Des intrusions dans l’intimité ? Auto-ethnographies d’étudiants en temps de confinement

Introduction

Compte tenu de la situation actuelle, nous n’avons pas d’autres choix que de rester chez nous pendant la durée du confinement instaurée par le gouvernement. Cette situation des plus inhabituelle engendre de nombreuses appréhensions vis-à-vis de ce nouveau mode de vie imposé par la pandémie de Covid-19. 

Avant d’établir toute problématique, nous nous sommes sondés à travers un exercice d’auto-ethnographie : nous avons écrit sur l’expérience du confinement vécue par chacun, sans contrainte de sujet, de fréquence, ou de quantité afin de privilégier la spontanéité des ressentis face à cet exercice, quelque peu personnel, dans le cadre universitaire dans lequel il est exercé. Cet exercice situé entre l’autobiographie personnelle, et l’ethnologie qui se veut objectivable est « comme les deux faces d’une recherche anthropologique au sens le plus complet du mot : accroître notre connaissance de l’homme, tant par la voie subjective de l’introspection et celle de l’expérience poétique, que par la voie moins personnelle de l’étude ethnologique »1.

Il apparaît dans nos récits que l’enjeu principal à relever durant cette période de confinement soit notre rapport avec notre intimité. En effet, sachant que nous allions devoir rester confinés pendant une durée indéterminée, supposément longue au vu de la gravité du virus Corona, nous avons choisi l’espace dans lequel nous nous sentions le moins étrangers, avec lequel nous avions tisser le plus de liens intimes. En ce sens, c’est un territoire primaire selon la typologie d’Altman2 : un territoire dans lequel on exerce un droit. Or lorsqu’en temps normal, les différents types de territoires avec lesquels nous entretenons des relations d’intimités moindres sont répartis dans l’espace, la situation de confinement provoque une condensation de ces territoires au sein d’un même et unique espace : notre chez-soi devient à la fois lieu de travail, lieu de partage d’information, lieu de socialisation… 

Ainsi, face à l’envahissement de notre territoire primaire par ces éléments, comment avons-nous réagi ?3

De l’auto-ethnographie à l’analyse croisée 

Il s’agit de s’intéresser aux réactions des étudiants face aux multiples intrusions dans l’intimité qu’induit le confinement. Pour cela, il a fallu au préalable ne pas être influencé par les différentes intrusions, ne pas les définir ou en parler entre nous. Puis, il a fallu choisir un protocole assez libre pour que les sujets analysés puissent se sentir assez en confiance quant au partage de son ressenti. En effet,  notamment dans la recherche en géographie, la production de savoirs consiste, en temps normal, par un premier temps basé sur le terrain, comme source d’information et d’expérience, puis un second temps sur la réflexion permettant d’éclairer les informations prises sur le terrain et la position du chercheur. La conjugaison de ces deux méthodes est alors possible grâce à l’auto-ethnographie4. Nous avons donc choisi cette méthode qui semble être adaptée à ces fins : écrire librement sans contrainte de style, de fréquence ou de quantité.

Étant donné la situation, ce sont les cinq membres de l’équipe qui ont réalisé l’expérience. Ainsi, chacun de nous cinq a rédigé son ressenti durant la période de confinement. Connaissant le sujet et travaillant ensemble,  il a fallu tout de même être vigilant à ne pas exagérer ses réactions face aux différentes intrusions et à ne pas partager nos récits durant leur écriture.

Nous avons enfin pu découvrir les textes de chacun et constater si le confinement avait le même impact sur chacun de nous. Pour cela, étant dans cet exercice à la fois les analyseurs et les analysés, chacun d’entre nous a analysé le texte d’une autre personne afin de conserver une certaine objectivité : Amandine a analysé le texte de Alex, Alex celui d’Estelle, Estelle celui d’Anaïs, Anaïs celui d’Aïtana et Aïtana celui d’Amandine. 

Synthèse des  « journaux de bord » Points communs / différences / Schéma(s) des espaces de vie

Alexandre (par Amandine)

Alexandre est confiné dans un appartement de 55 m2 en compagnie d’une seconde personne en plein coeur de Toulouse. 
Au bout d’une vingtaine de jours, le confinement a peu d’impact sur le quotidien physique d’Alexandre, hormis une organisation pratique de l’espace pour une vie à deux. Cependant, le Covid-19 a une place importante sur le plan psychologique compte tenu d’un événement survenu dans son passé. En outre, Nadia Salmi explique parfaitement les raisons d’un tel stress dans son article comment gérer le stress lié au confinement et au coronavirus ? « Tous les ingrédients sont là : la peur de tomber malade ou de perdre quelqu’un, la mise en quarantaine […] Tout cela peut agir sur notre bien-être psychologique5. »
Ses interrogations et ses doutes finissent par s’apaiser, au fur et à mesure que l’habitude prend place et que l’afflux d’informations ne diminue pas, tandis que d’autres se transforment en questionnements sur le devenir de la situation. 
Sur le point de terminer ses études, l’organisation est de taille quant au travail en groupe. Avec pour principale contrainte les visioconférences, elles se révèlent essentielles à l’avancement de son travail. Pour cela il a également mis en place un rythme pour organiser ses journées. En effet, selon Marie-Ève Martel, rédactrice de l’article la pression de « réussir » son confinement « c’est important de maintenir une routine, parce que ça nous apporte des points de repère dans notre quotidien.6 »

Anaïs (par Estelle)

L’environnement physique direct joue un rôle d”apaisant” dans les différentes sources d’intrusions dans l’intimité d’Anaïs : la maison est grande, « chacun trouve sa place », les uns n’empiètent pas sur le territoire des autres. De plus, elle dit pouvoir “oublier l’attestation tellement le lieu est calme”. Enfin, le lien social maintenu par les réseaux sociaux est, pour elle, “dispensable”. Elle préfère profiter des espaces extérieurs de la maison. La plus grande source d’anxiété reste les travaux à rendre, et nous ressentons l’information liée à ces travaux comme une réelle intrusion dans l’intimité d’Anaïs, qui n’ose ouvrir sa boîte mail. En effet, sa maison a toujours été un lieu de repos, assimilé à sa famille, elle n’y a jamais vraiment travaillé, ayant été en internat. C’est pourquoi nous pouvons supposer que l’intrusion du domaine du travail dans ce domaine plus intime est celle qui a provoqué le plus de réactions chez Anaïs.  Dans ce cas encore, l’environnement physique est directement lié à l’établissement de cet état. En effet, « la maison et son grand jardin » représentent autant de « distractions dont (elle) peut et veut profiter dehors » provoquant des difficultés à se concentrer et le sentiment de culpabilisation qui s’en suit.  Ainsi, par l’évocation permanente de son environnement physique comme un élément influençant son humeur (ici, sereine), cette phrase de fin de témoignage « Mon environnement de vie joue beaucoup sur mon ressenti. » et le fait que ce soit de sa maison dont elle parle en premier dans son témoignage, nous pouvons conclure que l’environnement physique joue un rôle clé dans la réaction face aux intrusions extérieures de ce confinement. 

Aïtana (par Anaïs)

Écrit comme un journal de bord, l’auto-ethnographie d’Aïtana nous permet de voir que l’inquiétude et la préoccupation évoluent au cours du confinement. Son environnement physique a changé durant le confinement et semble être source de « libération », car synonyme d’espace plus vaste « chacun a son espace, de grandes chambres ».
La plus grande source de tension semble avoir été avec son environnement physique proche (son voisin) en début de période. Cet évènement est source d’un stress conséquent qu’elle identifie très bien « Le stress déjà présent par le confinement venait de monter d’un cran ». N’étant pas confinée avec sa famille, une angoisse est ressentie due à l’éloignement familial. En effet, ayant une partie de sa famille confinée dans un autre pays, un stress est généré face à la gestion du confinement par celui-ci « Sur Washington ils ne rentrent qu’aujourd’hui dans le confinement et cela est très stressant ».
Elle gère la situation anxiogène provoquée par les médias grâce à une non-exposition à ceux-ci, « [nous] écoutons assez peu les informations depuis une semaine ». La peur du virus n’est que peu évoquée suite au déménagement elle dit « [avoir] presque oublié le virus ». 
Aïtana ressent tout de même de l’anxiété face aux travaux scolaires à rendre « L’avancement de mon mémoire me préoccupe ». Cependant cette anxiété dépend aussi de la gestion du temps et la situation de confinement d’autres individus : « J’attends que mon professeur me corrige mon premier jet ».

Amandine (par Aïtana)

Amandine nous explique dans son carnet de bord que le confinement se passe plutôt bien et qu’elle profite. Cependant quelques sources de stress se présentent à elles et font varier son humeur. 
L’un des points qui préoccupent le plus Amandine est son travail, les échéances approchent et le travail semble assez conséquent pour une période comme celle que nous traversons. C’est compliqué de travailler dans ces conditions, elle dit qu’ « il m’est difficile de m’avancer sur d’éventuelles révisions, ou de faire des fiches », car le contact avec les professeurs n’est pas évident et que le fait de travailler en groupe complique encore plus les rendus. 
Amandine est confinée avec sa soeur, leur relation a évolué depuis de début du confinement, elles qui étaient si proches en temps normal, le fait d’être tout le temps ensemble rend l’atmosphère plus tendue, elles prennent donc chacune leurs distances ainsi tout se passe mieux. L’anthropologue David Le Breton nous explique que cette pandémie que vous vivons tous “agit comme un révélateur des relations sociales”7, elle est donc vecteur d’une amplification de nos émotions.
Être confinée à la campagne est un vrai avantage pour Amandine, elle ressent beaucoup moins l’enfermement et profite du soleil, elle a même l’opportunité de faire du sport régulièrement.
Au sujet du virus et de la raison première de cette situation, Amandine ne l’évoque que très peu, elle suit les informations à la télévision raisonnablement sans se faire submerger par ces dernières qui sont bien souvent « similaires depuis le début de ce confinement ».

Estelle (par Alexandre)

Estelle est confinée avec ses parents dans une grande maison de campagne.
La surconsommation des réseaux sociaux nécessaire pour la continuité du travail et la socialisation à été l’élément le plus pesant au cours du confinement. Le rapport au travail scolaire a été modifié par cette situation, un sentiment d’accélération et une perte de motivation grandissante se font ressentir au fur et à mesure que le temps passe. Étienne Klein nous fait part de ce sentiment du bouleversement paradoxal de la notion du temps lié au confinement : “Le fait d’avoir du temps nous fait perdre la notion même du temps”8, cette situation provoque beaucoup d’anxiété qu’elle relâche grâce à des activités “déconnectées” (jardinage, course à pied …).
En revanche, la contrainte de « l’enfermement » ainsi que la cohabitation entre les habitants du lieu de confinement n’est que très peu évoquée, cela semble indiquer que rien de particulier ne semble se passer.
L’ambiance de voisinage semble quant à lui être l’objet de modification, les relations avec les voisins prennent une plus grande importance que d’ordinaire: « Les regards sont plus bienveillants, les sourires plus francs ! ». L’urbaniste Jérôme Baratier constate que le confinement nous contraint au rétrécissement de notre espace de vie, cela favorise l’usage des commerces de proximité et la relation avec le voisinage faisant apparaître de nouveaux élans de solidarité et de bienveillances entre des vies jusqu’alors juxtaposées9.
Pour conclure, la potentialité de la présence du virus, raison pour laquelle nous sommes confiné ne semble pas être source d’inquiétude non plus : « Aller dans des lieux plus peuplés que d’autres ne me dérange pas même s’ils sont risqués »

Conclusion

Nous avons relevé dans nos récits auto-ethnographiques quatre principales intrusions, (favorisées par l’ère du numérique), l’intrusion sociale des personnes partageant le lieu de confinement, l’intrusion sociale dûe aux réseaux sociaux, l’intrusion de l’environnement professionnel, l’intrusion d’informations. Pour tous, l’intrusion de l’environnement professionnel provoque davantage de réactions, qui se traduisent soit par un détachement volontaire en se coupant des réseaux, soit simplement par un état d’anxiété plus important que la normale. La réduction du territoire primaire provoque chez quelques uns un élargissement de l’emprise de ce territoire, allant jusqu’au quartier ou la rue voisine. Nous remarquons aussi que l’aménagement de l’environnement physique a été nécessaire pour la cohabitation et le maintien d’une certaine intimité. L’espace de vie pouvait évoluer et ce dû à des mal-êtres naissants chez nous, à cause du confinement. 

Nos logements et nos espaces extérieurs reflètent ce que nous sommes à l’intérieur. Le confinement a provoqué chez nous différentes sortes d’atmosphères. Ces changements étaient toujours déclenchés par une source provocatrice (les informations à la télévision, les réseaux sociaux, l’enfermement), cependant nous n’avons pas tous réagis de la même manière face à ces dangers, qui n’étaient pas forcément des intrusions dans l’intimité mais simplement des sources de tensions. Nous pouvons cependant relever un point commun, c’est la contrainte significative du travail en groupe par visioconférence. Il est très difficile pour les étudiants, comme nous cinq, de chambouler nos habitudes de travail, qui dans nos domaines sont très sociales et nécessitent un maximum de communication au sein des groupes. Nous ne travaillons pas les uns avec les autres mais nous nous épaulons pour chaque travail, ce qui est encore plus fort. Ces changements on fait naître en chacun d’entre nous des angoisses et des perturbations plus ou moins intenses. Sur un tout autre domaine, ce travail a mis en lumière la menace du bien-être des relations familiales au sein du foyer.

Cependant, la synthèse de ces auto-ethnographies a pu souligner l’impact positif que cette crise a permis d’engendrer. Selon Marianne WEHBE, « les crises sont aussi les opportunités de réflexions […] elles permettent de s’adapter, de s’interroger, de rebondir et elles offrent des possibilités de changement10». Ces aspects ressortent alors de manières différentes selon les participants de cette synthèse, mais chacun a pu mettre à profit le côté constructif du confinement imposé par la pandémie du Covid-19.

Il semblerait donc pertinent de pouvoir développer cet aspect au sein d’un autre travail réalisé en auto-ethnographie notamment, afin de pouvoir mesurer l’influence favorable d’une telle situation.

Pour citer ce billet : Gomes, Amandine ; Giroux, Estelle ; Luzarreta, Alex ; Bechelli, Anaïs ; Eldin, Aïtana. 2020. Des intrusions dans l’intimité ? Auto-ethnographies d’étudiants en temps de confinement. Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4585.

  1. Leiris, Michel; Price, Sally; Jamin, Jean. 1992. C’est-à-dire: entretien avec Sally Price et Jean Jamin, suivi de Titres et travaux. Paris, France : J.-M. Place, DL. 79 p. []
  2. Altman I. 1975. The Environment and Social Behavior Privacy. Personal Space, Territories, Crowding, Monterey, Edition Brooks/Cole. []
  3. Le terme réagir, volontairement généraliste, permet d’englober ici à la fois les réactions comportementales et les réactions transposées à une action. []
  4. Dupont, Louis. 2015. « Terrain, réflexivité et auto-ethnographie en géographie », Géographie et cultures [En ligne], 89-90, mis en ligne le 09 octobre 2015, [consulté le 29 avril 2020]. URL : http://journals.openedition.org/gc/3235 []
  5. RTBF [en ligne]. Nadia SALMI, 2020 [consulté le 15 avril 2020]. URL:https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/detail_comment-gerer-le-stress-lie-au-confinement-et-au-coronavirus?id=10474160 []
  6. LeQuotidien [en ligne]. Marie-Ève MARTEL, 2020 [consulté le 15 avril 2020]. URL : https://www.lequotidien.com/actualites/covid-19/la-pression-de-reussir-son-confinement-6c60b896107d07de0e27fa6101cd2423 []
  7. Le Breton, David. 2020. Analyse les effets du confinement sur nos comportements,  [consulté le 02 mai 2020].URL :https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/confinement-david-le-breton-nous-decouvrons-une-communication-sans-corps-0d4d142c-7c16-11ea-992f-bf5cdcacfbd7 []
  8. Klein, Etienne. Avec le confinement, notre espace-temps est chamboulé, 2020, [consulté le 02 mai 2020].: URLDisponible sur : https://theconversation.com/avec-le-confinement-notre-espace-temps-est-chamboule-137509 []
  9. Baratier, Jérôme. Notre conversion aux joies du voisinage recèle de nombreux bienfaits ,2020 [consulté le 02 mai l 2020]. URL :https://www.enlargeyourparis.fr/societe/notre-conversion-aux-joies-du-voisinage-recele-de-nombreux-bienfaits []
  10. Wehbe, Marianne. La vi(ll)e autrement, Lumières de la Ville, [En ligne] 2020 [consulté le 15 avril 2020]. URL : https://lumieresdelaville.net/paroles_urbs/la-ville-autrement/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search