Composer, du musical à l’ambiantal par Henry Torgue. Mercredi 5 février 2014

EH2014

Ce cours vous proposera un cadre théorique et un panel de concepts transdisciplinaires pour penser vos créations sonores. C’est aussi un apport pratique pour penser la composition des cartes postales sonores, une introduction au montage sonore des ambiances ordinaires.  

Composer définit tout d’abord l’action du musicien-créateur dans son organisation particulière du sonore. Mais composer déborde l’usage musical. Par-delà le sonore, ce verbe définit très précisément le processus d’organisation perceptive qui est l’une des voies majeures constituant notre relation au monde. En effet, celle-ci ne s’effectue pas sur le seul mode d’une réception passive de données identiques pour tous, mais dans une perception active qui reformule les phénomènes, qui les re-compose, à partir de la mémoire individuelle et du champ culturel.

Si l’on admet cet élargissement de la définition au-delà du musical, composer dépasse donc la seule activité artistique pour concerner les expressions ordinaires de l’action perceptive, à des degrés de formulation diversement aboutis. Si « une » composition désigne l’objet produit par le créateur de musique, « la » composition caractérise la manière de réunir et d’équilibrer les différents éléments nécessaires à un tableau, à une œuvre littéraire ou à un mets gastronomique, puis, par extension, à une assemblée, une équipe sportive ou politique, un devoir scolaire ou une planche typographique…

L’idée sous-jacente est que composer puisse s’étendre à l’appréhension de notre environnement banal dès lors qu’on en utilise les modalités de fonctionnement ; car composer ne décrit pas n’importe quel regroupement, cette action a ses règles et ses outils dont il convient de décrire les transversalités. L’intuition qui relie les deux domaines (le musical et l’ordinaire) se formule alors : Le puzzle du monde vient se diffracter en nous et nous le rendons lisible par un processus de reconstruction qui s’appuie sur des opérateurs de composition.

Les opérateurs de composition constituent une tentative d’organisation des verbes « primitifs » décrivant les gestes fondamentaux de l’acte de composer. Ces attitudes constituent la boite à outils centrale – on pourrait dire archaïque – à partir de laquelle des instruments plus spécifiques ont été élaborés dans différents domaines : temporel (et notamment musical), spatial, symbolique…

Nous en avons retenu douze : espacer, assembler, répéter, éliminer, désigner, relier, graduer, décorer, isoler, transposer, retrouver, projeter.

Ces opérateurs constituent l’exacte interface entre la composition musicale et les processus de projection-conception des espaces et des ambiances, l’outil de dialogue entre deux domaines qui ont du mal à communiquer directement entre eux. Les tentatives en ce sens, par exemple l’extension de la notion d’improvisation à d’autres domaines que le musical, comme le politique ou l’urbain, échappent rarement aux limites de la métaphore et aux pièges de la rhétorique. En ne se positionnant pas comme une traduction d’un langage à un autre, mais comme le socle commun aux deux, les opérateurs rendent possibles les comparaisons et les échanges.

[Henry Torgue est sociologue, politologue, urbaniste, compositeur et chercheur CNRS au CRESSON. HT est directeur de l’UMR 1563 Ambiances architecturales et urbaines, qui regroupe le CRESSON à Grenoble et le CERMA à Nantes]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *