Au contact des seuils d’ambiance

« Peu à peu, comme par hasard, sans y penser, sans qu’à aucun instant on ait été en droit d’affirmer avoir perçu quelque chose comme une transition, une coupure, un passage, une solution de continuité, le sentier devenait pierreux, c’est-à-dire que d’abord il n’y a avait que de l’herbe, puis il se mettait à y avoir des pierres au milieu de l’herbe, puis il y avait un peu plus de pierres et cela devenait comme une allée dallée et herbue », Georges Perec

« La sensibilité est l’élément moteur qui articule tout le déplacement. En tenant compte des différentes ambiances rencontrées, elle privilégie des trajets, module le rythme, crée des ruptures… Elle organise la marche en une série de séquence. » MANGEOL François, revue AZIMUTS, n°34, L’imaginaire de la mobilité, mai 2010

Dans le cadre du cours « urbanités et ambiances de l’espace public », nous nous sommes interrogées sur les notions d’ambiances et de seuils avec comme territoire d’exploration le Caserne de Bonne de Grenoble.
Dans cette exploration des ambiances, la question de la matérialité a été notre fil directeur. Les matériaux se multiplient à la Caserne notamment au sol. Ils semblent définir des zones d’usages et d’ambiances variées elles-mêmes composées de sous-zones amenant de nouvelles variations d’ambiances et de pratiques. Nos explorations ont eu pour finalité l’élaboration de cartes sensibles représentant notre expérience de la matérialité de la Caserne de Bonne, qui nous ont aidé à comprendre le rapport qui peut exister entre matérialité du sol, seuils et ambiances.

Nous avons mené cette expérience en deux temps : le temps de l’exploration sur site, et le temps de construction des cartes sensibles et de la carte des seuils qui nous ont servi de support de réflexion.

La première phase d’exploration a été une phase d’approche, une déambulation hasardeuse dans la Caserne de Bonne au gré des éléments qui nous attiraient afin d’appréhender les lieux. Nous cheminions sans but précis avec pour unique objectif de nous familiariser avec les lieux. C’est au cours de cette phase que la question du sol et de sa matérialité nous a semblé être un élément important de la constitution des ambiances du quartier et que nous avons fait le choix d’en faire notre sujet d’études. Avec cette première prise de contact qui nous a donné un aperçu rapide des différentes zones et ambiances qui composent la Caserne, nous avons élaboré notre parcours, le cheminement que nous avons effectué durant l’expérience a proprement parlé. Le parcours a été choisi de manière à ce que nous marchions sur le plus de sols différents. Un parcours qui nous semblait franchir le plus d’ambiances et donc le plus susceptible de comporter des seuils.

La deuxième phase a été la phase d’expérimentation. Nous avons effectué le parcours ensemble, parallèlement l’une de l’autre, la première chaussée, la seconde pieds nus, en nous filmant en train de marcher, le regard focalisé sur le sol et nos pieds.

Nous sommes parties du magasin « H&M » pour traverser la galerie extérieure et continuer notre parcours à l’intérieur du centre commercial. Nous sommes ressorties par la première porte à gauche, qui nous a mené au pied du pont en bois, que nous avons franchipour arriver dans le jardin. De là, nous avons pris à droite pour nous enfoncer à l’intérieur du jardin jusqu’à la butte de jeux. Une fois passées de l’autre côté, nous nous sommes retrouvées au pied du bassin, de l’autre côté du centre commercial. Nous avons alors fait demi-tour en longeant le jardin pour passer devant le cinéma. Puis, nous avons grimpé en haut de la butte de jeux pour enfants. Nous sommes ensuite redescendues de l’autre côté, nous avons traversé le porche pour arriver sur l’esplanade Alain le Ray. Nous avons traversé l’esplanade puis la route, pris à gauche, longé le parc et enfin retraversé la route afin de revenir à notre point de départ.

Le film répond a deux impératifs. Le premier étant qu’il nous permet de garder une trace de l’expérience et de pouvoir sur le moment faire un retour, observer nos démarches, nos micro-mouvements, les éléments et les obstacles rencontrés, nos réactions face aux différents matériaux, etc. Nos gestes, notre façon de nous tenir, de marcher, de passer d’un sol à un autre sont révélateurs des ambiances que nous traversons, des seuils entraperçus et de l’impact de la matérialité du sol sur nous, nos pratiques, nos choix, nos façons d’être et de nous mouvoir. (Le deuxième est de filmer nos pieds en marchant ce qui nous obligeait à rester concentrer sur le sol, à ne pas nous laisser distraire par d’autres éléments qui viendraient potentiellement biaiser nos réactions. Ainsi, nous étions obligées de fixer notre attention sur notre démarche, où nous posions les pieds, ce que nous ressentions à cet instant précis. Notre regard étant fixé sur l’endroit où nous nous tenions et il nous était impossible d’anticiper les prochains pas. Cela donne des réactions sur le coup et quelques surprises.

Nous avons fait l’expérience de ce parcours selon deux modes : l’une de nous deux, Laura, était pieds nus donc en contact direct avec le sol et la deuxième, Julie, était chaussée donc en contact indirect. Pourquoi avoir distingué deux modes ? Nous avons émis l’hypothèse que chaussée, il est difficile de ressentir exactement les transitions entre les différents matériaux. Les sensations perçues par les pieds sont biaisées, du fait des semelles qui amenuisent les ressentis. Alors que, pieds nus, nous sommes plus sensibles aux textures, à la surface sur laquelle nous marchons, mais aussi à la propreté et au danger que peuvent représenter certains matériaux ou certains éléments que l’on trouve au sol. Deux notions qui viennent enrichir et complexifier notre perception des sols et des ambiances et que nous ne prenons en considération généralement que lors de certaines pratiques comme par exemple s’asseoir. Être pieds nus oblige à être plus attentif à là où nous posons nos pieds, plus prudent. Le ressenti est plus fin, précis, exacerbé. Il nous semblait donc intéressant d’analyser nos ressentis selon ces deux modes et de les comparer pour voir si les ambiances et les seuils perçus sont les mêmes ou pas. Toutes ces observations et remarques faites durant l’exploration ont été compilées dans un récit écrit de notre expérience, chacune ayant fait le sien. Ce récit a pour vocation de verbaliser les sensations ressenties, d’indiquer la nature des espaces traversés, de rendre compte des choix effectués, leurs raisons et leurs conséquences. Cette phase d’exploration, le récit de notre expérience et le retour sur le moment, en observant nos comportements à travers la vidéo, nous a permis d’élaborer deux cartes sensibles, une pour chacune de nous, de notre parcours dans la Caserne.

La troisième phase a eu pour objectif d’établir un point de comparaison. Pour connaître l’impact du sol sur notre perception des ambiances et des seuils, nous avons refait le parcours mais cette fois sans nous focaliser sur un seul sens, mais en nous appuyant sur nos sensations et nos impressions globales et en nous questionnant sur les composants, les lieux, les temps de passage d’une ambiance à une autre, en essayant de définir où se situait le seuil, ses rives et qu’elle était son épaisseur. Nous avons ainsi élaboré une carte des seuils sur laquelle nous avons marqué par un simple trait les rives de ces seuils. En la superposant aux cartes sensibles nous avons pu noter à quel moment le changement de matériaux et de sensations au niveau du sol et de nos pieds correspondait avec un seuil ou non.

Parcours effectué dans le quartier de Bonne, Grenoble

A gauche, Laura, pieds nus. A droite, Julie, chaussée.

Récit de Julie

Chaussée, on se pose beaucoup moins de questions, on avance et c’est tout. En effet, les craintes sont moindres du fait du contact non direct avec le sol. Quelques fois, on fait quand même attention à ne pas marcher dans une trop grosse flaque d’eau ou dans l’herbe boueuse, au risque de salir ces bottines. En chaussures, tout est beaucoup moins perceptible (c’est un peu le principe des chaussures vous me direz), bien qu’avec un peu d’attention on arrive à percevoir le passage d’un matériau à un autre. Ce qui nous permet de distinguer les transitions des matériaux, ce sont généralement leurs textures qui sont plus ou moins fines.

Notre point de départ qui se fait à l’entrée de la caserne (galerie)

Le passage de l’extérieur à l’intérieur de la Caserne de Bonne se ressent tout particulièrement, notamment du fait des changements de textures du sol ; en effet, on passe d’une texture plutôt granuleuse (goudron), à une texture striée (porte d’entrée), à la moquette (tapis) pour passer à une texture très lisse, voir glissante en chaussures (le carrelage intérieur). Malgré que je sois en chaussures, marcher sur les moquettes en entrée et sortie de la caserne procure une sensation qui m’est très désagréable et plutôt instable, agrippante. Ce qui est aussi intéressant, c’est que ce « lisse », qui peut être agréable pieds nus, ne l’est cependant pas vraiment en chaussures : c’est glissant et pas rassurant ; ma première réaction a été de me dire qu’il ne fallait pas que je marche trop vite et heureusement qu’il ne pleut pas parce que le sol peut vraiment devenir dangereux, surtout si l’on porte des talons. Ces différentes textures nous amènent vers un changement d’ambiance, me faisant comprendre que je viens de passer un nouveau seuil. Celui-ci est fin mais bien perceptible et se fait ressentir de la même façon lorsque l’on sort de la caserne.

Chaussée, le passage du goudron au gravier se ressent également ; en effet, sur le gravier les chaussures sont moins stables, du fait des petites cailloux que l’on ressent sous la semelle. La transition entre ces deux espaces je l’ai particulièrement bien ressentie, notamment avant la traversée du ponton en bois (du bassin de la caserne) mais aussi après la traversée. On passe d’une texture agréable en chaussures et plutôt lisse (le goudron) à une texture qui l’est moins et où j’ai l’impression que chaque pas est incertain du fait de l’irrégularité du gravier. Cependant, les textures étant moins perceptibles, elles ne témoignent pas, pour mon cas, d’un changement d’ambiance et de seuil.

D’autres seuils sont cependant plus épais. C’est le cas du pont qui traverse le bassin. Il s’agit d’un seuil que l’on qualifie de passeur d’ambiance : on ressent parfaitement ce basculement d’un espace à un autre. D’ailleurs, je ressens un peu comme une tension lorsque je traverse le pont, tension qui se manifeste du fait des lattes de bois qui apportent un rythme répétitif à l’espace, mais aussi du fait que le pont soit légèrement surélevé en son centre. Le seuil se délimite par les deux extrémités du pont.

Les marches que nous empruntons pour accéder au terrain de jeux pour enfants représentent également un seuil épais et long dans le temps, nous conduisant d’un espace à un autre (passeur d’ambiance). Un changement d’ambiance se fait particulièrement ressentir en haut des marches, au mont de la petite bute de jeux pour enfants. Ce changement d’ambiance se manifeste par le changement de texture des matériaux utilisés au sol mais aussi par l’élévation qui apporte un élément visuel différent, et qui nous procure par la même occasion une sensation de supériorité et de domination sur l’ensemble du parc. L’élévation, ressentie lors de la montée et de la descente, témoignent des extrémités du seuil. Chaussée, le matériau utilisé entre les marches est plutôt agréable à la marche ; sa souplesse et son élasticité viennent épouser les formes de la chaussure et ainsi permettent aux pieds de s’enfoncer très légèrement dans le sol. Cette sensation n’est perceptible à aucun autre endroit du parc, la rendant ainsi unique.

La liaison entre le parc et l’esplanade se fait par un petit porche d’une quinzaine de mètres, qui joue le rôle de passeur d’ambiance. Il s’agit d’un seuil épais et bien perceptible par le matériau du sol utilisé, mais aussi par une perception visuelle assombrie. Les stries des dalles en béton viennent rythmer et cadrer notre déplacement. Cette sensation est quelque peu similaire à celle ressentie sur le pont (lattes). Un jeu de lumière s’observe cependant sous le porche, passant d’un espace lumineux à un espace sombre et frais, pour ressortir sur l’esplanade illuminée.

L’esplanade quant à elle à une apparence visuelle irrégulière au niveau des matériaux du sol qui viennent se répéter les uns après les autres. Cette irrégularité nous désoriente visuellement, donnant envie d’enjamber certaines textures. Pourtant, ces textures ne sont pas autant perceptibles lorsque l’on est chaussé que ce qu’elles sont visuellement. Elles viennent plutôt gêner notre lecture de l’espace.

Ce qui m’a procuré la sensation la plus désagréable en chaussures, ce sont les bandes d’éveil à la vigilance, qui ont pour but d’informer et d’alerter tout danger pour les déplacements des personnes malvoyantes. La résine et le granulat utilisé procurent une sensation très désagréable et plutôt douloureuse, comme si on marchait sur des petites bosses très rigides. Elles représentent également un obstacle visuel à la marche, et témoignent de l’entrée dans un seuil, qui ici est la route.

Nous avons tellement l’habitude de marcher chaussé dans les espaces urbains, que nous ne prêtons même plus attention à leur composition ni aux seuils que nous traversons. Cependant, en prêtant un peu d’attention à ces espaces, il est bien possible de ressentir leurs textures, les ambiances qu’ils procurent et les seuils qu’ils peuvent créer directement ou indirectement.

Récit de Laura

La marche pieds nus change notre rapport au sol. Deux notions très fortes entre en jeu : la peur de se blesser, de se couper sur un bout de verre, et la peur de se salir ou plutôt de marcher sur une matière pas très agréable pour ne citer que celle laissée par les chiens sur nos trottoirs et nos pelouses, sans compter les chewing-gums. C’est le cas du passage couvert qui permet de passer d’un parc à l’autre. Le matériau au sol a beau être beaucoup plus agréable que les graviers qui détruisent les pieds et vous obligent à marcher précautionneusement d’une démarche hésitante, maladroite et instable, le nombre de chewing-gums et de mégots qui jonchent le sol rend la traversée bien plus désagréable encore. Marcher pieds nus m’a poussée à être beaucoup plus attentive à l’endroit où je posais le pied et plus prudente. De nombreuses zones sont jonchées de bouts de verre, mélangés au graviers, il n’était pas toujours aisé de les éviter. Je plains les animaux à quatre pattes qui viennent se promener par là. Sans compter les mégots de cigarettes dans l’herbe. Pour une zone où beaucoup de gens viennent s’asseoir par terre, ce n’est pas très agréable.

Le début du parcours n’a rien de remarquable. L’uniformité du revêtement, les rainures d’évacuation des eaux de pluie qu’il faut enjamber régulièrement semblent étirer l’espace. La traversée m’a semblée étonnamment longue. Et j’ai l’impression d’avoir croisé beaucoup de bouches d’égout pour la taille de cet espace. Certains changements de matériaux ajoutés à certains éléments créent une sensation de rupture, une limite nette. C’est le cas à l’entrée du centre commercial où le passage est fortement marqué. Par la large porte en premier lieu dont le système de fixation encastré dans le sol, pieds nus, s’enjambe. Puis, on arrive sur le tapis, bienvenue pour s’essuyer les pieds et se débarrasser du sable et des petits cailloux si désagréables lorsque l’on marche. Passer sur un tapis est courant lorsque l’on pénètre dans un intérieur. Il est indicateur du changement d’espace et d’ambiances mais joue fortement sur la manière dont le matériau suivant est perçu. Sachant que j’étais à l’intérieur d’un bâtiment, je me suis sentie tout de suite plus à l’aise pour marcher librement, en faisant moins attention, en allant plus vite (retrouver un semblant de démarche normale) et plus légitime de marcher pieds nus. Une impression renforcée par le matériau très lisse et dur, et la sensation de marcher sur une surface propre qu’il procure. Si la délimitation entre les terrasses des restaurants et le pont est particulièrement marquée puisque qu’une gouttière de récupération d’eau est positionnée à l’interface des deux matériaux et nécessite d’être enjambée pour monter sur le pont (surtout que comme il avait plu cette nuit là, une belle flaque s’était formée), une fois dessus la sensation d’être dans un entre-deux, d’être encore dans le passage est forte. Le bois est doux sous le pied, l’instant est comme une respiration. Le passage d’une ambiance à une autre est nettement ressentie, mais l’éloignement des rives floute la perception du seuil. Cette impression est peut-être due à l’image que l’on a du pont, un lien entre deux rives qui n’est pas vraiment une ambiance en soi ou en tous cas pas à cette échelle. La traversée du jardin et le passage devant le cinéma ont été les plus compliqués, marcher sur les graviers étant particulièrement douloureux. J’ai d’ailleurs pris plusieurs fois des chemins alternatifs parallèles, ne déviant que d’un mètre ou deux de la trajectoire prévue que suivait scrupuleusement Julie. Le rebord du bassin a ainsi été un moment bienvenue entre deux phases désagréables de cailloux. L’herbe aussi a été une option. Mais cela ne s’est pas révélé être une idée très fructueuse. Le matin où nous sommes allées à la Caserne de Bonne, il avait plu pendant la nuit et les parties herbeuses encore à l’ombre étaient toujours gorgées d’eau. La première partie où j’ai marché dans l’herbe, une zone qui se trouvait chanceusement au soleil, a été un bienfait après les graviers. Mais cela ne m’a pas étonnée. J’ai ressenti la sensation exacte à laquelle je m’attendais. La deuxième partie par contre, a été une surprise de taille et une fausse bonne idée. La zone était à l’ombre, l’herbe humide et la terre glacée et boueuse. Le premier pas dans cette substance molle n’a pas été enthousiasmant et à la vue d’un chien qui faisait ses besoins dans l’herbe à quelques mètres de moi, je me suis demandée pendant quelques secondes dans quoi avais-je réellement mis les pieds. Heureusement, ce n’était que de la terre, mais à partir de ce moment là, je n’avais plus qu’une idée en tête, sortir de là le plus rapidement possible. Passer par la bande de graviers qui fait la démarcation entre le jardin et le reste de la Caserne a été une torture à chaque fois. C’est joli, ça délimite bien mais c’est tout. Et comme après l’herbe, j’avais les pieds boueux, les graviers sont venus se coller. Je me suis essuyée je ne sais combien de fois les pieds au cours du parcours. A chaque fois que le sol me semblait un peu moins caillouteux que le précédent. Marcher sur l’EPDM au niveau des jeux pour enfants a été relativement satisfaisant. La surface est légèrement rebondissante, on s’enfonce un peu, c’est sympa. Par contre, elle accroche. Arrêt d’après, le porche, permettant de passer du jardin à l’esplanade. Et au regard de l’état du sol, il doit être le lieu privilégié de rencontre, de discussion, de goûter et d’apéro. Le sol est jonché de vieux chewing-gums, de débris de verre, de mégots et de papiers. Un passage qui a été assez délicat à traverser pieds nus et vraiment pas agréable alors que j’étais pressée d’y arriver après le revêtement de la route, heureuse de sortir enfin de la zone caillouteuse. Avec cette première partie du parcours, on a eu droit à toutes les textures rugueuses, granuleuses et caillouteuses de sol que le concepteur de la Caserne a dû trouver. Je viens souvent ici et jusque là, j’avais trouvé ça toujours assez sympa tant que l’on n’est pas obligé de marcher pieds nus. L’esplanade. Au rythme de la marche, les changements de matériaux semblent frénétiques. A peine un pas est fait que le prochain nous emmène sur une surface différente. A une bande d’un matériau lisse et doux (j’adore), succède une bande d’un matériau imprimé d’un motif en trois dimensions, à laquelle succède à son tour une bande granuleuse (pour changer !) pas très agréable composée de graviers et cailloux agglomérés grossièrement, et ainsi de suite. A fixer le sol, j’en ai le tournis. Au bout de l’esplanade, il y un groupement d’arbres qui perdent de petits fruits, qui viennent joncher le sol à moitié écrasés par les centaines de pieds passés par là, dans des états plus ou moins avancés de décomposition. Je râlais précédemment après les chewing-gums et les mégots mais ça, c’est pire. Étonnamment le passage piéton est un moment détendu. Les bandes blanches sont toutes douces, c’est très agréable. Le trottoir n’a pas le revêtement habituel, c’est dommage celui là est plus rugueux, mais il fait plus propre aussi. Et au final je crois que je préfère l’impression de propreté au confort. On arrive enfin au bout du parcours, la transition entre le trottoir et le revêtement de la Caserne est impressionnante. La sensation de pénétrer à l’intérieur de quelque chose est presque aussi forte que lors du passage de la porte pour rentrer dans la partie couverte du centre.

« Le seuil : passeur d’ambiances », Marine JEANNIN

La mise en récit de notre parcours, nos réflexions sur les sensations éprouvées, le travail effectué après coup et le retour sur notre expérience nécessaire à la réalisation des cartes, amènent des questionnements et des intuitions nouvelles.

Souvent pour distinguer deux espaces aux usages différents, parfois par nécessité technique, parfois par volonté d’esthétisme, de confort ou pour permettre certaines pratiques, les matériaux nous renseignent sur la vocation d’un espace et les pratiques envisageables. Pour un concepteur, les raisons de choisir un sol et d’en changer sont nombreuses et variées. Parfois le changement de nature du sol sous nos pieds est le marqueur le plus important d’un changement d’espaces et d’ambiances, alors qu’à d’autres moments, si tous nos sens nous montrent que l’on vient de basculer dans une ambiance nouvelle, les sensations transmises par nos pieds ne nous permettent pas d’affirmer ou d’infirmer ce changement. Le seuil physique se ressent comme l’épaisseur d’espace qui connecte deux ambiances, deux espaces attenants mais de nature différente. Il semble à la fois être un basculement et un lien, un entre-deux avec un avant, un après mais aussi un pendant. C’est cette épaisseur du seuil qui nous interpelle, ce point de renversement qui nous fait passer d’une ambiance à l’autre. Selon l’expression de Marine JEANNIN, le seuil est un « passeur d’ambiances » que nous expérimentons de deux manières : par le fait de passer le seuil, le franchissement, et par le fait d’être dans ce seuil, la stase. Le seuil peut-être séquentiel et des seuils peuvent se succéder.

Comment la matérialité d’un espace, la nature de son sol, les sensations qu’il nous procure, les informations qu’il nous renvoie participent à la mise en place d’ambiances et leur compréhension de notre part ? Un changement de sol indique-t-il toujours le passage d’une ambiance à une autre ou un seuil ? Et le passage d’une ambiance à une autre implique-t-il toujours un seuil ? Si seuil il y a, de quelle nature est-il ? Comment s’inscrit-il physiquement dans l’espace ? A-t-il une matérialité, une ambiance qui lui est propre ? Comment articule-t-il deux ambiances, par quels matériaux, éléments, processus, séquence ? Et surtout, comment le ressent-on nous ?

Pieds nus les variations de sol sont particulièrement palpables et les sensations ressenties cloisonnent énormément les pratiques envisageables : on ne marche pas pieds nus partout et n’importe comment au risque de se faire mal ou d’avoir quelques désagréments. Dans la pratique courante de lieux publiques ou extérieurs qui se fait chaussé, les sensations sont atténuées, lissées, les perceptions au niveau des pieds se font moindres, mais surtout la nature du sol, excepté en de rares occasions type verglas, sable, boue qui présentent une difficulté particulière ou une gêne pour se mouvoir normalement, n’a que peut d’impact et d’importance. La matérialité et les variations de sol vont alors s’apprécier autant visuellement que par le toucher.

Dans notre cas d’étude, le passage d’une ambiance à une autre est souvent caractérisé par un seuil et un changement de matériaux, plus ou moins perceptibles. Le seuil va être perçu comme un changement de matérialité de sol entraînant un changement qualitatif dans la perception des ambiances. Parfois, les frontières sont invisibles, la transition se fait de manière directe et fluide, d’autre fois il n’y a pas de continuité observée dans le passage d’un espace à un autre. Le seuil va être vécu comme une fracture. Dans tous les cas, le passage du seuil peut se faire sur plusieurs mètres comme sur un millimètre.

Le jardin de la caserne est un espace riche d’exemples. En ne tenant compte que des matériaux, on distingue trois zones correspondant chacune à une ambiance différente : la butte rouge dédiée aux enfants, la seconde butte à l’autre extrémité avec son chemin en escargot bordé de végétation haute et le reste du jardin au niveau du bassin avec ses étendues herbeuses où l’on peut se poser et ses chemins en graviers. Les textures et les couleurs marquent des usages : des graviers blanc pour le cheminement, de l’herbe verte pour les espaces de détente, de l’EPDM rouge pour l’espace de jeux pour enfants. Et pourtant, le passage d’un matériau à l’autre ne nous fait pas toujours franchir un seuil. Si c’est le cas pour les deux buttes qui possèdent leur matérialité propre et dont le passage à ce matériau marque clairement le basculement d’une ambiance à une autre, ce n’est par exemple pas le cas à chaque fois que l’on passe des graviers à l’herbe. S’ils définissent chacun des zones d’usages spécifiques permettant certaines pratiques, ils sont les deux composants d’une seule et même ambiance. Par contre, la bande de graviers entourant le jardin fait clairement office de seuil entre le reste de la caserne et le jardin. D’ailleurs, nous avons l’impression d’être réellement entrées dans le jardin qu’une fois la bande entièrement franchie, lorsque nous nous retrouvons à l’intérieur de la zone qu’elle délimite. Le seuil est épais de l’épaisseur de la bande de graviers. La perception et la définition des seuils dépend pour beaucoup de notre positionnement dans l’espace, de notre vision de celui-ci, de notre point de comparaison, du but de notre visite, du point de vue, du référentiel et de l’échelle. Dans notre parcours, nous n’avons fait que marcher. Notre pratique des zones de graviers ou herbeuses était la même et notre objectif identique. L’herbe et les graviers nous ont semblé, à l’échelle de notre parcours, être deux matériaux constitutifs d’une même ambiance, d’une même séquence parmi les nombreuses que nous avons traversé. Pour quelqu’un qui serait venu se poser dans l’herbe, manger, discuter avec des amis par exemple, nous pouvons nous demander si la transition entre les graviers et l’herbe, un espace dédié à la circulation où le mouvement prédomine et une zone où l’on peut s’asseoir, permettant des pratiques variées et des usages plus libres, ne constituerait pas un seuil ?

Cette question du point de vue et du référentiel est revenue tout au long de notre parcours. Dans la dernière partie de notre cheminement, lorsque nous marchions sur le trottoir opposé à celui de la Caserne le long du boulevard Gambetta, elle semblait former un tout unique en contraste avec l’ambiance de la rue. Au niveau du magasin H&M, la limite entre le revêtement du trottoir et celui de la galerie marchande marque une frontière, une délimitation extrêmement forte entre ce qui serait l’intérieur et l’extérieur de la Caserne de Bonne. Nous retrouvons cet effet de frontière à plusieurs reprises. Lors du franchissement des portes qui marque le passage entre le dehors et la partie couverte du centre commercial. Passer par une porte, marcher sur un paillasson sont des marqueurs universels de la transition entre l’intérieur et l’extérieur d’un bâtiment, qui accompagnent le mouvement d’entrée ou de sortie. C’est un seuil conscient qui provient d’une habitude. C’est aussi le cas, avec le franchissement du porche. Même si c’est un seuil épais qui possède son propre espace et sa propre ambiance, il marque indubitablement la transition entre le côté de l’esplanade de la Caserne de Bonne et le côté du jardin. D’autres éléments sont beaucoup plus flous dans leur définition d’un seuil ou non. La rue Lazare Carnot par exemple, qui passe à l’intérieur de la Caserne et que l’on franchit deux fois durant le parcours : avant d’entrée à l’intérieur du centre commercial et avant de passer sous le porche. Si sa matérialité très particulière liée à sa fonction délimite clairement une nouvelle ambiance, si son emplacement entre le jardin et le porche et entre la partie non couverte et la partie couverte du centre commercial, ainsi que la manière dont on l’aborde dans notre parcours où elle ne constitue qu’une séquence entre deux ambiances plus fortes, plus prenantes, tend intuitivement à nous la faire percevoir comme un entre-deux, il est difficile pour autant de la qualifier réellement de seuil. Ce qui rend d’autant plus difficile à qualifier cet espace, ce sont ses rives floues, les semblants de trottoirs qui bordent la route, de tailles variables, qui ont la même matérialité et semblent faire partie intégrante de certains autres espaces piétons de la Caserne comme la zone de terrasses entre le centre et le bassin. La rue est à la fois un espace possédant son ambiance propre et à la fois dans notre parcours, elle constitue une sorte de seuil préliminaire ou secondaire au regard de son importance, dans le passage entre l’ambiance de la galerie extérieur et l’intérieur du centre ainsi qu’entre le jardin et l’esplanade, le second seuil franchit et le seuil principal étant l’ensemble porte/paillasson et le porche. Cette gradation de la perception des ambiances avec certaines ambiances qui prédominent sur d’autres, nous posent des questions sur notre perception de ce qui constitue un seuil. Un seuil est-il prédéterminé, toujours existant ou certains seuils se révèleraient selon l’approche que l’on en a, notre parcours, le but de notre visite ? Certains seuils n’existeraient que dans le cadre d’un parcours précis avec un but précis, dans le fait d’être un lieu de passage obligé pour passer d’une zone avec une ambiance forte, marquée qui nous paraît prédominante ou qui présente un intérêt, notre objectif par exemple, à une autre zone avec une ambiance forte et prédominante ou relevant aussi d’un intérêt particulier dans notre démarche. S’ils n’ont pas d’intérêt particulier dans notre parcours, s’ils ne constituent pas un but ou un point d’arrêt, certains espaces ne sont juste qu’un passage, un entre-deux et en cela ils peuvent constituer un seuil.

Certains espaces semblent exister uniquement dans cet état de transition, dans le fait d’être un passage, un lien entre deux points. Le pont enjambant le bassin, les escaliers du jardin qui permettent d’accéder à certains espaces spécifiques, le porche permettant de passer du jardin à l’esplanade, les passages piétons. Et pourtant, dans le cas du pont par exemple, il n’est qu’une des séquences du seuil. Le bassin fait office de seuil entre l’espace commercial et le jardin. A cet endroit, les seuils semblent s’ajouter et se succéder : la bouche d’égout, la bande de graviers, le pont, la seconde bande de graviers. Le même phénomène est visible au niveau des passages piétons. Alors que la totalité de la rue Lazare Carnot, route et trottoirs compris, formait un seuil faisant la transition entre les deux espaces commerciaux, notre traversée du boulevard Gambetta a été marquée par plusieurs transitions : un premier seuil de quelques millimètres, la limite entre le revêtement de l’esplanade et celui du trottoir, marquant notre sortie de la Caserne, suivi d’un deuxième seuil, le passage piéton, nous permettant de passer d’un côté à l’autre de la route. Les deux trottoirs formant une ambiance distincte. Le changement de matériaux a marqué à chaque fois la rive d’une ambiance et/ou d’un seuil. Cela aurait sans doute était différent si nous nous étions rendues dans le parc de l’autre côté du boulevard. Dans ce cas, nous pouvons émettre l’hypothèse que l’ensemble du boulevard, route et trottoirs compris, aurait constitué le seuil. Il est étonnant de voir comment nos pratiques individuelles, nos ressentis propres, notre expérience intime vient particulariser et individualiser les ambiances et les seuils perçus. Un peu plus haut, nous remarquions que la bande de graviers entourant le jardin constituait un seuil assez marqué. Pourtant, lors de notre parcours, lorsque nous longions le jardin côté cinéma, Laura qui était pieds nus, est passée à un moment donné sur l’herbe pour éviter le revêtement caillouteux particulièrement désagréable et douloureux à cet endroit. Elle a gardé la même trajectoire, parallèlement à Julie, qui au lieu de marcher sur le même sol a préféré translater de quelques mètres à la recherche d’un sol plus agréable. En se faisant, elle a traversé plusieurs fois la bande de graviers. Le fait de marcher parallèlement à la limite avec Julie juste à côté même si elle était située de l’autre côté de la bande de graviers, donc à l’extérieur du jardin, a amoindri la perception qu’elle s’en faisait. Franchir cette bande de graviers n’avait plus vraiment le même impact ni la même symbolique. La sensation de franchir une limite, un seuil était toujours là mais son importance semblait moindre.

En définitive, les seuils sont des objets complexes. Leur perception dépend pour beaucoup du point de vue, du parcours, du but de la personne qui traverse les lieux. Certains prédominent, ce sont des marqueurs majeurs du passage d’une ambiance à une autre et existent quel que soit le référentiel, alors que d’autres ne se révèlent que lors de certaines trajectoires, certaines pratiques ou objectifs. La limite entre deux matériaux distincts est souvent la marque d’un seuil ou d’une rive d’un seuil, mais selon votre parcours, le point de vue que vous adoptez, vous ne les percevrez peut-être pas comme tel.

Laura MORVAN . Julie VIDONE . Master 1 Design Urbain . IUGA

Cite this article as: vidonne, "Au contact des seuils d’ambiance," in Le Cresson enseigne, 22/11/2018, https://ehas.hypotheses.org/2034.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.