Nos paysages sonores confinés

Introduction

Cette période de confinement nous a menés à un constat global : les sons et sonorités sont différents, contexte oblige, le “silence” devient de plus en plus prenant dans notre quotidien. Ce qui nous a mené  à vouloir décrire et comprendre en quoi nos perceptions et nos rapports aux sons changent à cause du contexte actuel. Comment les sonorités actuellement perçues impactent notre quotidien en période de confinement ?

En effet, en période de confinement les sons du quotidien, généralement liés aux déplacements extérieurs (voitures/vélos/personnes se déplaçant dans la rue, rires, enfants qui jouent), se mettent en lien avec le “silence ambiant”. Nous chercherons à savoir quelle influence ce “silence” a sur notre perception des sons, sur notre ressenti, nos émotions personnelles. 

Nous noterons que le mot “silence” n’est pas employé ici seulement comme un moindre niveau sonore, mais pour décrire des sons et sonorités différents de ce qu’on entend habituellement.

Basés sur le travail de David Le Breton et tout particulièrement sur son livre “Du Silence1, nous explorerons le silence sous l’angle des sentiments. Nous chercherons à voir en quoi et pourquoi nos sentiments face à la réduction du “bruit” dans notre quotidien sont différents de celui de notre quotidien en temps habituel. Nous chercherons à savoirs également quelles sont nos réactions face à ces nouvelles expériences. Ainsi, dans ce billet de blog nous nous posons les questions suivantes :

À quel niveau peut-on dire que le “bruit” se fait moins intense en cette période ? Quel est son effet dans notre quotidien ? Est-ce que le confinement n’est pas une forme d’invitation à se taire ? Est-ce que ce silence induit un contrôle de soi ? Est-ce qu’il est forcé ? Est-ce une forme de mutisme ? Ou est-ce qu’il nous terre dans le mutisme ? Est-ce une forme d’agression ? Ou au contraire, est-ce lié à une sensation de calme ? De repos ? De tranquillité ? Ou alors de concentration ? Est-ce que le changement d’intensité sonore nous pousse à faire plus attention aux bruits de tous les jours ? Est-ce qu’il nous pousse à nous déplacer de manière plus discrète ? Ou au contraire ? 

Protocole pour analyser les paysages sonores du confinement

Paysage sonore – basé sur le travail de Raymond Murray Schafer “Le paysage sonore” ((Schafer, Raymond Murray; Dandrel, Louis; Risset, Jean-Claude; Hugonnet, Christian; Misdariis, Nicolas; Susini, Patrick. 2010. Le paysage sonore: le monde comme musique. Marseille, France : Editions Wildproject. 411 p.))

Ces recherches nous permettront d’identifier le paysage sonore de chacun d’entre nous. Nous entendons par paysage sonore la notion d’immersivité dans un espace défini. C’est la composition d’un “paysage d’un point de vue sonore, tant esthétiquement, historiquement et géographiquement que culturellement2. Cependant comme le souligne Élise Geisler en 2013, il est important de regarder ce travail dans notre contexte actuel et les évolutions des théories générales du paysage qui permettent de témoigner de manière “plus sensible que les habitants tissent avec leur environnement sonore quotidien3. C’est ce qui nous permet de nous reconnecter à l’extérieur, aux sons, de manière à ne plus les percevoir comme nuisances, mais un témoignage de ce qu’est son cadre de vie, son paysage, dans lequel il vit au quotidien sans y prêter attention. 

Dans le cadre de cet exercice, il s’agira d’analyser nos sons selon les axes, les éléments principaux de ce paysage sonore décrit par R. Murray Schafer qui sont par ailleurs les suivants :

Les sonorités maîtresses ou toniques

C’est le son à partir duquel les autres sons seront perçus. Les sonorités toniques ne sont pas toujours conscientisées, mais elles « marquent les tempéraments des personnes qui les vivent »4. Des exemples de sonorités toniques dans la nature sont le bruit du vent, de l’eau, des forêts, des plaines, des oiseaux, des insectes et, dans les zones urbaines, le bruit de la circulation5. Elles jouent le rôle de fond sonore. Elles créent l’ambiance. Dans un paysage sonore, la sonorité tonale est celle qui va se superposer à tous les autres sons : le bruit de la mer dans une ville côtière, le bruit des trains qui passent dans un appartement longeant une voie de RER. Ces exemples nous indiquent une autre caractéristique des sonorités tonales : elles ne sont pas conscientisées. Notre perception est conditionnée par elles, mais ce conditionnement reste inaperçu, nous n’en prenons conscience que lorsque ces sonorités s’arrêtent6.

Les sons à valeur signalétique ou signaux sonores

Ces sons figurent au premier plan d’un paysage sonore. On les entend consciemment. Ce sont par exemple des signaux d’avertissement tels que le bruit des cloches, des sifflets, des klaxons, des sirènes, etc.7 Ils  jouent le rôle de symbole. À la différence avec les sonorités tonales, le signal sonore est remarqué, il apparaît comme un événement pour le sujet qui le perçoit. Le signal sonore renvoie souvent à autre chose que lui même : une représentation, une cause, un contexte8.

Les marqueurs sonores

Ils traduisent le même type de phénomène, mais qui se réfèrent à une communauté, « qui possède certaines qualités qui le rendent unique, remarquable ». Son statut est intermédiaire : ce type de son est à la fois prisé par les membres d’une communauté, en cela il s’apparente à un signal sonore, mais il est également habituel et familier. Il fait partie du paysage. En cela, il ressemble aux sonorités toniques. L’exemple mobilisé par R. M. Schafer est le marqueur sonore de sa propre communauté, celle de Vancouver : le son de la corne de brume9.

Le paysage sonore. Sensivic. http://www.sensivic.com/?a_propos/concepts/paysage_sonore/

Il s’agira ici d’étudier « les influences d’un environnement sonore sur les caractères physiques et le comportement des êtres qui l’habitent »10. Le but est d’analyser les sons que l’on entend en définissant leur origine, lesquels font partie de notre quotidien, lesquels sont l’expression propre au site que l’on étudie, lesquels sont nouveaux, ponctuels, vont attirer notre attention. Ici, en période de confinement, les sons ont tendance à se réduire, à devenir plus ponctuels pour certains, tandis que d’autres vont se faire plus présents, on va plus y faire attention. L’idée est de montrer en quoi tous ces changements peuvent agir sur nos comportements, sur notre manière de ressentir les choses et donc le rapport qu’on a à ces nouveaux sons. 

De ces analyses est produite un tableau commun, classé par date, heure, moyen de prise du son, nom de la personne ayant pris le son, sons reconnus et entendus, leur description, nos ressentis, sont-ils des sons liés au confinement ou non… L’objectif de ce tableau était celui d’établir une description sonore comme suit : 

À partir de ces clips sonores : décrire les sons entendus selon les trois principes énoncés au-dessus. Objectif visé : donner une description générale de son paysage sonore (tout en pensant aussi aux intersensorialités).

Exemples de questions à se poser :  

  • Quel est le premier son que l’on perçoit ? 
  • Quels sont les sons qu’on a l’habitude d’entendre ? 
  • Un son nous a particulièrement marqué sur cette séquence ? 
  • Quelles sont leurs origines ? Animaux, naturels, mécaniques ? 
  • Parler des “paysages sonores « hi-fi », c’est-à-dire de qualité (ceux de la nature idéalisée, avec des sonorités cycliques et originales), des paysages sonores « lo-fi » (ceux de la ville industrielle, aux sonorités répétitives et monotones)” – les identifier 
  • Sont-ils proches ou éloignés ? 
  • Destinés à quelle activité ? (Sortie en voiture, courses, promenade, sortie des poubelles, du verre…)
  • Nos ressentis face à ces sons ? Vos souvenirs aussi potentiellement, les significations que vous associés à cela…
  • Pourquoi ? 
  • Quelles intersensorialités ? Comment elles se manifestent ? 


De ce tableau en résulte deux formes d’analyse : une commune et une individuelle. L’analyse commune vise à mettre en avant les sonorités que l’on retrouve tous dans notre quotidien en période de confinement tandis que l’analyse individuelle vise à mettre en avant les sonorités qui nous ont personnellement marquées, ce que nous ressentons à leur écoute, leurs influences sur notre quotidien.

Des sonorités communes malgré les contextes différents

En cette période particulière de confinement, nous évoluons tous dans de nouvelles conditions, différentes de ce dont nous avons l’habitude. Suite à notre (auto)enquête, il ressort que la toile de fond de nos paysages sonores respectifs est commune pour tous malgré des situations et contextes de confinements différents. Le sentiment sonore général est donc celui d’un “silence”. Ce sentiment est certainement à mettre en perspective avec nos retours respectifs dans nos familles, qui  résident en zones de faible densité. Ce contexte spatial et social peu dense, nous donne le sentiment d’un isolement autant physique qu’auditif dans nos vies confinées, l’activité et le tumulte de l’urbain préconfinement ont peu de place. En effet, le confinement et la cessation de nos déplacements relatifs à nos études, ainsi que la restriction au strict nécessaire de nos déplacements en extérieur induisent un rythme de vie différent, qui peut nous sembler ralenti. Nous avons constaté que, sans aller jusqu’à s’empêcher de vivre, le ralentissement général dans lequel nous évoluons nous incite à être mesurés dans nos “comportements sonores” (nous parlons moins fort, nous marchons plus doucement par exemple). Si on exagère cette observation, nous pouvons nous demander si nous ne nous incitons pas à une forme de mutisme. Un mutisme dans lequel les sons prennent de l’importance puisqu’en effet, dans ce paysage sonore épuré, chaque note se remarque.

Selon nos observations, dans ce mode de vie inédit, le temps ne se découpe pas à l’aide des horaires de travail, mais par les sons qui rythment la journée. Nous avons donc relevé des sons marqueurs de différents temps de la journée comme les ouvertures et fermetures des volets, portes d’entrée, portail de garage en matinée et en soirée, les cloches des églises et les appels à la prière, mais aussi les temps de repas avec toute la vie que cela induit : claquement de placard, de poêle et casseroles, de couverts et d’assiettes, de la musique et des échanges entre les membres de la famille pendant ce moment de partage, la télévision avec des programmes sonnant midi ou des journaux télévisés anxiogènes annonçant leurs horaires de diffusion. Ces sons associés à la nourriture sont particulièrement appréciés, le ronronnement de la machine à café devenant le meilleur moment de la journée. Et bien sûr, les acclamations de remerciement au personnel soignant à 20h.

En dehors de ce qui pourrait être les deux pics sonores de la journée, il y a un retour au calme où nous redevenons plus attentifs à ce qui nous entoure. C’est dans ce relatif silence que nous prêtons bien plus attention aux sons les plus infimes comme le craquement du silex d’un briquet, ou même son propre souffle. Nous avons tous fait attention aux sons de la nature (domestique ou sauvage) que nous avons tous considérés comme qualitatifs et agréables voir amusants, avec les chants des différentes espèces d’oiseaux, les miaulements des chats, le galop des chevaux, les grenouilles nocturnes… Nous avons aussi relevé les gouttes de pluie qui s’écrasent et le vent qui fait bruisser le feuillage, l’herbe. Ce calme devient particulièrement propice à la concentration en cette fin d’année d’étude, où nous ne sommes plus entourés de signaux sonores inutiles et fatigants.

Néanmoins, selon la perception de chacun, certains sons ne produisent aucun désagrément à l’inverse d’autres. Un moteur de voiture ne retient pas notre attention, en revanche pour certains, les moteurs pétaradants des motos peuvent amuser ou marquer le départ et le retour d’un parent ou encore agacer fortement. Les avions se faisant tellement rares à circuler qu’ils en deviennent des ovnis et poussent notre curiosité à se pencher à sa fenêtre et scruter le ciel pour chercher la direction qu’ils prennent. La sonnerie d’un téléphone devient l’annonce tant espérée d’une ouverture sur l’extérieur de la bulle de confinement, comme il peut signifier une discussion interminable à voix haute à laquelle on ne participe pas.

Ce sont ces différences de perception que nous allons voir dans des témoignages de chacun d’entre nous.

Les paysages sonores de chacune.e de nous

Filtre sonore, bulles sonores

BENDJEDDAH Abdelmonaim

Je constate que j’entends beaucoup plus certains sons et une disparition ou diminution des autres. On dirait que ce confinement a mis un filtre sonore, en plus de la croissance de notre perception grâce à notre stabilité constante. Cette immobilisation nous fera prêter plus d’attention, en créant deux bulles, deux perceptions différentes. La première touche notre territoire habité (notre maison), là où on remarque que les sons sont plus forts par rapport aux autres perçus plus lointains ; ces derniers font partie de la deuxième bulle qui se caractérise par un rayon plus grand, hors de notre zone d’habitation. À travers cette deuxième bulle, on confirme la présence d’autres acteurs qu’on n’a pas l’habitude de remarquer, malgré qu’ils sont ceux qui enrichissent notre paysage sonore par leurs activités et c’est la distance qui nous sépare qui détermine l’intensité de leur influence sur notre paysage sonore comme le vent, les voisins, les passagers…

Personnellement, je suis plus intéressé par l’écoute de sons qui représentent l’environnement de mon quartier. Autrement dit, je préfère écouter la mélodie de notre couple de Canaries, le bruit des bêtises de mon neveu et surtout lorsqu’il rit, ainsi que le son des gouttes de pluie dégoulinant sur les feuilles des arbres de notre jardin. J’aime bien dire “merci pour le silence que le confinement nous a offert”. Quand je décris ces sons avec cette chaleur, je ne nie pas son existence avant le confinement, mais je ne l’ai jamais apprécié de cette façon. De plus, j’ai remarqué qu’il y a plus d’oiseaux qui visitent notre jardin. Le fait de les regarder m’inspire, m’intrigue et me pousse davantage à analyser leurs comportements et la manière dont mon chien réagit lorsqu’ils se posent sur le sol, son indifférence me confirme qu’il a pour habitude de les voir, ce qui n’était pas mon cas.

Mais dans ce “silence”, certains sons sont exacerbés et deviennent, pour moi perturbants, voire désagréables. En effet, faire des activités dégage une onde sonore plus influente que d’habitude, même une simple conversation, mais cela reste supportable par rapport à l’aboiement du chien du voisin qui est vraiment insupportable. Il en est de même pour les pies bavardes, des passagers ou des clients des magasins. En revanche, les cris des enfants et de leurs parties de foot restent peu gênants. Cela est limité à 15h, heure du couvre-feu, ou le cauchemar des patrouilles de police commence et devient de plus en plus désagréable du fait du bruit de l’hélicoptère de la base militaire situé à 500m de là.

Stabilité de l’environnement sonore rural

CABESOS Claire-Lise

Mon confinement se fait dans un environnement rural alors que ma vie habituelle est en ville ; de fait, cette variable contribue considérablement à faire varier les différentes perceptions sonores.

Les chants d’oiseaux sont devenus le marqueur sonore principal : présent quasi continuellement, ils me semblent apaisants et agréables. Cela attire beaucoup plus mon attention puisque la circulation automobile a nettement diminué, les bruits se faisant rares, on perçoit bien mieux les chants d’oiseaux.

Les hélicoptères et avions se faisant rares, ils m’interpellent également beaucoup plus qu’en temps normal. De même, les voitures sont devenues beaucoup moins nombreuses, je les perçois avec beaucoup plus d’attention, mais le bruit ne me dérange pas pour autant. À l’inverse, le bruit des véhicules masquait auparavant beaucoup des autres sons de mon quotidien. On peut dire que les marqueurs sonores majeurs se sont inversés : voiture en ville / oiseaux en campagne.

De manière générale, je constate que les majorités des sons perçus sont plutôt agréables et diffuses. Les autres bruits, sont plus forts et souvent plus désagréables, mais aussi plus ponctuels et ne viennent rompre le calme que pour un très court instant. 

Le calme, voire le silence, prend une place désormais très importante. Les bruits que je peux aujourd’hui juger désagréables (moto, cris ou autres) sont pourtant habituels dans ma vie quotidienne. Mon environnement sonore est devenu calme et apaisé, mais toutefois moins rythmé qu’il pouvait l’être en ville. Pour autant, habitué à des séjours chez mes parents, il ne me semble pas que l’environnement sonore du confinement diffère réellement de celui que je connaissais déjà. Le niveau sonore est légèrement plus bas, mais il n’a jamais été très chargé. Ce constat ne serait pas vrai si le confinement avait été dans mon appartement : le silence de la campagne ne me semble pas angoissant, ou oppressant puisqu’il est quotidien.

Rythme sonore et souvenirs d’enfance

CHAUBARD Lou

Le chant des oiseaux, le croassement des crapauds, le bruit du mistral dans les feuilles des arbres sont devenus les marqueurs sonores principaux et constants durant toute la journée. Ces sons, j’aime particulièrement les écouter le soir, sur ma terrasse, les yeux fermés depuis que je suis petite, mais en cette période ils me semblent plus forts, plus présents, comme si la nature reprenait tous ces droits et sa force et puis il y avait moi, qui l’écoutait, silencieuse, songeuse et appréciant ces instants.

Tandis que des sons comme la cloche de l’église ou les miaulements de mon chat m’ont marqué par leur présence régulière. La cloche sonne toutes les heures et mon chat miaule à chaque fois qu’il est l’heure pour lui de manger. Ces sons-là ont commencé à donner un nouveau rythme à ma vie sans que j’y fasse trop attention avant la réalisation de cet exercice. Ces sons rythment donc inconsciemment ma vie et m’indiquent les heures qui passent, m’imposent une organisation particulière en ces temps de confinement.

J’ai également pu retrouver les sons caractéristiques de mon village, avec le ralentissement des voitures sous ma fenêtre, la cloche de l’église, les crapauds, les nombreuses mobylettes appartenant aux jeunes du quartier et j’ai même pris plaisir à revoir des canadairs passer tout près au-dessus de la maison dans un son assourdissant. Ces sons ont tendance à me ramener en enfance, me rappeler que je suis bien chez mes parents et parfois même à me reconnecter avec moi-même.

Les sons qui m’ont en revanche marqué le plus pendant cette période c’est le bip des “manitous”, qui me signalait que les chantiers à proximité de la maison continuaient, ou encore le bruit lointain des casseroles, des applaudissements et des cris, tous les soirs à 20h.

Le silence c’est quant à lui montré très présent aussi. Symbole de calme, de paix, d’harmonie dans ma vie il m’a aidé à me concentrer sur mon travail, à m’apaiser, à me recentrer sur ce qui m’entoure et sur moi-même.

Des sons plus habituels se font tout de même entendre : j’entends les portières claquer, les enfants crier quand ils jouent, les personnes marcher sans vouloir faire trop de bruit. Les habitudes des voisins ont changé, ils bricolent beaucoup, ils font leurs courses à priori vers le midi au vu du ballet des voitures. Les habitudes de tous sont chamboulées et le paysage sonore s’en est drastiquement modifié. Les seules constantes dans les horaires et les jours observés sur la durée sont le tintement de la cloche de l’église et l’alarme du travail de mon père, Sanofi, tous les premiers mercredis midi du mois.

Pour conclure, je dirai que le confinement a apporté plus de calme et de sérénité dans mon quotidien, par mon changement de lieu de résidence, m’ayant poussé à partir de la ville pour aller à la campagne, mais aussi par une fréquentation réduite des rues, réduisant les bruits mécaniques au quasi-silence et laissant place aux sons naturels qui invitent au calme, à la concentration, au recentrèrent sur moi-même. Cette diminution du fond sonore semble me pousser à garder plus le silence que d’habitude, à me sentir plus agressée par le ton fort de la voix de ma famille (nous venons du sud, ce qui explique que l’on parle un peu fort pour exprimer notre plaisir de communiquer). Je finirai par dire que chaque son que l’on entend pour peu qu’on y fasse attention peut être perçu de manière “individuelle”, on dirait qu’ils se dissocient les uns des autres, comme s’ils s’isolaient du reste par eux-mêmes.

Plaisir des sonorités du foyer

INARD Clémence

Les sons perçus lors de cette période de confinement font partie des éléments qui rythment nos journées. En effet, en restant à notre domicile, nous sommes d’autant plus vigilants par ce qui nous entoure. Le temps est comme « ralenti » car nous n’avons pas la projection de bouger ou sortir de cet espace. Rester dans le même endroit provoque plus d’attention de notre part à notre environnement proche tel que l’intérieur de notre maison et notre jardin, mais également ce qui se passe en dehors de notre huis clos grâce aux bruits perçus plus lointains. Ces bruits lointains marquent la présence de voisins, d’activités… diverses choses que nous ne pouvons pas tout le temps observer, mais qui prouvent la présence d’autres acteurs dans notre confinement. Chaque environnement étant différent, les sons que nous entendons ne sont possiblement pas ressentis de la même façon. En effet, selon la distance de nos voisins, la météo, le milieu rural ou urbain… ces facteurs provoquent des sensations différentes.

Dans mon cas, je m’intéresse davantage à écouter les sons qui signifient et sont propres à un environnement rural. C’est-à-dire préférer entendre le chant des oiseaux, les gouttes de pluie sur les feuilles… Ce que je m’amuse à définir « grâce au silence de la ville ». Ces sons ont toujours été perceptibles dans mon environnement actuel (maison de mes parents), mais n’ont jamais été aussi appréciés de ma part. Je remarque d’ailleurs que davantage d’espèces animales et d’oiseaux se promènent aux alentours de chez moi. Je m’amuse à les observer et/ou reconnaître leurs chants et cris. Les seuls sons qui continuent à m’agacer sont les aboiements des chiens à répétition.

Il est vrai que tout le monde est en confinement chez soi, et donc les habitants voisins peuvent potentiellement faire du bruit « parasite » tel que le ronronnement de la tondeuse pour entretenir leur jardin ou des enfants qui jouent. Mais ce ne sont pas ces bruits que j’ai envie d’écouter, je me concentre sur d’autres sonorités plus plaisantes et finis par ne plus entendre ces bruits que je nomme « parasites ». Évidemment, ils restent présents, mais ne m’affectent pas tant que ça. Après avoir vécu en ville, j’ai essayé de faire abstraction des sons qui, pour ma part, embrouillent l’esprit tel que la sirène des pompiers, le passage sans cesse de voitures et leurs moteurs…  En milieu rural, c’est agréable de pouvoir entendre d’autres sons qui traduisent un autre environnement : la campagne et la proximité avec la forêt, un semblant de nature.

Variations du tableau sonore

LACOSTE Gaëtan

Je peux noter trois grandes formes de changements qui amènent à modifier notre perception du paysage sonore habituel. Les changements d’habitudes, de sonorités, et de comportements, contribuent à modifier ce que j’appelle le tableau sonore, qui, à l’image de la peinture, représente un style sur une période donnée, et les bords définissent la fin d’une scène. C’est-à-dire que chaque scène sonore vécue nous amène à évoluer différemment dans ce paysage vibratoire. 

Ainsi, nous évoluons tous les jours dans ce tableau sonore général, réparti sur plusieurs scènes et je pense qu’avec les effets du confinement cela peut le modifier en changeant notre perception des éléments constituants la scénographie sonore quotidienne. Par exemple, le bruit, en temps normal peut-être représenté par notre tableau sonore général, alors que le silence constitue notre scénographie sonore. Dans cette situation, le confinement inverse ce schéma et crée un bouleversement dans ce qu’on entend le plus et ce qu’on entend le moins. Cela modifie notre comportement en étant par exemple plus surpris de l’intensité d’un son, ou dans le cas contraire passif devant un autre.

Cela aura été bénéfique pour adapter ma capacité de concentration, mais rendue possible que par le temps long du changement sonore, et notre capacité à enrayer cette gêne dépend fortement de notre temps d’exposition et d’inversion des schémas sonores.

Entre mer et voisinage

MATYSIAK Corentin

Je suis confiné chez mes parents dans une maison avec jardin, à Antibes en zone-dortoir.

Étant enfermé, j’ouvre volontiers la fenêtre de ma chambre et prends des pauses pour m’aérer dans le jardin. Le rythme de vie est très allégé, je peux me permettre de prendre plus de temps pour faire les choses, néanmoins la vie à trois sous le même toit oblige des règles de conduite. L’une d’entre elles concerne le bruit. Par respect pour chacun, on ne se fait pas entendre. Je me sens alors contraint dans mes habitudes de personne vivant seule. Pour écouter de la musique (ce que je fais dès que mon ordinateur est allumé) je dois porter un casque audio et donc me couper totalement de mon environnement sonore. Je ne peux pas chanter (même mal qu’importe) pour évacuer des émotions ou simplement fredonner, pour ne pas déranger mes parents. Idem pour les raclements de chaises ou le passage aux salles d’eau quand ils dorment. Je me sens contraint et forcé au mutisme et à m’effacer.

Quand je ne me coupe pas du monde avec mon casque audio, je peux profiter d’un environnement sonore naturel très agréable, où je reconnais différentes espèces d’oiseaux selon leurs chants. J’ai la compagnie de plusieurs chats sauvages et de leurs miaulements et ronronnements. Il y a plusieurs arbres dans lesquels souffle le vent, et les abeilles bourdonnent dans le citronnier en fleurs. Cela me permet pendant mes pauses de vraiment me reposer l’esprit quelques minutes.

Mais je perçois aussi des sons provenant des activités humaines. Je peux entendre des voitures qui circulent suffisamment loin pour que je n’y prête pas vraiment attention. À 20 heures, on entend les klaxons des bateaux du port d’Antibes, ce qui est plutôt sympathique, ça nous rappelle le bord de mer. Mais, il y a aussi des sons beaucoup moins agréables comme le vrombissement de la tondeuse de chaque jardin alentours (qui dégagent aussi une odeur d’herbe broyée et d’essence), des enfants qui crient en jouant, ou les voisins que j’entends depuis ma chambre parasiter mon espace personnel avec leurs histoires de vie. Tandis que mes parents et moi-même sommes silencieux, nos voisins se font trop remarquer et cela nous est désagréable. On ne se sent plus chez soi.

Pour citer ce billet : Bendjeddah, Abdelmonaim ; Cabesos, Claire-Lise ; Chaubard, Lou ; Inard, Clémence ; Lacoste, Gaëtan ; Matysiak, Corentin. 2020. Nos paysages sonores confinés. Le Cresson Enseigne. Urbanités et ambiances de l’espace public. URL : https://ehas.hypotheses.org/4610.

  1. Le Breton, David. 2015. Du silence. Paris, France : Éditions Métailié. 301 p. []
  2. Geisler, Elise. « Du “soundscape” au paysage sonore. Métropolitiques », 23 octobre 2013. URL https://www.metropolitiques.eu/Du-soundscape-au-paysage-sonore.html []
  3. Ibid. []
  4. Schafer, 2010, Op. cit. []
  5. « Paysage sonore », in Wikipédia, 28 décembre 2019. URL: https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Paysage_sonore&oldid=165774496 []
  6. « Paysage Sonore », Sensivic, 20 février 2016. URL : http://www.sensivic.com/?a_propos/concepts/paysage_sonore/ []
  7. Paysage sonore, Wikipédia, 2019, Op. cit. []
  8. Paysage sonore, Wikipédia, 2019, Op. cit. []
  9. Schafer, 2010, Op. cit. []
  10. Schafer, 2010, Op. cit. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search