Workshop’s productions

Parcours sensible à l’aveugle

By Alice Aurat, Chloé Gérard, Arnaud Leroy

Trois parcours en aveugle dans l’ENSAG et dans le quartier de 30 min chacun. Expression de tous les sens sauf la vue. 5 min compilant les extraits de recueil de paroles. On entend sonner les différents espaces : entrée, parking, tramway. Matité, réverbération… Les bribes de paroles se mêlent à l’environnement sonore des lieux traversés. Chaque participant a focalisé sur un sens : signature de chaque personne, la 1ere centrée sur l’odorat, le 2ème à la recherche d’interaction sociale même avec les yeux bandés, la 3ème en recherche permanente de repère spatial.

From market…

…To market

by Aurore Balsa, Maud Baccara, Magali Chetail-Baillon, Emmanuelle Cheyns

Relation espace privé/espace public. Le Marché de l’Arlequin : matin et après-midi. Ecoute au casque permettant de bien entendre toutes les dimensions de l’enregistrement avec le “Tétard, à chaque oreille un micro”, écoute en 3D en quelque sorte où on ressent fortement les mouvements, les sources sonores. Dans le froid matinal, les participants ont convaincu une personne de capter elle-même les sons. Le marché matinal calme jusqu’au domicile de la dame, pas de problème pour la convaincre de réaliser ce parcours. Le marché des habitants proches, intimes. L’après-midi, autre fréquentation, personnes venant d’autres quartiers, des femmes voilées qui ne voulaient pas se prêter au jeu. Ce sont les participants qui ont fait la prise de son. Le marché d’après-midi, métabolique, animé comme on imagine un marché : arrangue, musique, fréquentation familiale, multilingue. Ce marché ressemble presque à un super marché avec caddy et tapis roulant !

Losonnante (version compilée)

by Paul Bai, Cyrille Lauwerier, Sébastien De pertat

Enregistrements pour LoSonnante, l’outil d’écoute solidienne. Autour de la mémoire du quartier et sa renovation. Poème “Lorsque l’enfant était enfant” (Un poème de Peter Handke qui traverse tout le film de Wim Wenders, Les Ailes du désir), les sons des enfants très présents dans ce quartier. Paroles d’habitants “Qualité de vie dans le quartier” calme et lumière puis départ. Marteaux piqueurs pour clore la composition.

Multitemporality

by Andréa Poiret, claudia Martinho, sophie Gleeson, Maité Echaider, Marine Pesme

Hark !

by Amalia Jaulin

La coursive de l’ENSAG -> place des géants. Sculpture magique des géants. Traversée polyglotte des échanges avec les pratiquants des lieux mêlés à l’environnement sonore des lieux. Mémoire du drame de 2010 (un jeune homme abattu, émeutes). La tendresse pour les géants : celui qui lit, dort, s’allonge. Les rires de complicité avec un homme habitant les lieux. L’habitant s’est livré et a beaucoup parlé de lui, du quartier, touché que l’on s’intéresse à ce quartier qu’il affectionne. Ces géants comme témoin d’une période plus gaie, de l’utopie première. On ouvre une parenthèse, un peu magique.

ANSU (Agence Nationales de Schizophonisation Urbaine)

by Victor Babin, Fatma Mrad, Alexia Camus, Anwar Hamrouni, Nicolas Münch, Antoine Roland

Une vidéo dont les sons ont été détournés. Découpée en thèmes introduits. Galerie piétonne, copropriété…La nouvelle bande son avec les sons caractéristiques de ce quartier superposée sur des images emblématiques du programme, amène l’humour. “Schizophonia”. La vidéo essaie de montrer le décalage entre le discours de l’ANRU et l’atmosphère ressentie, filmée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search