L’expérience de l’exode

Face à cette pandémie qu’est le Covid-19, le gouvernement français a mis en place des mesures drastiques pour lutter contre la propagation de la maladie. Dans ces mesures, nous retrouvons notamment le confinement de la population. Beaucoup de questions se sont alors posées ; quelles seront les répercussions sur notre quotidien et nos projets futurs ? Qu’adviendra la pratique des espaces publics et de nos déplacements ? De même, comment cela modifie nos rapports à l’espace (intérieur et extérieur) ? En quoi cela affecte nos rapports aux autres ? Quelles atmosphères se dégagent de cette situation extraordinaire ?

Comme pour tout le reste, nous avons dû nous adapter à cette nouvelle réalité. Pour nos enseignements aussi. Dans le cadre de cet exercice, nous avons donc essayé d’adapter notre sujet aux conditions actuelles. Notre problématique initiale était axée sur le mouvement du corps dans l’espace urbain quand celui-ci est statique; en se concentrant particulièrement sur l’attente. Cependant, face à cette situation qui ne nous permet plus de nous rendre sur site, et donc de réaliser notre enquête, nous avons dû revoir notre problématique.

Puisque nous ne pouvions plus observer l’espace public, nous avons décidé de faire un récapitulatif de nos conditions de confinement. Grâce à cela nous avons pu observer une similarité au niveau de notre lieu de confinement, nous avions tous quitté notre espace de vie habituel, certains pour se rendre chez leur famille, d’autres chez des amis ou encore chez leur conjoint. En se concentrant sur ce point, nous avons vite observé que ce phénomène était global en France, en particulier pour les habitants de la région parisienne. Nous nous sommes donc demandé pourquoi tant de personnes “avaient fui” leur domicile pour se rendre dans des espaces différents de leur espace habituel. Finalement, après plusieurs échanges entre nous, il nous a semblé intéressant de nous concentrer sur la perception du confinement à travers l’expérience de l’exode et se concentrer sur l’évolution des relations entre les hébergeants et les hébergés.

La démarche méthodologique : entretiens avec plan

Dans le cadre de notre recherche, nous avons souhaité interroger les personnes de notre entourage proche lors du confinement et notre corpus se compose d’un total de 18 habitants dans 5 logements distincts.

Afin de comprendre comment l’arrivée de nouvelles personnes a pu modifier les relations à un lieu déjà habité, nous avons mis en place une méthode basée sur deux outils.
Ces outils sont tout d’abord un guide d’entretien nous permettant d’animer une entrevue individuelle avec les co-confinés. Puis, en complément de ce guide d’entretien, nous avons souhaité y ajouter un support graphique sous la forme d’un plan afin d’accompagner nos interlocuteurs dans la projection de leur habitat et de leur permettre de prendre connaissance de l’ensemble des pièces au travers de ce document.

Concernant les entretiens, ils se décomposent en 3 parties. Dans un premier temps, nous questionnons nos interlocuteurs sur les modifications qu’ils ont dû apporter à leur quotidien. Par la suite, nous leur demandons de nous expliquer comment leurs relations ont-elles évolué au cours du confinement ? Pour finir, nous les sollicitons afin de comprendre ce qu’ils attendent du déconfinement.

Notre recherche tend à comprendre de manière sensible qu’elles ont été les relations entre les habitants et leur logement durant cette période de confinement.

Éléments d’analyse : Rapport à l’autre, rapport à l’espace, rapport au temps, rapport au travail

Suite à l’application de cette méthode, nous avons pu obtenir une multitude de témoignages sur leurs expériences du confinement présentés sous forme d’extraits ci-dessous. Nous avons pu dégager une analyse sensible et obtenir des données qualitatives qui s’axent sur “le rapport à l’autre”. Un “rapport à l’autre” qui passe par un “rapport à l’espace”, un “rapport au temps, au rythme et à la routine” et un “rapport au travail”.

À l’origine de cette nécessité de changer d’espace de vie avant d’être confiné, beaucoup de réponses ont gravité autour du besoin de grands espaces :

« Alors, j’ai choisi de changer de domicile pour celui de mes parents, car je préférais avoir un jardin et pour pouvoir sortir librement. » F
« Elle dispose d’une très grande maison et d’un très grand parc donc forcément c’est plus facile pour le logement et il y a plus de choses à faire. » S
 « Mon lieu de confinement a été choisi, ici parce qu’il y a un jardin (…) parce que je ne me voyais pas rester chez moi dans un appartement tout petit. » CS

De plus, l’incertitude de la prolongation du confinement a mené à la crainte d’une solitude pouvant s’accroître :

« J’ai changé de domicile, car j’ai pensé que ça serait plus sécurisé et mieux de rester en famille avec quelqu’un en qui j’avais confiance. » V
« Ça me fait plaisir d’avoir du monde autour de moi, parce que sans confinement je suis un peu seul, donc non c’est plutôt un mieux pour moi. » TS
« Je me suis bien adaptée, car c’est un endroit très isolé donc le fait d’avoir des interactions sociales c’est important, ça crée de la créativité dans tous les sens du terme, une énergie de partage. » AL
« Car je ne voulais pas rester seule dans un appart de 30m2 en plein centre-ville de Grenoble. Les principaux facteurs ont été la peur de la solitude et la peur de ne pas pouvoir sortir en nature. » L

On remarque ensuite une appropriation de l’espace particulier quant aux hébergés. En effet, le lieu de confinement n’étant pas le leur, l’appropriation spatiale se mène à travers plusieurs processus, de durée différente selon les interrogés :
« Je me suis sentie chez moi dès le début. On utilisait le terme « chez nous » dès le début. » AL

D’autres utilisent des systèmes différents : on retrouve alors un besoin de séparation, de zonage de l’espace rattaché à différents individus partageant un même habitat :

« J’ai choisi de prendre une des petites chambres à l’étage pour laisser la grande chambre d’ami à ma sœur et mon beau-frère s’ils décidaient de venir aussi. Je pense aussi avoir fait ce choix pour pouvoir avoir une distance entre le lieu de vie de mes parents, se trouvant au Rez de chaussez et ma chambre à l’étage. Pour avoir la sensation de pouvoir être seul. » F

On remarque le même schéma de pensée chez un membre de sa famille :

« De plus, j’ai essayé de laisser au maximum l’usage de l’étage aux nouveaux arrivants pour qu’ils y trouvent une forme d’intimité. » PF

Un deuxième système d’appropriation, plus ancré dans une temporalité, s’est fait ressentir : 

« Vivre chez quelqu’un d’autre amène à s’adapter au bon fonctionnement de la vie en groupe, les différents services comme la vaisselle, le linge, la cuisine, doivent être exécutés autant par les hébergeant que les hébergés. Le fait de rendre des services et de prendre des initiatives sur le fonctionnement de la maison a amené à être considérée comme une « habitante » et non une « invitée » de la maison. » L

L’appropriation de l’espace de confinement se manifeste soit par l’appropriation totale de l’espace (une chambre, un salon), ou bien par l’appropriation de plus petites zones créées par des objets (lits, bureau). 

On peut d’ailleurs remarquer ces différences d’appropriation dans le graphisme des plans ci-dessous/dessus, exercice qui a été proposé aux interrogés afin de comprendre leur perception de l’appropriation spatiale :

Plan du logement de G

Extrait d’entretien :
« Je me suis approprié certains espaces, mais pas des pièces. Dans ma chambre je me suis approprié mon lit où je m’installe pour lire, mais elle est aussi utilisée pour faire sécher des savons. Ensuite je dirais que je me suis approprié totalement l’espace de mon bureau, car j’y passe le clair de mon temps et que personne ne l’utilise à part moi. » F

Dans les entretiens de S, on remarque cette même appropriation, qui ici est plus inconsciente. On peut le remarquer dans les réponses très directes des interrogés :

« S: Et du coup quels sont les espaces que tu utilises le plus dans le confinement ?
G: Le canap. (…)
S : Et le collectif, les espaces de vie collectifs ce sont lesquels ?
G : La table. »

On le remarque aussi dans beaucoup d’autres d’entretiens : 

« Sur la table de la cuisine, j’avais mon angle pour travailler. Sur le canapé j’ai ma place. » (AL)
« Rien que le fait de disposer ses livres, ses affaires personnelles à un endroit de la pièce amène à ce que nous nous l’approprions plus facilement. Je me suis approprié une partie du canapé qui est particulièrement confortable. Des gestes anodins comme le fait de laisser sa brosse à dents et son dentifrice dans le gobelet sur l’évier plutôt que dans sa trousse de toilette permet de s’approprier l’espace inconsciemment. » (L).

Plan du logement de L

Le confinement amène à un nouveau schéma temporel pour la plupart des hébergés. Cependant, on remarque que les hébergeants conservent leurs routines habituelles, les repères spatiaux n’ayant pas changé pour eux. Les hébergés, eux, ressentent le besoin de modifier leurs utilisations du temps habituel afin de se synchroniser avec celui des hébergeants :

« Le week-end, je peux largement rester presque toute la journée dans mon lit pour lire des livres ou regarder film. Mais là j’essayais de demander s’il avait besoin de faire quelque chose. » (AF)
« Oui, le rythme a complètement changé, j’ai eu besoin de me coordonner avec les co-confinés. Je ne l’ai pas ressentie comme une obligation, mais ça me paraissait normal d’avoir les repas à la même heure et qu’on ait une vie à quatre. » (AL).

On remarque que le travail a aussi une place importante dans l’organisation du foyer. Hébergés comme hébergeants ont dû adapter leurs modes de vie pendant le confinement face à un élément aussi structurant que le travail ou les études. Certains peuvent à travers le travail à distance continuer une activité d’étude ou de travail :

« Le confinement a-t-il modifié vos conditions de travail ou d’étude ?
« Oui, car vu que l’université est fermée, je travaille en télétravail donc je reçois les cours, je les recopie, je travaille sur mes dossiers, donc voilà. » (S)
« Oui bien sûr, il a été modifié avec la mise en place de télétravail depuis le début du confinement. » (PF)
« Euh oui, c’est-à-dire que je ne vais plus en cours à la fac et que je dois rester chez moi. Du coup j’ai des lectures, des PowerPoint et parfois des cours sur Skype. » (AF).

Mais quand cette activité est toujours en cours, c’est souvent à un autre rythme, moins soutenu ou différent, le principe est surtout de pouvoir faire ce qui est faisable :

« Cours en visioconférence, travail allégé, projets arrêtés ou stoppés dans le temps. Incertitudes par rapport au stage. » (AL)
« Oui, télétravail, charge de travail allégée. » (L)
« agent territorial : arrêt total, agriculteur : pas de changement. » (PY).

Pour d’autres, de par la particularité de leur métier, leur activité est stoppée net :

« Je suis au chômage technique comme notre travail est basé sur la livraison de produits campingaz saisonniers est donc arrêté comme les magasins sont fermés. » (MF).

Et pour certains, aucun impact ne se fait réellement sentir si ce n’est la manière d’exercer leur activité :

« Oui, plus de précautions, plus de matériels (blouses, masques, etc.), mais sinon pas de modification due au confinement. » (MY)
« Aucun changement, passage sur des horaires de journée continus. » (CF)
« De travail non du coup, puisque retraité. » (TS).

Pour certains interrogés, la fonction de l’espace va se modifier en fonction des moments de la journée, tantôt un espace de vie collective devient un espace de travail et inversement

« La table de la salle à manger nous permet de prendre nos repas, mais aussi de travailler. Lorsqu’il est l’heure du repas, nous « replions » nos affaires de travail (ordinateur, carnets, crayons) et les disposons en bout de table. » (L).

On le remarque aussi chez d’autres interrogés qui manifestent le besoin de travailler dans des espaces plus occupés qu’une chambre, comme la salle à manger, afin d’être présent physiquement dans un espace social et d’être moins coupés des autres, en travaillant dans une chambre par exemple :

« Après il y a aussi un endroit, la salle à manger, au bout de la table, du coup j’y mets mon ordi et j’y suis pour voir du monde et ne pas rester enfermé dans une chambre et pour participer à la vie de famille. ». (S).

On remarque aussi, dans les plans comme dans les entretiens, des temps d’utilisation différents selon la fonction de l’espace : la salle à manger, le salon et les espaces extérieurs vont être utilisés le plus longtemps, car ce sont des espaces de sociabilité et dont la fonction peut changer facilement, ils sont donc plus utilisés. Dans un deuxième temps, les espaces purement fonctionnels (cuisine, salle de bain) sont utilisés ponctuellement et très peu partagés. Les chambres sont utilisées pour dormir ou pour avoir un peu de silence et passer un appel ou une visioconférence.

Une certaine évolution dans l’appropriation de l’espace de vie peut se manifester au fil du temps :

« À l’heure où j’écris, cela fait un mois et demi que je suis confinée ici et hier, C et moi avons dû « déménager » de notre chambre pour « emménager » dans la chambre de M ou nous dormons à trois. Nous avons cédé notre ancienne chambre à G, un ami de la famille et charpentier qui vient faire des rénovations pour la future cuisine. Cet exode d’une chambre à l’autre a chamboulé mes habitudes et mes repères et c’est à ce moment-là que je me suis rendue compte que je m’étais installée et que je m’étais profondément approprié l’espace dans lequel j’étais. » (L).

On remarque chez certains interrogés que le besoin de solitude se manifeste progressivement et au fur et à mesure que le confinement se poursuit. On peut souligner le comportement de l’amie de F, qui va courir 4 fois par semaine pendant le confinement alors que sur Grenoble, elle ne le fait que deux fois. Elle explique d’ailleurs que :

« Les endroits où je pouvais me sentir libre c’était quand j’allais courir. Après je me retrouvais plus seul quand j’étais dans ma chambre, mais surtout quand j’allais courir. » (AF).

On observe d’ailleurs que certains espaces vont être perçus par les interrogés comme étant exclusivement individuels ou propices à des activités solitaires :

« Je l’ai aussi utilisé la chambre pour parler à mes amis, lire, mais aussi faire absolument rien et regarder des réseaux sociaux. » (AF)
« Alors là où je me sens le plus tranquille c’est au garage, où je peux réfléchir, écouter de la musique donc au garage ou à l’extérieur où je peux me sentir plus individuelle. » (MF).

Certains interrogés découvrent ou redécouvrent les avantages de la solitude à travers cette expérience de vie en communauté :

« Je me disais que je pouvais me sentir plus libre si je rentrais chez moi ». (VAF), « Alors je ne pense pas que j’ai modifié mon appropriation. Cependant je dirais que je passe plus de temps pour être seul et de découvrir les bienfaits de la solitude. » (F).

Le rapport à l’intimité se manifeste par gradients plus ou moins élevés pour certains interrogés :

« Je peux avoir un degré d’intimité qui peut être variable, quand j’ai envie d’être un peu plus posé, d’être plus calme, je peux aller dans la chambre de mon petit cousin, donc il est y sur son téléphone. Mais quand j’ai vraiment envie de me sentir seul, je vais dans ma chambre ou je peux être seul et être au calme. » (S).

Paradoxalement, on remarque que l’espace extérieur est perçu comme un espace intime pour beaucoup d’interrogés :

« Si j’ai envie de faire un tour dans le parc, ça me permet de m’isoler en mettant plus de distance géographique » (S)

« Quand il fait beau et que l’on peut passer un coup de fil dehors et que l’on n’est pas forcément entendue, ça procure cette sensation d’intimité. » (AL)

« Je me suis facilement adaptée au fait de vivre chez quelqu’un d’autre, c’est une grande maison avec un grand jardin donc l’intimité est facile à trouver quand on la recherche (…) Je retrouve une certaine intimité à l’extérieur de la maison, quand je vais faire des balades, du jardinage, des activités solitaires. Faire une activité dans la maison peut aussi être solitaire, mais peut plus facilement être interrompue par quelqu’un d’autre. » (L).

Pour le père de F, l’espace extérieur est perçu comme très important, voire plus important que l’espace intérieur, car c’est la première réponse qui lui vient en tête quand on lui demande :

« Alors je sors pour me rendre faire des courses en direction du village ou pour nous balader en direction de Dompierre. Ensuite il reste une troisième sortie par le champ, nous permettant d’aller chez mes parents pour leur éviter de sortir. Alors oui pour l’intérieur de la maison, j’utilise la chambre à coucher, la cuisine pour préparer à manger, etc. » (PF).

De manière générale, ce qui manque le plus aux interrogés, c’est de pouvoir voir ses amis et sa famille, ce qui est assez paradoxal quand on voit le besoin de solitude qui se manifeste au travers des différents entretiens :

« Pouvoir admirer l’effervescence de la vie, les relations entre les gens. Le verre en terrasse est imposé. Après, j’irais bien faire une soirée avec mon cercle d’amis. » (AL).

Si l’on observe à une échelle plus large le ressenti du confinement chez les interrogés, on remarque une différence entre hébergeants et hébergés. En effet, beaucoup d’hébergeants interrogés n’ont pas ressenti de différence dans leur rythme de vie depuis le début du confinement. Les propriétaires d’une maison avec jardin ressentent moins la sensation spatiale du fait d’être « confinés », car ils ont un espace extérieur tandis que les personnes en appartement le ressentent plus. De plus, ils sont confinés chez eux, ils conservent donc leur schéma temporel et leurs repères spatiaux habituels :

« Je pourrais très bien être confinée toute l’année ici, cela ne me dérangerait pas. (…) Les mêmes occupations que d’habitude : Je suis toujours dans le jardin à faire des travaux, du jardinage, à m’occuper des animaux. (…) Je n’ai pas l’impression d’avoir connu le confinement au sens propre, je vis ma vie habituelle. » (MAL).

Conclusion

Notre étude nous a donc amenés à questionner le changement dans le quotidien des personnes vivant maintenant sous le même toit et nous a fait constater au cours de nos entretiens que le fait de nous réunir a poussé les membres d’un foyer à chercher un endroit de solitude dans un habitat partagé, une recherche d’individualité dans un espace collectif. La recherche d’une individualité qui peut être paradoxale avec le fait d’avoir changé de logement pour ne pas devoir vivre et subir les effets d’un confinement isolé. 

En conclusion, à travers notre travail nous avons constaté que nous cherchions tous à rétablir une forme d’équilibre entre des moments de vie collectifs et des moments d’intimité. Un équilibre autant nécessaire en période de crise sanitaire que dans la vie courante.

Avec notre travail nous avons voulu laisser un maximum de place aux sens, aux ressentis et aux atmosphères que peut engendrer une situation aussi particulière que celle que nous vivons.

Mais toutefois, des manques sont perceptibles dans nos travaux. La majorité de nos profils sont assez similaires, en ce sens nous n’avons pas pu recueillir le témoignage de familles devant vivre ce confinement en situation de surpopulation où les moments d’intimité sont réduits au strict minimum. À l’inverse, nous n’avons pas non plus recueilli le témoignage de personnes devant vivre leur confinement de manière isolée supprimant ainsi les moments de vie collectifs. Il faut noter en plus que nous nous sommes entretenus avec des membres de notre famille ce qui a pu biaiser leurs témoignages et la manière d’évoquer  leurs ressentis par une possible autocensure lors des entretiens.

De plus, nos autoentretiens nous ont permis d’observer et d’analyser les propres ressentis de nos vécus individuels, mais sont totalement orientés dans le sens où nous travaillons nous-mêmes sur ce type de matière sensorielle en temps général et sommes probablement plus enclins à détecter nos propres ressentis.

Enfin, notre exercice a voulu s’orienter à des personnes ayant quitté leur logement, mais la plupart des personnes impactées par les mesures de confinement ont dû rester dans leur domicile. Une pluralité de question peut alors se poser pour elles, les usages dans leur logement ont-ils évolué ? Comment ressentent-elles le confinement à l’intérieur des murs de chez elles, etc. ?

Pour citer ce billet : Bailleux, Steven ; Baillivy, François ; Catheline, Laura ; Chabaud, Fiona ; Lebranchu, Yannmache, Hadjer; Niroumand, Sara; Cassagnou, Anne-Emmanuelle. 2020. L’expérience de l’exode. Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4544.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search