Observer la vie et la ville depuis son logement

Depuis le 17 mars 2020, les français se trouvent confinés au sein de leur logement. Cette situation, liée à l’épidémie de Covid-19, vient bouleverser les comportements, les habitudes, les activités et les loisirs de chacun. Cette situation modifie la perception des espaces et les usages de la ville. Ainsi, nous venons questionner les ambiances de la ville en état de confinement.

Les ambiances sont des ensembles de conditions non mesurables dans un environnement. Shanti Sumartojo et Sarah Pink, chercheuses, anthropologues et sociologues à Monash Art Design & Architecture (la faculté des arts et de l’architecture de l’Université Monash), expliquent que les ambiances sont composées par un ensemble de personnes, de choses, d’endroits, d’émotions et d’images.

Le confinement nous a obligés à travailler sur les ambiances en nous focalisant sur nos ressentis personnels. Nous voulons comprendre comment le confinement est ressenti et savoir si cette condition a des effets sur nos expériences ? Le confinement affecte-t-il  les interactions sociales et la façon dont on se comporte vis-à-vis des autres et de l’environnement ? En cela, nous souhaitons déterminer si une situation qui affecte littéralement tout le monde comme ce confinement va changer ou non les particularités de chaque quartier dans lequel nous habitons.

Les observations que nous avons faites sur nos propres quartiers ont été effectuées sur des créneaux différents. L’idée n’est pas de comparer les quartiers entre eux, mais de porter un regard sur les ambiances de nos rues. Deux d’entre nous avons réalisé l’observation de 14 heures à 16 heures, le lundi 6 avril. Une troisième observation a été réalisée entre 19 heures et 21 heures, et la dernière s’est faite entre 21 heures et 23 heures. 

Rue Léon Jouhaux

L’une de ces observations s’est faite sur la rue Léon Jouhaux. La journée était agréable et ensoleillée, il faisait doux pour la saison (23 degrés) et un vent léger soufflait. Depuis le cinquième étage de la résidence, on peut voir le parking de l’immeuble, une rangée d’arbres assez hauts sous lesquels se trouve un abribus. À l’angle opposé du carrefour, on remarque l’autre abribus. Près de ce dernier, une partie du trottoir est recouverte de gravier. Sur ce même trottoir, un food truck fermé est stationné. Comme le carrefour se trouve à proximité de plusieurs supermarchés, on peut observer un certain nombre de piétons qui passe, portant leurs sacs de courses. Par ailleurs, on peut également apercevoir des enfants accompagnés d’adultes effectuer une balade à pied, en vélo ou en trottinette. D’autres passants promènent leur chien tandis que les livreurs à vélo effectuent leur course sur la piste cyclable. En contrebas, une personne assise sur un banc de la placette fumait une cigarette et regardait les autres passants. Sur la route, quelques voitures passent régulièrement dans la rue. Plus rarement, on voit également passer un scooter. Les bus des lignes C5 et 13, quant à eux, ne sont pas très fréquentés, et passent par conséquent à une fréquence peu élevée. L’ambiance sonore se caractérise par les croassements des corbeaux, les bruits de moteurs de voitures et de scooters ainsi que les cris des enfants. Au début de l’après-midi, le passage d’un hélicoptère s’est également fait entendre. Le vent léger qui soufflait cette après-midi, en plus du bruit du bruissement des feuilles et du pollen soufflé par le vent, permet de mieux sentir les odeurs environnantes. L’odeur prépondérante est celle des gaz d’échappement des voitures et des scooters ainsi que l’odeur de cigarette émise par les voisins.

Fig. 1 : Rue Léon Jouhaux, mars 2020, Grenoble

Rue des Bons Enfants

L’observation suivante a été réalisée sur la rue des Bons Enfants au centre-ville de Grenoble. Depuis le balcon, on peut voir la rue et les immeubles d’en face. La proximité des bâtiments entre elle créer une promiscuité entre les voisins. D’ici on peut apercevoir ce qu’il s’y passe. La chose la plus frappante dans le confinement, c’est le calme ambiant qui règne, comme si la frénésie de la ville avait disparu. Les bruits sont atténués, on entend désormais les oiseaux, le bruissement des feuilles dans les arbres. L’impression qui en ressort est totalement différente qu’à l’accoutumée, comme si tout avait changé. En fermant les yeux, on pourrait même se dire que l’on se trouve dans un lieu dans lequel la nature à repris ses droits. Habituellement, la rue est très fréquentée notamment avec le cinéma qui s’y trouve. On peut souvent observer une foule de personnes se retrouver et discuter dans la rue. Le bruit constant que l’on pouvait entendre a disparu, ce qui rompt le silence. Aujourd’hui, c’est une conversation au téléphone, une promenade ou un cycliste. On entend également les voisins qui discutent, regardent la télévision ou mangent en famille. La photo réalisée montre cet aspect désert de la rue. Alors qu’elle est généralement très fréquente, la rue semble déserte, comme si plus rien ne se passait. Cet espace dégage ainsi une certaine sérénité presque pesante, comme si le temps était suspendu.

Fig. 2 : Rue des Bons enfants, Grenoble, mars 2020

Cour de la résidence olympique

Une autre étude a été réalisée au sud de Grenoble, dans la cour de la résidence universitaire olympique située à l’avenue Edmond Esmonin. Dans un premier temps, le choix du créneau horaire est parti d’une observation des activités et des flux. La cour est très occupée entre 18h et 20h. C’est l’heure de la distribution des repas organisée par une association pour les étudiants pendant le mois du ramadan. L’observation a été réalisée le 27 avril, elle porte sur un créneau entre 19h et 21h. Ainsi, on peut observer les ambiances pendant et après la distribution. Pendant la distribution entre 18 heures et 20 heures, l’heure de l’Iftar (le repas pris chaque soir par les musulmans au coucher du soleil pendant le ramadan) approche et les membres de l’association s’installent et commencent les préparatifs, les grandes marmites au milieu du buffet dégagent de bonnes odeurs. Les étudiants commencent à arriver, les assiettes à la main formant une longue queue d’attente. On entend le bruit de la vaisselle qui s’entrechoque. Au balcon, on peut voir certains suivre avec attention ce qui se passe dans la cour, comme s’ils regardaient un festival ou un cirque, mais l’impression que l’on a, c’est d’être enfermé dans une prison, faisant la queue pour manger. À l’occasion de ce regroupement quotidien, on a pu se rapprocher de certaines personnes qui étaient jusqu’alors inconnues et s’entretenir avec elles à propos.

Fig. 3 : Cour de la Résidence Olympique, mars 2020 Grenoble

Entre 20 heures et 21 heures après la distribution, les festivités, le brouhaha de l’attroupement, le vacarme du service, et la convivialité, vient le silence où chacun se retrouve dans la solitude de sa chambre, ce qui est un peu triste. Le quartier de Vigny-Musset est habituellement animé. En temps normal, on peut observer des flux importants de personne se dirigeant vers l’institut d’urbanisme ou bien les commerces des rez-de-chaussée. À 20 heures, on applaudit les médecins qui sauvent des vies. Certaines personnes se mettent devant leur fenêtre pour profiter de l’ambiance entre voisins. C’est un moment de rencontre qui permet de ressentir ce sentiment de survie. À partir de 21 heures, on peut entendre l’animation musicale depuis les appartements voisins. Musique, cri, aboiement, bruit assourdissant, tous se mêlent. Les voitures ne roulent pas et personne n’est dans la rue à part quelques jeunes qui se rassemblent à un petit nombre de 3 et 4. Ils parlent à haute voix, ils rient. Des hommes en tenue de sport retournent chez eux après avoir fait quelques tours de piste au stade qui se trouve à côté. Certains sortent leur chien pour faire leur besoin. Plus tard, aux alentours de 22 heures, les fenêtres commencent à se fermer, les lumières s’éteignent. Après 23 heures, tout est calme, monotone, personne n’est dehors à part les voitures qui se garent tout au long de la route. On revient au confinement, on entend et ne voit plus personne.

Par ces textes, nous pouvons observer des ambiances différentes. Chaque quartier vivant le confinement différemment. Cependant, on peut observer une certaine constante, le changement du rythme dans la vie du quartier et une ambiance plutôt calme. 

Ainsi, en décrivant la perception sur les espaces à notre portée, nous avons pu observer une modification de la fréquentation des espaces publics. Même si certains espaces restent assez fréquentés, le temps semble s’écouler plus lentement. Le passage est moins fréquent. Les conditions météorologiques ont également favorisé une forme de flânerie, les déplacements piétons sont plus lent, comme si le confinement avait permis aux usagers d’observer le monde qui les entoure.

Bibliographie :

Block, Richard A., 1998, « Psychological time and the processing of spatial information » in Spatial and Temporal Reasoning in Geographic Information Systems, New York, Oxford University Press, p. 119–130. 

Sumartojo, Shanti ; Pink, Sarah, 2019, Atmospheres and the experiential world: theory and methods, London New York, NY, Routledge, coll. « Ambiances, atmospheres and sensory experiences of space ».

Wunderlich, Filipa Matos, 2013, « Place-Temporality and Urban Place-Rhythms » in Urban Analysis and Design: An Aesthetic Akin to Music, Journal of Urban Design, vol. 18, no. 3, p. 383-408.

Pour citer ce billet et ces illustrations : Soenarjo, Erika Samantha ; Galanti, Benjamin ; Regaieg, Aymen ; Diop, Sidy. Observer la vie et la ville depuis son logement. Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4538.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search