Rythmes et perceptions, quel(s) vécu(s) de la rue de La République ?

Ce travail de groupe a conservé la consigne d’origine avant la rupture du confinement.

Au coeur de Grenoble, la rue de la République s’étire : de quelle manière est-elle perçue par les individus qui la traversent de part en part et la font vivre ? À la lisière de l’espace piéton de l’hypercentre, bordée par le tram, elle donne sur la place Grenette, en allant jusqu’au quartier des antiquaires. Des noeuds qui semblent posséder une dynamique que la rue n’a pas, une pulsation, un rythme propre.

Fig. 1 Rue de la République, Grenoble.

La rue de la République à travers les yeux de ses usagers

En nous interrogeant sur cette rue telle qu’elle est vue à travers les yeux de ceux qui la pratiquent, nous tentons d’élargir notre vision d’étudiantes sur cet espace pour l’intégrer à une expérience plus vaste : alors que nous ressentons personnellement cet espace comme un lieu de passage et de mouvement, plus qu’un espace investi pour ses qualités propres, nous tentons de comprendre d’où nous vient cette impression, et de savoir si elle est partagée. En la parcourant, nous commençons à sentir différentes ambiances selon notre point de vue dans cet espace. 

Les rythmes de la rue

En nous interrogeant sur les rythmes perçus, nous identifions trois zones sensibles, trois “pincements” de l’espace : le passage de la place Grenette à la rue de la République, le croisement avec la rue Lafayette, et le débouché vers les Halles. Là, les mobilités et les rythmes semblent changer.

Fig. 2 : Trois zones de changement d’ambiance. Grenoble

Notre intuition initiale du rythme trépidant que l’on perçoit rue de la République s’étoffe avec la question des points de changements de rythme : que représentent les différentes étapes de la rue en matière de vécu sensible ? Ces espaces de battements résonnent-ils avec une intensité propre à chaque individu qui les traverse ou s’y arrête ? La question de l’ambiance et du vécu sensible qui se joue dans un espace public est vue sous l’angle des rythmes et de la mobilité. Notre étude initiale dans la rue nous fait observer des passants qui déambulent devant les magasins – certains s’arrêtent pour attendre quelqu’un sur un fauteuil, les autres ne font que passer. Alors que l’on s’approche du croisement avec la rue Lafayette, le mouvement change imperceptiblement : confusion ? confrontation ? Nous continuons dans une rue de la République plus sonore, laissant d’un côté, des gourmands au café, de l’autre, les clients du Monoprix ou des gens qui courent après le tramway. Nous entendons ce dernier remonter la rue en parallèle, de l’autre côté de la bibliothèque. Nous slalomons entre les cyclistes au son des klaxons de voitures, et débouchons sur la Halle Sainte-Claire. Là, autre pulsation, autre rythme… À quel moment ce changement s’est-il opéré ? Avons-nous passé une frontière en parcourant la rue de la République ? Attentives à ce qui entourait notre rue, nous avons peut-être omis de poser notre regard sur le rythme propre qu’elle abrite … Rythme – comme une succession de temps forts, ou d’instants légers qui émaillent un parcours. Une pulsation, perceptible selon l’usager, sa vitesse, son attention au lieu et aux autres… À travers ces observations nous pouvons nous poser certaines questions : quelles expériences  les usagers de la rue de la République ont-ils de ces mouvements ? Mouvements autour de la rue, mais aussi en son sein, qui l’animent de manière plus ou moins vive ? Quelle est la perception des usagers de cette rue et des rythmes qui y pulsent ?

Méthodologie et protocole : Kévin Lynch et l’image de la ville

Nous abordons la rue de la République d’un point de vue sensoriel axé sur la notion des rythmes, afin de faire émerger le ressenti des usagers ainsi que l’image qu’ils se font de cet espace. Pour mettre en oeuvre notre analyse, nous nous sommes basées sur l’ouvrage L’image de la cité de l’urbaniste et architecte américain Kevin Lynch1. La carte mentale, dans le travail de Kévin Lynch, consiste non seulement à représenter l’expérience d’un espace, mais aussi sélectionner et hiérarchiser les accroches émotionnelles et perceptives qui y sont projetées. 

A la conquête des usagers de la rue de la République

À l’instar de Kevin Lynch, pour tenter de saisir ce qui se joue en matière de ressenti individuel dans cet espace, nous nous tournons alors vers les usagers eux-mêmes : par leur parole, nous souhaitons faire émerger les rythmes, comprendre les battements perçus aux lieux “frontière”, faire émerger une compréhension d’un espace mouvant. Nous avons mené des entretiens accompagnés de la réalisation de cartes mentales. Ces deux outils complémentaires nous ont permis d’avoir des représentations de citadins interrogés sur l’espace qu’ils pratiquent via deux matières sensibles : orale, en tentant de mettre des mots sur ce qu’ils ressentent ; et écrite, par la représentation à la main de la carte. Ce qui nous intéresse dans ce procédé est le lien entre le discours des personnes interrogées et la représentation qu’elles se font de l’espace dont elles parlent – ainsi le discours fait lors de la réalisation du dessin est majeur dans ce protocole. La réalisation de cartes mentales s’est adaptée à la forme avec laquelle l’usager est le plus sensible – dessin, mots, symboles. La réalisation de ces cartes mentales n’est donc pas l’objet de notre analyse, mais un support complémentaire.

Déroulement

Les enquêtes ont été menées lors de deux journées distinctes – le mercredi 11 mars 2020 de 14h30 à 15h30 et trois jours plus tard, le samedi 14, de 15h à 17h. Les deux journées sont ensoleillées, avec beaucoup de passants aux rythmes différents. Nous réalisons un total de 18 entretiens, avec 23 personnes. Les entretiens ont été anonymisés et référencés par un chiffre et le jour, par exemple E8M : Entretien numéro 8 effectué le mercredi 11 mars.

Un protocole adapté au site

La méthodologie a légèrement varié lorsque nous avons été confrontées au terrain : nous nous heurtons tout d’abord à de nombreux refus de la part de personnes pressées, dans une rue très passante. Nous abordons alors les suivantes en leur promettant de ne pas leur prendre trop de temps. La plupart des entretiens sont rapides, et ne débouchent pas sur une carte mentale – les personnes interrogées disent avoir donné assez de leur temps. Pour pallier à cela, nous interrogeons alors des personnes attablées à des terrasses de café en nous asseyant avec elles : le contexte est propice à sortir un carnet et un stylo pendant que l’échange se poursuit.

Résultats de l’étude de terrain. Diversité des usagers et des ressentis

Sur les 23 personnes interrogées, nous rencontrons des habitants du centre-ville (voire de la rue de la République), d’autres étant loin du centre. La rue de la République attire donc des personnes habitant parfois assez loin. Nous interrogeons autant des commerçants – qui pratiquent la rue d’un point de vue “professionnel” – que des passants (deux jeunes filles nous diront ne pas connaître le nom de la rue). À partir de cette diversité de profils et de position des individus dans l’espace, nous nous rendons compte que le vécu des rythmes et des ambiances de la rue est notamment influencé par le rythme des individus eux-mêmes.

Perceptions paradoxales. Y-a-t-il « UNE » rue de la République ?

En effet, la perception qu’un individu a de la rue de la République semble intimement liée aux raisons pour lesquelles il pratique cet espace, et à la façon dont il s’y déplace – en termes de vitesse, de mobilité et d’attention portée aux autres usagers.

En guidant l’entretien sur la perception des rythmes et le type de mobilités pratiquées, nous relevons des motifs : pour les usagers à pied/en tramway, la piétonnisation est l’atout majeur de la rue. Nous entendons par exemple que : “c’est plus aéré et plus agréable de marcher” après les travaux de piétonnisation (E8M), l’espace est globalement “beaucoup plus agréable sans voitures !” (E4M).

Très paradoxalement, deux visions de la rue se confrontent : d’instinct, une vendeuse présente la rue comme “très très très passante” (E2M), là où d’autres la voient comme une rue où “il n’y a pas trop de monde” (E3M).

Pour la plupart des usagers, les vélos ne semblent pas constituer une gêne : ils sont remarqués pour leur rythme plus rapide, sans être vus comme un problème (contrairement aux scooters qui incommodent davantage).

Pour les automobilistes, l’impression est tout autre : le croisement avec la rue Lafayette cristallise les perceptions. Ressortent les notions de “flux piéton” et de “passage de voitures omniprésent” (E7M), voire “un mélange avec les voitures le tram, les taxis – on ne sait pas qui doit être où !” (E4M).

Ces réponses donnent l’impression d’une multitude de “points d’accroche” dans la rue – selon leurs habitudes, leurs attentes et leurs envies de mobilité, les usagers n’ont pas du tout la même vision des rythmes qui pulsent tout au long de la rue.

Nous arrivons à faire émerger une appréciation commune de la lenteur grâce à la place laissée au piéton – nuancée par la pauvreté des espaces d’arrêt et d’assise pour les piétons. Ce manque d’appropriation des espaces assis contribue à donner l’image d’une rue “pratiquement vide” (E3M), qui sert de chemin “pour aller d’un point A à un point B” (E8M) : il y manque quelque chose qui inviterait les gens à s’arrêter (E8WE). Paradoxe encore : une vendeuse qui pratique la rue au quotidien est catégorique : “les gens passent. Il n’y a personne qui s’arrête sur ces bancs, jamais !” (E2M) – au moment où ils sont occupés par trois personnes…

Nuisances perçues confrontées à la réalité de la rue

L’image dépréciative de la rue semble être liée à Grenoble dans son ensemble davantage qu’à la rue elle-même. Les usagers se plaignent de nuisances sonores (scooters, travaux, conflits d’usages entre livreurs, commerçants, SDF, etc.) ; et la majorité d’entre eux déplore aussi la “saleté” et “l’insécurité” des lieux liée à la présence des SDF – particulièrement la nuit.

Certaines personnes au contraire apprécient le nouvel aménagement de la rue et ne ressentent pas de crainte particulière, félicitant même les efforts de la ville. La question de la mauvaise gestion du trafic multi-usage revient très souvent. La cohabitation des piétons, vélos, voitures et scooters ne fait pas sans heurts et provoque pour certains une sensation de confusion – un homme évoque “un bordel avant les travaux” (E1WE). La période des travaux semble avoir bouleversé les usages et habitudes des habitants, mais aussi des commerçants.

Nous ressentons fortement qu’il y a un “avant après” marqué par la piétonnisation d’une majorité de la rue, qui arrange les piétons, mais demande une adaptation de la part des automobilistes et des commerçants.

Des espaces de battement : perception des limites propres aux usagers

Notre interrogation sur les rythmes perçus débouche sur une autre, plus modulée, concernant les espaces où la personne interrogée dit percevoir des rythmes différents. Ces rythmes sont séquencés tout le long de la rue de la République. De la Maison du Tourisme à la place Grenette, les usagers distinguent deux entités, deux ambiances.

La première est la partie Est de la rue, encore motorisée, longeant la Maison du Tourisme, qui porte en elle des flux piétons et mécaniques très présents et cause une complexité dont certains se plaignent. La “limite” de ce tronçon, sa frontière physique, se situe à l’intersection avec la rue Lafayette (localisée sans mal par les personnes interrogées).

La seconde partie est celle qui longe les magasins pour enfin rejoindre la place Grenette, qualifiée souvent de passante, piétonne, calme et en contraste avec le reste de la rue. 

Fig. 4 Schéma de la Rue de la République

Rythme intime et rythmes perçus

Ainsi, par cette étude des perceptions sensibles du rythme de la rue de la République menée avec les individus qui la parcourent, nous sommes parvenues à étendre notre propre perception d’une rue pratiquée au quotidien. Sa complexité se révèle à travers les yeux de ses usagers, et par la façon dont ils en perçoivent les battements et les zones frontière…

Pour citer ce billet et ces illustrations : Aguerbaoui, Achwak; Kacimi, Majida; Choukatli, Emma; Hammache, Hadjer; Niroumand, Sara; Cassagnou, Anne-Emmanuelle. 2020. Rythmes et perceptions, quel(s) vécu(s) de la rue de La République ? Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4533.

  1. Lynch, Kevin Andrew. 1976. L’image de la cité. Paris, France : Dunod. vii+222 p. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search