Évolutions de nos lieux de vie en situation de confinement

Suite aux récents événements, nous voilà toutes et tous aujourd’hui confinés dans différents lieux, seuls ou en famille, en ville ou en campagne. Cette situation inédite impacte sans aucun doute notre quotidien et notre manière d’habiter, de vivre ensemble. Certaines d’entre nous ont même changé de lieu de vie pour cette période de confinement, modifiant ainsi leurs modes d’habiter, passant d’une vie seule en appartement, à une vie en famille en maison par exemple. Par ailleurs, parmi les 543 personnes ayant répondu à un questionnaire élaboré par nos soins, 1 personne sur 2 se retrouve à pratiquer leur activité en télétravail et 45% d’entre elles y sont confrontées pour la première fois. Ces bouleversements dans notre quotidien nous poussent à “réapprendre le vivre ensemble” comme l’explique le psychiatre Florian Ferreri, dans une interview accordée à RTL, ou à se retrouver seul pour des personnes qui se trouve loin de leurs proches. Peu importe le lieu et la manière, nous nous retrouvons donc aujourd’hui à vivre dans un espace donné de manière inhabituelle, car “forcée” et continue, modifiant ainsi notre perception quotidienne de ce lieu de vie. 

« La première chose qui s’est modifiée avec ce confinement, c’est notre rapport à l’espace et au temps.”1

Pour cette étude nous avons donc souhaité comprendre quels impacts pouvait avoir la situation de confinement sur notre manière d’habiter un lieu, par le biais de nos émotions liées à la situation, et la manière dont celles-ci nous poussent à réinventer notre espace de vie et à l’adapter à cette nouvelle manière de l’habiter : 

De quelle manière l’état de confinement dans un lieu de vie quotidien modifie-t-il nos usages des différents espaces qui le composent et donc notre manière d’habiter ce lieu ?

Nous sommes cinq étudiantes dans des situations différentes avec chacune une manière personnelle de vivre cette période de confinement. Les espaces et lieux de vies étudiés diffèrents donc d’une personne à une autre, offrant des expériences uniques, le point commun étant que ce ne sont pas des espaces pensés pour une situation de confinement. En réponse à nos questionnements, nous avons donc mis en place un nouveau protocole. 

Récits et illustrations sensibles de nos expériences personnelles

Après les premières semaines de confinement, nous nous sommes posés différentes questions afin de partager nos expériences. Comprendre comment nous occupions les différents espaces de nos lieux de confinement, quelles étaient nos émotions face à la situation, quels étaient nos rapports avec les personnes avec qui nous étions confinés… Durant la suite de notre enquête de terrain, chacune de notre côté, nous avons observé nos comportements de manière plus générale dans nos espaces de vie, quelles adaptations avons-nous pu faire et quels changements avons-nous observés dans nos habitudes…

Suite à nos premiers retours, nous avons pu observer différentes émotions positives ou négatives liées à la situation. Nous avons donc décidé de les représenter de manière sensible (illustrations “Les émotions en confinement” ) en cherchant ce qui dans notre situation pourrait les influencer. Dans une seconde illustration sensible, nous avons lié ces émotions à nos espaces de vie, puis aux activités que nous avons dans les différents espaces afin de mettre en avant ces changements dans nos usages dus à cette situation de confinement et aux émotions qu’elle nous procure.  (Ex. : l’espace extérieur comme lieu de respiration pour réduire le stress et l’anxiété liés à la situation). 

Enfin, de manière plus précise et scientifique nous avons mis en place la méthode d’enquête du relevé habité que nous commenterons afin de visualiser les modifications spatiales de nos lieux de vie, devenus lieux de confinement. Ce type de relevé permet d’ajouter des éléments de mobiliers, de décoration, des objets, détails qui rendent compte des fonctions attribuées aux pièces et donc des usages que chacun peut en faire.

« Cet outil constitue un moyen simple et clair de traduire graphiquement l’idée selon laquelle le logement est un espace qui évolue en permanence, au fil de la journée, mais aussi des saisons, des périodes de vie de ses habitants. »2

Par ailleurs, l’élaboration d’un questionnaire diffusé dans nos réseaux personnels nous a permis d’avoir une vision plus large et d’analyser comment des personnes n’étant pas dans le milieu de l’architecture ou de la conception d’espaces peuvent vivre cette situation de confinement. Nous nous sommes intéressées aux difficultés rencontrées, à l’occupation de l’espace et aux activités qui s’y déroulent. Cette enquête, ainsi que nos relevés personnels nous ont permis de découvrir une conséquence du confinement qui nous intéresse particulièrement : il a permis à beaucoup d’entre nous d’investir davantage son logement et de pleinement l’habiter en poussant les fonctionnalités qu’il pouvait offrir plus loin que d’ordinaire : aménagement d’atelier, de salle de sport, de musique, etc.

Relevés personnels : parle-nous de ton lieu de confinement ! 

D’autre formes d’intimité

Mathilde, 23 ans étudiante


Relevé à la main et de mémoire du plan masse de mon logement, en bleu foncé.

Pour le confinement, j’ai opté pour la maison en campagne, chez mes parents. La maison est entourée seulement par deux voisins, plutôt éloignés grâce à leurs jardins. Les côtés Sud et Est de la maison sont entourés par de grands champs agricoles presque à perte de vue et donc relativement calmes. C’est surtout sur ces deux orientations que nous vivons (terrasses, etc..). Nous sommes tous les trois soit en télétravail soit au chômage partiel. Nous vivons donc 24h/24 ensembles. J’ai un caractère plutôt solitaire et j’ai donc besoin de beaucoup de moments seule. Même hors confinement, je suis souvent dans ma chambre où je peux me détendre, regarder un film, lire. Cependant, en situation de confinement, ma chambre se transforme aussi en studio de danse et salle de sport où je ne peux plus me rendre comme à mon habitude. Les pièces de vie de la maison sont pour nous des lieux de convivialité, de détente et de partage où nous passons tous, beaucoup de temps. Aussi, nous avons profité comme beaucoup, je crois, du confinement pour entreprendre des travaux dans la maison. J’aime y travailler avec mon père. La future salle de bain, en travaux, devient donc un lieu de convivialité et de partage également. Enfin, j’ai pu, quelques jours avant le confinement, transformer une partie inutilisée de la pièce de vie en atelier de peinture et j’ai donc pu profiter du temps du confinement pour pleinement l’investir et développer ma créativité.” 

Relevé de l’occupation de l’espace en fonction des émotions.

Penser autrement le logement

Natalia, 28 ans, étudiante

Relevé à la main et de mémoire du plan masse de mon logement.

“Mon confinement se passe dans un espace de 67m², un appartement pas si loin du centre de Grenoble. Une colocation où j’habite avec un très bon ami, ce qui permet d’avoir  une bonne ambiance pour supporter ce confinement. Notre appartement, se compose d’un hall (petit), une cuisine grande et bien éclairée, deux chambres, chacune avec un lit, un bureau de travail, et un placard. En outre on trouve aussi la salle de bain et un toilette. Le salon se partage avec la salle à manger, et nous disposons aussi d’un balcon pour nous distraire. À première vue l’appartement est vraiment confortable, il nous donne un peu de liberté pour nous déplacer et faire nos tâches d’une manière neutre, je veux dire, sans me sentir seule ou avoir la sensation d’envahir l’espace de l’autre. J’apprécie beaucoup d’être ici. Bien que ce soit un appartement, j’ai un espace agréable, qui bien que monotone, est confortable. Nous avons dû imaginer des manières d’avoir des activités bien plus diverses que d’habitude dans ce petit espace. Ces changements dans les activités nous amènent aussi à vivre l’espace en terme de sensations de manière différente, en fonction des sentiments qu’on associe habituellement à des pièces identifiées dans lesquelles les activités en question prennent place. Là, tout se concentre dans un seul espace. »

Relevés en plan (RDC et étage) du logement et de l’occupation et fonction des différents espaces en situation ordinaire et en situation de confinement.
Émotions et Occupation des espaces en confinement
Émotions et Occupation des espaces en confinement.

Entre partage et isolement

Léa, 24 ans, étudiante

Relevé à la main et de mémoire du plan masse de mon logement.

“J’ai eu la chance de pouvoir revenir chez mes parents, en maison de campagne pour vivre cette période de confinement. Ce qui a été plus difficile à accepter dans cette situation, c’est l’absence de rythme dans les journées, et l’impression de revivre les mêmes semaines, de les voir défiler sans les vivre réellement. Comme une sensation d’être en vacances tout en sachant que l’année scolaire n’est pas terminée et qu’il va falloir être autonome et plutôt motivée pour ne pas la compromettre… 

Nous vivons donc à quatre dans la maison, et même si nous y sommes habitués cela faisait longtemps que nous n’avions pas vécu tous ensemble autant de temps. Il a donc fallu retrouver chacun sa place et organiser (ou réorganiser) nos activités et donc les espaces de vie. La pièce de vie principale très ouverte est celle où nous passons le plus de temps. Au final chacun a son espace dans la maison, ce qui a rendu la cohabitation plus simple. Pour ma part, même si j’ai un bureau dans ma chambre, je me suis installée dans le salon, la table de salle à manger est devenue mon bureau. Je ne suis pas quelqu’un de solitaire habituellement et encore plus en cette période exceptionnelle je préfère donc travailler dans un endroit où il y a de l’animation.”

Les émotions en situation de confinement.
Occupation de l’espace hors et pendant le confinement.
Relevé habité de mon lieu de vie.

Je me rends compte durant cette expérience de confinement que l’espace extérieur peut être un véritable lieu de respiration. Dans une situation où l’on ne peut pas aller où l’on veut et où l’impression d’enfermement se fait ressentir, ma terrasse s’est transformée en échappatoire et me permet de m’isoler aussi du reste de la famille et de réaliser des activités qui me permettent de me détendre.

Redécouverte du chez-soi   

Sooyeon, 31 ans, étudiante 

Je vis toute seule dans un studio 25 m², au plein milieu de Grenoble, près de parc Paul-Mistral. D’habitude, c’est un quartier un peu bruyant, mais depuis le confirment j’entends aucun bruit sauf le chant des oiseaux. C’est un petit studio qui se trouve en 2e étage. En fait, le confinement ne m’a pas ramené un grand changement dans mon quotidien, car je suis quelqu’un qui aime la solitude et je suis habituée à passer le temps toute seule chez moi.

Plan de quartier où j’habite, au centre de Grenoble.

Les émotions que j’éprouve depuis le confinement sont complexes comme pour mes collègues. En fait, je suis plutôt contente d’avoir ce moment inattendu parce que j’avais besoin de temps pour me reposer. Mais en même temps, c’est très stressant d’avoir beaucoup de questionnements et d’incertitudes. C’est très frustrant de ne pas avoir la vie prévue comme avant. Malgré le fait que je suis plutôt ravie d’avoir ce temps de pause, cela m’inquiète de penser à mon avenir incertain. Mes émotions sont donc très chaotiques. 

Émotions liées au confinement.

Depuis le confinement je fais de petites découvertes. Ce qui me plaît le plus, c’est la fenêtre. En général, je ferme la fenêtre avec le volet. Mais vu que je ne peux plus sortir, au bout d’un moment j’ai été obligée de monter le volet et d’ouvrir la fenêtre pour avoir le soleil. Grâce au parc en face de chez moi, je peux voir la verdure avec le bruit des oiseaux. Tous les matins, je commence ma journée devant la fenêtre avec un café. C’est très relaxant. “

Occupation de l’espace en temps normal (gauche) et en confinement (droit)

Inversion du cadre de vie

Auriane, 22 ans, étudiante

Plan du quartier où j’habite en extérieur de ville (Belley).

“J’ai pu retourner chez mes parents avec mes frères dans une grande maison avec jardin dans une petite ville. Le quartier dans lequel j’habite est plutôt calme.

Alors que rentrer chez mes parents me semblait un moyen de m’échapper du bruit et du mouvement incessant de la ville et de retourner vers un lieu que j’affectionne et qui m’apaise, aujourd’hui je le perçois comme un espace de monotonie. La représentation que je me faisais de ce lieu a changé à l’instant même où j’ai pris conscience qu’il allait falloir y rester cloitré pendant un temps indéfini. 

Émotions liées au confinement.

La façon d’habiter la maison a changé, entre avant le confinement, au début du confinement et après un mois de confinement. Au début du confinement, il a fallu se réhabituer à vivre tous ensemble, et profiter de chacun de nous, de faire plus attention, aujourd’hui une certaine distance est maintenue afin de conserver une intimité et un rythme de travail et de loisir individuel. Les fonctions dans les différentes pièces de la maison ont changé. Chacun occupe un espace sans déranger les autres. 

Le salon, devient plus qu’un lieu de visionnage, mais un réel lieu familial, et de réunion, mais également se transforme en véritable salle de fitness le matin, c’est un moyen d’être ensemble physiquement dans la même pièce qui l’a rend réconfortante.

Inversion du cadre de vie

Certains espaces ont été aménagés, afin de faire du télétravail dans de bonnes conditions en séparant espace de nuit et espace de travail afin de ne pas passer l’entièreté de sa journée entre les mêmes murs.  Bien que chaque chambre dispose d’un espace de travail, ceux-ci ne sont que rarement utilisés, nous travaillons dans des pièces de vie commune et ne nous isolons que lorsque nous avons besoin de calme ou pour ne pas être dérangé (appel téléphonique, révision, concentration, lecture…).

L’extérieur est beaucoup plus occupé,  c’est d’ailleurs l’espace qui a connu le plus de modifications durant le confinement. Nous avons pris réellement conscience de l’importance de vivre dans cet espace et il a donc été réaménagé à certains endroits afin d’être plus agréable”.

Occupation de mon lieu de vie d’habitude (en bleu) et pendant le confinement (rouge).

Conclusion

À l’issu de ces recherches et relevés personnels de nos logements et de nos différentes manières de les habiter avant, et pendant la situation de confinement, nous pouvons faire ressortir quelques éléments significatifs.

Dans un premier temps, bien que chacun d’entre nous vive son confinement d’une manière singulière, dépendamment de son lieu et de son cadre de vie, de son entourage ou de ses activités, les difficultés provoquées par la situation s’accordent. Manque de lien social, manque de motivation, manque d’intimité ou encore manque de temps passé à l’extérieur sont les plus recensés, lorsque l’on partage les expériences et les résultats obtenus dans le cadre de notre étude quantitative. Comme on a pu dès lors le constater, ces difficultés sont très souvent reliées à un manque et dès la fin de ce confinement, la plupart de ces difficultés s’en iront avec lui. La situation étant donc temporaire, est-il nécessaire pour nous, architecte et urbaniste de réfléchir à des solutions, d’ordre spatial pour pallier à ces manques ? 

En effet l’occupation de notre logement de manière aussi intense a pu en faire remonter quelques lacunes qu’il puisse être nécessaire de repenser notamment sur l’intimité, le lien avec l’extérieur ou encore sur l’adaptabilité des espaces à l’évolution de nos occupations. La transformation des espaces de vie habituels en d’autres fonctions se révèle très répandue durant cette période de confinement. La raison semble assez explicite dans la mesure où les activités de chacun qui, d’ordinaire se déroulent à l’extérieur, par exemple, un sport ou une activité artistique doivent, en situation de confinement s’adapter à une pratique interne au logement modifiant ainsi nos espaces de vie. 72% des personnes ayant répondu à notre enquête ont profité d’être confinés pour s’allouer à une activité qu’ils ne trouvaient pas le temps de faire d’ordinaire et 43% d’entre eux ont démarré une nouvelle activité. On retrouve parmi eux des amateurs de yoga, de peinture, de sport, etc. Ces activités nécessitent un minimum d’espace et c’est ainsi que l’on peut voir des pièces de vie quotidienne s’ouvrir à de nouveaux usages : un coin de chambre devient salle de yoga, un peu d’espace et un garde-corps constituent une salle de danse… Cet aspect multifonctionnel et modulable du logement, révélé par la situation de confinement peut constituer pour les métiers de la conception d’espaces une nouvelle source d’inspiration et de réflexion. 

Aussi, il donne à réfléchir sur la qualité de nos espaces de vie. Par exemple la situation de confinement a pu montré que les grands espaces de vie, très ouverts ne sont pas adaptés à tous les modes de vie, et peuvent être source de conflits. L’adaptabilité, le potentiel de transformation et de renouvellement des espaces peuvent alors constituer une piste de réflexion qu’architectes et urbanistes peuvent explorer pour répondre aux problématiques d’aujourd’hui et de demain sur le manque de logements et le manque d’espaces adaptés à des situations de distanciation. 

Pour citer ce billet : André, Auriane, Bernal, Natalia, Ducruet, Léa, Lee, Sooyeon, Rey, Mathilde. 2020. Évolutions de nos lieux de vie en situation de confinement. Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4554.

  1. Martin LEGROS cité dans “Penser le confinement : de la réorganisation de nos sphères de confinés sortira une nouvelle société” [en ligne] Franceinter.fr – consulté le 23 Mars 2020 []
  2. Elise ROY citée par Marie CRABIE dans “Comment nos logements s’adaptent au confinement : vos témoignages en plans” [en ligne] Tema.archi – consulté le 13 Avril 2020 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search