Ambiances Sonores Confinées

Dans un contexte d’épidémie mondiale (covid-19)1, la France s’est vue dans l’obligation de confiner sa population pour une période donnée. Depuis le 17 mars 2020, tout citoyen a dû respecter des règles restrictives quant à son droit de libre circulation dans l’espace public. Les lieux non essentiels accueillant du public ont ainsi été forcés de fermer ce qui a engendré une généralisation du télétravail. Suite à cette diminution d’activité, nous avons pu percevoir une forte diminution des pics sonores (avions, deux roues, bars, restaurants, etc.). Selon BruitParif, nous observons, en ville (à Paris dans le cas présent), 80% de bruits en moins2. Le confinement induit donc une ambiance sonore très particulière que nous allons analyser à travers les ressentis de chacun et les comportements sonores observés.

Que ce soit dans l’espace public ou à domicile, nous sommes constamment enveloppés de sons qui proviennent de multiples sources sonores (circulation automobile, passants, voisins, etc.) et qui en disent long sur nos modes de vie, puisque fortement liés à nos pratiques quotidiennes. Les sons désignent des voix, des chants d’oiseaux, des bruits de moteurs, etc. Ils sont plus ou moins perceptibles par l’oreille (humaine) en fonction de leurs superpositions ou de leur situation spatiale (un son plus lointain sera plus difficilement identifiable). “Lorsque le nombre de sons purs mélangés s’élève et accroît la complexité du son, on parle de bruit”3, mais ce n’est pas ce dont nous allons parler dans ce travail puisque notre analyse cherche justement à distinguer les sons pour les comprendre et les rattacher à des comportements.

L’espace public dispose de plusieurs sonorités qui créent une symphonie urbaine particulière. Cette symphonie urbaine fait partie de la normalité et il serait inconcevable de parcourir un espace public sans que personne ne fasse de bruit. De plus, comme tout lieu, l’espace public est une chorégraphie et symphonie à laquelle tout le monde participe. Différents accords existent néanmoins, allant de pair avec les ambiances que ces espaces dégagent.

L’ambiance sonore désigne ce que nous percevons de l’environnement sonore, ce qui forme notre engagement social et esthétique au monde qui nous entoure. Nos milieux de vie en sont imprégnés. Nous percevons certaines choses plutôt que d’autres en fonction de cette ambiance. Certains sons deviennent habituels tandis que d’autres ne le sont pas. L’ambiance sonore relève donc de l’expérience et s’attache à l’échelle des microsensations, à ce qui est inconscient, à la limite du perceptible. L’ambiance est ce qui va aller jusqu’à forger notre sensibilité, nos comportements. Les ambiances donnent leur importance au sentiment d’attachement et aux composantes sociales du quartier (Faburel, Guillaume et Manola, Théa. 2015).

Cette définition d’ambiance sonore fait bien référence à ce qui nous est habituel ou non, ce qui nous semble plus que pertinent en cette période particulière. Nous allons donc à travers cette étude particulièrement nous attacher aux comportements sonores qui se détachent de nos enregistrements ainsi qu’à leur normalisation et qui semblent, selon nous, être spécifiques au confinement.

Ainsi, nous pouvons nous demander quel est l’impact d’un confinement de la population sur les ambiances sonores ? Comment certains comportements sonores rendent-ils compte de cette ambiance disciplinée et comment y participent-ils ? 

Le rôle de l’usager est central dans notre approche. Il s’agit d’étudier les comportements sonores des usagers dans leurs milieux de vie, à domicile, mais aussi ceux des usagers de l’espace public qui sortent pour leurs balades, pratiques sportives, pour faire leurs courses, etc. L’usager travaillant dans l’espace public est aussi concerné. Bien qu’il ne rende pas compte du mode de vie d’une personne confinée, il participe tout de même à l’ambiance sonore actuelle.

La finalité de ce billet est donc de comprendre et d’analyser l’activité de ces usagers lors d’une période de confinement et de capturer les sonorités qui s’en dégagent pour mettre en évidence les comportements adaptatifs en lien avec la situation.

Il s’agit d’analyser cette ambiance “disciplinée” constituée d’interdictions, de droits restreints, de peurs pour en dégager les changements engendrés sur le vécu de l’espace.

Du fait d’un confinement assez restrictif, nous avions présupposé que les usagers ne pratiqueraient pas l’espace urbain de manière habituelle. Par différentes phases analytiques, nous avons pu observer un confinement total de toute personne et ainsi observer une modification voire une absence sonore.

Au commencement de notre étude, nous imaginions entendre une réduction des bruits provenant de la ville, et de l’extérieur en général, due à la mesure de confinement appliquée sur le territoire.

Que reste-t-il comme sonorités dans les villes si l’espace extérieur est restreint aux usagers? Quels sons restent-ils à la ville lorsque la plupart de la population est confinée? Quelle ambiance sonore se répercute de notre restriction de passage dans l’espace public ? 

On s’attend à ce que les usagers soient en alerte dans la rue, qu’on sente dans leur comportement un malaise. D’un silence parfois prégnant, les usagers se mettent des barrières, n’agissent pas librement de peur de troubler l’ordre général des choses (dans l’espace public). Le silence (relatif) comme conséquence du confinement ? 

Des enregistrements sonores comme outil de compréhension des ambiances sonores

Notre démarche se découpe en deux temps. Lors d’une première étape, nous avons enregistré plusieurs sons à des temporalités différentes (avec les moyens du bord : nos téléphones portables). Le but était de capturer les sons se dégageant de notre environnement proche de confinement, en nous positionnant à nos fenêtres ou dans nos jardins. Nous voulions ainsi rendre compte de nos expériences personnelles, en tant qu’étudiants confinés. En semaines, week-ends et à différents moments de la journée nous avons procédé à des prises de son synchronisées, dans des communes différentes, correspondant à nos lieux respectifs de confinement (Grenoble, Soyans, Biol et Morestel). Le second temps correspond à ce que vous allez lire par la suite : notre analyse de l’ambiance sonore propre aux confinements. 

Nous avons analysé les sons ambiants dans l’espace public ainsi que la perméabilité entre espaces intérieurs et extérieurs durant le confinement. Ainsi, nous ne nous sommes pas axés sur la géophonie c’est-à-dire, l’ensemble des sons venant d’éléments naturels non vivants, comme le tonnerre ou la pluie, mais plutôt sur l’anthropophonie ((Ensemble des sons produits par une activité humaine (voix, musique, bruits d’objets manipulés par l’homme, etc. Sueur, Jérôme (2020)) en nous axant plutôt sur les activités extérieures tels que les déplacements, voix, animaux, etc…

Quelles ambiances sonores confinées? 

La situation jamais expérimentée du confinement engendre une période d’adaptation tant au niveau du mode de vie, que des sonorités générées par celui-ci. Le silence perçu au début du confinement a permis à la population de développer une attention particulière sur ce nouveau paysage urbain.

Au cours des premiers temps de confinement, nous avons essayé de comprendre ce nouveau quotidien, ses règles, ses enjeux et nous avons cherché à comprendre comment nous allions le gérer/reprendre le contrôle. Ce qui a engendré une grande attention sur ce qui se passait dans notre environnement (TV, bruits mécaniques, voix des voisins, etc.). Les journées sont rythmées par des temporalités différentes qui alternent entre des moments calmes et d’autres relativement bruyants appuyant le fait que certaines personnes profitent des espaces extérieurs qui leur sont dédiés (balcons, espaces à moins d’un kilomètre, parc, parking). Nous avons développé un état d’écoute de notre environnement sonore amenant à entendre des sons particuliers comme le chant des oiseaux devenu davantage perceptible pendant ce mois de mars (dû à la diminution de nombreuses autres sources sonores). C’est un son que l’on retrouve d’ailleurs dans la presque totalité de nos enregistrements (48/54) et qui revient dans la plupart des articles traitant de l’ambiance sonore en temps de coronavirus4.

Nous avons observé à travers nos enregistrements un comportement de recherche de contact avec les voisins : le relationnel entre voisins lorsqu’il est bon ou lorsqu’il s’intensifie (d’après les enregistrements) permet de s’exprimer sur ce vécu partagé, sur les modifications qu’il engendre au quotidien dans les modes de vie.

“C’est la grande mode des masques d’entraînement qui font semblant d’avoir une tête avec un masque d’oxygène.”: dans Prise de son n°001 – FF – M.9h – mardi, 9h.

“Et du coup, il fait attention à ses parents”: dans Prise de son n°003 – FF – S.18h – jeudi 18h

Les relations de voisinage font l’objet d’un intérêt plus fort, car pour certains c’est le moyen de retrouver des interactions sociales devenues rares, notamment pour les personnes seules. Les rendez-vous quotidiens de 20h (pour soutenir le personnel soignant) rendent compte d’un rapprochement remarquable entre voisins (aux balcons et fenêtres) qui échangent des mots d’affection ou discutent à plusieurs.

Prise_de_son_002_FF_Mardi_20h.mp3

Ainsi, ce besoin d’interaction conduit à des conversations qui traversent les rues et englobent l’écoute attentive de tout le voisinage. Le silence généré par le confinement a amené les habitants à vivre dans le présent et avec leur environnement puisqu’ils ne peuvent plus se déplacer. Ces sons quotidiens parfois étonnants, parfois festifs se diffusent et s’amplifient dans toute la rue. Les échos et réverbérations, les phénomènes d’amplification de ces sons sur les bâtiments, gagnent en importance par l’absence de la circulation automobile. Il est surprenant d’entendre ces effets sonores qui deviennent discernables par le calme présent dans certaines communes ou quartiers.

Pouvant assouvir le besoin de prendre l’air, les habitants cherchent l’extérieur par tous les moyens et particulièrement en laissant entrer l’extérieur à l’intérieur en ouvrant leurs fenêtres. Ainsi la barrière sociale est réduite dans le sens où l’on mêle l’intime au public. La promiscuité incite à s’ouvrir sur notre environnement proche, nos voisins ou usagers, à travers de nouveaux échanges oraux. Les conditions météorologiques cependant impactent les échanges entre voisins avec par exemple des sons moins présents en jour de mauvais temps, du fait que les usagers sortent moins, s’ouvrent moins sur l’extérieur. La présence d’un fond sonore et quotidien crée un moyen pour l’homme de se rassurer lorsqu’il est seul. Nous avons observé de nombreuses personnes présentes sur les balcons et dans les jardins de proximité. Il s’agissait de familles, de couples, de personnes seules à la recherche d’interactions sociales.

Cette période d’isolement obligatoire nous a laissés entrevoir, dans un premier temps, des distanciations sociales et sonores. Une barrière entre l’extérieur et les habitants s’est dressée durant plusieurs semaines. À partir du mois d’avril, nous avons cependant observé une adaptation qui s’est établie par un bouleversement de notre quotidien face à une prise de conscience et à la mise en place d’un rythme de vie provisoire. L’Homme qui s’était fait discret jusque là devient moins attentif aux sonorités qu’il crée. Peu à peu les habitants reprennent place dans l’espace public sonore.

L’environnement sonore est variable selon la localisation des enregistrements ce qui nous pousse à affirmer que chaque habitant vit cette période à sa manière et se manifeste par les sons qui se dégagent de son lieu de vie. Les espaces publics quant à eux sont vécus et parcourus par tous types d’usagers ce qui donne lieu à des sonorités complètement différentes. Les sons varient de forts à audibles et se traduisent par des cris d’enfants, des bruits ponctuels urbains (tondeuse, bus, voitures, sirène des pompiers) et parfois seulement des sons lointains. Certains sons sont redondants et marquent des instants de vie propres au confinement (bruits réguliers des hélicoptères, discussions entre habitants sur le confinement, bruits de véhicules en déplacement). 

Ce travail nous a permis de constater l’existence de plusieurs modes de déplacements et secteurs d’activités différents qui génèrent des sons. À travers cette analyse, nous avons cherché à révéler comment le confinement impacte les sonorités produites par les habitants. Cette analyse nous a permis de développer des sujets à travers un vocabulaire spécifique aux sonorités urbaines, de savoir les spécifier et d’appliquer cette démarche pour des projets futurs. Cette analyse tentera aussi de nous rendre sensibles aux sons auxquels nous ne prêtons pas forcément attention en centre-ville, mais aussi à déterminer l’impact de nos comportements sur la sonorité portée par l’ensemble des citadins.

Bibliographie :

Augoyard, Jean-François; Torgue, Henry (dir.). 1995. A l’écoute de l’environnement : répertoire des effets sonores. Marseille, France : Parenthèses. 174 p.

Chelkoff, Grégoire; Bardyn, Jean-Luc; Thibaud, Jean-Paul; France. Plan urbain. 1988. Entendre les espaces publics. Grenoble, France : Ecole d’architecture de Grenoble. 158 p.

Faburel, Guillaume; Manola, Théa. 2016. « Le bien-être des écoquartiers à l’épreuve du paysage multisensoriel ». In : Barles, Sabine; Blanc, Nathalie (dir.). Écologies urbaines : sur le terrain. Paris : Economica. Coll. Villes. p. 149‑173.

Geisler, Elise. 2013. Du “soundscape” au paysage sonore. Métropolotiques.eu. URL : https://www.metropolitiques.eu/Du-soundscape-au-paysage-sonore.html (Consulté le 23 mars 2020)

Grosjean, Michèle; Thibaud, Jean-Paul. 2001. Espace urbain en méthodes. Marseille, France : Parenthèses. 217 p. Coll. Eupalinos, architecture et urbanisme.

Montés, Christian. 2013. Étudier les bruits de la ville. Métropolotiques.eu. URL : https://www.metropolitiques.eu/Etudier-les-bruits-de-la-ville.html (Consulté le 13 mars 2020)

Pecqueux, Anthony. 2012. « Le son des choses, les bruits de la ville ». Communications, [en ligne]. n° 90, p. 5‑16. URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00715914  (consulté le 8 avril 2014). Numéro : Les bruits de la ville.

Sitographie et presse :

Nikolaeva, A. Ville sonore – un partenariat intersectoriel pour améliorer l’expérience sonore en ville. URL : https://www.sounds-in-the-city.org/fr/apercu/ (Consulté le 23 mars 2020)

Sueur, Jérôme. 2020. Dans le silence du virus : quels effets sur les êtres vivants ? The Conversation. URL : https://theconversation.com/dans-le-silence-du-virus-quels-effets-sur-les-etres-vivants-134073 

Vidard, Mathieu. 2020. Coronavirus : place au silence dans les villes. FranceInter. URL : https://www.franceinter.fr/emissions/le-virus-au-carre/le-virus-au-carre-25-mars-2020?fbclid=IwAR2E3wg71lMDM8_K8JHsr6pppPj3dJ4g-2vFWMuoHqW1Z2KaNPeb7KamFig

Pour citer ce billet : Anne, Valentin; Augier, Blaithin; Cotiche, Julie; Fournier, Florence; Tran, Thanh Mai; Wiss, Estelle. 2020. Ambiances Sonores Confinées. Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4522.

  1. Ministère de L’Intérieur. (2020, mars 16). Attestation de déplacement dérogatoire et justificatif de déplacement professionnel. Consulté le 6 avril 2020, à l’adresse https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestation-de-deplacement-derogatoire-et-justificatif-de-deplacement-professionnel []
  2. Beaucoup moins de bruit en Île-de-France depuis le début du confinement. (2020, mars 23). Consulté le 20 avril 2020, à l’adresse https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/beaucoup-moins-de-bruit-en-ile-de-france-depuis-le-debut-du-confinement_3880759.html []
  3. Liège Université . (s. d.). Différence entre son et bruit. Consulté le 27 avril 2020, à l’adresse https://www.ulg.ac.be/cms/c_193140/difference-entre-son-et-bruit?redirect=cms%252Fc_193140%252Fdifference-entre-son-et-bruit%253Fjsp%253Dadmin%25252Fmail%25252FmailPublication.jsp&jsp=admin%252Fmail%252FmailPublication.jsp&portal=j_55&printView=true []
  4. “On passe de paysages sonores de basse fidélité à des paysages sonores de haute fidélité parce qu’on a enlevé le bruit. On perçoit mieux le bruit des animaux.” – éco acousticien interrogé par france inter. Vidard, Mathieu. 2020 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search