L’expérimentation environnementale vecteur d’originalité ? Le cas du Parc Flaubert à Grenoble.

Dans le cadre de notre cours « Urbanités et ambiances de l’espace public », nous avons interrogé l’impact que peut avoir la transition écologique sur la perception des usagers de l’espace public avec pour terrain d’exploration le parc Flaubert.

Une esthétisation uniforme des projets durables ?

La loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 a renforcé le rôle des collectivités dans les politiques environnementales, notamment dans la rénovation des parcs.

Dans la conception, les parcs « dit durables » sont pensés de manière à prendre en compte toutes les dimensions du développement durable : préservation des ressources, changement climatique et social, traitement des eaux, préservation de la biodiversité, etc. L’(hyper)esthétisation1 est souvent présente dans ces lieux. On y observe presque systématiquement une matérialité spécifique aux aménagements ou encore des essences d’arbres similaires. Cette universalisation dans la conception du parc a pour but d’installer une ambiance et des ressentis. Dans le cadre du projet de « Grenoble ville de demain en transition », le parc Flaubert s’est inscrit dans une démarche de transition écologique. Le parc est un ancien terrain vague transformé en un parc urbain de 3 hectares où la biodiversité illustre l’évolution de la nature en ville. Le fait que le parc soit autant pensé, dessiné et planifié a probablement eu un impact sur la perception qu’en ont ses usagers. Nous pouvons alors nous demander : comment la perception des usagers est-elle influencée par l’expérimentation de transition écologique au sein du parc Flaubert à Grenoble ?

Protocole et difficultés

Nous avons choisi de réaliser deux types d’enquêtes : des parcours commentés et des entretiens en proposant à chaque fois aux usagers de réaliser des cartes mentales. Ces enquêtes in situ sont basées sur une adaptation du protocole de la recherche exploratoire en cours PRO_S_E_CO.

Jean-Paul Thibaud2 définit les parcours commentés comme étant la méthode ayant pour objectif des comptes-rendus de perception en mouvement : marcher, percevoir et décrire. Il s’agit de laisser l’habitant parcourir le parc, qu’il commente en même temps, afin de restituer les lieux qu’il apprécie.

Les entretiens ont, eux aussi, été réalisés in situ, basés sur une grille d’entretien établie au préalable. Lorenza Mondada3 définit les entretiens semi-directifs comme un événement interactionnel. Ces entretiens sont un outil d’échange, de discussion avec les usagers. Finalement, nous avons effectué une vingtaine de parcours et d’entretiens, chacun d’eux durant en moyenne 10 à 15 minutes.

Par ailleurs, nous avons rencontré des difficultés à faire faire des parcours commentés aux enquêtés, ces derniers préférant nous parler du parc d’un seul endroit. Il pouvait être aussi compliqué de leur faire évoquer leurs ressentis à l’égard du parc. Cela se limitait souvent à des expressions telles que : « c’est beau », « c’est agréable », etc. D’un point de vue graphique, nous avons décidé d’emprunter la technique de représentation de Mathias Poisson, qui nous a paru intéressante pour restituer les données récoltées sous forme de cartographie sensible. Cette carte a été constituée sous la forme d’une synthèse des éléments récurrents énoncés lors des parcours et des entretiens, elle permet de donner à voir les perceptions et représentations des usagers sous une forme imagée.

Figure 1 - Juliane Travers, Photographie, Parc Flaubert, Dim. 31 Mars 2019. Sous licence CC BY SA
Figure 1 – Juliane Travers, Photographie, Parc Flaubert, 31 Mars 2019. Sous licence CC BY SA

Une gestion raisonnable au service d’une ambiance bucolique

L’une des volontés du parc est de créer une continuité verte au sein de Grenoble reliant le parc Georges Pompidou et le parc Ouagadougou. L’identité du parc se fait par sa morphologie issue de l’histoire des lieux et sa gestion raisonnée des espaces verts. Le parc est ainsi souvent défini par les enquêtés, comme « original » par rapport aux autres parcs de la ville.

Flaubert symbolise bien la volonté de Grenoble de vouloir avoir du vert […] on y trouve des essences qu’on ne trouve pas forcément en ville d’habitude.

Couple, 50 ans

L’originalité passe donc par sa morphologie et son histoire. Un certain nombre de personnes interrogées ont connu le parc avant sa transformation et apprécient le travail de mémoire qui a été réalisé avec la conservation des rails et de certains arbres faisant figure dans le parc. Le caractère original se traduit aussi, selon les personnes interrogées, par le fait que « les arbustes ne sont pas taillés ou l’herbe bien tondue », qu’on laisse la « nature faire » et ce, même si elle peut être dangereuse (rampants) ou désagréable (fleurs nauséabondes). Paradoxalement, les enquêtés trouvent que le parc est bien entretenu, qu’il est propre. La naturalité semble être constitutive du parc dans les esprits.

Photographie, Parc Flaubert, 20 mars 2019. Sous licence CC BY SA
Figure 2 – Photographie produite par le groupe, Parc Flaubert, 20 mars 2019. Sous licence CC BY SA

Le parc est comme un « écrin », une « coupure » dans la ville qui accueille une grande diversité végétale et animale. La diversité d’espèces végétales plantées dans le parc produit une grande variété d’odeurs et de couleurs et accueille de petits animaux et oiseaux – « autre que des pigeons » -. Le rapport entre biodiversité et paysage est mis en évidence par les végétaux et les animaux qui sont caractéristiques du parc pour certains usagers. On peut parler de paysage urbain, définit dans « les quartiers durables »4, qui réunit les infrastructures urbaines du parc mais aussi la végétation et la nature omniprésente. La gestion raisonnable des espaces verts préserve cet écosystème participant à la création de cette ambiance « bucolique et sauvage » du parc.

J’aime bien, parce qu’en plus de ça il y a des bestioles, des petits oiseaux, des lapins, des écureuils.

Habitant proche

Un parc urbain perméable qui assume sa morphologie linéaire

La forme longiligne du parc est appréciée des usagers qui trouvent ce parc original vis-à-vis des autres parcs grenoblois car il assume bien cette particularité. Cette configuration du lieu est due à l’histoire antérieure de friche ferroviaire, mais elle est également désirée de la part de ses concepteurs selon les usagers. Le parc se déploie d’est en ouest avec une ouverture à chaque extrémité, avec pour circulation principale une autoroute à vélo et un chemin piétonnier qui le traversent. Pour les usagers, le parc est donc principalement une ligne droite, c’est-à-dire un lieu de passage. Il permet de cheminer d’un point A à un point B.

Avec ce type de forme, les usagers soulignent que le parc possède des propriétés diverses selon l’axe transversal et longitudinal. Dans le sens transversal, les usages sont fragmentés selon leur rythme. L’accent est mis sur l’axe principal qui cohabite indépendamment de l’espace vert. Les utilisateurs pensent qu’il est difficile de le traverser, comme le montre les affordances relevées sur le terrain. Il n’y a pas de liaison avec les bâtiments et les rues parallèles.

Figure 3 - Cartes mentales, réalisées in situ entre le 5 mars et 7 avril 2019.
Figure 3 – Cartes mentales réalisées in situ entre le 5 mars et 7 avril 2019.

A contrario dans le sens longitudinal, c’est un axe de transition fréquenté à toutes heures. Il relie deux axes de circulation majeurs, le parc Ouagadougou et le parc Georges Pompidou, deux pôles d’échanges de transport en commun, deux quartiers. Toutes ces liaisons participent à la fluidité urbaine et à l’accessibilité du lieu.

Cette facilité d’accès aussi, il ne faut pas l’oublier ! Nous, on vient à pied et c’est bien aménagé pour venir à pied. Mais c’est aussi le cas avec l’arrêt de tram juste devant ou l’accès aux cyclistes avec la voie verte. Ça c’est quelque chose qu’on ne retrouve pas dans d’autres parcs plus en centre-ville qui sont entourés de tous les côtés.

Femme habitant à la Villeneuve

Le lieu est plaisant au vue de ses limites perméables tant au niveau matériel que visuel. Les usagers ne s’y sentent pas coincés et peuvent en sortir facilement. Il est ressenti comme une zone ouverte, où chacun peut regarder au loin car l’habitat autour n’est pas proche. Par sa situation, il se positionne comme une interface entre le nord et le sud. C’est pour cette raison, que l’on y retrouve une grande mixité sociale selon les usagers car il fait le lien entre les différents quartiers. Le parc est essentiellement fréquenté par des riverains de toutes générations, il met en confiance les utilisateurs qui trouvent que l’aménagement est sécurisant aussi bien le jour que la nuit. Ils trouvent même qu’il y a clairement une meilleure ambiance ici que dans les autres parcs de la ville. Ces témoignages traduisent un ressenti positif dans le parc, l’ambiance apparaît alors comme sous-entendu dans de nombreuses paroles. Le mélange des populations, des cultures et des âges véhicule un sentiment d’apaisement et de sécurité.

Un espace de césure face au monde urbain

Bien que le parc Flaubert tend à être identifié comme un espace perméable, il semble être paradoxalement un espace de « coupure », telle une zone césure où l’on vient prendre une pause pour s’extraire du monde urbain. Cette sensation de coupure semble d’abord être liée à l’environnement sonore du parc. Les usagers ont tendance à l’identifier comme une zone où il se produit une déconnexion sonore face au drone urbain. Les sonorités urbaines telles que celles liées aux axes routiers situés à proximité, s’atténuent progressivement à mesure que l’on avance à l’intérieur du parc pour laisser place aux chants des oiseaux.

L’ambiance sonore tend ainsi à identifier le parc Flaubert comme un espace déconnecté du centre-ville, un lieu en retrait où les sonorités évoquent davantage la nature que la ville.

Cette opposition a fréquemment été relevée par nos enquêtés. L’ambiance sonore est souvent perçue comme un synonyme de quiétude pour les personnes que nous avons interrogées. Les termes « calme » et « tranquillité » reviennent presque systématiquement dans les discours. Cette quiétude est décrite comme « agréable » et semble être l’une des principales raisons conduisant les usagers à venir dans ce parc. Si l’absence de sonorités urbaines semble être appréciée par les usagers du parc, d’autres sons l’animent : les bruits d’enfants, le chant des oiseaux, de la musique, les sons liés à la Bifurk, etc.

Le parc est souvent comparé à d’autres parcs tels que Paul Mistral. Outre sa morphologie, Flaubert semble se différencier par sa tranquillité. Il ressort de notre enquête que le parc Flaubert est un espace peu fréquenté ce qui pour nos enquêtés est perçu comme une qualité.

Il apparaît également comme un parc de proximité, où seules les personnes fréquentant le quartier s’y rendent. Une enquêtée nous a notamment informé que bon nombre de personnes de son entourage ne connaissaient pas le Parc Flaubert. Pourtant ce parc présente, selon nos interrogés, l’intérêt de pouvoir s’extraire de la ville pour profiter du calme et de la verdure. Il est perçu comme « un poumon vert » dans Grenoble, on  y vient pour « s’oxygéner », « s’aérer ». Le parc a également été associé à la notion d’espace vital, tel un élément indispensable pour pouvoir « prendre l’air » lorsqu’on habite en ville.

Nous, on vient s’oxygéner dans ce parc. Il n’y en a pas assez des parcs comme celui-ci à Grenoble, où l’on peut se reposer et se déconnecter totalement.

Couple, 50 ans
Figure 4 - Carte sensible, Retranscription sensible des paroles recueillies, Lundi 15 Avril 2019.
Figure 4 – Carte sensible, Retranscription sensible des paroles recueillies, Lundi 15 Avril 2019.

Conclusion

Nos premières observations du parc nous ont mené à penser que l’uniformisation et l’aseptisation du lieu menait à une « étanchéification des usages »((Thomas, R. (dir.), 2010, Marcher en ville. Faire corps, prendre corps, donner corps aux ambiances urbaines. Paris, éd. des Archives Contemporaines, 194p.)), notamment avec les couloirs de circulation (piétons, cyclistes, familles, associatifs/jeunes de la Bifurk). Les enquêtés ont ainsi presque tous représenté le parc sur les cartes mentales en bandes, avec différentes séquences qui représentent ces usages (Fig. 1). Toutefois, ils n’ont jamais défini cet aspect comme étant un problème du parc, au contraire. La séparation permet, selon eux, d’éviter les conflits d’intérêt et de favoriser l’apaisement de chaque usager.

Il y a un Écosystème Flaubert qui fonctionne bien et pour l’instant je ne vois pas comment l’améliorer sans tout déstabiliser.

Habitant proche

La mise en perspective de la conception du parc Flaubert à Grenoble avec l’expérience qu’en font les usagers nous a permis de révéler l’impact de la transition écologique sur la perception qu’ont les usagers du parc Flaubert. Celle-ci se traduisant par une « originalité » qui revient dans nombreuses de nos enquêtes. Les usagers n’arrivent pas toujours à mettre des mots sur celle-ci, ou bien même à l’expliquer. Au cours de nos recherches, nous nous sommes aperçus que cette originalité s’exprime dans l’innovation écologique du parc. L’expérimentation environnementale du quartier impacte les usagers et leur perception de différentes façons en faisant apparaître le parc Flaubert comme une parenthèse végétale dans la ville et aussi un lieu perméable.

Il y a plein de gens qui passent mais qui ne sont pas adeptes du tout, qui n’aiment pas la façon dont il est conçu. On adhère ou on n’adhère pas à ce système de friche industrielle reconstituée en habitat naturel […] mais pour ceux qui n’ont pas la chance de sortir de l’agglomération, c’est super Flaubert.

Promeneur, habitant proche

Bibliographie

  • FABUREL, Guillaume. MANOLA, Théa. GEISLER, Elise. DAVODEAU, Hervé. TRIBOUT, Silvère. 2011. Les quartiers durables : moyens de saisir la portée opérationnelle et la faisabilité du paysage multisensoriel, rapport final de recherche, CNRS, PUCA, LAB’URBA, [En ligne] HAL Ouvertes [Consulté le 7 avril 2019] Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01890949
  • GROSJEAN, Michèle. THIBAUD, Jean-Paul. (dir.) 2001. L’espace urbain en méthodes. Editions Parenthèse. Marseille – France. éd. Parenthèses. 214 p.
  • MANOLA, Théa. 2013. La sensorialité, dimension cachée de la ville durable. Metropolitiques [en ligne]. 6 p. Metropolitiques [consulté le 14 avril 2019] Disponible sur : https://www.metropolitiques.eu/La-sensorialite-dimension-cachee.html
  • THOMAS, Rachel. 2010. Marcher en ville. Faire corps, prendre corps, donner corps aux ambiances urbaines. Paris, Ed. des Archives Contemporaines. 194 p. [En ligne] Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00596761
  • THOMAS, Rachel. 2018. Une critique sensible de l’urbain. [En ligne]. 262 p. Habilitation à diriger des recherches, Architecture, aménagement de l’espace. Communauté Université Grenoble Alpes : Ecole Doctorale 454 Sciences de l’homme, du politique et du territoire. [Consulté le 12 Avril 2019] Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01818999/document
Cite this article as: CADOREL Anaïs, HAMMAR Paméla, KOTCHIAN Dzovag, LEBRETON Claire, MICHEL Axelle, MOTTIER Mélanie, PASCUAL Lucia, RUBIO Almudena, SAYFULLINA Aline, TOUTAIN Antonin, "L’expérimentation environnementale vecteur d’originalité ? Le cas du Parc Flaubert à Grenoble.," in Le Cresson enseigne, 27/06/2019, https://ehas.hypotheses.org/3592.
  1. Rachel Thomas, 2019, La pacification des ambiances urbaines, ANR MUSE (2010-2014) [PDF], Support de cours :  Urbanités et ambiances de l’espace public, École Nationale Supérieure d’architecture de Grenoble, année 2018-2019. []
  2. Jean-Paul Thibaud, Michèle Grosjean, L’espace urbain en méthodes, Marseille, France, éd. Parenthèses, 2001, 217p. []
  3. Jean-Paul Thibaud, Michèle Grosjean, 2001, L’espace urbain en méthodes, Marseille, France, éd. Parenthèses, 217p. []
  4. G.Faburel, T.Manola, E.Geisler, H.Davodeau,S.Tribout, Les quartiers durables : moyens de saisir la portée opérationnelle et la faisabilité méthodologique du paysage multisensoriel : rapport final de recherche, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01890949 Oct.2018 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.