Comprendre la nature des relations entre le sol et l’usager au sein du Parc Flaubert

Dans le cadre du module “Urbanités et ambiances de l’espace public” et de la recherche PROSECO nous avons été amenées à nous questionner sur l’hyper-esthétisation1 du parc Flaubert et à réaliser une étude qualitative de cet espace.

“Chaque lieu possède un environnement propre qui le caractérise et dont la construction est quotidienne. Le fondement de cet environnement est l’articulation entre de nombreux facteurs visibles et invisibles qui imprègnent ce lieu et définissent son identité, influençant le comportement des personnes qui y vivent et le parcourent.” ((ELALI, Gleice Azambuja. 2013. Relations entre comportement humain et environnement : une réflexion fondée sur la psychologie environnementale. In THIBAUD, J.-P. et DUARTE, C.R. (dir.). Ambiances urbaines en partage : pour une écologie sociale de la ville sensible. Genève : MétisPresses, pp. 63-81.))

Quel traitement du sol pour le parc Flaubert ? Comment les composantes matérielles et sensibles influencent-elles le cheminement des usagers ?

Suite à nos premières observations et premiers entretiens informels, nous avons choisi de nous intéresser à l’influence des éléments d’aménagement sur l’expérience vécue de l’usager. Nous avons été plus particulièrement interpellées par le traitement du sol du parc Flaubert. En effet, de nombreux composants matériels ont été mis en place à ce niveau là, l’aménagement y est omniprésent. Ainsi, chaque cheminement est indiqué par des bandes de béton désactivé, des bandes de sable stabilisé, ou plus rarement du paillis (pour les piétons) ou du goudron (pour les cyclistes). Aux croisements, on trouve des petites barrières qui soulignent les angles. Pour ce qui est du reste du parc, ce sont des matériaux plus naturels, simples et moins traités : des prairies, du sable ou du gravier. Ces juxtapositions de matériaux, comme une juxtaposition de bandes parallèles ou en biais dessinent un plan masse très graphique et esthétique. Mais ces chemins accentuent aussi la forme longiligne du parc qui, avec sa situation géographique semble faire parfois de lui une voie de circulation. Cet effet est également renforcé par la séparation des usages (piétons séparés des cyclistes), ce qui semble avoir pour conséquence d’attribuer à la piste cyclable la qualification “d’autoroute à vélos”. Quant au parc, certain le nomme “balade verte”, le traitement des cheminements et du sol s’en trouvent ainsi réellement significatifs.

“Si toute architecture opère une mise en forme du sensible, une analyse qui se limiterait à l’espace construit et aux dispositifs matériels ne saurait être suffisante pour rendre compte d’une ambiance. En effet, la présence humaine, la manière dont un espace est investi par les usagers affecte en retour les qualités sensibles du lieu. L’ambiance se conçoit alors comme le jeu réciproque entre les ressources de l’environnement construit et les usages. “2

Ce schéma reprend notre réflexion sur la relation entre la matérialité, le ressenti de l’Homme et le fait qu’il effectue des choix quant à son parcours, cela nous mène à la problématique suivante :

Quelles sont les composantes matérielles et sensibles qui vont influer l’interaction sol/homme sur le choix d’itinéraire dans le cadre d’un aménagement public contemporain ?


Sécurité, contrainte et confort : trois axes de réflexion

Afin d’orienter notre réflexion quant à cette problématique, nous avons dégagé plusieurs entrées. La sécurité, la contrainte ainsi que le confort constituent nos trois approches. Elles font partie de nos premiers axes de réflexion, et ont été omniprésentes lors de nos études de terrain. Ces trois approches se retrouvent dans tous nos parcours, certaines apparaissent plus que d’autres en fonction de la sensibilité, la personnalité et les usages de chacun des marcheurs-observateurs.
Nous désirons nous intéresser à la notion de confort. Cette caractéristique a été l’une des thématiques les plus récurrentes lors de nos parcours. Nous faisons l’hypothèse qu’elle est de l’ordre d’un rapport plus pratique à l’espace, ici le lien entre la matérialité du sol et le choix de parcours paraît ainsi plus direct et plus facilement identifiable : “certaines formes de mobilité semblent aussi répondre à des affordances sensibles, ou invites, ménagées par le détail de mise en oeuvre et le matériau de sol : par exemple les graviers donnent lieu à des jeux rythmiques du fait de la prolongation sonore de l’impact du pied, à des mouvements de traîne, de glissement de la part des adolescents ou enfants, ou encore préfèrent être évités par des personnes âgées dont la démarche est oscillante”.3 Ensuite, nous nous intéressons à la sécurité et à l’insécurité car c’est le ressenti qui est le plus ressorti lors de nos parcours. En effet, les marcheurs-observateurs ont montré une certaine facilité à exprimer ce sentiment, notamment l’insécurité. On se demande alors quel est le rôle d’un aménagement sur cette question, quelles sont les attentes des usagers vis à vis de cette notion ? Nous nous questionnons ainsi sur les raisons de la récurrence de ce “sentiment d’insécurité” auprès de la diversité d’usagers avec lesquels nous avons marché. Nous désirons également aborder cette thématique car elle est intrinsèquement liée à l’action de se mouvoir dans l’espace public : “ La sécurité tient une place importante dans ces considérations. Elle met en évidence un droit commun à tous : celui de se déplacer librement et de manière insouciante dans la ville.”4 Concernant la notion de contrainte,  nous entendons par ce terme l’ensemble des barrières mentales ressenties par l’usager, parfois induites par des barrières physiques. Les éléments d’aménagement et plus particulièrement ceux du sol, le “lissage du sol” et la “spécialisation des zones de circulation” semblent être à l’origine d’un sentiment de contrainte, où l’usager se sent obligé de suivre les chemins qui lui sont tous indiqués, amoindrissant sa liberté et ainsi sa sensibilité.5

Ensuite, nous nous intéressons à la sécurité et à l’insécurité car c’est le ressenti qui est le plus ressorti lors de nos parcours. En effet, les marcheurs-observateurs ont montré une certaine facilité à exprimer ce sentiment, notamment l’insécurité. Il est alors à se demander quel est le rôle d’un aménagement sur cette question, quelles sont les attentes des usagers vis à vis de cette notion ? Nous nous questionnons ainsi sur les raisons de la récurrence de ce “sentiment d’insécurité” auprès de la diversité d’usagers avec lesquels nous avons marché. Nous désirons également aborder cette thématique car elle est intrinsèquement liée à l’action de se mouvoir dans l’espace public : “ La sécurité tient une place importante dans ces considérations. Elle met en évidence un droit commun à tous : celui de se déplacer librement et de manière insouciante dans la ville.”6 Concernant la notion de contrainte,  nous entendons par ce terme l’ensemble des barrières mentales ressenties par l’usager, parfois induites par des barrières physiques. Les éléments d’aménagement et plus particulièrement ceux du sol, le “lissage du sol” et la “spécialisation des zones de circulation” semblent être à l’origine d’un sentiment de contrainte, où l’usager se sent obligé de suivre les chemins qui lui sont tout indiqués, amoindrissant sa liberté et ainsi sa sensibilité.7


Le parcours commenté comme outil d’observation du rapport sol/Homme

“ La méthode des parcours commentés a pour objectif d’obtenir des comptes rendus de perception en mouvement. Trois activités sont donc sollicitées simultanément : marcher, percevoir et décrire. […] Toutefois, les descriptions d’ambiances occupent une place privilégiée dans cette démarche : d’une part, c’est à partir d’elles que sont formulées les hypothèses relatives aux dispositifs et aux configurations sensibles d’un site ; d’autre part, elles sont utilisées comme champ privilégié de ressaisissement des divers corpus.”8
Afin d’obtenir des informations concernant la problématique que nous souhaitons aborder, nous avons décidé d’effectuer des parcours commentés. Cet outil d’observation et d’analyse nous a semblé particulièrement approprié au terrain, et à sa double fonction de parc et de voie de circulation, dans le but d’en saisir à la fois des éléments d’ambiance, de sensibilité et des éléments matériels d’aménagement. Notre protocole se déroule en deux temps. Premièrement, nous avons effectué un parcours libre, où nous proposons à l’usager de choisir son itinéraire, selon son habitude s’il fréquente régulièrement le parc, ou son instinct si cet espace ne fait pas partie de son environnement quotidien. Dans un deuxième temps, un parcours plus contraint où nous indiquons à l’usager un point à rejoindre qu’il ne pratique pas habituellement, dans ou aux alentours proches du parc (la Bifurk par exemple), dans le but d’observer le chemin qu’il emprunte instinctivement sous contrainte. Concernant le choix de notre méthodologie, nous nous sommes inspirées de la définition des conduites simples et conduites complexes, qu’explicite Gleice Azambuja Elali ci-dessous : “ L’influence de l’environnement physique sur le comportement varie selon la conduite en question”, les conduites très complexes tendant à être moins influençables par l’environnement que les conduites plus simples.”9 En considérant que le premier parcours est une conduite simple (se promener, flâner, etc.) et que le deuxième parcours est une conduite complexe (aller quelque part, avoir un objectif), nous avons choisi de proposer un protocole comprenant ces deux mises en situation afin de mieux saisir les influences que peut avoir l’environnement du parc Flaubert sur le choix des trajectoires des usagers. Il était important pour nous d’effectuer ces parcours avec plusieurs personnes différentes, pour avoir un maximum d’apports, dans le but d’observer une certaine variété quant aux approches sensibles des différents usagers. Nous avons mené notre enquête auprès d’un dizaine de piétons car ce sont les principaux usagers concernés par les intentions précédemment énoncées.


Le parcours commenté comme outil d’observation du rapport sol/Homme

Suite aux analyses et au traitement des données que nous avons recueilli, nous les avons classé selon nos trois axes de réflexion.

– Le confort
Pour plusieurs usagers que nous avons interrogé, la matérialité des sols influence leurs choix de trajectoires. Elle induit des questions de confort et de vitesse. En effet, pour plusieurs d’entre eux, les sols en béton désactivé sont trop agressifs pour le corps ; ils préfèrent alors emprunter les chemins en sable stabilisé, plus agréables, plus proches des chemins en terre. Cependant, ces choix peuvent être influencés par l’attitude de l’usager. En effet, certains d’entre eux préfèrent utiliser les chemins jugés plus agréables (sable stabilisé) quand ils ont le temps de flâner, tandis qu’ils utiliseront plutôt les voies plus brutes (béton désactivé, enrobé de la piste cyclable) lorsqu’ils adoptent une marche plus rapide.
La notion de stabilité est également présente, questionnant les passages sur les copeaux de bois ou les graviers. Pour certains ces chemins permettent de varier les types de sols, de s’exercer en sollicitant une marche un peu plus physique, tandis que pour d’autres ces matérialités les mettent en situation d’inconfort.
Malgré ces différents constats, très peu de personnes utilisent les zones d’herbes, mis à part les usagers qui se promènent avec leur chien.
Alors que la plupart des usagers préfèrent prendre les chemins dont la matérialité se rapproche de celle des chemins en terre jugée plus confortable, pourquoi ne se promènent-ils pas sur les zones d’herbe? Est ce parce que l’aménagement ne leur indique pas que c’est un chemin qu’ils devraient emprunter ?

–  La sécurité
Dans la question de la sécurité, nous retrouvons la notion de stabilité précédemment évoquée. Les chemins avec les copeaux de bois et les passages sur le gravier, en plus d’être jugés inconfortables pour certains usagers, sont aussi des facteurs d’insécurité, de danger potentiel. En effet, certaines personnes (surtout des personnes âgées) ne se sentent pas en sécurité en empruntant ces chemins car elles ne se sentent pas stables et ont peur de tomber et de se blesser. Pour certains, cela s’applique également aux chemins en sable stabilisé, les poussant même parfois à marcher sur la piste cyclable car ils se sentent plus en sécurité sur ce sol régulier, malgré la présence des cyclistes.
Outre la dimension matérielle du sol, les éléments d’ambiance entrent en compte dans la notion de sécurité. Par exemple, même si quelques usagers l’empruntent car ils aiment le sentiment d’intimité qu’il leur procure, le passage sur les copeaux de bois, caché par la végétation dense et rapprochée est très peu utilisé. En effet, plusieurs personnes interrogées nous ont confié avoir peur d’emprunter ce chemin car elles ne se sentent pas en sécurité. Cela vient du fait qu’il est en partie caché par la végétation, et donc non visible du reste du parc, il reste ainsi peu fréquenté. Ces personnes ont alors tendance à rester dans les parties visibles au sein du parc Flaubert, à éviter tous les endroits un peu cachés pour marcher sereinement, en toute sécurité sur les chemins les plus empruntés et les plus visibles.
Certaines personnes ont également mentionné un sentiment d’insécurité provoquée par les installations mises en place, comme les petites barrières en bord de chemin qui, selon eux, ne sont pas assez visibles et peuvent être à l’origine de chutes.
De manière générale, le parc Flaubert a été décrit comme étant un endroit où l’on se sent en sécurité grâce à la séparation des usages. Beaucoup de personnes apprécient le fait qu’il n’y ait pas de véhicules à moteur, mais aussi le fait d’avoir une voie spécifique prévue pour les cyclistes. Ainsi, elles peuvent marcher en toute sécurité sur les chemins piétons, sans se soucier de gêner les utilisateurs qui utilisent d’autres types de mobilité. Cependant, même si la séparation des usages est appréciée des piétons pour l’aspect sécuritaire qui en découle, certains d’entre eux se sentent quand-même plus en sécurité en marchant sur la piste cyclable. Cette contradiction est intéressante à souligner car, sous prétexte d’une volonté de sécurité, certains usagers se mettent en danger en empruntant une voie qui n’est pas initialement dédiée à au piéton.

–  La contrainte
Comme nous l’avons dit précédemment, les barrières dites physiques peuvent être source d’insécurité et provoquer des chutes pour les usagers qui ne les voient pas. Elles sont également vues comme des contraintes pour certains usagers. En effet, en étant placées dans les angles où des chemins se croisent ou en marquant la limite entre les chemins minéralisés et la végétation, les usagers se sentent guidés et contraints par ces barrières. Pour eux, elles indiquent et induisent où marcher, et au contraire, où il n’est pas souhaité que l’on aille. Elles influencent donc leur déambulation au sein du parc Flaubert, de manière plus ou moins consciente.
En plus des barrières physiques, nous avons relevé des barrières mentales, comme la piste cyclable par exemple. En effet, cette dernière est perçue par certaines personnes comme étant un frein, comme un élément de rupture entre le chemin de sable stabilisé et le reste du parc. Alors que la séparation des usages est volontaire, pourquoi ne pas avoir mis la piste cyclable tout au bord, pour que les piétons puissent circuler librement dans l’ensemble du parc?  Sachant que la nature et la végétation sont des critères essentiels pour le parc Flaubert, pourquoi vouloir les mettre à distance des usagers en installant des barrières?


Pour conclure

Les résultats de cette enquête qualitative ont été riches en réflexions et en questionnements. Nos trois grands axes (confort, sécurité, contrainte) ont été de bons supports de débat, ils sont ressortis assez fréquemment dans nos parcours en tant que composante sensible, paraissant induire les choix d’itinéraires de nos marcheurs-observateurs. On peut effectivement tirer des liens entre ces éléments et les caractéristiques physiques du site. Cependant ces liens ne sont pas systématiques, leur présence et leur nature sont inévitablement liées à de nombreuses variables : temporalités différentes, personnalité des usagers, etc. Cette diversité et ces incertitudes quant à la nature du rapport sol/Homme soulèvent de nombreuses questions et nous amènent à constater la difficulté à évaluer l’influence des éléments de traitement du sol sur le comportement de l’usager. Il mettent surtout en lumière la complexité et la richesse du rapport sensible du piéton à  son environnement, nous questionnant ainsi sur les outils les mieux adaptés pour en comprendre la nature.

Cite this article as: Chen GUAN, Elisa PETIT, Maurine LANTHEAUME, Ondine TOUJA, Zhenzi TIAN, Rania BOUNAWAS, "Comprendre la nature des relations entre le sol et l’usager au sein du Parc Flaubert," in Le Cresson enseigne, 27/06/2019, https://ehas.hypotheses.org/3679.
  1. Page PROSECO du site internet du laboratoire CRESSON : https://aau.archi.fr/contrat-de-recherche/proseco-production-sensible-de-lespace-public-contemporain-de-la-conception-a-lexperience-pour-penser-les-enjeux-politiques-du-sensible/ []
  2. THIBAUD Jean-Paul, BALEZ Suzel, BOYER Nicolas, COUIC Marie-Christine, FIORI Sandra, et al.. Comment observer une ambiance ? Les Cahiers de la recherche architecturale, Paris : Ed. du patrimoine, 1998, Ambiances architecturales et urbaines (n°42-43), pp. 77-90. []
  3. GERMON, Olivia. 2017. Le sol urbain : un arrière-plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines. 454 p. Thèse de doctorat, Architecture, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. []
  4. DESSOUROUX, Christian. 2003. La diversité des processus de privatisation de l’espace public dans les villes européennes. Belgeo. 2003, n°1, pp. 21-46. []
  5. THOMAS Rachel, BALEZ Suzel, BÉRUBÉ Gabriel, BONNET Aurore. 2010. L’aseptisation des ambiances piétonnes au XXIe siècle : entre passivité et plasticité des corps en marche. 124 p. Rapport de Recherche n°78, Programme de Recherche Interdisciplinaire “Ville et Environnement”, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. []
  6. DESSOUROUX, Christian. 2003. La diversité des processus de privatisation de l’espace public dans les villes européennes. Belgeo. 2003, n°1, pp. 21-46. []
  7. THOMAS Rachel, BALEZ Suzel, BÉRUBÉ Gabriel, BONNET Aurore. 2010. L’aseptisation des ambiances piétonnes au XXIe siècle : entre passivité et plasticité des corps en marche. 124 p. Rapport de Recherche n°78, Programme de Recherche Interdisciplinaire “Ville et Environnement”, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. []
  8. Thibaud, Jean-Paul. La méthode des parcours commentés. In : Grosjean, Michèle; Thibaud, Jean-Paul. L’espace urbain en méthodes. Marseille : Parenthèses. 2001. p. 81 []
  9. ELALI, Gleice Azambuja. 2013. Relations entre comportement humain et environnement : une réflexion fondée sur la psychologie environnementale. In THIBAUD, J.-P. et DUARTE, C.R. (dir.). Ambiances urbaines en partage : pour une écologie sociale de la ville sensible. Genève : MétisPresses, pp. 63-81. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.