Vous pensez connaître votre logement ? Mais qu’est-ce qui en fait les repères ?

Introduction

Pour nous, étudiants en architecture, en urbanisme ou en design, ce confinement peut nous permettre de réfléchir à ce que peut apporter notre futur métier face à de telles situations. Comment accepter de rester enfermés dans cet espace qu’est notre logement, si commun et pourtant si personnel ? 

Nous avons décidé de retravailler la question de repères au sein de nos logements respectifs et ainsi comprendre les éléments les plus importants des individus au sein de leur logement. Pour être plus précis, nous entendons par “repères”, des zones importantes pour la personne, point dans l’espace et le temps qui pour elle structure son utilisation du lieu, qui lui fait sens. Ce repère peut lui permettre de se positionner ou / et évoque des émotions, des sentiments, des souvenirs. Pour cette recherche, nous nous baserons sur la définition de “Points de repère” proposée par Kevin Lynch dans son livre L’Image de la Cité. Il s’agit pour lui de « références ponctuelles […] habituellement des objets physiques définis assez simplement : immeuble, enseigne, boutique ou montagne » [NB : lorsqu’il est question d’une étude de la ville].

« Leur utilisation implique le choix d’un élément unique au milieu d’une multitude de possibilités.»

C’est ce choix et la signification de celui-ci pour la personne qui va nous intéresser. Néanmoins nous établissons des divergences par rapport à la définition donnée. Pour Lynch, un point de repère est “externe, l’observateur n’y pénétrant pas”. Or, dans ce contexte de confinement à l’intérieur d’un logement, il est nécessaire d’adapter cette définition qui était auparavant concentrée sur « la ville ».

Dans ce cadre nous estimons que les repères font partie intégrante du quotidien des personnes dans leurs pratiques, c’est pourquoi nous étendons cette définition à des espaces ou objets que la personne pénètre ou même dans lesquels il se trouve déjà. Par “quotidien”, nous entendons :

« Qui a lieu ou qui se reproduit chaque jour; que l’on fait régulièrement, tous les jours »

Définition du mot “Quotidien” tel que proposé par le Centre national des Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL). Article en ligne disponible sur : https://www.cnrtl.fr/definition/quotidien

Nous nous questionnerons ainsi sur la place de certaines pièces, objets, mobiliers qui font repères et ce qu’ils évoquent pour les usagers dans la vie quotidienne, en temps de confinement et avant.  

Au vu de ces constats, nous avons choisi de nous poser la question suivante : 

Qu’est-ce qui fait repère dans les logements depuis le confinement ?  Comment et pourquoi sont-ils devenus repères pour les usagers ?

Pour répondre à cette problématique, chaque étudiant a réalisé un protocole d’enquête depuis son propre appartement, qui représente une variété de conditions. Certains vivent en maison, d’autres en colocation, ou encore en chambre étudiante. D’autre part, certains ont accès à des espaces “extérieurs” comme un jardin, un balcon, ou encore des espaces collectifs (cuisines). De plus, nous ne vivons pas tous depuis la même durée dans nos logements, ce qui peut influencer notre relation avec celui-ci. 

Nous avons fait le choix de limiter le secteur d’étude à la délimitation de la propriété de chaque logement. Autrement dit, nous prenons en compte l’ensemble des éléments de nos logements : l’ensemble des pièces, les balcons (si présents), les jardins (si présents), les espaces collectifs (si présents) sans comptabiliser les déplacements autorisés de première nécessité. L’objectif est de définir ce qui fait repère dans le logement et pourquoi depuis le début du confinement. 

Puisque nous vivons tous avec une ou plusieurs personnes, ces dernières ont constitué les personnes que nous avons enquêtées. Afin de garder un point de vue plus neutre, nous ne nous incluons pas en tant que pratiquant de l’espace dans cet exercice, dans la mesure ou par notre œil d’architecte ou notre présupposé sur l’exercice, nous pourrions avoir un avis biaisé sur la question. 

Afin d’identifier au mieux les repères de chaque personne et ce qu’il représente, nous avons proposé la réalisation d’une carte mentale équivalant à :

« la transcription sous forme cartographique de l’espace tel qu’un individu ou un groupe se le représente »

Eduscol. 2020. « Carte mentale ». In : Géoconfluences. Ressources de géographie pour les enseignants [en ligne]. Disponible sur : < http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/carte-mentale >  (consulté le 23 juillet 2020)

Cette méthode, instaurée par Kevin Lynch dans son ouvrage L’Image de la cité, est subjective et fait référence à la mémoire propre des individus au sujet des lieux qu’ils fréquentent. Au cours de son élaboration, la personne interrogée :

« sélectionne, hiérarchise, localise des éléments de l’espace en fonction de ses pratiques spatiales, de son âge, de son genre, de son milieu socioculturel, de sa mémoire, de ses perceptions, de son imaginaire, etc »

Ibid

Dans ce contexte, le plus important sera l’ordre dans lequel la carte mentale est dessinée, quels sont les objets posés en premier sur le papier, et surtout pour quoi. Une corrélation peut être faite entre l’ordre d’apparition des éléments et l’importance qu’ils ont pour les interviewés : les éléments principaux apparaîtront en premier et viendront ensuite les éléments plus secondaires qui forment un lien avec le tout.

Le point de départ de la carte a été une feuille blanche A5. Aucun plan n’est préalablement dessiné. Nous leur expliquons l’intérêt d’un tel exercice de la manière suivante, afin de concentrer leur dessin sur ce qui nous intéresse :

« Nous allons vous demander de dessiner ce que vous trouvez de spécifique dans votre logement (et ses potentielles annexes) et pourquoi cette spécificité vous marque. Cela peut-être sous forme de plans, de texte, de dessins de pièces ou d’objets, comme vous vous sentez le plus à l’aise. Il n’y a pas besoin de savoir dessiner, l’idée est seulement de faire ressortir ce que vous ressentez dans cet espace.”

Certaines personnes ont été bloquées et ne savaient plus comment avancer dans leur dessin. Nous leur avons posé certaines questions pour les aider. Nous n’interviendrons qu’à travers des échanges vocaux et non directement sur le dessin afin de ne pas les couper dans leur réflexion. Les questions sont les suivantes, adaptables au contexte :

“ Quel est ton usage de cet endroit ? ; cet usage a-t-il évolué depuis la mise en confinement ? ; en fonction des jours et de l’heure, l’usage de ce lieu varie-t-il ? ; y a-t-il des souvenirs marquants pour toi liés à cet endroit ? ; y a-t-il des moments, des objets, des espaces… qui te marquent ? ; y a-t-il de nouveaux espaces que tu t’es appropriés depuis le début du confinement ? De nouvelles activités ? “

Cet échange en parallèle du dessin nous a permis de comprendre pour chaque usager à quoi est associé chaque repère et chaque imaginaire. Il ne faut pas oublier que la carte mentale n’est qu’un prétexte, le plus intéressant c’est le discours qu’il y a autour et pas réellement le dessin en lui-même.

Après avoir récolté les dessins et enregistrements vidéo de ceux-ci, l’analyse du corpus de données a pu commencer. Les entretiens ont été retranscrits de manière anonyme. Chaque retranscription commence par une contextualisation nous permettant de connaître un peu plus l’identité de la personne qui habite avec nous (tranche d’âge, profession, etc.), mais aussi avec l’heure et le jour du confinement. De leur côté, les vidéos nous auront permis de revoir dans quel ordre notre entourage a dessiné et évoqué les éléments dans ces espaces du quotidien et pourquoi ils l’ont fait. Pour facilement analyser les cartes mentales réalisées, un story-board a été créé pour chaque entretien. Cet élément décompose en différentes étapes clefs les témoignages mettant en avant des passages jugés pertinents. Des citations ont été mises en dialogue avec l’état du dessin des individus au moment où ces mots ont été prononcés. Le dessin est un moyen de retransmettre les émotions, c’est donc une richesse que nous souhaitons conserver. L’ensemble de ces story-boards est disponible en annexes. 

Ce qui fait repère : des réponses variées 

Les repères marquants peuvent se concentrer sur la question des fréquences et types d’usages, des souvenirs associés, des nouveaux repères temporels, etc. Nous allons voir pourquoi certains repères sont marquants dans cet espace et leur statut :

D’une part, la relation entre les fréquences d’usages au sein des logements et les repères sont une variable importante. On remarque la plupart du temps que ce sont les espaces où les individus passent le plus de temps qui ressortent en tant que repère majeur dans les logements. Ceux-ci correspondent aux pièces de vie commune comme la cuisine, le salon, la salle à manger, mais aussi parfois à des objets. La personne 3 nous explique dessiner son « évier. Et là je fais mes plaques de cuisson », car elles y passent beaucoup de temps. La personne 1 dessine quand à elle le salon et les meubles en détail « il y a aussi le petit canapé. Celui où je passe beaucoup de temps ». On remarque aussi un certain attachement à ces espaces par les individus. Ceux-ci se retrouvent généralement davantage détaillés, dessinés et décrits de manière plus précise, ce qui nous permet de dire que ce sont vraiment des repères importants. Beaucoup de ces repères sont aussi liés à des activités de travail et de détente qui rythment la journée. On remarquera notamment chez les personnes 1,2,3 et 4, la présence de la question du confort par des objets comme la « télé », le « canapé », la « table basse ». 

Par ailleurs, ce contexte de confinement a fait évoluer certains usages dans les logements. Certaines personnes télétravaillent ou encore se trouvent en situation de chômage technique. Cela va favoriser la création de nouveaux repères liés aux nouvelles activités faites dans la journée. Pour illustrer cela, nous pouvons utiliser le témoignage de la personne 4, en télétravail. Il a rapidement dessiné la salle à manger « parce que dans la salle à manger [il] fai[t] [son] télétravail ». La personne 1, quant à elle, utilise la table du salon pour travailler sur son ordinateur « l’ordinateur est mon point de travail » alors que de base il travaille dans un atelier « je suis mouliste pour la plasturgie ». 

Dans ce même contexte de confinement, d’autres éléments du logement sont passés d’anecdotiques à primordiaux avec le confinement. En effet, quand elles en ont la possibilité, les personnes investissent leurs espaces extérieurs. On retrouvera par conséquent la présence de repères liés à cet extérieur. On note pour la personne 1 la présence importante de la « porte-fenêtre. C’est une ouverture sur le monde » ou pour la personne 2 l’importance du « balcon. Parce que c’est là où l’on passe le plus de temps. » La personne 3, quant à elle, évoquera « les petites fleurs, les petits oiseaux, le soleil » et la possibilité de « prendre l’air » dans son jardin. Ces éléments deviennent quasiment centraux dans les logements des individus. Le lieu de vie s’élargit paradoxalement. Ce témoignage nous questionne aussi sur l’importance des ambiances lumineuses au sein du logement. Le lien entre appropriation de l’espace et luminosité a été relevé par Céline Drozd, Ignacio Requena-Ruiz, Daniel Siret dans Matérialités et immatérialités de la lumière chez soi : expérience sensible et pratiques habitantes. Leur étude a en effet prouvé que :

“ Les habitants appréhendent l’espace domestique par leur expérience sensible […] La perception des ambiances lumineuses, par nature immatérielles, est à l’origine de pratiques de conception et d’aménagement se traduisant d’une manière tangible dans l’espace et dans le temps.”

Céline Drozd, Ignacio Requena-Ruiz, Daniel Siret.

Ainsi selon eux, les habitants s’approprient plus facilement les espaces recevant un fort apport de lumière extérieur. 

Parfois, le rapport à l’appropriation de l’espace change, s’étalant à des nouveaux espaces en dehors du logement en lui-même. Par exemple, la personne 1 se met à nous décrire en détail le circuit qu’elle emprunte pour faire de l’exercice dans les caves « il y a un petit couloir qui permet de faire la boucle. Je le repère en fonction de l’entrée des caves de l’autre montée de l’immeuble ». Sa nouvelle expérience de l’espace lui permet de former un schéma mental des caves beaucoup plus précis, il y trouve donc de nouveaux rapports à l’espace tels que « la porte ». Ce qui fait repère ici est donc lié à l’orientation dans un espace sombre et identique . 

Ces nouvelles activités vont parfois créer des changements et des réorganisations au sein de logements. Ces changements, le plus souvent marquants, vont induire facilement de nouveaux repères. La personne 4 nous explique que le confinement lui permet de « bricoler dehors ». Ses activités ont selon elle, une influence directe sur sa vision des espaces. Elle nous explique que « depuis le début du confinement il y a la haie qui est tombée donc je les vois d’une autre manière ». En effet, « avant il y avait la clôture, il y avait la haie ici. Donc maintenant, il n’y a plus de haies, donc on voit chez les voisins et faut tout enlever, nettoyer au moment où on a enlevé toute la haie ». Ce changement au niveau de la haie faite ainsi repère pour cette personne, dans la mesure où elle produit une nouvelle ambiance dans l’espace, ainsi que de nouvelles activités comme le nettoyage. Une réorganisation a aussi lieu dans les petits logements comme nous le décrit la personne 6, qui sectorise désormais ses activités et organise son espace de vie pour mélanger sport, travail et détente de manière harmonieuse : « je suis maintenant obligé de créer un coin sport […] j’ai divisé l’espace en trois parties : pour dessiner, utiliser mon ordinateur portable et lire des livres ». Le manque d’espace entraîne cette modification des usages et des repères liée aux activités pratiquées.  

De plus, avec la naissance d’une nouvelle routine s’instaurent aussi de nouveaux repères temporels. Les personnes interrogées profitent des vues extérieures depuis leur logement plus qu’en temps normal. Ils peuvent donc assister depuis leur fenêtre ou balcon à de nouvelles scènes du quotidien. Par exemple, la personne 2 sait à quel moment de la journée elle se trouve grâce au passage de la dame au chien « je prends le temps de […] saluer la voisine quand elle passe promener son chien ». 

Bien que les personnes 3, 4 et 6 nous décrivent rapidement leur chambre ou le salon la nuit, de manière générale, nous remarquons que les personnes interrogées mentionnent beaucoup plus  en détail des espaces de jour que des espaces liés à la vie de nuit. Nous pouvons alors faire l’hypothèse que pour une personne, un repère n’est pas seulement un lieu ou l’on passe beaucoup de temps, mais aussi un lieu où l’on est actif. À l’exception de la personne 6 qui a installé une machine à laver dans la salle de bain, personne ne parle des salles d’eau et de toilettes. Pourtant se laver fait partie du quotidien, sans que cela constitue un repère. Peut-être que leur importance évoluerait en période de canicule d’été ? Ainsi, les repères semblent évoluer suivant le moment de l’année, en parallèle des activités dans les logements qui ne sont pas les mêmes en période estivale et hivernale. La personne 3 nous dévoile un indice à ce sujet. En effet, elle n’évoque pas la terrasse puisqu’elle « n’y va pas encore, il ne fait pas encore suffisamment chaud ».

Les personnes interrogées pour mener notre enquête n’ont pour la plupart pas fait mention de la question des ambiances et de leur relation émotive avec leur logement. Bien que la personne 3 nous révèle qu’elle a des souvenirs liés au « premier repas après le déménagement » dans sa cuisine, cela ne semble avoir que peu d’influence dans la constitution de son repère. Son repère “cuisine” semble s’être construit petit à petit, par succession d’activités quotidiennes réalisées à l’intérieur. Toutefois, ces activités procurent perpétuellement des souvenirs, plus ou moins significatifs. Cela est d’autant plus clair à travers les propos de la personne 4 nous expliquant que « dans chaque pièce tu as des souvenirs marquants, mais après quels sont les souvenirs marquants à l’instant T ça je ne sais pas, je m’en souviens plus ». Ces souvenirs deviennent alors significatifs dans la caractérisation du repère, car les individus associent une pièce, un objet, à des activités précises dont ils en gardent parfois de bons souvenirs. La personne 3 associera de cette manière le canapé comme un endroit « où on se retrouve pour boire l’apéro ! ». Ce repère est ainsi devenu plus qu’un objet spatial : c’est un lieu de vie, où l’ensemble des habitants se retrouvent et partagent de bons moments ensemble.

Par ailleurs, la question des ambiances n’est pas présentée directement par les personnes interrogées comme étant un facteur de repère, le mot n’est pas employé tel quel. L’importance des ambiances est implicite. La personne 1 nous parle comme nous l’avons déjà vu de la question de la lumière, la personne 2, 3 et 4, nous parle de leurs espaces extérieurs comme de lieux primordiaux en période de confinement, leur permettant de se ressourcer et de prendre l’air dans une période dans laquelle cela est devenu complexe. Nous pouvons relier ces éléments aux critères de Martine PATTOU qui définissent des qualités d’usages et d’espaces d’une architecture par, entre autres, “la ventilation”, “la lumière’’, “l’acoustique’’, dont l’assemblage crée des expériences différentes dans l’espace. Les ambiances étant caractérisées ici par la synthèse des ressentis à un endroit ou un moment donné ou encore les expériences in situ, ces critères (étant aussi perçus comme repères par les individus) sont ainsi directement reliés à la notion d’ambiance. 

Un sujet qui a suscité quelques difficultés :

Grâce au sérieux de notre famille ou de nos amis interrogés, les cartes mentales ont permis de relever des pistes intéressantes pour répondre à la problématique. Les principaux soucis étaient parfois liés à la compréhension de notre entourage du sujet d’étude, bien que des explications aient été apportées au préalable. Il a fallu utiliser des mots plus simples permettant une compréhension facile pour des personnes n’ayant pas l’habitude d’être confrontées à ce genre d’enquête ou de vocabulaire. 

Pour conclure, nous avons compris par l’intermédiaire des cartes mentales et des entretiens, que l’essence de ce qui fait repère au sein d’un logement varie énormément d’une personne à une autre. On distingue plusieurs types: des repères sont liés aux activités et usages de l’espace, à des modifications spatiales. D’autres sont plutôt de l’ordre de la temporalité. Cependant, bien que perçus uniquement de manière spatiale par les personnes interrogées, on remarque que les repères mettent aussi en discussion les ambiances, les émotions et les souvenirs présents dans les logements, ainsi qu’un certain attachement au lieu. Cette étude peut alors soulever plusieurs interrogations pour nous, architectes. Pour nous, l’architecture est une discipline fortement influencée par deux éléments : la société et les hommes. Elle apparaît alors tel un moyen de répondre à ses différents besoins tout en créant des espaces sains, agréables à vivre et adaptés à ses attentes dans lequel il est susceptible de se sentir bien, mais aussi de développer une croissance intellectuelle. 

En se basant sur ces différents types de repères, quel serait le logement de demain répondant à nos attentes de confort permettant un confinement agréable ? Quoi qu’il en soit, cette situation de pandémie n’est peut-être pas la dernière et il nous faudra en tirer les leçons. Que nous soyons dans un environnement petit ou grand, l’ensemble des usagers interrogés se sont adaptés à leur manière, parfois de manière spontanée, parfois avec plus de mal. Mais comment accompagner cette conversion en tant qu’architecte ? Notre entrée se portant sur les repères, c’est avant tout la question de l’espace et des usages qui sont ressortis à travers notre analyse. Néanmoins, on remarque de manière implicite l’importance de l’ambiance dans la description des lieux repères. Ainsi, nous pouvons nous demander comment, par l’architecture, pouvons-nous instaurer, stimuler de nouvelles ambiances qui ne sont pas uniquement liées aux usages. De même, puisque les usages régissent les repères, comment rendre les ambiances plus centrales dans les logements et quel en serait l’avantage ? Cette recherche nous permettrait peut-être d’atteindre des environnements du quotidien plus stimulants pour des personnes confinées. 

Bibliographie

C. Drozd , I. Requena-Ruiz, D. Siret. Matérialités et immatérialités de la lumière chez soi : expérience sensible et pratiques habitantes. Cahiers thématiques, École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, 2016, 13 pages. Article en ligne. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01300649/document

K. Lynch, L’image de la cité, Dunod, 1998, 224 pages.

F. Miguet, Paramètres physiques des ambiances architecturales : Un modèle numérique pour la simulation de la lumière naturelle dans le projet urbain. Architecture, aménagement de l’espace. Université de Nantes, 2000, 364 pages.

M. Pattou. Entre normes et usages. Édition Plan Construction et Architecture, Ministère de l’Équipement, avril 1998.

B. Tratnjek, Ceci n’est pas une « carte » mentale : mauvais usage d’une traduction approximative et conséquences en termes de confusion pour les élèves sur la nature de document, blog “Enseigner la géographie”, 29 janvier 2020.

Pour citer ce billet : Cadoux, Adrien; Vibrac Justine; Meignant, Léo ;Goumidi, Abdelhak ; Kamili, Saeed; Nhu, Quynh Nhu. 2020. Vous pensez connaître votre logement ? Mais qu’est-ce qui en fait les repères ? Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4596.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search