Le Parc Flaubert : une traversée d’ambiance

Pari sur un outil méthodologique inspiré des baluchons, vers un retour sensible sur l’espace.

Comment analyser l’ambiance d’un lieu public ? Comment se traduit un espace en tant qu’il est ressenti, perçu et vécu par des usagers ?

Autant de questions qui ont été abordées et analysées durant le module ‘‘Urbanités et Ambiances de l’espace public’’ au travers  l’exploration du Parc Flaubert (Grenoble) qui est ainsi devenu objet d’études durant deux mois.

Notre travail, dont la portée a été plus méthodologique que théorique, nous a néanmoins amené à interroger comment la morphologie linéaire et séquencée influence les perceptions – des ambiances – du parc. Dans une première partie, nous avons réalisé une visite de site afin d’en comprendre les caractéristiques. Puis nous avons établi un protocole de recherche visant à appréhender l’ambiance du parc. Enfin, nous avons récolté des informations par le biais de journaux de bord visant à recueillir les divers ressentis des usagers sur le site.

Première approche du Parc Flaubert…

Suite à nos visites de site, le parc Flaubert nous est apparu en tant que lieu de transit, traversant et transversal. Il constitue un lien entre un lieu culturel qu’est la MC2 et le quartier des Alliés. Les entrées du parc nous ont semblées être délimitées par deux axes de circulation majeurs : la rue de Stalingrad (côté ouest), l’avenue Marcellin Berthelot et sa voie de tram (côté est). Nous avons par ailleurs constaté une importante hiérarchisation des modes de déplacement dans l’espace. En effet, une piste cyclable et des cheminements piétons bordent et séquencent le parc. Dans ce paysage linéaire, les jeux d’enfants, la Bifurk ou le point d’eau nous sont apparus comme des éléments venant suggérer des temps de pause dans les parcours des usagers.

Les deux entrées de Flaubert, bien que solidement ancrées au tissu urbain alentour, se manifestent toutefois de deux façons différentes, comme il est possible de le voir sur les figures 1 et 2 : Depuis l’est et la MC2 l’immersion semble fluide, moins marquée. La liaison se fait par un retrait au niveau de la rue, marqué par une piste cyclable transversale formant une délimitation entre l’entrée du parc et l’avenue. Une continuité visuelle vient effacer l’identification d’une entrée entre le parc et le quartier Flaubert. Le large trottoir qui longe l’avenue renforce encore la subtilité du seuil de cette entrée1. A l’ouest, l’accès est frontalier à la rue. Il se présente tel un écrin végétal bordé d’immeubles d’habitation. La vue sur le parc est plus marquée et l’entrée semble plus encline à l’invitation. A l’Est, la piste cyclable marque franchement l’espace. La traversée qu’elle dessine crée une liaison entre deux quartiers très visibles et est renforcée par les cheminements piétons.

Concernant les temporalités du parc, nous avons constaté que dans la matinée, il est plutôt traversé par des personnes se rendant au travail, à l’école, à vélo, à pied ou encore rejoignant le tram. Dans la journée, des  flâneurs2 semblent profiter de ce cadre arboré et relativement apaisant en milieu urbain. Outre les espaces d’arrêt identifiés précédemment, des bancs et assises viennent régulièrement ponctuer la traversée tout en invitant à s’arrêter. Les voies de circulation créent un maillage au sol, distinguent et suggèrent plusieurs parcours. De nuit, le parc se dénote. L’idée d’une traversée dans le calme nocturne génère une certaine appréhension pour les usagers. Le jeu lumineux créé par l’éclairage public permet, néanmoins, la création d’une ambiance rassurante voire sécurisante.

Délimitation personnelle de la notion d’ambiance…

Si l’ambiance est un terme complexe à définir et qui connaît actuellement – notamment selon Olivier Chadoin – un franc succès dans les champs d’études architecturales et urbaines ; nous ne nous risquerons pas à en livrer une définition. Plutôt que de chercher à délimiter les contours d’une notion encore floue, nous nous en tiendrons à définir les contours de ce terme.

L’ambiance d’un lieu est nécessairement subjective et variable, aux grés des personnes qui l’expérimentent et la ressentent. Elle se définit3 comme une corrélation entre un espace matériel donné, impliquant des rapports sensoriels et sensibles, et des individus. Cette interaction permet, de ce fait, un certain vécu et un ressenti perceptible et individualisé selon chacun. En effet, il est important de rappeler que chaque usager ne possède pas, par l’action des souvenirs et des perceptions de chacun, la même empathie envers un espace donné. Elle serait alors « à la fois le produit de l’action d’un concepteur et l’objet de la réception d’un acteur »4, en interaction l’un avec l’autre. Selon Pascal Amphoux, l’ambiance mobilise des entités telles que « la sensibilité, l’altérité ou la temporalité ». Plus encore, une « Ambiance, au sens majeur du terme, ne saurait être appréhendée sans engager le rapport sensible d’un ensemble de sujets percevant. A moins de la réduire à quelque chose de strictement représentable, elle ne saurait être relatée sans que l’on ait recours à un minimum d’expression (qui échappe au seul registre de la représentation). A moins de la réduire à quelque chose de strictement localisable, elle ne saurait avoir lieu indépendamment d’une temporalité vivante qui la fait naître, la fait être et la fait disparaître »5.

La notice sensorielle, un outil méthodologique inspiré des baluchons…

Suite à cette première contextualisation, nous pouvons noter que l’analyse des expériences sensibles est une étude particulièrement complexe. L’outil méthodologique se doit, alors, d’être adapté afin de recueillir des témoignages libres et non orientés. Étant donné le peu de temps dont nous disposions et les limites que soulève cette recherche, nous avons opté pour la réinterprétation d’un instrument développé par Théa Manola, à savoir : le « baluchon multisensoriel »6. Initialement, le baluchon contenait un carnet, un appareil photo jetable, un enregistreur de poche ainsi que des enveloppes destinées à collecter différents matériaux. Nous avons choisi de réinterpréter ce dispositif dont la pertinence était dans le fait que bien qu’il soit « relativement « impersonnel » […il] semble permettre une plus grande aisance dans l’expression. Il se veut « plaisant » de par les différents supports et la liberté laissée pour rendre l’expérience plus active. De plus, cette méthode apporte d’autres éléments d’information, puisqu’elle conjugue à la fois la mémoire des sens et des sensations sur le vif. Le recours à des moyens d’expression autres que la parole (photos, dessins, enregistrements de sons, récolte d’objets) peut non seulement apporter des informations différentes mais aussi contrecarrer ce problème récurrent de la mise en langage de l’expérience sensible »7.

Journal de bord : support principal des retours des participants. Avril 2019. CC BY NC ND
Figure 3 : Journal de bord : support principal des retours des participants. Avril 2019. CC BY NC ND
Lot distribué aux participants de l'étude : 5 journaux de bord, 1 stylo, 1 fiche contact. Avril 2019 CC BY NC ND
Figure 4 : Lot distribué aux participants de l’étude : 5 journaux de bord, 1 stylo, 1 fiche contact. Avril 2019. CC BY NC ND

Notre réinterprétation méthodologique nous a ainsi amené à produire un journal de bord plus ciblé que le carnet contenu par les baluchons. Nous avons agrémenté les journaux de quelques items. Ils se voulaient relativement ludiques et peu contraignants et essayaient d’inviter les personnes interrogées à mobiliser d’autres sens que la vue. Ce journal de bord nous semblait offrir un moyen d’approcher l’objet d’étude dans une temporalité plus vaste et potentiellement plus récurrente que celle du parcours ou des entretiens. Par l’intimité inhérente à l’outil, les réponses données se voulaient plus libres et personnelles. Durant l’élaboration des journaux, nous avons été soucieux de réaliser un document approprié à un large public. Ils étaient composés de la manière suivante (et peuvent être visualisés sur la Figure 3) :

  • Page d’introduction, dans laquelle figurait une présentation personnelle, de notre thématique de travail ainsi qu’une invitation à s’approprier l’outil.
  • Page de contextualisation, date et heure de la visite, tranche d’âge et fréquence de sa pratique des lieux.
  • Page de localisation, où l’usager est interrogé sur son lieu de résidence : habitant du quartier ou non (avec description ou dessin du quartier de résidence).
  • Page d’exploration du parc, où nous demandons aux personnes de qualifier le parc, le nommer éventuellement autrement, décrire la météo du jour.
  • Page de description du parc, laissée libre d’interprétation et de modes d’expression.
  • Page de description du parc, guidée par des mots à ajouter/commenter/entourer.
  • Un volet d’études sonores (une spatialisation de plusieurs éléments remarquables et du degré d’appréciation sonore, une qualification sonore et une page d’expression quant à l’ambiance sonore remarquée, de manière plus libre).
  • Page de remarques quant au rythme et à la trajectoire adoptée (ajouter, commenter, entourer des mots).
  • Page de représentation du parc, dans laquelle les personnes sont invitées à décrire, dessiner, commenter trois photos jugées représentatives du parc… avec la présence d’une adresse mail pour un envoi dans le cas où les photos seraient prises.
  • Page pour le récit d’une histoire, du jour ou antérieure.
  • Page pour la présentation de l’expérience du jour, sous forme de représentation subjective du parcours effectué.

Ainsi, nous avons rencontré des personnes sur le site leur expliquant succinctement notre démarche. Suite à cela, nous leur avons remis un lot de journaux de bord8. La figure 4 présente un lot type distribué aux participants de l’étude. Nous en avons distribués 94 à 23 personnes différentes. Parmi ces 23 personnes, 17 nous ont rendu la totalité des lots (soit 85 journaux de bord) et 6 personnes nous ont rendu 1 à 3 journaux de bord. Notons qu’ils ont été distribués sur des plages horaires et jours différents, afin de toucher un panel aussi large que possible. Afin de les recueillir, nous avons disposé une « urne » à l’accueil de la Bifurk. De plus, certains nous ont été restitués en main propre.

Retour sur les données…

Suite aux informations récoltées, nous avons pu développer différentes analyses. En ce qui concerne le nom du parc, nous avons constaté que quatre personnes l’associent à la Bifurk. Pour quatre autres personnes qui ne se prononcent pas, nous avons déduit que la question n’était peut-être pas assez pertinente. Pour deux personnes, le nom du parc pourrait être relatif à sa fonction cyclable. Quatre autres personnes appréhendent le parc selon sa morphologie (“le long parc”) ou selon sa localisation (“le parc Alliés”). Enfin, les derniers participants l’associent à un lieu de passage relatif à l’usage.

La description du parc au moyen de mots à commenter/ajouter/entourer révèle une importance de la place laissée aux vélos, mais également l’impression d’une ambiance propre au lieu, la présence d’enfants et le rôle important des piétons.

L’étude des trajets et rythmes a révélé trois parcours prédominants (cf. Figure 5) : une traversée rapide et linéaire, un cheminement curviligne assez lent et ponctué d’arrêts, un dernier séquencé et rapide.

Qualités sonores : la récurrences de notation d'un son est représenté par la largeur de bande la représentant. Les bandes en fonction de leurs hauteurs représentes ce qui a été jugé agréable ou non. Avril 2019. CC BY NC ND
Figure 6 : Qualités sonores : la récurrences de notation d’un son est représenté par la largeur de bande la représentant. Les bandes en fonction de leurs hauteurs représentes ce qui a été jugé agréable ou non. Avril 2019. CC BY NC ND

Via la section visant les sons entendus, nous avons remarqué que les utilisateurs du parc localisent différentes ambiances sonores (cf. Figure 6). Les zones situées à proximité des axes de circulations étaient, dans la majorité des cas, décrites comme désagréables créant ainsi un seuil (voitures, circulation)9. A l’inverse, les zones situées à distance de ces axes ont été décrites comme “calme”, “tranquille” et de qualité (enfants, oiseaux). Cette répartition sonore montre un séquencement du parc suivant différentes ambiances sonores. Nous comprenons ainsi que les utilisateurs ressentent une hiérarchisation des espaces, tels que la piste cyclable, l’espace piéton, mais également des espaces calmes avec des arbres et des oiseaux et enfin des espaces plus bruyants avec les jeux d’enfants et la Bifurk. Ces espaces, bien que définis, n’ont toutefois pas de limites claires, ils sont organisés autour d’éléments repérables (jeux d’enfants, mare, etc.). Pour autant, les entrées du parc, de part et d’autre, sont vécues en tant que zones désagréables et constituent en elles-mêmes de véritables seuils. Enfin, le recueil d’histoires nous a permis de comprendre les relations entre les individus et l’espace. Nous avons remarqué que la perception d’un lieu renvoie aussi à des souvenirs plus ou moins lointains.

Et si Flaubert et Dagobert se voyaient en secret sous un son pour frétiller les poissons ?

J’y vais l’été en période de canicule, le soir tard à la fraîche. J’y ai donné un rendez-vous galant-apéro-mojito sur le banc… Flop le rendez-vous.

Depuis que la trouée Flaubert est aménagée, la traversée est plus sûre… Plus d’exhibitionnistes ! Et des marginaux souvent avinés.

Il était une fois où… je me suis laissé guider par des rythmes et des calembours qui rythmaient mes pas au milieu des arbres.

Un après midi, un goûter au soleil improvisé avec une amie. Une rencontre avec une dame et son perroquet sur l’épaule.

L’ensemble de l’analyse de ces notices sensorielles nous offre un panel de témoignages individuels. Au vu des différentes anecdotes récoltées, ainsi que des nombreux détails fournis, nous pensons que les personnes interrogées ont pu retransmettre facilement leurs ressentis lors de leur visites du parc Flaubert. Sur les thématiques d’ambiances sonores et  visuelles et dans la représentation du parc qui nous a été fournie grâce aux cartes mentales, l’aspect séquencé et la linéarité sont apparus. La piste cyclable et les différents cheminements piétons créent une trame dans l’espace. Entre ces parcours sont proposés divers usages. Enfin, il est possible de noter que, lors de chaque traversée, l’individu vient parcourir différentes ambiances. La Figure 9 propose une coupe rassemblant différents éléments qui créent des ambiances.

Document synthèse : le parc Flaubert - Une traversée d'ambiance. Avril 2019. CC BY NC ND
Figure 8 : Document de synthèse : le parc Flaubert – Une traversée d’ambiance. Avril 2019. CC BY NC ND

Regard critique sur notre approche méthodologique…

L’outil méthodologique dépendant de la qualité de réponses des personnes interrogées, leur implication au sein du processus est conséquente. De plus, le caractère récurrent de l’exercice de visite et de retranscription de leurs impressions représente un frein à la régularité et la qualité des réponses. L’une des difficultés rencontrées a alors été d’aller à la rencontre d’un grand nombre de personnes et de leur demander de s’investir dans cette étude. De plus, l’aspect hypothétique du retour de ces objets s’est avéré source de larges incertitudes quant à la possibilité d’une récolte de données suffisantes et exploitables pour l’étude. Vis-à-vis de ces deux remarques, nous noterons le fait que le journal de bord, tel que nous l’avons envisagé, était peut-être trop monotone ou trop encadré pour donner lieu à une utilisation plus régulière et plus subjective. Par ailleurs, le choix de ne proposer qu’un seul outil d’expression, alors que le « baluchon multisensoriel » initial contenait différents supports d’expression, a certainement contribué à restreindre l’expression des individus, ainsi que la variété de leurs réponses.

Lors de la distribution des journaux de bord nous avons proposé une restitution en main propre et un entretien avec les personnes impliquées. Cependant, nous avions aussi déposé une “urne” à l’accueil de la Bifurk, afin que les participants n’ayant pas l’envie ou le temps de nous rencontrer, ou même ceux n’ayant pas pu s’impliquer, puissent nous faire parvenir leurs retours. Il aurait cependant été très intéressant d’avoir l’opportunité de rencontrer chacun d’entre eux à la suite de l’expérience afin d’avoir la certitude de leurs réponses et leurs impressions sur ce processus. Les réponses reçues étant assez imprévisibles et variées, nous avons néanmoins recueilli des données stables ou non envisagées, qui nous ont amenées à réorienter notre problématique. Un certain nombre de réponses reçues ont, par ailleurs, très certainement été orientées par notre formulation, telle que la longueur du parc ou les ambiances sonores. Cet aspect était moins présent dans le carnet tel qu’initialement conçu par Théa Manola qui était plus libre d’appropriation. Au regard de notre problématique, il nous semble in fine, que certaines questions auraient pu gagner à être plus spécifiques quant aux usages, quoiqu’il eut peut-être été difficile d’interroger plus précisément sans trop orienter la réponse.

Une des contraintes inhérentes à cette méthodologie est qu’il faut pouvoir créer un support suffisamment explicite permettant d’aborder des thèmes spécifiques en toute autonomie. En effet, il est important dans ce genre d’expérience que l’enquêteur ne soit pas présent pour préciser les objets de son exploration. Cependant, il faut que ce cadre ne soit pas trop contraignant et n’appelle pas à des réponses préconçues. Nous remarquons ainsi que les journaux de bord tels que proposés ici se sont avérés être des outils suffisamment souples pour nous permettre de récolter des données, dans un laps de temps court. Ils se trouvent par ailleurs être des instruments propices à des analyses aussi bien quantitatives que qualitatives, sous couvert de quelques adaptations. Dans notre cas précis, nous relèverons que les réponses récoltées nous ont permis d’esquisser une approche sensible du parc qui pourrait s’inscrire plus largement dans le cadre d’une étude approfondie grâce à un remaniement de cet outil.

Références

AMPHOUX, P., 2007. La notion d’ambiance. Un outil de compréhension et d’action sur l’espace public. In CAPRON, G. and HASCHAR-NOE, N. L’espace public urbain : de l’objet au processus de construction, PU du Mirail, pp.71-81.

BONNICO, C., 2019. Atmosphère et ambiance dans la philosophie allemande. Séminaire de Master première année. Grenoble : Ecole Nationale d’Architecture de Grenoble.

CHADOIN, O., 2010. La notion d’ambiance. Contribution à l’examen d’une invention intellectuelle postmoderne dans le monde de la recherche architecturale et urbaine. Mélanges , n° 106, pp. 153-159. Les annales de la recherche urbaine [consulté le 5 avril 2019]. Disponible sur : http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/ARU106-Chadoin_ST.pdf

CHELKOFF, G., 2016. Expérimenter les seuils d’ambiance : basculement sensible, distanciation critique. In : REMY, N. (Dir. ), TIXIER, N. (Dir.), Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances [en ligne], Volos, Greece, Sep 2016. International Network Ambiances, University of Thessaly, vol. 1, pp. 123 – 128 [consulté le 15 Avril 2019]. Disponible sur : http://www.ambiances.net/congresses/volos-2016-international-congress-future-of-ambiances.html

MANOLA, T., 2013. Rapports multisensoriels des habitants à leurs territoires de vie. Retours critiques sur une démarche méthodologique, Norois [En ligne], 227 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2015, [consulté le 15 mars 2019]. Disponible sur : http://norois.revues.org/4649

NUVOLATI, G., 2009. Le flâneur dans l’espace urbain, Géographie et cultures [En ligne], mis en ligne le 25 avril 2013. [consulté le 15 avril 2019]. Disponible sur :  http://journals.openedition.org/gc/2167


Cite this article as: Duprat, Marion. Leclerc, Olivier. Ngoma, Oïhana. Passas, Clara. Péron, Adèle. Roux, Marie. Shaik Naif, Sana., "Le Parc Flaubert : une traversée d’ambiance," in Le Cresson enseigne, 27/06/2019, https://ehas.hypotheses.org/3589.

  1. CHELKOFF, G., 2016. Expérimenter les seuils d’ambiance : basculement sensible, distanciation critique. In : REMY, N. (Dir. ), TIXIER, N. (Dir.), Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances [en ligne], Volos, Greece, Sep 2016. International Network Ambiances, University of Thessaly, vol. 1, pp. 123 – 128 [consulté le 15 Avril 2019]. Disponible sur : http://www.ambiances.net/congresses/volos-2016-international-congress-future-of-ambiances.html []
  2. NUVOLATI, G., 2009. Le flâneur dans l’espace urbain, Géographie et cultures [En ligne], mis en ligne le 25 avril 2013. [consulté le 15 avril 2019]. Disponible sur : http://journals.openedition.org/gc/2167 []
  3. BONICCO, C., 2019. Atmosphère et ambiance dans la philosophie allemande. Séminaire de Master première année. Grenoble : École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble []
  4. CHADOIN, O., 2010. La notion d’ambiance. Contribution à l’examen d’une invention intellectuelle postmoderne dans le monde de la recherche architecturale et urbaine. Mélanges [en ligne], n° 106, p. 155. Les annales de la recherche urbaine [consulté le 15 avril 2019]. Disponible sur : http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/ARU106-Chadoin_ST.pdf []
  5. AMPHOUX, P., 2007. La notion d’ambiance. Un outil de compréhension et d’action sur l’espace public. In CAPRON, G. and HASCHAR-NOE, N. L’espace public urbain : de l’objet au processus de construction, PU du Mirail, pp.71-81 []
  6. MANOLA, T., 2013. Rapports multisensoriels des habitants à leurs territoires de vie. Retours critiques sur une démarche méthodologique, Norois [En ligne], 227 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2015, [consulté le 15 mars 2019]. URL : http://norois.revues.org/4649 []
  7. MANOLA, T., 2013. Rapports multisensoriels des habitants à leurs territoires de vie. Retours critiques sur une démarche méthodologique, Norois [En ligne], 227 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2015, [consulté le 15 mars 2019]. URL : http://norois.revues.org/4649. Paragraphe 22 []
  8. Un journal de bord étant un carnet de questions dédié à l’analyse sur une journée. Un lot de journaux de bord étant constitué d’un jeu de 5 carnets dédiés à une analyse sur 5 jours []
  9. CHELKOFF, G., 2016. Expérimenter les seuils d’ambiance : basculement sensible, distanciation critique. In : REMY, N. (Dir. ), TIXIER, N. (Dir.), Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances [en ligne], Volos, Greece, Sep 2016. International Network Ambiances, University of Thessaly, vol. 1, pp. 123 – 128 [consulté le 15 Avril 2019]. Disponible sur : http://www.ambiances.net/congresses/volos-2016-international-congress-future-of-ambiances.html []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/07/2019

    […] Duprat, Marion. Leclerc, Olivier. Ngoma, Oïhana. Passas, Clara. Péron, Adèle. Roux, Marie. Shaik Naif, Sana., “Le Parc Flaubert : une traversée d’ambiance,” in Le Cresson enseigne, 27/06/2019, https://ehas.hypotheses.org/3589. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.