous entoure. Pourtant, à pied, à vélo, ou encore en voiture, nous ne percevons pas la même chose, nous ne retenons pas le même niveau de détails.

La question de la perception des objets et de notre environnement est essentiellement abordée par les neurosciences et les sciences cognitives2. Pour point de départ, il semble important de rappeler brièvement comment fonctionne le regard.

Un objet est visible car il reflète la lumière du soleil. L’œil, véritable caméra organique, enregistre et transmet l’information au cerveau. Par le système perfectionné de la vision, nous pouvons percevoir, sans saccades, un minimum de vingt-quatre images seconde. En dessous de ce seuil, nous perdons la continuité visuelle. Par exemple, un film d’animation avec seulement dix images seconde ne nous paraîtrait plus un film mais un simple enchaînement d’images semblables. Ce phénomène s’explique par le fait que la vision demande à l’organisme un temps de traitement de l’information entre la réception de l’image lumineuse sur la rétine et sa transmission au cerveau par le nerf optique. Ainsi, la vision n’est pas instantanée et demande à l’œil de nombreux mouvements pour construire les formes. En nous déplaçant, lorsque notre regard est mobile, ce phénomène se complexifie.

En tant que futures designeuses urbaines nous nous interrogeons. Que voyons-nous durant nos déplacements ? Que gardons-nous en mémoire ? Comment qualifions-nous un espace après l’avoir traversé ? Concentrées sur la relation entre perception visuelle et vitesse de déplacement, nous sommes allées à la recherche des seuils. Par seuil, nous entendons le moment à partir du quel notre vision s’altère. Sans prétendre à une réponse, nous proposons une interprétation personnelle et ouvrons les réflexions. Peut-on se laisser gouverner par notre environnement et adapter notre allure pour en apprécier la spécificité ? Quelle influence a le design urbain, l’architecture et le travail paysager sur notre vitesse de déplacement ?

Nous avons mené notre étude sur le site de la Caserne de Bonne. Cet écoquartier situé au cœur de Grenoble offre de nombreux services (parc, cinéma, commerces, bureaux, logements…) jouissant ainsi d’une forte attractivité. En effet, chaque jour, le site est utilisé et traversé par des centaines d’individus. Nos observations ont permis d’identifier des espaces aux ambiances distinctes. Chacun d’eux se caractérisent par leurs rythmes et par les pratiques en présence. Les modes de déplacement semblent s’adapter à l’environnement et à sa configuration tout comme les usages.

A travers l’œil mécanique de l’appareil photographique, nous avons capturé les mouvements des usagers. Nous avons cherché à rendre compte de leur vitesse par cinq prises de vue superposées grâce à un montage. Effectuées toutes les deux secondes durant dix secondes, ces photographies permettent de figer le déplacement d’une personne dans un laps de temps donné. Le choix du médium est évident. L’appareil photographique est un système mécanique basé sur le fonctionnement de l’œil humain. Par les biais de capteurs photosensibles, il enregistre l’image que l’œil, lui, laisse s’effacer. Ainsi chaque visuel reflète l’activité du lieu. Nous percevons l’importance d’une présence et/ou l’effacement dus à son passage. La réalisation de ces « photo-mouvements » permet en tant qu’observateur de faire un constat. Plus nous traversons rapidement un espace, moins notre présence se perçoit. Il semblerait qu’avec un déplacement lent nous gagnons donc en visibilité et en netteté. Mais qu’en est-il de notre propre vision ?

Pour le savoir nous avons fait dialoguer ces témoignages photographiques avec nos impressions. Placées de part et d’autre, ces retranscriptions textuelles livrent nos souvenirs et nos sensations vis à vis de l’environnement. Leur production est le résultat de nos expérimentations. Chacune de notre coté, nous avons pratiqué les quatre sites choisis de la Caserne de Bonne. Jouant avec les modes de déplacement et notre allure, nous avons tenter de rester attentives à notre perception visuelle. Que retenons-nous ?

L’ESPLANADE DU GENERAL ALAIN-LE-RAY

Ouvrant sur le boulevard Gambetta, cette vaste place nous offre un plan relativement vide. Les skateurs et usagers à roulettes en ont fait leur terrain de jeu. Beaucoup la traversent, peu se posent. On se contente des bords, des pelouses. Cet espace sans obstacles permet d’aller vite sans craintes ni peurs. Le rythme et la symétrie des façades accentuent son horizontalité.

Esplanade du Général Alain-le-ray, avril 2018.

LA GALERIE MARCHANDE

Passage à ciel ouvert, il s’apparente à une rue piétonne. Plutôt étroit, il reste tranquille malgré son utilisation par quelques cyclistes. Les vitrines des magasins viennent habiller les parois. On passe doucement en prenant le temps de regarder ce qui attire notre regard.

La galerie marchande, avril 2018.

LE JARDIN DES VALLONS

Connu pour son agréable plan d’eau, ce parc urbain est un lieu de loisirs et de détente. Des jeux pour enfants, de vastes pelouses, des arbres et du relief, nous avons envie de s’y arrêter. Il est le cœur de la Caserne, le lieu privilégié pour se retrouver.

Le jardin des vallons, avril 2018.

RUE BERTHE DE BOISSIEUX

Grande ligne droite bordant la galerie marchande, on observe une co-présence de voitures, de cyclistes et de piétons. Les allures sont plutôt rapides malgré la régularité des arrêts occasionnés. Cette voie est utilisée pour contourner.

Rue Berthe de Boissieux, avril 2018.

Nos observations ont révélé l’impact de la vitesse sur notre perception. Plus nous allons vite, moins nous percevons les détails. De la visite d’un lieu, nous gardons en mémoire un sentiment, une impression. Lorsque nous nous arrêtons, notre regard prend le temps de glaner l’information, nos connaissances gagnent en précisions. De plus, nous avons remarqué que certaines choses retiennent plus l’attention. L’architecture, l’affichage publicitaire, le design urbain, les vitrines commerciales, tous regorgent de créativité et d’ingéniosité pour nous faire tourner la tête. A travers ce travail nous avons donc identifié différents rythmes de déplacement au sein du site de la Caserne de Bonne. Il paraît juste de dire que dans l’imaginaire collectif, la Caserne de Bonne est essentiellement un parc et une galerie marchande. Pouvons-nous assimiler cette idée au fait que ces deux espaces sont certainement ceux que l’on traverse le plus lentement ?

S’interroger sur la question du seuil de perception visuelle permet une réflexion sur la manière d’aménager un espace. L’urbaniste a-t-il un rôle à jouer dans le ralentissement de nos modes de vie ? Une recherche plus poussée, une analyse plus fine et la compréhension parfaite de notre système de vision permettrait peut-être d’établir plus précisément des limites et de mieux comprendre l’impact de l’environnement sur nos sentiments. Urbanistes, architectes, aménageurs, il semble important de se diriger vers des approches sensibles de l’espace pour mettre en place les stratégies de demain. Grâce à une attention portée sur nos sens, nous pouvons améliorer notre travail et peut-être toucher les usagers dans leur urbanité.


1 Levitte Agnès, « La perception des objets quotidiens dans l’espace urbain », thèse de doctorant en esthétique, sous la direction de Jean-Marie Schaeffer, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2010.

2 Rebetez Cyril, « Les mouvements oculaires et la localisation spactiale lors d’un déplacement », Mémoire de licence en psychologie sous la direction M. Flückiger, Genève, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation.

Cite this article as: Bourduge Amélie & Richaud Marine, "Voir le monde qui défile," in Le Cresson enseigne, 22/11/2018, https://ehas.hypotheses.org/2014.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.