Quel vécu du parc Flaubert par les personnes âgées ? “Mise en regard” d’un projet d’EHPAD attenant

En 2021 devrait ouvrir un nouvel EHPAD au centre de la ZAC Flaubert à Grenoble. Cette infrastructure sera à proximité immédiate du parc. Ainsi, ce voisinage nous a conduit à nous questionner sur l’utilisation actuelle de cet espace public par les personnes âgées et la nature de la relation entre le futur EHPAD et le parc Flaubert. Dans ce cadre, nous souhaitions connaître à la fois le degré d’utilisation du parc par des personnes âgées, et recueillir des sentiments, impressions ou simplement des informations sensorielles en provenance de ces usagers.

La méthode du parcours commenté

En raison de la nature des éléments recherchés pour cet exercice (avis, sentiments et informations sensorielles en fonction des différents lieux du parc), le parcours commenté semblait apparaître comme une méthode pertinente. L’intérêt des parcours commentés est de montrer comment le milieu influence la perception de celui qui le parcourt. Selon Jean-Paul Thibaud, il s’agit “d’obtenir des comptes rendus de perception en mouvement.”1 Il formule également l’hypothèse que la perception entraîne la parole. Cela permet d’appréhender le vécu sensible des personnes à travers la parole, directement sur le site qui nous intéresse. “Rendre compte d’un événement présuppose qu’il nous soit perceptible, qu’il devienne suffisamment prégnant pour qu’il parvienne à nous parler, à nous faire parler, et à parler à travers nous.”2

Nos parcours commentés, à destination des personnes de plus de 65 ans occupant le parc (le traversant ou s’y arrêtant), s’organisent autour de plusieurs moments particuliers.

Tout d’abord, la rencontre avec la personne est l’occasion d’une première approche avec les enquêteurs mais aussi le moment où un profil est établi. Celui-ci contient l’âge, la catégorie socio-professionnelle occupée préalablement par la personne, le nombre d’années passées à Grenoble… Vient ensuite le parcours à proprement parler durant lequel la personne interrogée est libre de guider les enquêteurs au sein du parc et de marquer des arrêts si nécessaire. C’est durant ce moment que sont recueillis les avis de la personne quant à l’organisation actuelle du parc, en particulier pour un public de seniors ; c’est aussi le moment durant lequel sont collectées les informations à caractère sensoriel. Ces informations concernent le sentiment de sécurité, les sons, la lumière, les odeurs… en bref toute impression personnelle caractérisant soit le parc en général, soit un endroit de celui-ci en particulier.Au cours de ce parcours, les personnes interrogées sont invitées à dessiner, écrire ou schématiser sur un fond de carte du parc les éléments sensibles et spatiaux au sein du parc jugés marquants. Cet exercice de représentation nous semblait intéressant à mettre en place en parallèle du parcours commenté puisque nous imaginions que les personnes interrogées pourraient spatialiser elles-mêmes leurs ressentis en fonction des lieux parcourus. De surcroît, nous le concevions aussi comme une manière de ramener les personnes interrogées à une conception mentale du parc hors vécu, moins liée à des affects personnels ; éléments que nous présupposions comme inévitables chez des personnes âgées. Notamment, parce que le public visé est constitué de personnes âgées, l’entretien s’attardera aussi sur des questions mémorielles (du type : avez-vous connu les lieux avant la création du parc ?, les éléments constituant le parc vous évoquent-ils son passé ?…). La fin du parcours marque le dernier moment de contact entre la personne interrogée et les enquêteurs et à cette occasion, des questions ciblées sur le projet de l’EHPAD lui sont posées.

Au total, huit personnes ont été interrogées. Elles nous ont répondu avec bienveillance et ont fait preuve d’un excellent niveau de compréhension de l’exercice. Néanmoins, nous avons rencontré quelques difficultés sur lesquelles nous reviendrons plus bas.

Une citadinité spécifique aux personnes âgées

Mathilde Bigo et Sandrine Depeau, respectivement chercheuses en géographie et en psychologie environnementale, se sont intéressées à l’inclusion des personnes âgées à la ville. La citadinité est “ […] une relation dynamique entre un acteur individuel (individuel au premier chef mais aussi collectif) et l’objet urbain. […] La citadinité constitue un ensemble — très complexe et évolutif — de représentations nourrissant des pratiques spatiales, celles-ci en retour, par réflexivité, contribuant à modifier celles-là »3. Puisque la citadinité est décrite comme évolutive (de par sa nature relationnelle), elle évolue avec l’âge de l’usager. C’est-à-dire que l’usager vieillissant voit sa position au sein de la société évoluer (retraite, statut familial, perte d’autonomie…) et nous pouvons considérer que, globalement, son rapport à la ville est modifié. Selon le concept de déprise, certaines activités ne sont plus exercées par les personnes âgées qui vont alors utiliser l’espace différemment, de par leur condition physique, leur vie sociale, etc.  ((BIGO, M., DEPEAU, S., 2014. L’inclusion à la ville des personnes âgées : entre déprise et citadinité, Norois [En ligne], n°232, pp.11-22, Presses universitaires de Rennes. Mis en ligne le 30 novembre 2016. [consulté le 1er avril 2019]. Disponible sur : http://norois.revues.org/5135 ; DOI : 10.4000/norois.5135)) Un environnement adapté leur permet de le parcourir au même titre que les autres citadins possédant des attentes différentes. L’inclusion d’une personne dans un espace dépend de ses caractéristiques personnelles (ici la diminution de capacités physiques est un élément essentiel à prendre en compte) et des caractéristiques de l’espace. Mathilde Bigo et Sandrine Depeau ont défini trois dimensions de la citadinité des personnes âgées : le rapport à l’urbain, le rapport aux autres et le rapport au passé. A travers nos rencontres au parc Flaubert, nous nous sommes rendus compte que ces trois dimensions apparaissent régulièrement lors des récits de nos interlocuteurs. Ce sont trois composantes sur lesquelles reposent les sorties en ville des individus et qui influencent leurs itinéraires.

●      Le rapport à l’urbain

La première dimension, le rapport à l’espace urbain, constitue une motivation pour les individus à pratiquer la ville pour se confronter à “l’imprévu des rencontres, l’accès à la centralité, la flânerie et l’utilisation des services urbains.”4. Elle regroupe de nombreuses composantes ; elle est directement influencée par le rapport à l’autre et au passé, mais également par la façon dont est aménagée la ville et par les fonctions qu’elle propose. La végétation est, par exemple, une composante importante du bien-être dans le parc Flaubert qui était très souvent abordée par les personnes que nous avons rencontrées. Certaines personnes trouvaient que celle-ci n’était pas suffisamment présente, générant ainsi un manque d’ombre. Le mobilier du parc constitue aussi un élément qui influence le rapport à l’espace : de nombreuses personnes ne le trouvent pas adapté aux personnes âgées, en particulier les bancs et “bains de soleil”. Plusieurs ont également évoqué apprécier le chant des oiseaux et l’absence de bruits de voitures dans le parc ou au contraire la persistance de ceux-ci. La présence de la nature et du calme ainsi que la propreté sont souvent revenus comme des éléments importants pour se sentir bien. Pour de nombreuses personnes interrogées, le parc Flaubert est plutôt un lieu de passage ou de promenade, peu d’entre-elles nous ont affirmées s’y asseoir régulièrement par exemple.

●      Le rapport aux autres

La seconde notion concerne le rapport aux autres. Selon cette dimension, les individus viennent en ville pour des raisons sociales. L’appropriation de l’espace dépend des liens sociaux qui y ont lieu. Ainsi, le fait de venir dans un espace seul ou accompagné modifie la citadinité de l’individu. Les auteurs distinguent les situations d’entre-soi et les expériences de confrontation sociale. Certaines personnes âgées vont rechercher des situations de confrontation sociale en sortant lorsque beaucoup d’actifs sont en ville, afin de conserver le sentiment de faire partie du même monde. D’autres au contraire, peuvent avoir peur de la confrontation avec les autres groupes d’âges, plus jeunes, et évitent de sortir aux heures de foule. Une femme que nous avons interrogée nous expliquait par exemple qu’elle avait rencontré un homme âgé, dans le parc Flaubert, qui est désormais devenu un très bon ami. Il s’agit d’une expérience d’entre-soi qui marque la fonction sociale du parc. A l’inverse, la confrontation avec des personnes ayant des pratiques et modes de faire différents des siennes, sont des expériences de confrontation sociale qui sont mal vécues par celle-ci. Elle déplorait par exemple le manque de propreté des personnes et l’éducation des enfants qu’elle croise. On remarque que le parc Flaubert peut être à la fois un espace de confrontation sociale et un espace d’entre-soi pour les personnes âgées, selon la temporalité. On y retrouve toutes catégories d’âge et pour s’en convaincre, regardons simplement les aménagements : pour enfants, pour sportifs, pour jeunes… Cela constitue un potentiel de mixité intergénérationnelle plutôt remarquable.

Certaines études montrent aussi l’importance des proches avec qui les personnes âgées parcourent la ville. Nous avons eu l’exemple d’une femme qui n’avait pas l’habitude de s’arrêter dans ce parc car elle n’aime pas s’asseoir seule sans personne à qui parler. Dans le cas d’un EHPAD, les sorties en ville se font accompagnées par un proche ou un professionnel de l’établissement, ainsi, la pratique de la ville sera influencée par cette présence, mais aussi par les heures de sortie.

Image 7 : Photo des auteurs, Bruits et odeurs du parc Flaubert, Grenoble, 2019. CC-BY-ND

●      Le rapport au passé

La troisième dimension de la citadinité est le rapport au passé. Celui-ci peut influencer directement la façon de se sentir dans un espace, lié à l’affect et aux souvenirs. A travers les souvenirs, les individus se sentent appartenir à la ville d’une certaine manière plus personnelle. On retrouve dans le cas de plusieurs personnes que nous avons interrogées des souvenirs du lieu avant l’existence du parc. Les rails ayant été conservées, certains expliquent se souvenir de l’ancienne usine et des voies ferrées. Un homme que nous avons rencontré vient seul dans ce parc pour le traverser mais celui-ci lui évoque des souvenirs, lorsqu’il venait avec sa petite fille, elle jouait aux jeux et ils allaient voir les poissons. Ainsi le rapport au passé peut s’entendre sous deux perspectives. D’une part, le passé du lieu, le souvenir de ce qu’il a été avant sa transformation en un nouveau programme. D’une autre part, les souvenirs personnels, ce que les gens ont expérimenté dans ce parc, qui devient alors plateforme d’élaboration de souvenirs précieux pour ces personnes vieillissantes. En résumé, le rapport au passé s’exprime par sollicitation de la mémoire, mais aussi parfois par sollicitation de l’affect.

Retour sur notre méthodologie

Dans l’ensemble, nous avons eu le sentiment que bien que réticentes dans un premier temps, les personnes interrogées étaient réceptives à notre démarche dès lors que nous nous présentions en tant qu’étudiant(e)s en architecture ou en urbanisme.

Les entretiens ont pris la forme de discussions spontanées ce qui a rendu le suivi de l’ordre des questions définies dans le protocole difficile. Malgré cela, nous avons réussi à rassembler toutes les informations dont nous avions besoin. De plus, comme évoqué plus haut, les questions ont souvent poussé les personnes interrogées à nous en dire un peu plus sur leur vie en général, à évoquer des souvenirs ou des perceptions de l’ordre de l’affect.

Une des principales limites à notre approche réside dans la difficulté que nous avons eu à réaliser de véritables parcours commentés. En effet, les personnes interrogées avaient plutôt tendance à ralentir le pas voire à s’arrêter. Ainsi, la conversation se poursuivait ensuite souvent de façon statique. Certaines personnes ont refusé d’entrée de jeu de faire l’entretien en mouvement.

Parmi les limites, figure aussi la difficulté à répondre aux questions sensorielles et à dessiner sur les cartes. Beaucoup d’entre-elles ont dit avoir peur de “faire des erreurs”. Vraisemblablement, elles n’étaient à l’aise ni avec ce type de document ni avec le dessin. Certaines personnes interrogées ont tout simplement refusé d’utiliser ce support, d’autres s’en sont saisis pour simplement y inscrire des mots décrivant les aspects positifs ou négatifs de l’espace étudié. Ces difficultés semblent trahir un manque de confiance ou des limites physiques (vue, problèmes pour marcher…) qui peuvent être liées à l’âge des personnes interrogées.

Les réactions aux questions sur l’EHPAD furent variées. Certaines personnes se fermaient quand d’autres étaient plutôt ouvertes et perspicaces sur le sujet. Néanmoins, même les personnes “vexées” au départ se sont finalement prêtées au jeu et ont répondu aux questions sur ce point. En lien avec cette question, nous pouvons aussi observer que les personnes que nous avons interrogées ne correspondaient pas au public-type d’une EHPAD. La totalité des personnes que nous avons rencontrées sont totalement autonomes. Cependant, parce qu’elles sont sans doute plus concernées par les questions de dépendance que d’autres individus plus jeunes (en tout cas à moyen terme), la pertinence de notre panel ne semble pas injustifiée.

Ainsi, si nous imaginions des parcours avec des entretiens assez fermés, les éléments décrits ci-dessus et les adaptations que nous avons donc dû mettre en œuvre nous ont permis d’envisager notre démarche un peu différemment. Nous avons ainsi jugé que si les personnes interrogées ne s’emparaient pas de l’outil cartographique c’est que celui-ci n’était peut-être pas pertinent pour notre sujet. Cela semble d’autant plus frappant que parmi les éléments que nous avons collectés figurent beaucoup de souvenirs, de sentiments… pas nécessairement associés à un endroit précis du parc actuel. Nous nous sommes aussi rendu compte que beaucoup de personnes interrogées non seulement faisaient de nombreuses observations sur l’environnement et l’aménagement du parc, mais étaient aussi force de proposition. Nous pouvons supposer que le cadre de notre travail a permis à ces personnes de pouvoir s’exprimer librement et cela a pu les encourager à s’affirmer, à porter leurs opinions, à projeter.

C’est à partir de ce constat que nous avons construit les productions graphiques synthétisant les résultats de cette enquête. Nous projetions d’effectuer simplement une analyse des points de vue sensibles de ces personnes âgées mais il s’avère qu’ils n’ont globalement pas de mal à se positionner dans une prospective qui les touche probablement plus que nous-mêmes.

Ainsi, le croquis pour évoquer la notion de souvenir, de récit de vie, nous a semblé approprié. En sus, nous avons voulu synthétiser les différentes propositions et constatations faites par les personnes interrogées en une pièce graphique à part entière. Ainsi, nous nous positionnons plutôt comme interprètes de leurs propositions et nous vous proposons (dans une forme qui nous est familière en tant qu’étudiant(e)s en architecture et étudiant(e)s en urbanisme) une restitution de leurs remarques et observations sur le parc Flaubert dans une perspective d’accueil d’un programme de type EHPAD dans ses environs.


Image 10 : Production des auteurs, Carte des impressions, Grenoble, 2019. CC-BY-ND

Ouverture sur la suite possible

Pour finir, nous pourrions arguer que notre exercice autour de témoignages sur le parc Flaubert pourrait être étendu à d’autres parcs proches de la future EHPAD, en particulier le parc de l’Alliance. De manière générale, l’environnement autour du projet pourrait être soumis à cette enquête, notamment car celui-ci s’inscrit dans le cadre du renouvellement urbain du quartier (bâti et espaces publics). Les dimensions étudiées autour du rapport à l’urbain, aux autres et au passé des personnes âgées ou en perte d’autonomie pourraient donc s’appliquer autant à un parc qu’aux autres lieux entourant la future maison de retraite.

De plus, il est à souligner que la cartographie proposée plus haut expriment les pensées de huit personnes, que nous avons nous-mêmes tentés de synthétiser. Bien que certaines idées soient convaincantes, il en va de soi qu’une multitude de cartographies pourraient exister de la même manière, si nous décidions de poursuivre cette enquête auprès de plus de personnes.

Par ailleurs, la focalisation venue après l’enquête sur les propositions faites par les personnes interrogées pourrait aussi conduire à mener d’autres formes de protocoles, ou à minima modifier la grille d’entretien pour mieux relever encore les souhaits et suggestions recueillis.

BOUCLY, Brithany ; COUËT, Juliette ; COMBETTES, Clément ; GIMBERT, Manon ; JACQUOT, Salomé ; RIOS MACIAS, Areli ; WANG, Kun

Cite this article as: BOUCLY, Brithany ; COMBETTES, Clément ; COUËT, Juliette ; GIMBERT, Manon ; JACQUOT, Salomé ; RIOS MACIAS, Areli ; WANG, Kun, "Quel vécu du parc Flaubert par les personnes âgées ? “Mise en regard” d’un projet d’EHPAD attenant," in Le Cresson enseigne, 27/06/2019, https://ehas.hypotheses.org/3584.
  1. THIBAUD, J-P., 2001, La méthode des parcours commentés, In GROSJEAN, M., THIBAUD, J-P., L’espace urbain en méthodes, Marseille : Parenthèses, p.81 []
  2. ibid, p.83 []
  3. LEVY, J., LUSSAULT, M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés, Paris, Belin, 1034 p., p. 160 []
  4. BIGO, M., DEPEAU, S., 2014, L’inclusion à la ville des personnes âgées : entre déprise et citadinité, Norois [En ligne], n°232, p.15, Presses universitaires de Rennes. Mis en ligne le 30 novembre 2016. [consulté le 1er avril 2019]. Disponible sur : http://norois.revues.org/5135 ; DOI : 10.4000/norois.5135 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.