L’enfant et son aire de jeux : de la représentation à la perception

Étudiant(e)s à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine (IUGA), ainsi qu’à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG), nous avons étudié le Parc Flaubert de Grenoble, et plus précisément son aire de jeux, dans le cadre de l’enseignement « Urbanités et ambiances de l’espace public » dirigé par Théa Manola et Ryma Hadbi, et assisté par Agathe Bruand (stagiaire recherche au sein de l’équipe CRESSON-AAU).

Au détour de la Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) de Flaubert, un parc linéaire se dessine, non loin de la Bifurk, à destination des modes actifs piétons et cyclistes. Le parc est étroit et profilé dans la longueur sur un peu plus de cinq-cent mètres. Les instigateurs du parc lui voulaient un rôle pédagogique : il est largement arboré d’une grande variété d’essences, une mare pédagogique est présente proche de l’entrée Est, et des nichoirs à oiseaux ont été placés le long du parc. Aussi, des visites guidées y sont fréquemment organisées pour sensibiliser le public à la faune et la flore que le parc héberge.

Entre l’abondante végétation et les vestiges de l’ancienne gare de triage, une aire de jeux pour enfants se dévoile. Les cheminements du parc sont tous constitués de matériaux durs (voie cyclable en asphalte, chemins piétons en terre stabilisée ou béton désactivé). Les espaces plantés sont eux de pleine-terre. Seule l’aire de jeux fait exception avec un sol meuble fait de petits cailloux, marquant une limite visuelle forte entre le lieu du jeu et le lieu de la marche. L’espace public du Parc Flaubert permet à l’enfant de se divertir, de stimuler son imagination tout en interagissant avec l’univers qui l’entoure.

Localisation du Parc Flaubert, avril 2019, CC BY NC SA
Localisation du Parc Flaubert, avril 2019, CC BY NC SA

Une aire de jeux remise en jeu

Ce travail de recherche s’est principalement axé sur l’observation et l’analyse des perceptions que peuvent avoir les enfants au sein de ce parc, et plus particulièrement sur l’aire de jeux, dont les enfants sont le principal public ciblé. Ainsi, nous nous sommes interrogés sur la(les) manière(s) dont les enfants perçoivent l’aire de jeux du Parc Flaubert.

« La perception est l’achèvement de la représentation et la rectification des données sensorielles… En voyant un objet que j’ai déjà vu, je m’efforce de mettre en accord mes perceptions actuelles avec mes perceptions passées. Percevoir c’est donc interpréter. »1

La manière dont une aire de jeux est aménagée influence de différentes manières les comportements des enfants. En effet, certaines aires imposent de réelles limites physiques qui guident le mouvement dans l’espace public. La spécificité de l’aire de jeux du Parc Flaubert est qu’elle n’impose pas de clôtures matérielles. Il s’agit d’un parc linéaire dont l’aire de jeux qui lui est associée est cloisonnée entre la piste cyclable et la plage de Grenoble. L’absence de clôture dans cet espace, nous pousse à questionner les limites mentales que se fixent les enfants pour la délimitation de leur terrain de jeu.

« Les limites clôturées créent une forme de ségrégation entre l’espace de jeu et les espaces alentours. Les clôtures impliquent que c’est seulement à cet endroit que l’enfant a le droit de jouer, et non pas dans le reste de l’espace public. »2

L'aire de jeux du Parc Flaubert, avril 2019, CC BY NC SA
L’aire de jeux du Parc Flaubert, avril 2019, CC BY NC SA

Nous avons également souhaité voir de quelle(s) manière(s) ils intègrent les structures de jeux déjà présentes, ainsi que l’appropriation informelle qu’ils se font de certaines structures, détournées de leur vocation première, mais aussi celle d’éléments aux alentours (végétation, sol, autres structures dédiées au sport, etc… ).

Raconte-nous ton aventure

Nous nous sommes pour cela emparés de la méthodologie de Thierry Ramadier et Sandrine Depeau mise en place dans leur « Jeu de Reconstruction Spatiale »  (JRS), que nous avons remanié afin de l’adapter au mieux à notre sujet. Cet outil de modélisation spatiale a pour ambition de récolter et d’analyser les représentations cognitives de l’espace, soit « la façon dont les organismes mobiles interagissent avec les propriétés spatiales de leur environnement. »3 Ainsi, ces représentations nous donnent à voir l’espace pratiqué par l’individu ainsi que sa signification.

En tant que réadaptation du JRS, « Raconte-nous ton aventure » (RTA) a pour ambition de mettre en avant les images du parc dépeintes par les enfants et de s’immerger au cœur de leur(s) univers de jeux, de leur(s) représentation(s) de cet espace.


Observation, action, perception, avril 2019, BY CC NC SA
Observation, action, perception, avril 2019, BY CC NC SA

À l’aide d’un module en carton et d’un stand attrayant pour ce jeune public, nous laissons donc l’enfant composer son espace de jeux, à l’aide de multiples blocs (qu’il empile ou regroupe selon ce qu’il souhaite représenter) et de fils pour relier ces derniers entre eux. À cela, s’ajoute une légende afin d’illustrer les éléments à disposer.

Avant de commencer le jeu, nous leur avons demandé de nous raconter où ils aimaient et avaient l’habitude de jouer dans le Parc Flaubert. L’enfant est donc invité à expliquer tout au long de l’expérience ce qu’il produit et pourquoi.

Échantillon de "Raconte moi ton aventure", avril 2019, CC BY NC SA
Échantillon de “Raconte-nous ton aventure”, avril 2019, CC BY NC SA

Notre échantillon se compose de 9 enfants, âgés de 6 à 10 ans. Certains d’entre eux ayant réalisés l’expérience à plusieurs, par groupes de 2 ou 3, nous avons donc analysé 6 RTA. En moyenne, nos interventions de jeux ont duré 10 minutes.

Enfant n°1 – 10 ans (3 filles)

Les enfants occupent tout l’espace de jeux à leur disposition et même au-delà. Elles attachent une importance particulière aux éléments sur lesquels elles jouent (4 structures de jeux représentées), mais également aux chemins qu’elles empruntent pour y accéder. La végétation quant à elle, est quasi-nulle d’après leur(s) perception(s) de l’espace.

Enfant n°2 – 6 ans  (1 fille)

L’enfant occupe la moitié de la feuille, de manière très linéaire, à l’image du parc et de l’aire de jeux. La jeune fille représente les chemins de manière sinueuse et déforme l’aire de jeux, notamment la distance entre les blocs (4 structures de jeux représentés), qu’elle visualise très rapprochés. La limite de son espace de jeux est imposée par la butte.

Enfant n°3 – 10 ans (1 garçon)

Le jeune garçon n’occupe qu’une petite partie de l’espace de jeux (l’espace street workout) et prend en considération le contexte environnant. Sa vision de l’espace de jeux (2 structures de jeux représentées) est très quadrillée et les éléments sont répartis tel un zonage. D’une part, sa limite de l’aire de jeux est constituée par la végétation du Parc Flaubert, et d’autre part par les immeubles.

Enfant n°4 – 8 ans (2 garçons)

Les enfants se sont appropriés l’ensemble du plateau de jeux. Leur(s) vision(s) très globale(s) mêle(nt) l’espace de jeux ainsi que le contexte du parc. Ils arrivent à percevoir entièrement l’espace qui les entourent en le resituant sur le plan. La limite de l’aire de jeux (5 structures de jeux représentées) est déterminée par les bancs et les bâtiments.

Enfant n°5 – 6 ans (1 fille)

La jeune fille a représenté le parc de manière linéaire. L’aire de jeux et les éléments de jeux ont été disposés dans tout le parc, cet espace est donc déformé (3 structures de jeux représentées). Néanmoins, les limites de son aire de jeux sont assez cohérentes.

Enfant n°6 – 9 ans (1 fille)

La jeune fille est la seule à avoir disposé la limite spatiale tout autour de l’aire de jeux. L’enfant a réussi à déterminer son propre espace de jeux (3 structures de jeux représentées) et non le parc en entier. Sa représentation est assez cohérente avec la réalité et la linéarité du parc.

Interpréter l’aventure de l’enfant

Le RTA nous a permis de comprendre comment l’enfant intègre les structures existantes dans son univers, et s’il en intègre d’autres qui n’y sont pas formellement dédiées. En effet, un enfant questionne son ami, car il ne visualise pas de la même manière l’espace de jeux, un autre perçoit dans un premier temps le contexte environnant plutôt que son propre espace de jeux, etc.

« Mais il n’y a pas une aire de jeux ici, c’est celle qui est là. »

Garçon de  8 ans
L'ensemble des RTA, avril 2019, CC BY NC SA
L’ensemble des RTA, avril 2019, CC BY NC SA

La perception de l’espace de jeux de l’enfant diffère en fonction de l’âge de ce dernier. Les plus jeunes vont représenter un espace de jeux plus ou moins imaginé et non seulement celui qu’ils utilisent. Tandis que les enfants plus âgés arrivent à mieux discerner leur espace de jeux et à le spatialiser. Ces derniers produisent un résultat assez descriptif de leur aire de jeux, en prenant en considération le contexte alentour. Ramadier Thierry et Depeau Sandrine ont obtenus des résultats semblables aux nôtres sur la thématique de l’âge, ce qui vient conforter notre propos.4

Perception sensible du Parc Flaubert, avril 2019, CC BY NC SA
Perception sensible du Parc Flaubert, avril 2019, CC BY NC SA

L’aire de jeux du Parc Flaubert correspond à la pratique du jeu pour les enfants. En effet, ces derniers ne s’approprient que très peu les espaces alentours, globalement ils restent dans l’espace qui est pré-défini. Les abords de l’aire de jeux font partie du domaine infranchissable, tout comme la piste cyclable qui représente un obstacle à la pratique du jeu dans cet espace public. À cela s’ajoutent la butte ainsi que la végétation qui délimitent spatialement l’espace de jeux des enfants. Les éléments clés du paysage du jeu de l’enfant sont principalement recentrés sur les modules de sport, le mobilier de jeu aux extrémités et autour des différentes assises.

Pour aller plus loin dans l’aventure…

La réalisation de ce jeu, grandeur nature, a quelques fois suscité la curiosité de ce jeune public, qui souhaitait réaliser ce test de manière spontanée. Néanmoins, la majeure partie d’entre eux sont assez timides et ont sûrement peur des soi-disant « bonnes » ou « mauvaises » réponses. En ce sens, la timidité peut constituer un frein à cette expérience et éventuellement aux résultats obtenus, car quelques fois il était nécessaire de guider l’enfant et d’orienter inconsciemment ces choix. La consigne étant simplement de raconter l’expérience personnelle d’une zone dite à travers des éléments simplistes (cubes colorés, fils de laine) présente un obstacle à la compréhension directe, instinctive des règles du jeu.

Les enfants sont assez nombreux au Parc Flaubert, mais ces derniers sont plutôt soit des adolescents (+ de 13 ans), soit très jeunes (- de 6 ans). Ainsi, la catégorie d’âge que nous avions ciblée était peu représentée dans cet espace public. En effet, les enfants trop jeunes n’ont pas les codes de représentations suffisants pour appréhender leur espace de jeux, tandis que les adolescents n’utilisent plus ce mobilier spécifique, mais plutôt les terrains de basket à proximité.

Pour conclure

Les cartes mentales recueillies dans le cadre du RTA exposent différents aspects du rapport à l’espace et de sa perception par les enfants. En laissant une grande liberté à l’enfant dans le choix de sa représentation, il s’agit d’un outil intéressant, support des réflexions sur l’espace, ses usagers, leurs pratiques et leurs perceptions.
Ce jeu est une manière ludique de susciter l’attention d’un jeune public, et ainsi de développer de réelles opportunités d’agencement, en terme de conception et de construction de ces futurs espaces récréatifs.


Auteurs article et représentations graphiques : Étudiant(e)s de l’IUGA (Costet Clémence ; Dumain Anne-Laure), l’ENSAG (Moreau Baptiste ; Prouhèze Benjamin ; Nguyen Phúc ; Bédoui Ameni ; Nehlil Idir)

Cite this article as: Champion, Julian ; Costet, Clémence ; Dumain, Anne-Laure ; Moreau, Baptiste ; Prouhèze, Benjamin ; Nguyen, Phúc ; Bédoui, Ameni ; Nehlil, Idir, "L’enfant et son aire de jeux : de la représentation à la perception," in Le Cresson enseigne, 26/05/2019, https://ehas.hypotheses.org/3608.
  1. LECHEVALIER, Bernard. 1995. Ambiguïté de la Perception… Perception et agnosies [en ligne]. pp. 9-12. [consulté le 15 avril 2019]. Disponible sur : https://www.cairn.info/perception-et-agnosies–9782804119652-page-9.htm []
  2. GRILLMEIER, Bruce. 2015. Outdoor play spaces for children. Australia : Images Publishing Group Pty Limited. 263 p. ISBN 9781864706390. p. 16 – Texte original : « Fenced boundaries tend to make the play spaces feel segregated from their surroundings. Fenced boundaries may imply that this is where children are meant to be-and that only belong here, rather than elsewhere in the public domain. » []
  3. COURBOIS, Yannick. Développement de la cognition spatiale [en ligne]. Universalis. [consulté le 15 avril 2019]. Disponible sur : https://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-de-la-cognition-spatiale/ []
  4. RAMADIER, Thierry. ; DEPEAU Sandrine. 2010. Approche méthodologique (JRS) et développementale de la représentation de l’espace urbain quotidien de l’enfant [en ligne]. Isabelle Danic (dir.); Olivier David (dir.) et Sandrine Depeau (dir.). Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien. 2010, Rennes, France. Géographie sociale ; Presse universitaire de Rennes, p.61 – 74 [consulté le 17 mars 2019]. Disponible sur: https://books.openedition.org/pur/27157?lang=fr []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.