Expériences de confinement : France, Québec

Le 16 mars 2020, le confinement de la France est annoncé afin de faire face à la pandémie du coronavirus Covid-19 qui fait rage dans le monde entier1. Nous devons rester chez nous, limiter les déplacements (courses de premières nécessités, déplacement médical, aider un proche sensible, sortir les animaux). Une inquiétude s’abat sur le pays, les individus se ruent au supermarché pour acheter en masse des provisions, d’autres fuient les grandes villes, les étudiants retournent chez leurs parents pour éviter la solitude, les médias créent des éditions spéciales en continu (24h/24), le gouvernement s’adresse directement aux citoyens, et appel à la vigilance et la responsabilité de chacun, le télétravail est demandé. La France ainsi que le monde prend des dispositions inédites qui bouleversent le quotidien de chacun, mais aussi l’avenir. Tout le monde est un ‘danger’ potentiel ou réel, on parle alors de ‘distanciation sociale’, plutôt que physique ? L’heure est grave, les chiffres des contaminés et des décès s’annoncent en masse (970 décès par jour)2

Voici le récit du monde actuel. Mais qu’en est-il de notre vie ? De notre perception individuelle de ces événements ? À notre petite échelle, que cela change-t-il ? Quelle est notre position face à ces actualités plus qu’alarmantes ? 

Les informations arrivent en masse, des controverses, des polémiques, des alertes, mais confinés chacun chez soi, nous remarquons que certaines fois ces informations ont un impact sur nous, et d’autres fois, non. Notre vie en confinement n’est pas la vie décrite par les médias. Pour cette étude, nous avons alors voulu observer nos habitudes de vie ainsi que nos ressentis au quotidien face à cette actualité.

Dans le cadre de ce billet de blog nous allons nous questionner sur nos expériences vécues / individuelles, collectives ou publiques du confinement face aux médias de masse / technologie de l’information et de la communication (TIC) ?

Carnets de confinement

Pour effectuer cette étude, nous avons mis au point un protocole commun, une démarche d’analyse. À la manière d’un ‘carnet de confinement’, nous avons écrit nos impressions, nos ambiances, nos ressentis, notre perception de notre vie quotidienne, et cette relation face aux médias de masse. Pour ce faire, nous avons opté pour trois angles de vue différents.

  1. Une analyse à l’échelle individuelle de l’ordre auto-ethnographique, soit une étude qualitative et réflexive sur nos vécus singuliers. Cela permet d’analyser notre perception la plus intime et ainsi donner une compréhension culturelle, politique et sociale3.
  2. Une analyse à l’échelle collective, qui nous permet d’étudier l’ambiance au sein de notre famille, ou en petit comité, lors de sorties ponctuelles (courses…).
  3. Et une analyse à l’échelle publique, plus centrée sur les réseaux de diffusions et d’informations, qui nous permet d’analyser notre manière de nous informer, et de percevoir les médias de masse. Comprendre les enjeux généraux auxquels nous allons devoir faire face. Enjeux qui peuvent avoir une grande influence sur notre bien-être. 

Si l’objectif est de parler de notre expérience intime, alors nous devions nous affranchir de toutes contraintes et laisser parler notre perception. Chacun d’entre nous s’est aussi laissé libre d’écrire comme il le souhaitait, à l’heure qu’il souhaitait, selon nos envies et aussi suivant les rythmes des médias (avant et/ou après les informations).

Suite à la rédaction de nos textes et à la mise en commun, nous avons observé par comparaison des éléments opposés ou identiques. Pour ce confinement, certains vivent à la campagne, d’autres en ville, deux d’entre-nous vivent au Québec, et les autres en France. Nous avons donc pu observer, selon ses axes des différences et des similitudes. Ainsi, dans la première partie, nous allons analyser nos perceptions de confinement entre nos lieux de résidence où la place des médias semble sensiblement différente dans les pratiques urbaines ou rurales. Et dans la seconde partie, nous allons explorer les oppositions et les concordances entre la France et le Québec, la gestion de la crise par les gouvernements, par les médias, mais aussi par les différences de société. 

Des deux côtés de l’Atlantique

Ligne du temps

Aujourd’hui, le monde entier se trouve plongé dans une crise sanitaire sans précédent. Même si la situation touche l’ensemble du globe, les ambiances et les expériences vécues par chacun peuvent être semblables tout en étant différentes. Selon le pays dans lequel nous vivons ainsi que notre situation économique, cette crise a des conséquences sur notre société et sur nos perceptions individuelles. En effet, celles-ci sont d’abord relatives aux mesures prises par nos différents gouvernements. En France, le 16 mars dernier, Le président E Macron lance son fameux cri d’alerte « Nous sommes en guerre ! » et énonce le confinement obligatoire de quinze jours de tous les Français. Les commerces sont alors fermés et l’on ne circule plus que par nécessité. Au Québec, la fermeture des écoles pour au moins deux semaines a été annoncée le 13 mars 2020. Certains commerces avaient alors décidé de fermer eux aussi et d’autres ont simplement décidé de diminuer leurs heures d’ouverture. Les rassemblements sont proscrits, mais des groupes se retrouvent tout de même dans les parcs et se baladent dans les rues. C’est seulement le 22 mars que le Premier ministre ordonne la fermeture des centres commerciaux, des restaurants, des salons de coiffure et d’esthétique jusqu’au 1er mai.  En France, le 27 mars, on reporte le confinement une première fois jusqu’au 15 avril. C’est entre le 3 et le 6 avril 2020 que l’épidémie ralentit en Europe4.  Le nombre de nouveaux cas déclarés chaque jour diminue progressivement. En conséquence, on commence à parler de déconfinement progressif. En parallèle, au Québec, alors que les voisins américains sont en tête mondialement pour le  nombre de cas recensés, personne ne parle de déconfinement. Le nombre de cas était alors à la hausse et enregistrait une augmentation de 19 %5. Aujourd’hui, en date du 22 avril 2020, la France espère un déconfinement pour le 11 mai prochain. Au Québec rien n’est certain, mais la tendance semble pointer vers un déconfinement progressif à partir du mois de mai voir juin. 

Sphère publique

Dans la sphère publique, en France comme au Québec, l’actualité est focalisée sur l’évolution de la Pandémie et sur ses répercussions sur le système de santé. Au Québec, la situation dans les CHSLD (Centre d’hébergement et de soins longue durée) est plus que catastrophique et fait présentement la une des nouvelles. En raison des piètres conditions sanitaires, le manque de personnel soignant et les faibles salaires, le taux de mortalité des personnes âgées sont désastreux, inquiétants et angoissants. En France, une évolution certaine s’opère environ 3 semaines après le début du confinement. En effet, les médias parlent du déconfinement, des mesures qu’il faudra prendre pour affronter la situation, alors que tous sont toujours en confinement, et que la date de fin change constamment. Cette phase d’informations, autant porteuse d’espoir est-elle, a entraîné une réaction forte de colère.

Quotidien

Dans notre quotidien, les répercussions créées par la pandémie sont surtout liées aux règles de confinement obligatoire. Le peu de sorties que nous faisons sont pour aller faire du sport et se dégourdir les jambes ou pour faire les courses essentielles. Dans les supermarchés, des mesures d’hygiène et de distanciation sociale sont respectées par tous. En France comme au Québec, on limite la quantité de clients dans les magasins et on se surveille. Aller faire ses courses n’est plus une partie de plaisir et tous doivent s’armer de patience. On ressent une ambiance tendue, des gens angoissés et impatients, certains vêtus de la tête aux pieds. Des queues interminables à l’extérieur, des rayons dévalisés et des employés exténués. On fait aussi des sorties pour se divertir et faire du sport. Au Québec, jamais autant de gens n’ont été vus en même temps dans un parc de ville en plein après-midi de semaine. Un peu contradictoire, tous se mettent à la course ou au vélo. Partout dans le monde occidental, malgré la distanciation sociale, les échanges non verbaux (saluts de la tête, sourires, échanges de regards…) sont beaucoup plus présents qu’auparavant. Peut-être parce qu’on fait plus attention à notre environnement et aux gens qui nous entourent ou parce qu’on est, tout simplement, moins pressé. À l’échelle de notre quartier, des voisins qui ne se connaissaient pas se mettent à faire connaissance et échanger depuis leurs balcons, on discute et blague le matin en faisant la file pour le pain et on échange des nouvelles et mots d’encouragements avec la boulangère.

Sphère individuelle

D’un point de vue plus individuel, d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique, les réflexions personnelles et les impacts du confinement sur nos vies s’entrecroisent. Les deux premières semaines, alors que les journaux télévisés s’affolaient d’éditions spéciales sur le Covid-19, on regarde par la fenêtre ; il fait beau, les oiseaux chantent, les arbres se parent de leurs feuilles pour accueillir l’été. Bref, rien n’a vraiment changé, la vie suit son cours, c’est comme des vacances ou un week-end de printemps. On sent le décalage entre l’urgence et l’angoisse transmises par les médias et la quiétude de nos maisons. On semble également davantage porter à prendre soin de soi et prendre le temps de faire les choses. On vit présentement dans un monde où on prône l’efficacité et la productivité. Ce confinement est ressenti comme un temps d’arrêt, un ralentissement ou on limite notre consommation matérielle et où l’on se reconnecte avec ce qui semble réellement essentiel. Dans nos réseaux sociaux, on observe une volonté de changement de paradigme sociétal quant aux idéaux politique, économique et écologique. On souhaite prendre un virage, repenser notre façon de consommer, de voyager et de percevoir l’économie. On se rend compte des failles de notre société et on tend à se demander comment les améliorer. Des messages porteurs d’espoir pour l’avenir et la santé de notre chère dame nature. L’Humanité peut sans doute tirer du bon de cet évènement.

Entre la ville et la campagne

Publique

Qu’on soit en ville ou la campagne, le cumul important d’informations sur le COVID-19 se fait ressentir. En ville, en plus des indicateurs physiques (peu de personnes dehors, tout le monde avec des masques, ville fantôme), des indicateurs sonores et visuels viennent capter notre attention constamment (bande sonore des arrêts de tram, panneaux de mairie, écrans du tram…) et nous rappeler, comme si on pouvait oublier, les circonstances exceptionnelles dans lesquelles nous vivons. À la campagne, même si on est moins physiquement alarmé par les mesures, car plus reculé, les moyens de communication dont nous disposons tous aujourd’hui ne laissent plus aucune place à l’ignorance. En effet, où que l’on se trouve aujourd’hui, nous assistons à une frénésie des médias qui nous submergent quotidiennement sous un flux d’informations divergentes. Les réseaux sociaux et plateformes internet de tout genre ne sont pas non plus en reste, entre théories du complot, débats et fausses informations, il est parfois difficile de s’y retrouver. Si au début notre curiosité était naturellement attirée par le nombre d’informations disponibles sur le sujet, elle va peu à peu laisser place à une angoisse générale. Cependant, au-delà de ce trop-plein d’informations sur le nouveau coronavirus, on voit naître sur les réseaux sociaux et internet des mouvements de solidarité et de partage, sous forme de défis, de jeux ou tout simplement d’échanges d’expériences et de soutiens collectifs. On peut aussi constater que malgré le confinement, une certaine proximité est créée avec la sphère médiatique ; les artistes en direct depuis chez eux, les points presses politiques ou encore les émissions tournées en duplex entraînent des situations de familiarité inédites. Enfin, il faut reconnaître la nécessité d’internet et des moyens de communication pour le maintien de notre vie sociale, professionnelle et personnelle, car que ce soit pour contacter nos proches ou télétravailler, ils sont devenus, plus que jamais, indispensables à notre quotidien.

Ainsi chaque jour le positif et le négatif se côtoient et s’enlacent, sujets à la lecture, l’appréciation et l’interprétation libre de chacun. Générant des réflexions chez certains ou de l’agacement chez d’autres, on prend conscience avec cette crise de l’importance et la rapidité avec laquelle les informations nous trouvent et nous affectent quotidiennement.

C’est alors que l’on peut se questionner sur l’influence qu’ont les nouveaux types de communications sur notre ambiance collective. Tel que Marshall McLuhan, théoricien de la communication, a pu le démontrer au cours de sa carrière, les mass médias, à long terme, sont plus importants que le contenu qu’ils transmettent. Ils déterminent la façon d’aborder les enjeux à son public6. C’est pourquoi ils sont si importants face aux ambiances collectives ressenties. Notre angoisse générale est-elle due à notre surexposition aux médias ? Comme dirait Yves Citton, professeur de littérature et média : à quel point ceux-ci “conditionnent nos perceptions, nos pensées et nos actions, individuelles et collectives”7

Quotidien

Qu’on soit à la campagne ou en ville, nous faisons collectivement face à des problématiques et réflexions communes : inquiétude pour les proches, inquiétude liée au travail ou aux études, méfiance et peur de l’autre, angoisse vis-à-vis de la suite… Le moment des courses est pour tous l’événement attendu et redouté du contact aux autres et les mêmes constats globaux sont faits : beaucoup moins de circulation automobile, nouvelles installations dans les supermarchés, application mitigée des règles de distanciation sociale… La principale différence est donc le cadre de vie. Tandis que certains partis à la campagne se sentent comme en vacances et fréquentent un cercle plus restreint d’individus faisant le plus souvent partie de leur cercle familial, ceux restés en ville, et qui plus est en appartement, ressentent plus fortement les restrictions de déplacements et sont amenés à croiser un plus grand nombre d’individus différents. On peut ainsi plus facilement parler d’une expérience commune du confinement en ville qu’à la campagne, ou tout du moins d’un commun différent. À la campagne, le confinement sera vécu à plus petite échelle, au niveau de l’échelle privée et proche, tandis qu’en ville, les voisins créent de nouveaux liens au sein d’un même quartier et un quotidien commun se lit plus facilement : heures de sorties sport, promenades des chiens, apéros aux balcons, applaudissements de 20 h… Un constat général est cependant fait de part et d’autre : plus le confinement dure et plus on observe un relâchement de la population quant aux mesures de sécurité et règles en vigueur.

On peut venir à s’interroger sur l’influence des tendances médiatiques actuelles sur nos actions et notre respect des mesures sanitaires en place. Comme Michel de Certeau le mentionne dans son livre l’invention du quotidien8, les médias sembleraient affecter nos actions les plus anodines, quotidiennes telles que nos simples promenades en ville. Pourquoi n’influencerait-elle pas nos actions lors de la quarantaine ? Les tendances de relâchement de la population serait-elle due à l’annonce de la fin du confinement ? Cette annonce mise en avant par les médias ne serait-elle pas la source même du problème ?

Individuel

Le début du confinement est pour tout le monde un peu anxiogène. Entre les questionnements sur la durée de la crise et les réflexions sur où et avec qui se confiner, la première semaine témoigne de cette angoisse générale qui s’empare de la population en un temps record. Certains prennent des dispositions pour retrouver de la famille et des proches ou se réfugient dans leur résidence secondaire et d’autres commencent à se préparer sur place au confinement. Pour tous, les courses sont un passage obligé, entre les files d’attente, la méfiance ambiante et les rayons vides, chacun se rue frénétiquement sur les articles dont il pense avoir besoin, au-delà de tout entendement.

À la campagne, la vie suit son cours et le confinement prend des airs de vacances, établissant ainsi un vrai décalage avec la crise décrite dans les médias. En ville par contre, l’arrêt total des activités se fait très vite ressentir et on constate quotidiennement que la situation n’est pas « normale », avec vite l’impression de vivre un dimanche sans fin. Cependant, au plus les jours passent, au plus on s’adapte à ce nouveau mode de vie. On prend de nouvelles habitudes, souvent sur un nouveau rythme (horaire décalé) et le confinement devient petit à petit une nouvelle normalité. Il est clair tout de même qu’avec notre environnement de vie ; appartement vs maison, solitude vs groupe, campagne vs ville… ; cette « normalité » reste plus ou moins difficile à vivre, et que si certains s’y complaisent et y trouvent un certain épanouissement personnel, d’autres au contraire s’y sentent prisonniers et en souffrent plus qu’ils n’en profitent. Dans tous les cas, le confinement aura un impact sur chacun d’entre nous, que ce soit à travers les réflexions amorcées pour l’après, la prise de conscience environnementale générale, l’implication des  citoyens ou les répercussions économiques et sociales engendrées, il est certain que personne n’en ressortira indemne.

Conclusion

Loin de vouloir présenter un panel exhaustif des situations existantes nous voulons y soumettre notre grille de lecture, en effet l’expérience de chacun d’entre nous étant différente, mais liée à une même situation globale. Il était plus intéressant à nos yeux de travailler la divergence.

Mais aujourd’hui à l’aube du déconfinement l’heure est à la conclusion. Que nous ayons passé ce moment en ville ou dans l’arrière-pays, au Québec ou sur le vieux continent nous rentrons chacun dans une période d’incertitude. Invités à reprendre nos activités, à refaire marcher l’économie, nous voilà entre deux feux, celui de cette crise sanitaire d’une ampleur exceptionnelle couplée à celui d’une crise économique dont les prémisses commencent à se faire sentir.

Dans les discours, les champs lexicaux évoluent. Nous ne sommes plus en “guerre”, mais dans une période “critique”, les “mea culpa” sont de rigueur et les regards sont braqués sur l’avenir. On en oublierait presque que l’épidémie est encore présente.

Bien que tributaire d’une impression de relâchement quant aux mesures mises en place : confinement, gestes barrières, gels hydroalcooliques, masques FFP2 et autres gants chirurgicaux sont devenus communs à nos bouches et nos oreilles. Ces termes médicaux autrefois méconnus ou utilisés en temps de pandémie sont maintenant devenus le jargon quotidien de tout un chacun. Cela prouve bel et bien que quelque chose en nous a changé. Les avions ne survolent toujours pas notre ciel, les trains ne sifflent toujours pas. Quelque chose autour de nous a changé. À la radio, épidémiologistes et collapsologues commencent à partager leur temps de paroles, nous vivons donc une époque inédite. Ces adeptes de l’effondrement commencent à avoir du crédit, ils ne sont plus perçus comme aliénés, peut-être justes comme pessimistes. Mais une question qu’ils nous permettent de nous poser est la suivante : demain se doit-il de reprendre soudainement comme hier ? 

Pour citer ce billet : Cecchi, Eva ; Chilin, Emelyne ; El-Ghoul, Safouéne ; Métreau, Lucas ; Saint-Amour, Charlotte ; Radenkov, Lidia-Antoaneta. 2020. Expériences de confinement. Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4607.

  1. G.Z, I.P, Lo. C, G.L. et P.R. Coronavirus: “Restez chez vous”, martèle Christophe Castaner [en ligne]. Paris: Le Parisien, 16 mars 2020. [ 25 mars 2020]. URL :http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-municipales-parasitees-enfants-a-la-maison-teletravail-peur-du-confinement-suivez-notre-direct-16-03-2020-8280936.php []
  2. INSEE. Nombre de décès quotidiens par départements [en ligne]. Montrouge: INSEE, 24 avril 2020. [25 mars 2020]. URL : https://www.insee.fr/fr/information/4470857 []
  3. Olivier Champagne-Poirier. Les données auto ethnographiques comme base à une théorisation des pratiques pédagogiques dans l’enseignement des approches inductives [en ligne]. Érudit, 9 novembre 2016 . [25 mars 2020]. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/approchesind/2016-v3-n2-approchesind02709/1037912ar/ []
  4. Agnès Faure. Coronavirus : chronologie de la pandémie en Europe. [en ligne]. Paris :Toute l’Europe (site de référence sur les questions européennes), 20 avril 2020, [24 avril 2020]. URL : https://www.touteleurope.eu/actualite/coronavirus-chronologie-de-la-pandemie-en-europe.html []
  5. Gouvernements du Québec. Données COVID-19 au Québec [en ligne, Québec : INSPQ (Centre d’Expertise et de référence en santé publique), 25 avril 2020, [20 avril 2020].URL : https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees []
  6. Frank D. Zingrone, Marshall McLuhan [en ligne]. Canada: the canadian encyclopedia, 28 août 2018. [29 mars 2020]. URL:https://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/herbert-marshall-mcluhan []
  7. Yves Citton. Médiarchie. Paris : Seuil, 2017 []
  8. Michel de Certeau. L’invention du quotidien. Paris : Gallimard, 1990 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search