« Architectures invisibles » par Eléonore Bak. Mercredi 28 janvier 2015 à 9h00.

EH2015Artiste impliquée dans le domaine du son, j’interroge notre perception de l’espace. L’esthétique sonore, la spatialisation sonore et particulièrement les scénarisations de l’écoute et les aménagements du vivant sont le sujet de mon travail de création et de recherche. Alors que mon travail s’est porté longtemps presqu’exclusivement sur le son comme matériau plastique, j’ai commencé en 1995 une série d’analogies visuelles, qui cherchent à communiquer ce qui fait scène dans l’œuvre, par exemple le comment j’aborde la notion de forme, de sculpture, de temps, d’environnement et de milieu sonore. Elles abordent toujours l’ambiance sonore «in situ», «in sensu». Véritables atouts, dans ma recherche actuelle, parce qu’elles me permettent d’interroger à la fois le son et l’image, notamment le potentiel qu’elle offre pour transmettre le spectre sensible, elles augmentent surtout la gamme des outils d’analyse et de conception existants et deviennent une toute nouvelle ressource pour comprendre la construction invisible de nos espaces de vie, de nos manières de les habiter.

Eléonore Bak est artiste, chercheuse, professeure, à l’initiative d’une structure pédagogique et de recherche l’ARS à l’école supérieure d’art de Lorraine, spécialisé en son, architecture, espace urbain. Après des études à l’Ecole Supérieure d’art et de Design à Cologne en Allemagne (1981-85), où elle s’est particulièrement intéressée à l’espace performatif, elle entame des recherches en électroacoustique au Centre International de Recherche Sonore (CIRM) et en son à la Villa Arson à Nice. Elle complète ce cursus par un bagage scientifique : M2 en Technologies de Communication et Cultures, où elle s’est particulièrement intéressée à la médiologie. Elle est en dernière année de thèse au CRESSON/ENSAG (Habiter l’invu, Formes de visualisations sonores). Elle a également travaillé en physique non linéaire à ACROE/Institut Polytechnique de Grenoble et conduit des recherches en traitement du signal, wave-field-synthesis et urbanités à Centrale Supélec de Metz.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *