La résidentialisation par la grille

La matérialisation de l’espace privé, peut se constater sous différentes formes : panneaux de
propriétés privées, murs de cours, grillages, végétation, grilles. Cette matérialisation
crée dans la ville une ambiance qualifiée de “fermée” (H_P_LBE_OY_20220308).

Pour l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU), la résidentialisation constitue « l’ensemble des travaux d’aménagement sur les espaces privés ayant pour finalité d’établir une distinction claire entre l’espace public extérieur et l’espace privé des immeubles de logements locatifs à vocation sociale et des copropriétés en difficulté, et d’en améliorer la qualité résidentielle » (Cinget et al. 2019).

Notre binôme a analysé un entretien couplé à un parcours, sur la place Edmond Arnaud et ses alentours, réalisés à 3 jours d’intervalle. Ces deux protocoles, réalisés avec le même enquêté, sont ainsi très complémentaires. Certaines perceptions, expériences et usages évoqués au cours de l’entretien sont alors devenus concrets et avérés lors du parcours. La thématique principale abordée spontanément par l’enquêté est celle de la résidentialisation.

 

Définir les espaces par la résidentialisation

 Fig 1. Rue du fer à cheval, Grenoble, mars 2022

Sécurité et privatisation de l’espace sont deux notions liées à la résidentialisation. Il y a trois aspects de la résidentialisation (Venturi. 2016), l’aspect spatial, l’aspect sécurité et l’aspect gestion. L’aspect spatial délimite un espace matériellement ou figurativement. Nous avons ainsi pu constater que les alentours de la place Edmond Arnaud sont largement marqués par des opérations de résidentialisation. Celles-ci sont majoritairement matérialisées par des grilles. 

 


“ Là y’a des coins qui pourraient être forts sympathiques qui sont privés, fermés avec des grilles. Cela donne des espaces imperméables, voyez [la personne montre du doigt] on en fait pas grand chose, c’est protéger les lieux, c’est empêcher qu’on puisse rentrer ”  (H_P_LBE_OY_20220308)

L’aspect sécurité a deux possibilités, premièrement cela peut rétablir l’ordre en limitant les occupations illégales, les dégradations. Mais cela peut aussi créer un espace surcontrôlé, qui amène une privatisation de l’espace, et le fait de se refermer sur soi-même. 

“C’est une cité qui est fermée, résidentialisée, c’est fermé à clé”  (H_P_LBE_OY_20220308) 

 

La grille ou le mur

Fig 2. Parcours à pied le 8/03/2022 dans le quartier Alma/Très Cloître

“Le marquage de la séparation peut prendre des formes diverses suivant le degré d’appropriation de l’espace à usage privé : plus l’appropriation est forte, plus la séparation peut rester symbolique (simple haie) et inversement (clôture, grille)” (Chédiac. 2009). Dans le quartier Très Cloître, il semblerait que l’appropriation soit forte et qu’elle se manifeste par des grilles et des murs. La grille ou le mur peuvent susciter aux occupants/habitants une sensation de confort  et par extension d’ampleur de leur propriété privée. De ceux qui sont du bon côté, la grille ou le mur représentent donc une bonne chose, mais pour ceux qui les regardent de la rue, il en est certainement autrement ? Comment les gens perçoivent cette fermeture de l’espace ? Pour les usagers de l’espace public qui constatent ces espaces fermés autour d’eux, cela n’apporte pas un sentiment positif. Le mur et la grille apportent en effet un caractère sévère et inflexible. L’espace privé est alors impénétrable, aucun échange ni contact n’est possible avec l’espace public et ses usagers.

 

“Et pour avoir discuté avec les gens qui sont venus acheter là, il n’était pas question qu’ils laissent la moindre ouverture de leur espace sur ce lieu là, on est chez nous, on ne veut pas de mélange avec… c’est beaucoup la ségrégation qui s’installe”  (H_P_LBE_OY_20220308)

On comprend par ailleurs, que cette fermeture de l’espace privé est, dans le quartier Très Cloître, une réelle volonté de ces habitants. Pourtant, cela semble aller encore plus loin, il s’agit là d’une intention de ne pas s’ouvrir aux usagers de l’espace public. Cela ne favorise donc pas la mixité et le métissage au sein du quartier.  

 

Dispositif d’action publique ? Rénovation urbaine

Ce processus de résidentialisation satisfait ainsi les habitants à qui cela profite, mais qu’en est-il des espaces publics qui ne sont pas fermés ? Le quartier Très Cloître met en évidence des espaces peu stimulants pour les usagers. Il s’avérerait alors que le fait de fermer les espaces privés, apportant un certain confort à ces habitants, engendre un manque d’intérêt et de considération pour les espaces publics de l’autre côté de ces murs ou grilles. 

“Et puis ici, comme la ville avait tout cet espace, et ben on a fait un peu tout et n’importe quoi”  (H_P_LBE_OY_20220308)

Cependant, des espaces publics sont tout de même repensés, mais quelle en est l’efficacité ? On peut le constater avec la place Edmond Arnaud, dont des aménagements ont été terminés récemment. Ces derniers semblent pourtant avoir été réalisés de façon déconnectée avec la vie des habitants et usagers de cette place.

“À ce propos, j’étais complètement en désaccord avec les travaux d’aménagements, parce que moi j’étais pour une résidentialisation totale de la place et que cette place revienne aux habitants”  (H_E_LBE_OY_20220304)

Fig 3. Relevé des grilles et murs du quartier

Dans le quartier étudié, la place Edmond Arnaud apparaît donc comme l’un des seuls espaces non résidentialisé. Effectivement, les aménagements publics ont été réalisés au détriment de la résidentialisation. L’accès à la résidentialisation semble donc disparate au sein du quartier. La volonté de l’équipe municipale était que cet espace ne soit pas résidentialisé et qu’il ne soit pas approprié par l’ODTI (Observatoire des Discriminations et des Territoires Interculturels). Pourtant, ce sont les seuls dont l’immeuble a son entrée/sa sortie sur la place Edmond Arnaud. 

“Là, tout est en libre accès. Et le projet c’était de remettre des grilles, remettre de la résidentialisation […] mais ici on [la mairie] considère que les résidents [de l’ODTI] qui sont là n’ont pas besoin de mériter ça”  (H_P_LBE_OY_20220308)

La résidentialisation est donc une opération qui peut être critiquée. Faut-il résidentialiser ? Et pourquoi résidentialiser ? Cependant, cette critique peut être nuancée, car nous avons pu voir que la résidentialisation ne s’applique pas forcément partout. Ainsi, jusqu’où peut aller la résidentialisation dans l’espace public ? À qui s’adresse la résidentialisation ? Faut-il résidentialiser partiellement ou radicalement ?

 

Bibliographie

Chédiac, S. 2009. A la maison dans mon HLM …La résidentialisation comme dispositif de rénovation urbaine. Métropoles. https://journals.openedition.org/metropoles/3775

Cinget, A. Martin, S. Brac de la Perrière, G. 2019. La résidentialisation : dossier bibliographique. Hal. https://hal-lara.archives-ouvertes.fr/hal-02162485/document

Venturi,  A. 2016. La résidentialisation, une forme d’urbanité. Cycle urbanisme 2016-2017: Nos chroniques. https://cremaschiblog.wordpress.com/2016/10/25/la-residentialisation-une-forme-durbanite-anthony-venturi/

Cite this article as: Emma LAVEAUD--BOISSE, Youna ONNO, "La résidentialisation par la grille," in Le Cresson enseigne, 26/04/2022, https://ehas.hypotheses.org/5239.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search