Les sons comme expérience sensible du Parc Flaubert

Croquis du parc Flaubert

Dans le parc Flaubert, la multiplicité des sons proposés n’est pas toujours remarquée. Notre ouïe étant soumise en continue à de multiples informations et données, nous trions inconsciemment la plupart de ces sons pour ne pas être abasourdis. Pourtant, le terme “parc” en lui-même évoque la nature et y associe des ambiances particulières : le chant des oiseaux (gazouillis), le souffle du vent dans les arbres (bruissement) ou encore le faufilement des animaux dans les arbustes (léger crissement)… Ponctuels ou temporaires, ces sons nous ont amené à questionner l’identité musicale du site. Alain Boudet, docteur en sciences physiques, explique dans son article Physique et perception du son :

Lorsque nous percevons un son, nous nous rendons compte que nous le recevons par nos oreilles. Souvent, nous sommes capables de localiser et d’identifier la source du son. Ainsi, la perception sonore fait-elle intervenir une source de son, c’est-à-dire quelque chose qui produit le son, puis son acheminement jusqu’à l’oreille. Enfin c’est le fonctionnement du cerveau qui nous permet de le percevoir et d’en prendre conscience. (Boudet, 2006)

Percevoir l’espace par le son demande un travail particulier pour celui qui écoute car ce son est perçu, puis analysé afin de déterminer sa source et sa localisation. Andersson, architecte paysagiste danois, pointe l’influence de la vue sur les sons perçus dans son article Empowerment of Aesthetics: catalogue for the Danish Pavilion at the 14th International Architecture Exhibition :

The abiotic, non-living matter like wind, water, light, temperature and sand, that together with the living matter, the biotic, forms everything. The ever changing and different states of being which all have their own purpose. This is my suggestion for which atmospheres we shall base our future on: Our cities, our countryside, our world. Empowerment of aesthetics is just that: The belief that our senses and our feelings should play a complementary role to the rational in determining how we want our world to be in the future. (Andersson, 2014 ; p. 49)

Le son est étroitement lié à notre perception visuelle et c’est un paramètre sur lequel s’appuie l’aménagement urbain. Par exemple, en passant près des arbres on déduit le bruit des feuilles sans l’entendre. Cette étude vise à mettre en évidence cette liaison en répondant à la question : en quoi les sons du parc Flaubert sont-ils influencés par les aménagements ?

Pour cela, nous réalisons vingt-et-un entretiens d’une quinzaine de minutes sur deux journées, le lundi 14 mars et mercredi 16 mars 2019, durant lesquels nous invitons de nombreux passants du parc à vivre une expérience sensible sous le prisme du son.

Observer et questionner

Pour étudier la perception sonore, nous avons utilisé deux outils. Tout d’abord, nous proposons aux passants de réaliser une carte mentale. Développé par Tony Buzan, psychologue anglais, cet outil vise à cartographier un parcours. La carte mentale permet de provoquer l’imaginaire de l’usager, en faisant appel aux souvenirs du chemin qu’il effectue à travers le parc par le dessin. Delphine Régnard explique qu’“il s’agit de présenter, de visualiser, le cheminement de la pensée, son organisation, en même temps que sa mise en œuvre, pour une meilleure compréhension et appropriation de celle-ci.” Nous demandons à l’interviewé d’associer son cheminement aux sons qu’il pense entendre dans le parc. Cette étape nous permet de mettre en lumière les sons qu’il associe aux différents espaces constitutifs de l’espace Flaubert et de mesurer l’importance des aménagement sur l’imaginaire sonore du protagoniste. Par la suite, nous suivons l’interviewé dans le parc au moyen d’un parcours commenté. Comme l’explique Nathalie Audas, l’avantage d’un parcours commenté vis-à-vis d’un entretien semi-directif est que “la perception n’est plus décrite mais vécue”. L’interrogé arpente alors le parc selon son itinéraire précédemment dessiné en commentant les sons et ses impressions. L’objectif est de reproduire le trajet dessiné et de confronter les sons imaginés à ceux réellement entendus.

Analyse des expériences

Cartes mentales réalisées par les interviewés

Les résultats de l’étude prennent des formes distinctes : des cartes typographiques, relatives aux deux journées d’expérience, et une carte des sons imaginés dans le parc, mises en parallèle avec celle des sons réellement perçus. Sur cette dernière, nous ajoutons des enregistrements audios afin de permettre l‘immersion dans le site. Cette variété de documents est nécessaire afin de rendre compte de toutes les données récoltées et permettre une diffusion de ces informations à un large public.

Typographie des sonorités , lundi 14 mars 2019, 14h
Typographie des sonorités, mercredi 16 mars 2019, 16h

Ce premier type de carte rend compte du vocabulaire employé pour décrire et situer les sons perçus sur le site On constate que le vocabulaire n’est pas le même au fil de la journée et que les mots ont une intensité plus ou moins importante. Ces premières cartes permettent de réaliser un portrait original du parc issu de l’expérience sonore. L’espace est appréhendé de multiples façons par les usagers. Pour certains, il constitue un lieu de passage, une transition dans leur trajet. Pour d’autres, c’est un lieu de détente propice au travail ou à un moment entre amis. De façon générale, il est décrit comme relativement calme et agréable en terme de sonorité. Le terme “calme” fait référence ici à un lieu où les nuisances sonores liées à la ville sont minimisées.

Je m’y serais bien posée pour lire. (Florence, 60 ans)

Nous remarquons une réelle disparité entre les discours des habitués et ceux des passants. En effet, pour les habitants du quartier, le parc a deux ambiances. Il s’avère être à la fois un espace agréable où l’on entend le chant des oiseaux et le bruissement des arbres, mais aussi parfois bruyant en raison de l’accumulation de diverses nuisances sonores. Beaucoup d’interrogés citent les bruits émis par les scooters sur la piste cyclable, les sonneries du lycée Iser-Bordier ou encore les soirées de la Bifurk (tiers-lieu).

Synthèse des sons imaginés et perçus

Cliquez sur le lien ci-dessous afin de télécharger la carte interactive. Ouvrez celle-ci à l’aide d’un lecteur PDF et cliquez sur les haut-parleurs pour entendre les ambiances sonores du parc.

https://ia801503.us.archive.org/21/items/CarteInteractiveSon/Carte_interactive_son.pdf

D’après les cartes mentales et les entretiens réalisés par les interviewés, ces deux cartes synthétiques décrivent et situent les sons et leurs intensités. Par l’ajout de sources audios enregistrées par nos soins dans le parc, nous proposons une immersion dans le site pour rendre compte de l’expérience sensible vécue. La carte invite à se projeter au cœur de la pluralité des sons dont la superposition témoigne de l’ambiance sonore globale.

Trois sources sonores principales sont identifiées : la première au centre du parc et les deux autres aux extrémités. Au centre, on retrouve des jeux pour enfants, des bancs et des installations sportives d’où l’idée d’une concentration des sons à cet endroit. Les deux extrémités sont les deux avenues (Rue de Stalingrad et l’Avenue Marcelin Berthelot) très empruntées.

Après dans le parc, comme il y a des graviers par terre, ça fait du bruit et puis il y a plein d’enfants qui crient. Et après, en fait, ici il y a des roseaux et il y a de l’eau et du coup les roseaux quand ils bougent ça fait du bruit. Et le “iiiii” là c’est quand le tram, il arrive, il fait un bruit super aigu et on l’entend. (Rita, 10 ans)

La comparaison des deux cartes met en évidence l’impact visuel des aménagements sur la perception du son. Par exemple, la Bifurk est désignée comme un espace plus bruyant qu’elle ne l’est réellement. Certains interrogés ont aussi fait référence au bruit de l’eau, alors qu’aucun son ne s’échappe de la mare pédagogique installée du côté de la Maison de la Culture (MC2). Les vélos, pourtant très présents, passent souvent inaperçus lors de la phase d’écoute, sans doute en raison de l’alignement d’arbres qui crée une barrière visuelle entre le parc et la piste cyclable. Les bruits sont souvent limités à des lieux précis alors qu’ils résonnent sur tout le site comme les voitures, les oiseaux ou encore les arbres. D’autres sons sont atténués par rapport à la réalité, notamment les nuisances liées aux chantiers et aux sonneries du lycée.

Ici c’est tranquille. (David )

Des détails surprenants sont aussi révélés par les interviewés comme le bruit des graviers ou encore les pas des marcheurs. Ils font partie des bruits ordinaires auxquels nous-mêmes, nous n’avions pas fait attention.

Conclusion

Au regard de l’échantillon des participants interrogés, il existe une différence entre sonorités imaginées et sonorités perçues au sein du parc Flaubert. Les sons attribués au site s’arrêtent souvent à la perception visuelle et aux bruits qu’on leur associe naturellement, expérience visible à travers le travail des cartes mentales. La confrontation entre sons imaginés et perçus illustrent le lien intrinsèque entre les aménagements et l’univers sonore du site.

Cette étude démontre aussi que porter une attention plus particulière à un espace permet de dépasser le champ du visuel pour découvrir et comprendre ses subtilités.  

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Bibliographie:

  • Andersson, Stig L. (Ed.). Empowerment of Aesthetics: catalogue for the Danish Pavilion at the 14th International Architecture Exhibition; La Biennale di Venezia 2014 (1. ed). Skive: Wunderbuch, 2014.
  • Audas, Nathalie. « Dossier Approches urbaines insolites. La dimension affective du rapport au lieu des individus : techniques d’enquêtes comparées », Natures Sciences Sociétés, vol. vol. 18, no. 2, 2010, pp. 195-201.
  • Régnard, Delphine. « Apports pédagogiques de l’utilisation de la carte heuristique en classe », Ela. Études de linguistique appliquée, vol. 158, no. 2, 2010, pp. 215-222.

Sitographie :

  • Boudet Alain, https://www.spirit-science.fr/doc_musique/son-nature.html (lu 8.04.19), France, 2006.
  • Grégoire Chelkoff, « Expérimenter l’ambiance par l’architecture  », Ambiances [En ligne], 4 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2018, consulté le 15 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/ambiances/1558
  • Polina Chebotareva et Nina Rask, « Mediating new individual-environment relations through experimentation on ambiance », Ambiances [En ligne], 4 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2018, consulté le 15 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/ambiances/1648 ; DOI : 10.4000/ambiances.1648
Cite this article as: BETTAYEB, Anaëlle; BOREL, Elise; CHOPARD, Clara; GIARDINA, Celine; PAILLASSON, Garance; PEQUENO, Boris; ROUZÉ-RIVIERE, Alicia; TAYARA, Hamed; VO, Trong Hong;, "Les sons comme expérience sensible du Parc Flaubert," in Le Cresson enseigne, 15/04/2019, https://ehas.hypotheses.org/3599.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/07/2019

    […] BETTAYEB, Anaëlle; BOREL, Elise; CHOPARD, Clara; GIARDINA, Celine; PAILLASSON, Garance; PEQUENO, Boris; ROUZÉ-RIVIERE, Alicia; TAYARA, Hamed; VO, Trong Hong;, “Les sons comme expérience sensible du Parc Flaubert,” in Le Cresson enseigne, 15/04/2019, https://ehas.hypotheses.org/3599. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.