Ecole d’Hiver 2020 – Programme / Program

Les « plateaux radio » (en vert sur le programme) sont organisés sous la forme d’apports et de débats destinés à créer des podcasts radio, le reste du temps est consacré à la conception et à la réalisation des « prototypes ».

The «radio sets» (in green on the program) are organised in the form of contributions and debates aimed at creating radio podcasts, the rest of the time is devoted to the design and production of “prototypes”.

Lundi 27 janvier – 10h30

Thème 1 :

L’espace sonore en question : architecture, acoustique, art, design, paysage. Outils, démarches et conception

The sound space in question: architecture, acoustics, art, design, landscape. Tools, approaches and design

Avec/with : Eléonore Bak, Grégoire Chelkoff et Théo Marchal, Nicolas Rémy

Aborder le son dans le design et l’architecture et dans la vie de tous les jours a été pour nous un long chemin notamment depuis le travail sur les effets sonores. Dans le temps imparti, je vais essentiellement parler de ce que j’ai appelé les « prototypes sonores architecturaux » et de leur expérimentation au tournant des années 2000. Formé par l’architecture, je me suis intéressé à des « dispositifs » spatiaux perçus à l’échelle de notre corps en mouvement et non au « paysage sonore » présupposant un point fixe. 

Faut-il rappeler que l’espace vécu est mouvement ? Comme le dit le philosophe Mikel Dufrennes, « l’architecture nous meut », elle nous fait bouger, l’espace c’est du mouvement (Poincaré, Berthoz). Mais le son aussi se meut et émeut : il chemine dans l’espace pour mettre en mouvement nos récepteurs. J’ai défini trois degrés d’amplitude qui concernent ce lien au mouvement du corps et à la perception et à l’action sonore dans l’espace : articulations, limites et inclusions. Ces catégories, non exhaustives, peuvent concerner de nombreux cas de figure concrets pour traiter de l’espace sonore en action dans la ville et dans les édifices en fonction des situations et pour offrir différentes stratégies d’usage concernant nos manières ordinaires d’habiter. 

Approaching sound in design and architecture and in everyday life has been a long road for us, especially since the work on sound effects. In the time allotted, I will essentially talk about what I have called “architectural sound prototypes” and their experimentation at the turn of the millennium. Trained by architecture, I was interested in spatial “devices” perceived on the scale of our moving body and not in the “soundscape” presupposing a fixed point. 

Is it necessary to recall that living space is movement? As the philosopher Mikel Dufrennes says, “architecture moves us”, it makes us move, space is movement (Poincaré, Berthoz). But sound also moves, and is emotive: it travels through space to set our receivers in motion. I then defined three degrees of amplitude that concern this link to the movement of the body and to the perception and action of sound in space: articulations, limits and inclusions. These categories, which are not exhaustive, can concern many concrete cases to deal with sound space in action in the city and in buildings according to the situation and to offer different strategies of use concerning our ordinary ways of living.

G.CHELKOFF

  1. Le son c’est du mouvement dans l’espace. Est-ce le son qui bouge dans l’espace et/ou est-ce notre mouvement qui fait bouger le son dans l’espace ? Cette question est intéressante lorsque qu’on passe d’une source mobile à une source sonore immobile, comme c’est le cas lorsque le son est diffusé depuis un point de vue sonore fixe par exemple. 
  2. Le son c’est de l’espace en mouvement. Cela soulignerait la capacité du son à générer de l’espace. Est-ce de l’espace acoustique, c’est-à-dire un espace en lien avec la forme construite ? Est-ce au contraire une sorte de présence sonore autonome, une forme plastique, sensible ou imaginaire, voire une forme à la lisière du rêve ? Ce double questionnement me semble utile en phase d’expérimentation constructive, c’est-à-dire au moment où on passe de l’observation/enquête à la (re)construction.

E.BAK

Espace sonore et dimensions

Cette intervention a pour objet la mise en place d’une réflexion sur les dimensions du son dans l’espace et sur le rôle des perceptions sonores « dimensionnées » (proches/lointaines, grandes/petites, etc.) dans notre perception de l’espace vécu.

Il s’agit ici de discuter du croisement entre dimensions sonores et productions spatiales (aussi bien artistiques qu’architecturales) à partir de critères sensibles afin d’explorer comment l’espace sonore convoque les notions de proche et de lointain.”

T.MARCHAL

 

Espace Sonore

L’espace sonore est un espace dynamique à 4 dimensions, épousant les 3 dimensions de l’espace physique de l’environnement bâti,  mais aux limites variables que ce soit dans l’espace et dans le temps. Cette définition serai ainsi commentée et illustrée par des fragments sonores et bien évidemement débattu au sein du plateau radio. 

Sound Space 

The sound space is a dynamic 4-dimensional space, marrying the 3 dimensions of the physical space of the built environment, but with variable limits both in space and in time. This definition will thus be commented and illustrated by sound fragments and obviously discussed within the radio set.

N.RÉMY

Mardi 28 janvier – 9h

Thème 2

Enquête de sons : vécu sonore in situ, habiter / produire l’espace sonore

Sound investigation: sound experience in situ, inhabiting / producing sound space

Avec/with : Laure Brayer, Sylvie Laroche, Théa Manola, Jean Paul Thibaud

Ce plateau radio s’intéressera à l’enquête comme moyen d’aborder, de saisir et de comprendre le vécu sonore d’un espace, d’un territoire. Les travaux du CRESSON ont toujours donné une place importante aux situations d’enquête. Comment faisons-nous pour enquêter sur le vécu sonore ? Comment pouvons-nous faire parler les acteurs de leurs expériences sonores ? Quelle peut-être la place du (vécu) sonore dans des démarches d’enquête ? Comment pouvons-nous partager et débattre des enquêtes sur le vécu sonore ? Comment les différents métiers et disciplines abordent l’enquête sur le vécu sonore ?

On parlera alors de la place du sonore dans les enquêtes, en cours ou passées, du Vénéon (recherche AUSENVI) et de la Romanche (recherche ODE) ; on évoquera les résultats d’une enquête sur les pratiques professionnelles relatives au sonore et son vécu (recherche DIAGPART) ; ou encore de l’outil Cartophonies compilant différents fragments sonores issus de recherches menées au Cresson …

 

Mercredi 29 janvier – 18h

Thème 3

Conférence de David Howes :

Sensory anthropology and the study of atmospheres

This presentation offers an overview of the sensory turn in anthropology, which crystallized in the early 1990s and has since spread to other disciplines.

Sensory anthropology stands for a cultural approach to the study of the senses and a sensory approach to the study of culture: the senses are treated as both object of study and means of inquiry.

The preferred method of sensory anthropology is sensory ethnography, as summarized by François Laplantine in The life of the senses: Toward a modal anthropology: ‘the experience of [ethnographic]  fieldwork is an experience of sharing in the sensible [partage du sensible].

We observe, we listen, we speak with others, we partake of their cuisine, we try to feel along with them what they experience” (2015: 2). The emphasis is thus on achieving empathy and understanding through “participant sensation.”

Sensory ethnography departs in this respect from the standard anthropological method of “participant observation” by abjuring the status of the observer and seeking instead to sense and make sense along with others.

Various case studies drawn from the author’s own ethnographic fieldwork in Papua New Guinea will be presented by way of illustration of the methodology in action. The focus then shifts to the question of how best to communicate anthropological knowledge: the creation of “performative sensory environments,” which engage all the senses in a kind of symphony of sensations, is presented as an alternative to the conventional ethnographic monograph (with its verbalism) and ethnographic film (with its heightened visualism).

The presentation concludes with some reflections on the extension of sensory ethnography to the study of atmospheres (after Gernot Böhme) and the burgeoning field of sensory design.

 

David Howes is Professor of Anthropology / Co-Director, Centre for Sensory Studies

Director, Centre for Interdisciplinary Studies in Society and Culture at Concordia University, Montreal-Tiohtià:ke, Kanien’kehá:ka territory

Adjunct Professor, Faculty of Law, McGill University

Cette invitation du conférencier David Howes (en anglais) sera l’occasion de débattre et d’interroger ce que nous apprend une anthropologie des sens.

This invitation from speaker David Howes will be an opportunity to debate and question what an anthropology of the senses teaches us.

Conférence suivie d’une “sensory walking tour” avec David Howes le jeudi 30 en matinée, ouverte à tous.

Conference followed by a «sensory walk» with David Howes the next morning, open to participants.

Vendredi 31 janvier – 15h

Thème 4

Expérimentation en exposition, restitution : le son comme expérience

Experimentation in exhibition: son as an experiment

La présentation de l’installation spatiale et sonore se fera avec un débat sur le fond et sur la forme, des mises en situations d’expériences ont proposées et commentées en direct.

The presentation of the space and sound installation will be made with a debate on the content and the form, with live commentary on the proposed experiments.

Equipe/team CRESSON

Eléonore BAK

Cette artiste, docteure en architecture et « chercheuse associée » au laboratoire CRESSON/École nationale supérieure d’architecture de Grenoble, enseigne depuis 1994 dans le supérieur artistique, et depuis quinze ans à l’École supérieure d’art de Lorraine, où elle a initié l’Atelier de recherche sonore (L.A.R.S).

Artist, PHD in architecture, and associate researcher at the CRESSON laboratory, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Éléonore Bak has taught art in higher education since 1994 and for the past fifteen years at the École Supérieure d’Art de Lorraine, where she launched L’Atelier de recherche sonore (L.A.R.S.).

Laure BRAYER est architecte d’Etat et docteure en architecture, chargée d’enseignement à l’IUGA et chercheure associée à AAU-CRESSON. C’est dans cette équipe qu’elle a rédigée une thèse sur la portée opératoire du film dans la compréhension et la conception de l’espace urbain (Dispositifs filmiques et paysage urbain, Grenoble, UGA, 2014). Ses recherches s’intéressent aux formes matérielles et immatérielles constitutives des situations urbaines contemporaines, à leurs expériences, représentations, partages et transformations.

Laure BRAYER is architect and Doctor in Architecture, lecturer at the IUGA and associate researcher at AAU-CRESSON. It was in this team that she wrote a thesis on the operational scope of the film in the understanding and design of urban spaces (Filmic Apparatus and urban landscape, Grenoble, UGA, 2014). Her researches focus on the tangible and intangible forms of contemporary urban situations, their experiences, representations, sharing and transformations.

Grégoire CHELKOFF

Architecte de formation, Grégoire Chelkoff a participé à la création du CRESSON (centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain) en 1979 à l’école d’architecture de Grenoble et aux recherches initiées par Jean-François Augoyard de 1980 à 1992 sur les effets sonores. Il a initié plusieurs travaux sur la dimension auditive dans ses relations avec l’espace construit et les pratiques, en espace public comme dans l’espace domestique et a entrepris l’expérimentation de « prototypes sonores architecturaux ». Il est responsable scientifique du site web cartophonies.fr. Professeur à l’ENSAG, ses recherches sur les ambiances architecturales et urbaines visent à développer une approche multisensorielle et expérimentale de l’architecture par l’étude des relations entre formes, formants sensibles et formalités des usages.

Sylvie LAROCHE est Architecte d’Etat (mention recherche), docteure en architecture. Elle est actuellement post-doctorante au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment et chercheure associée AAU-Cresson. Ses thématiques de recherche portent sur les dimensions sensibles de la ville afin d’interroger les mutations des espaces urbains. Cette approche s’appuie sur des méthodes pluridisciplinaires originales, à la croisée de l’architecture, des sciences humaines et sociales et des sciences pour l’ingénieur.

Sylvie LAROCHE is architectet, she holds a doctorate in architecture, post doctorate at the Scientific and Technical Centre for Building, and is an associated researcher at AAU-Cresson. Her research themes are centered on the sensory dimensions of the city, to question the transformations of urban spaces. This approach relies on original pluri-disciplinary methods, at the crossroads between architecture, social sciences and engineering.

Théa MANOLA est architecte DPLG, urbaniste et docteur en urbanisme, aménagement et politiques urbaines. Elle est actuellement Maitresse de conférences en Sciences Humaines et Sociales pour l’architecture des Écoles Nationales Supérieures d’Architecture (ENSA) – affecté à l’ENSA de Grenoble (ENSAG-UGA) – chercheure au CRESSON/UMR Architecture, ambiances, urbanités (AAU) et chercheure associée à l’UMR CNRS LADYSS. Ses travaux portent sur les aspects/effets socio-politiques et environnementaux du sensible. En cela, elle s’intéresse aux expériences sensibles et esthétiques (ordinaires et situées) ainsi que à leur prise en compte par les acteurs de la production spatiale.

Théa MANOLA is an architect DPLG, urban planner, and Phd in urban studies. Lecturer on Social and Human Sciences for Architecture, at the Grenoble’s school of architecture and researcher at the team CRESSON of the Laboratory AAU (Ambiences, Architecture, Urbanities). Her scientific work focuses on ordinary sensitive experiences, (multisensory) landscape, and socio-environmental and participatory issues and their consideration in the urban fabric.

Théo MARCHAL est architecte et musicien. Il est doctorant au CRESSON et maitre-assistant invité à l’ENSA Grenoble dans le cadre de différents enseignements tels que le projet d’architecture, les séminaires théoriques, l’enseignement de la « maitrise des ambiances », et divers ateliers portant sur la thématique des outils numériques contemporains d’évaluation et de conception architecturale. Son travail de doctorat porte notamment sur ces questions et sur l’élaboration d’un outil d’évaluation et d’esquisse des ambiances sonores dans le projet architectural et urbain.

juL McOISANS : Études de sciences de l’éducation au début des années 80 & de musicologie à la fin. Après quelques expériences professionnelles dans le graphisme & la télématique, j’ai intégré le laboratoire Cresson en 1993 pour y prendre en charge les publications & la valorisation de la recherche.

A partir de 2003, j’ai initié les premières opérations de collectage, archivage, numérisation & publication systématique des enregistrements sonores effectués au labo depuis son origine (programme cres s o u n d) pour permettre leur large diffusion sous divers supports : CDaudio, bases de données, streaming, cartophonie…

juL McOISANS : Studies in educational sciences in the early 80’s & musicology in the late. After professional experiences in graphic design and telematics, I integrated the Cresson laboratory in 1993 in charge of the publications and of the valuation of the research.

In 2003, I launched the first operations of collectage, archiving, digitalization and systematic publication of the sound recordings made in the lab since its origin (program cress o u n d), to allow their wide broadcasting under varied forms: audioCD, database, internet streaming, cartophonies…

Nicolas REMY est diplômé de physique, DEA (Diplome d’études approfondies Ambiances Architecturales et Urbaines) et docteur de l”École Polytechnique de l’université de Nantes. Il a été maître de conférence dans les  Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture de France et a enseigné à l’ENSA de Grenoble (2003-2017) et l’ENSA de Marseille (2006-2008). Depuis octobre 2008, il enseigne au Département d’architecture de l’Université de Thessalie à Volos dans le domaine de la technologie architecturale et de la maitrise des ambiances. Il est spécialisé en acoustique environnementale, en l’acoustique du bâtiment et sur les des dimensions qualitatives de l’environnement sonore (effets, paysages). Depuis 2018, il est professeur adjoint au département. 

Chercheur associé au CRESSON, son travail se concentre principalement sur  les dimensions physiques des phénomènes d’ambiances appliquées au design des espaces architecturaux et urbains. Entre 2011 et 20113, il était le responsable français d’un projet Europeeen “European Acoustic Heritage”. Entre 2013 et 2015,  il a a co-dirigé la recherche Esquissons ! Outils pour la conception d’environnements sonores durables pour l’ADEME. En 2016, il a co-organisé le 4e congrès international sur les ambiances à Volos, et depuis 2018, il est co-directeur du réseau international Ambiances. 

Nicolas REMY graduated in physics, DEA (Diplome d’études approfondies Ambiances Architecturales et Urbaines) and doctor of the Polytechnic School of the University of Nantes. He was a lecturer in the National Schools of Architecture in France and taught at ENSA  of Grenoble (2003-2017) and the ENSA of Marseille (2006-2008). Since October 2008, he has been teaching at the Department of Architecture at the University of Thessaly at Volos in the field of architectural technology. He’s specialized in environmental acoustics, building acoustics and in the qualitative dimensions of the sound environment (effects, soundscapes). Since 2018, he has been assistant professor of the department.

Associate researcher at CRESSON, His work mainly focuses on the physical dimensions of the phenomena of atmospheres applied to the design of architectural and urban spaces. Between 2011 and 20113, he was for CRESSON the  scientific coordinator for the European Cultural project “European Acoustic Heritage”. Between 2013 and 2015, he co-directed the research “Esquissons! Tools for the design of sustainable sound environments” . In 2016, he co-organized the 4th international congress on Ambiances in Volos, and since 2018, he is co-director of the international Ambiances network.

 

Assistantes /participantes doctorantes Cresson :

Chloé GERARD, Nuria ALVAREZ COLL, Laureen GOMEZ


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search