Ecouter la place Edmond Arnaud à Grenoble

Lors de notre analyse de la place Edmond Arnaud à Grenoble au cours des mois de mars et avril, nous avons constaté que la question du sensible est liée à la vie et au ressenti des habitants qui côtoient la place. Nous avons rencontré plusieurs personnes habituées de la place, dont une ayant un appartement donnant sur la place, se trouvant donc au plus près du terrain. Son point de vue sensible a laissé paraître une attention très particulière aux sons et bruits qu’elle entendait. C’est pourquoi l’ouïe se retrouve au centre de notre analyse. Dans un premier temps, en démontrant que la spatialité de la place et la temporalité sont directement liées à l’ouïe. Puis, en montrant que le ressenti auditif est intimement lié à la fréquentation de la place qui fait vivre cette dernière. Enfin, nous nous pencherons plus particulièrement sur le ressenti personnel de notre sujet interrogé lors de cette enquête.

Place Edmond Arnaud et onde sonore en superposition, réalisé par LALOUX Sarah, PEPE Abigaël, BANCTEL Lola (avril 2022)

Les sons liés à la temporalité de la place

La place Edmond Arnaud et le quartier Notre-Dame sont en perpétuel changement au fil de la journée, de la semaine et même de l’année. Nous avons réalisé notre enquête pendant les derniers jours de froid et avons pu observer une place assez peu passante et plus ou moins calme mais à en écouter les témoignages d’un habitant, l’été et les beaux jours apportent à cette place une activité bien différente, la chaleur encourageant les gens à sortir et à vivre beaucoup plus en extérieur. Pendant ces jours chauds, la place devient très bruyante principalement entre 17h et 20h mais aussi beaucoup jusqu’à 2h du matin en week-end correspondant à la fermeture des bars.

Beaucoup de bruit, surtout le soir, à partir de 20h. Jusqu’à 2h du matin, ça crie !

H_P_BL_LS_PA_20220403

Au contraire, le dimanche est un jour très calme lié à la fermeture des commerces ce qui engendre une baisse considérable du passage, de même pour la circulation des véhicules car si en semaine les embouteillages provoquent de nombreux klaxons, le dimanche ce n’est pas le cas. De même quand il pleut ou quand il fait froid. La météo et la temporalité influent donc sur l’attractivité de la place, donc la fréquentation et ainsi sur le bruit ambiant. Les bruits pénibles laissent place à un calme et des bruits agréables et reposant tels que le bruit du vent, de la pluie.

C’est super calme parce qu’il fait froid. Oui, mais si vous revenez dans deux à trois heures, vous allez voir qu’il y a un monde fou.

H_P_BL_LS_PA_20220403

La place et donc le bruit vivent au rythme de la ville et de ses habitants.

Les sons liés à la spatialité de la place

Au sein même de la place, on observe également une forme d’évolution des bruits. Ainsi au sud de la place du côté de la rue Trois-Cloître, ce sont principalement les voitures et les bruits liés, ainsi que le passage des gens qui dérangent au quotidien cet habitant. De manière plus aléatoire et occasionnelle, il nous a parlé de descentes de police, de cris et de bagarres à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit.

   Au centre de la place, le café et le restaurant apportent de la vie, les bruits chaleureux des verres et des discussions prennent alors le dessus. Il s’agit du premier son agréable dont il nous a parlé. La végétation en été propose quelques sonorités moins urbaines telles que le bruit du vent dans les feuillages mais aussi le chant des oiseaux.

   Le fond de la place est occupé par des vendeurs de stupéfiants, les gens n’y passent donc pas beaucoup et il n’y a par conséquent pas énormément de bruit mis à part leurs interactions.

Vue Google Earth schématisée, représentant les différentes sonorités perceptibles depuis la place et ses alentours.

La fréquentation de la place, origine des sensations sonores

Ce que nous avons pu remarquer lorsqu’on écoutait l’habitant de la place, c’est que les bruits relatés sont tous ou presque une conséquence directe de la fréquentation et des personnes qui passent ou vivent sur la place. Certains bruits semblent bien plus dérangeants que d’autres : par exemple, les bruits de voitures, les klaxons, les cris des habitants ou des vendeurs, mais encore les altercations entre la police et les jeunes du quartier qui peuvent arriver à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. Cela entraîne pour de nombreux résidents une sensation de gêne au quotidien et un sentiment de danger.

Le trafic, la voiture et surtout quand il y des bouchons c’est imbuvable !

H_E_BL_LS_PA_20220327
Interruption soudaine de l’entretien avec l’habitant par le passage d’une voiture de police entraînant des cris et une altercation.

D’autres sons, de temps en temps, viennent heureusement embellir certaines journées (saison chaude et jours ensoleillés). En encourageant l’habitant à réaliser le baluchon sensoriel, nous l’avons aidé à regarder la place d’un autre point de vue. Si jusqu’à maintenant aucun point positif ne lui venait à l’esprit, en s’attardant sur la place, il s’est rendu compte que des événements avaient lieu entre les concitoyens, au sein même de la place. Entraînant un brassage de la population qu’il affectionne particulièrement, mais aussi des discussions plus agréables que des disputes ou des cris. Les chants d’oiseaux, les cris de joie, le vent dans les arbres ramènent ainsi un caractère plus chaleureux et un sentiment agréable d’apaisement.

Un peu calme, j’aime la tranquillité !

H_E_BL_LS_PA_20220327
Extrait de l’entretien mettant en contraste un environnement auditif agréable (chant d’oiseaux) avec le ressenti sensible de l’habitant lié aux bruits négatifs.

L’ouïe, élément majeur de la répulsion envers la place

C’est un quartier qui fait peur.

H_E_BL_LS_PA_20220327

   Comme vu précédemment, le bruit et les sons de la Edmond Arnaud sont en règle générale qualifiés de manière péjorative, renforçant donc la mauvaise réputation de la place. L’habitant interrogé insistait grandement sur ce sens en particulier et ses paroles tournaient très souvent autour de ces nuisances sonores. Il aurait tendance à fuir le quartier de l’Alma lorsque cela devient trop bruyant et il ne reste jamais longtemps chez lui ou autour de la place. Cette enquête était pour lui la première occasion de passer du temps sur la place.

Haa…mais cette place tellement elle me dégoûte…Je vous jure hein !

H_P_BL_LS_PA_20220403
Vue Google Earth schématisée, représentant le rythme et les points clés du parcours commenté. On remarque une volonté d’éviter la place.

Pour conclure, cette place est à ce jour monopolisée par quelques rares types de fréquentation qui participent de la pollution sonore et repoussent les éventuels nouveaux usages de cette place. Il serait donc fort à parier que si un travail de redynamisation était fait, la place aurait un potentiel d’attractivité bien meilleur.



Citer ce billet
BANCTEL Lola, LALOUX Sarah, PEPE Abigaël (2022, 22 juillet). Ecouter la place Edmond Arnaud à Grenoble. Le Cresson enseigne. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o53z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search