Peut-on inventer un patrimoine sonore ? (Patrick Romieu)

EAH_2013Si le souci patrimonial contemporain est aujourd’hui largement débattu, les tentatives «conservatrices» de plus en plus explicites que l’on observe aux alentours des domaines du son s’expriment avec la force de l’évidence et parfois de l’accompli. On ne peut toutefois accepter l’idée d’une mise en ordre et d’une intelligibilité des agencements acoustiques enregistrés ou perçus par le biais d’une écoute orientée sans la débattre âprement.

Quelles frontières attribuer à l’immatériel, quelles configurations, quelles communications pour  une mise en partage de l’intangible ? Le son fait-il héritage, et si oui, au prix de quelles constructions, inventions, fictions ? Serions nous donc capables de considérer enfin nos débords acoustiques, nos refus d’entendre, nos déchets de son ? Les spécialistes de la chose sonore ne devraient pas être les plus démunis pour lancer ces questions, habitués qu’ils sont des forces de l’instant et de l’oubli, des rythmes de l’espace et de l’ubiquité, habitués aussi qu’ils devraient être des corps bruissants et obscènes.

[Patrick Romieu est anthropologue, chercheur associé au Cresson, pédagogue du son, est aussi coordonateur de l’association Archimeda, cette dernière se consacrant depuis 15 ans à l’expérimentation comme à la diffusion pédagogique des connaissances en relation avec l’expérience sonore située]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *